undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_W10 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
8
4,0 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 juillet 2008
J'étais peu enthousiasmée par la lecture de ce premier tome : une écriture parfois un peu gnan-gnan, une intrigue somme toute simplissime et pas le moindre cliffhanger à la fin pour me donner envie de continuer.
Mais j'ai poursuivi par les tomes 2 et 3 (quand on n'a rien d'autre à lire...) et je ne regrette pas vraiment.
Le style d'écriture s'améliore de tome en tome et l'intrigue se complexifie agréablement, même si, au bout du compte, Sarah Ash reste dans les grands thèmes de la fantasy et de la mythologie judéo-chrétienne sans véritablement les renouveler.
A son crédit, il faut noter une originalité qui est l'utilisation non pas d'une époque moyen-âgeuse mais plutôt XVIIIème.
Bref, une série distrayante, agréable à lire et qui fait passer le temps en attendant d'autres auteurs plus consistants. A mon avis, c'est un auteur à suivre.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'aime lire Sarah Ash, son style me donne toujours l'impression de lire un classique d'un autre siècle, bien que ce soit résolument de la fantasy.
Ce premier tome des "Larmes d'Artamon" nous plonge dans une ambiance très particulière, un monde qui se fait l'écho du notre, avec des parallélismes volontaires.
Le jeune héros, qui se destine à un être artiste peintre, tout comme sa mère, dans son doux pays natal, se retrouve brutalement l'héritier d'une contrée inhospitalière, d'une poignée d'hommes aussi loyaux que terrifiants et d'une malédiction-bénédiction. Celle-ci a conduit son père à inciter sa femme (la mère du héros, donc!) à le fuir et à vivre au loin, en compagnie d'un petit garçon devenu grand.
Les sentiments de Gavril sont émouvants et crédibles et l'histoire prenante dès le début, jusqu'à la fin. Le style est poétique, sans fadaises, les personnages secondaires convaincants, l'intrigue originale.
C'est au final une fantasy assez "féminine", que je vous encourage à essayer. Evitez toutefois de lire, avant cette trilogie, sa "préquelle" (écrite après), surtout le tome 2, qui vous enlèverait, à mon sens, tout le plaisir de la lecture de la trilogie des "Larmes d'Artamon".
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les Larmes d'Artamon comportent 3 tomes:
- Le Seigneur des neiges et des ombres - 5 étoiles
Les Larmes d'Artamon, Tome 2 : Le Prisonnier de la Tour de Fer - 3 étoiles
Les Larmes d'Artamon, Tome 3 : Les Enfants de la porte du Serpent - 3 étoiles

J'avais lu cette série il y a près de six ans, et hélas je n'en avais plus aucun souvenir. Relire les premières pages a finalement suffit à me remémorer l'histoire, que j'ai pris grand plaisir à lire une seconde fois. Tout comme il y a six ans (maintenant je m'en souviens!), j'ai dévoré chaque ligne du tome 1, lu avec frustration le tome 2 et j'ai été déçue par le tome 3.

Nous sommes dans un monde de fantasy type Europe de la fin du XVIIIème siècle, dans une simili Russie fractionnée en plusieurs souverainetés. Dans une petite république pleine de chaleur et de soleil, Gavril est un jeune artiste peintre travaillant avec sa mère. Un jour, on lui commande le portrait de cour de l'héritière de la couronne d'un des plus grands royaumes de Russie. L'héritière tombe sous son charme, et réciproquement, juste avant que Gavril se fasse kidnappé. Enfin, qu'il soit ramené manu militari dans un autre royaume, sombre, glacial et provincial, l'Azhkendir. Gavril est en fait l'héritier du royaume, l'ayant quitté très jeune sous l'autorisation de son père. Son père tué, c'est à Gavril de prendre sa place sur le trône. Sauf que sa famille, les Nagarian, est un peu particulière. Le Drakhaon (le titre honorifique du souverain) se retrouve habité par une bête d'une puissance aussi incroyable que son appétit est inhumain... un dragon. Plus l'homme fait appel au pouvoir du dragon, plus l'homme se transforme en dragon (physiquement et psychologiquement). Le seul remède connu est une pratique barbare et meurtrière faisant que les souverains de l'Azhkendir se détestent et maudissent leur sang.

La série sur Artamon comporte plusieurs arcs narratifs: un récit d'apprentissage assez intime sur la transformation de Gavril (l'essentiel du tome 1, bien que cela continue un peu dans les autres tomes), un récit beaucoup plus global sur les ambitions politiques régissant la région (un peu du tome 1, beaucoup du tome 2, un peu du tome 3) et un autre sur les dragons (essentiellement le tome 3). J'ai dévoré le tome 1, qui représente ce que je préfère en fantasy: un récit basé sur l'humain, avec des personnages bien découpés, sous la forme d'un récit d'apprentissage, le tout soupoudré d'un souffle romanesque qui ravira les lectrices en particulier (histoires d'amours difficiles, valeureux guerriers, tentatrice vénéneuse [la détestable Lilas], des trahisons, des amitiés inattendues et des réconciliations...) . Les deux autres tomes, beaucoup plus politiques, m'ont semblé plus confus et franchement trop longuets.

(tome 1 lu en français, tomes 2 et 3 lus en anglais)
88 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 octobre 2010
Contrairement à certains commentaires, je trouve que ce livre est vraiment bien: l'écriture est fluide, l'histoire se lit avec plaisir, on suit avec impatience les tribulations du héros, même si le démarrage est un peu lent, le temps que l'intrigue se mette en place. Très bon livre donc, dans la même veine à mon avis que la trilogie d'Axis tranchant d'acier.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Superbe, j'ai tout de suite accroché aux aventures de Gavril, jeune peintre qui, à cause de l'assassinat de son père, va être plongé de force dans un royaume barbare, accroché à de vieilles superstitions. Mais celle-ci vont se révéler vraies, et terribles à vivre.

Car la transformation de Gavril va s'opérer très vite, à peine arrivé dans "son" château.
Comment maîtriser la créature qui peu à peu l'envahit ? De quelle façon éviter des massacres, même si c'est pour défendre son peuple et sa propre vie ?

Et que vont devenir les Arkhel, victimes de la vindicte du père de Gavril, et dont il ne reste pas ou très peu de survivants ?

La magie est bien présente dans le 1er tome, plutôt subtile, et les intrigues pour dominer tous les royaumes vont arriver à terme.

Un grand moment de plaisir.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2008
Pauvre Gavril Andare...
Pauvre Jeune homme romantique, peintre officiel de la princesse Orlev. Amour impossible sous le soleil de Smarna. Joli cliché, pathétique...
Brutalement, Gavril n'est plus...
Il devient Lord Drakhaon (héritage paternel surprise!!!)
Il est arraché par les hommes de son père à sa vie ensoleillée de joli coeur romantique pour prendre sa place de seigneur des Neiges...
Le titre est tristement accompagné de pouvoirs surpuissant transmits de père en fils, de revenants glacés et d'un démon lové amoureusement dans son sang devenu bleu...
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 septembre 2010
je suis déçue, c'est à la limite de l'insipide , lent, pas palpitant du tout et les personnages ne sont que <survolés> mais ayant acheté la trilogie ... je m'entête !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 septembre 2008
Très peu convaincu par le tome 1, j'hésite vraiment à poursuivre. Je ne suis pas fan de la période 18e/19e employée ici en fantaisie, ni du style de l'écrivain. L'intrigue est simpliste.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici