undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
22
3,7 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Affichage de 1-9 sur 9 commentaires(5 étoiles). Afficher tous les commentaires
Ce tome 1 semble, dès les premières pages, très personnel: bien écrit -ce qui n'est pas toujours le cas chez les philosophes-, démarrant sur les chapeaux de roue avec une polémique en arrière plan: "Face à l'histoire des vainqueurs, nous dit Onfray, devant la domination sans partage de l'historiographie dominante (...), il manque évidemment une histoire des vaincus, une historiographie des pensées dominées, une doctrine officieuse et alternative".

Onfray a fait le choix dans ce tome et les suivants (quatre au total) de parler de l'histoire des philosophes vaincus, de ceux dont on ne parle plus et qui pourtant présentent un intérêt certain. Le philosophe a bien décidé de chasser les idées reçues sur les sophistes (terme devenu négatif dans notre langue, suite aux dialogues de Platon). Il va donc nous raconter l'histoire palpitante de philosophes méconnus de l'Antiquité ou jugés secondaires par les historiographes tels que Leucippe, Démocrite, Antiphon, Lucrèce et d'autres. Le parti pris: montrer que Platon a cherché par de faux dialogues, avec des arguments réducteurs de chasser cette pensée en y parvenant en partie, puisqu'il fut le vainqueur, celui dont on parle comme étant un incontournable! D'où la révolte de Michel Onfray, presque une odyssée de la philosophie, découverte de paysages inconnus dont nous pourrons nous délecter en les approchant grâce à la main bienfaisante de l'auteur.

Platon est présenté sous un jour très négatif: antihédoniste, j'ai même appris que cet homme qui recherchait la sagesse, a voulu brûler Démocrite qui défendait une philosophie hédoniste, matérialiste, loin de celle de Platon. Michel Onfray porte un jugement sans appel sur Platon. Même si cela me paraît parfois un peu excessif, je suis parvenue dans ses développements argumentés à mieux comprendre ce qui me dérangeait chez cet éminent philosophe antique, ce qu'en cours de philosophie on avait tu ou expliqué à demi-mot. Le travail d'Onfray permet donc d'exercer son esprit critique sur Platon et de voir qu'il a fait la guerre à tous ceux qui ne pensaient pas comme lui.

Le développement sur Epicure m'a paru particulièrement intéressant. Mais il ne faut tout de même se leurrer, Onfray déterre des philosophes enfouis dans le but tout de même de défendre sa philosophie hédoniste qui mérite le détour. Je ne suis pas sûre qu'il y ait une parfaite neutralité dans ses propos.

Original, je disais donc. Lisez aussi sa bibliographie, je n'en avais jamais lu une aussi personnelle, aussi dépoussiérée, si passionnante. Quelle bonne idée de sortir des carcans, d'être guidé dans la somme des ouvrages sur le sujet. Et pour terminer une bonne chronologie pour se repérer dans les oeuvres et les auteurs, en n'oubliant pas que ceux qu'on appelle parfois les "présocratiques" étaient en réalité contemporains de Socrate. Une histoire à dormir debout qui pourtant existe bel et bien!

En somme, un livre personnel, hédoniste (réflexion sur les notions de bonheur, de plaisir, de félicité: ça fait toujours du bien), original et qui ne nous ennuie pas si le sujet nous attire au départ. Je pense donc poursuivre sur la suite! Et je vous recommande celui-ci.
99 commentaires| 55 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mars 2013
Dans ce premier tome de la « Contre-histoire de la philosophie », Michel Onfray se propose de présenter les thèses des philosophes de l'Antiquité qui furent à des degrés divers mis au ban, volontairement écartés, par les tenants de l'historiographie classique. À l'encontre de la pratique institutionnelle de l'enseignement qui domine encore de nos jours dans l'Université européenne sous l'égide de Platon, Onfray entend faire découvrir à ses lecteurs l'alternative d'une pensée faisant corps avec la réalité matérielle, une pensée où se concentrent les principes d'un véritable art de vivre en société autant qu'avec soi-même et leur praxis, applicable dans la vie de tous les jours ; une pensée, en somme, tout entière orientée vers la création de soi.

L'auteur actualise ainsi une galerie de philosophes qui inaugurèrent en leur temps cette alternative par un mode d'existence dévolu à leur seule volonté, à l'épanouissement et à l'affirmation de leur subjectivité sur le terrain de la connaissance de soi. Les noms de Leucippe, Démocrite, Hipparque, Anaxarque, Antiphon, Aristippe, Diogène, Philèbe, Eudoxe, Prodicos, Epicure, Philodème de Gadara, Lucrèce et Diogène d'OEnanda ouvrent chacun des chapitres constitutifs de cet essai et témoignent de la sorte de l'attention précieuse et particulière que Michel Onfray manifeste à l'égard de ces philosophes. Son exégèse de fait s'attache à mettre en exergue l'unicité de leur discours et de leur action et à en montrer l'efficacité à notre époque, dans la quotidienneté et les moeurs des individus qui la peuplent : « Je propose l'histoire d'une philosophie qui ne se constitue pas contre le corps, malgré lui ou sans lui, mais avec lui [...] Que le corps soit "la grande raison" et que toute philosophie soit toujours l'autobiographie et la confession (du corps) d'un philosophe comme l'affirme Nietzsche dans Le gai savoir, voilà une vérité d'hier prometteuse pour demain... », écrit-il dans sa préface.

Les valeurs de l'hédonisme, de la célébration du corps, demeurent au coeur de l'argumentation de cet ensemble. Citant Leucippe, Démocrite ou encore Lucrèce, entre autres exemples, Onfray donne à voir de leur philosophie une vision du monde qui se fonde sur la structure atomique de tout corps et qui écarte radicalement les concepts de transcendance et d'idéal platonicien : « Dans le monde de Leucippe, dit-il, il n'existe que des atomes, du vide et des mouvements effectués par les premiers dans le second. Rien d'autre [...] Avec cette seule option, simple, claire et nette, Leucippe arrime les hommes au réel immanent et à sa seule dimension matérielle. » Adoptant le parti de l'immanence contre celui de la mythologie ou de l'affabulation religieuse, Onfray corrobore les arguments du discours scientifique destiné à promouvoir une phénoménologie atomiste de l'univers et ajoute qu'elle est à la source d'une morale de la joie : « La physique des atomes et le matérialisme des particules débouchent sur une éthique hédoniste, en l'occurrence une morale de la joie. »

S'agissant de Démocrite, l'auteur relève que sa philosophie repose sur cette même conception : « Sur le terrain philosophique, Démocrite reprend purement et simplement Leucippe : le réel se constitue d'atomes agencés dans le vide ; la causalité est immanente et matérielle ; il n'existe pas de raison divine ; tout passe, l'éternité est une fiction - ou alors seul le changement est éternel. »

Quant à Lucrèce, il le décrit comme un penseur soucieux de démystifier tout discours organisé autour de la thématique d'un ordre de l'univers régi par les dieux et appelant la croyance populaire. Décryptant le de Rerum Natura... sur le mode de l'analyse historique et sémiotique, Michel Onfray situe Lucrèce dans la lignée d'Epicure et en dresse le portrait, là aussi, d'un philosophe atomiste soutenant la thèse d'un « matérialisme vitaliste » : « La pensée du philosophe atomiste relève de cette sensibilité oxymorique : un matérialisme vitaliste [...] On ne l'ignore plus, Lucrèce réduit toute réalité à des atomes réunis et composés en mouvement dans le vide. » Enfin, dans un sous-ensemble qu'il intitule « Apprivoiser la mort », Michel Onfray développe l'idée que l'élan vital promu par Lucrèce cristallise autour de la position que recommande d'adopter ce dernier face à la mort et à sa pulsion afférente. Lucrèce affirme en effet que la mort, en tant que réalité indépassable, nécessite son acceptation et sa reconsidération : « La mort n'est pas une catastrophe, écrit Onfray, tout juste une opération atomique qui correspond à la fin des agencements qui constituaient un corps et une âme. » En revanche, l'amour-passion est une forme d'élan vital qu'il convient d'éviter car il conduit paradoxalement au déclin du sujet. Onfray s'exprime en termes de « pathologie amoureuse » pour le qualifier, eu égard à l'enseignement qu'en donne Lucrèce, et préconise « l'amitié amoureuse » : « Loin des violences brutales de l'amour-passion, conclut-il, l'amour naît dans ce cas d'un temps partagé, d'une construction. Leçon de Lucrèce : l'amour n'est pas donné, il se construit. »
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2007
Le conformisme, c'est de l'anticonformisme qui a réussi !

Ce livre est un régal : il présente les philosophes que l'on ne présente que très rapidement et de façon très négative dans les anthologies, dans les programmes officiels, etc. Ces philosophes (eh oui, ce sont bien des philosophes!) ont comme point commun : la recherche du bonheur.

Ce livre est une initiation à la philosophie, on comprend comment les concepts naissent. Il s'agit d'un retour sur terre, pas besoin d'être dans le Ciel, dans les nuages pour penser. Regardons autour de nous, regardons les personnes, les choses qui nous entourent avant de s'élever pour se sentir supérieur.

Ce livre met non seulement en lumière des philosophes cachés dans l'obscurité parce qu'ils gênent la pensée dominante mais aussi il nous donne une très belle leçon sur ce qu'est la manipulation de la pensée !

A quand les autres contre-histoire de la philosophie en livre de poche ?
0Commentaire| 43 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2006
Comme d'habitude, Michel Onfray nous propose de regarder la philo sous un autre angle: celui des oubliés, des occultés de l'Histoire. Ecriture jubilatoire et réflexions salutaires, voilà une contre-histoire que tout apprenti philosophe se doit de lire avec attention...
0Commentaire| 37 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2015
Parfait au niveau couverture et intérieur. Tout à fait conforme à l'annonce.
En tant que fan de M. Onfray je vous le recommande pour un décryptage philosophique enchanteur.
Merci.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2009
Enfin une autre façon de voir et d'aimer la philosophie.
Tout pour faire oublier le prof de philo du lycée... un pur régal.
On est enfin réconcillié avec la philo: mais non, ce ,n'est pas si compliqué !!! et en plus on aime ça !!!
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 novembre 2013
J'ai commencé par le premier puis je les ai tous acheté (9 tomes) avec plaisir bien sûr mais aussi soif de comprendre cette autre histoire de la philosophe bien différente de celle enseigné par le pouvoir. Dans ce premier tome l'auteur pose les fondations avec les sagesses antiques. Effectivement il serait plus difficile de la faire commencer en Egypte ! Nous voyageons donc principalement en Grèce dans le berceau de notre civilisation, au moment où des esprits brillants, dans un contexte approprié, ont initié un débat d'idées d'une violence sans retenue. L'auteur, docteur en philosophie, ne manque pas de rentrer dans le détail des différentes thèses et antithèses. En parallèle, j'ai aussi écouté certains cours de Michel Onfray disponibles gratuitement sur internet.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2012
Une philosophie accessible à tout le monde, une présentation de philosophes méconnus ou oubliés mais cependant très intéressant ! Les anecdotes sont excellentes ! Bref, je conseil ce livre !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mars 2015
un grand sage dans le travail et l'écriture... un peu fou à l'oral
toujours passionnant
jamais démodé
ultra documenté
... merci MO... big up
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)