undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles
28
3,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

"La souris bleue" est d'abord un polar à trois facettes: La petite Olivia disparaît mystérieusement en 1970 dans le jardin familial; Laura, 18 ans, est égorgée en 1994; Michelle assassine son mari en 1979 d'un coup de hache. En 2004, les proches de ces victimes embauchent tour à tour le même détective privé, Jackson Brodie. Voilà de sacrés défis pour ce quadragénaire de Cambridge, plutôt habitué aux affaires ennuyeuses de maris jaloux.

Kate Atkinson jongle avec les différentes intrigues avec une incroyable virtuosité. Elle construit un suspens sans faille, en distillant les indices au compte-gouttes et en multipliant les fausses pistes. Mais le terme "polar" semble une étiquette bien étriquée pour cette formidable comédie humaine, dans laquelle on croise une belle palette de personnages marginaux autour d'un détective solitaire, désabusé et râleur, et pourtant si attachant. Dans ce roman à tiroirs où les milieux sociaux, les générations, les personnages et les époques se croisent et s'entremêlent, l'auteur décortique l'âme humaine révélée par les drames familiaux. Avec un regard et un humour "so british", elle aborde les drames qui jalonnent ce roman avec une ironie délicieuse, et elle effleure la noirceur pour mieux parler d'amour et d'espoir.
0Commentaire| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2006
C'est du pur Atkinson comme on l'aime. Le récit est parfois rapide, parfois lent mais toujours avec le même sens du caustique et de la dérision. Et pourtant, on est ému, touché par la souffrance des protagonistes. L'intrigue est passionnante et on a du mal à lacher le livre. Kate Atkinson manie avec bonheur les flash back sans que l'on soit perdu dans le récit. C'est le meilleur roman de cet auteur que j'ai lu avec évidemment le merveilleux "dans les coulisses du musée". j'attend le prochain roman de cet auteur avec impatience.
11 commentaire| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 22 octobre 2007
Le fil conducteur du récit est constitué de trois enquètes menées par le même détective. Ce sont trois histoires dont le point commun est de n'avoir jamais eu de vraie résolution. Le roman mêle à la fois le passé (époque des faits divers non élucidés) et le présent (la nouvelle enquète). Il fait aussi alterner les différentes histoires, plus des nouvelles. Mais le point commun à l'ensemble des récits est la relation entre parents et enfants qui est l'élément mis en relief par l'auteur, pour chacun des personnages. Chacun a une relation à son (ou ses) enfant qui tient un rôle important, voire essentiel, dans l'histoire.
Un polar particulier, qui demande, sans doute, un petit effort d'attention à la lecture, mais qui a une vraie personnalité.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je viens de terminer mon premier Kate Atkinson, "Case Histories", en français "La souris bleue"... et je me suis empressée d'en acheter un autre. "La souris bleue" est au départ un roman policier : trois mystères qui ne semblent pas avoir de lien entre eux (la disparition d'une petite fille, l'assassinat d'une jeune fille et le meurtre sauvage d'un homme par son épouse excédée) mais qui sous la plume parfaitement maîtrisée d'Atkinson se rejoignent ensuite d'une façon magistrale. Le style est enlevé, l'humour très british et irrésistible malgré le fond dramatique de l'histoire. Ajoutez-y le très attachant détective Jackson Brodie, des personnages pittoresques qui sauront tantôt vous faire rire, tantôt vous émouvoir, des sujets graves traités avec finesse et compassion, et vous obtenez un roman palpitant où vous ne vous ennuyerez pas une seule minute et qui vous surprendra jusqu'à la fin.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2007
Amatrice de polars bien noirs, j'ai pourtant adoré ce roman. Entre humour et noirceur nous sommes ballotés. J'ai beaucoup aimé le style d'écriture et la façon de raconter les faits d'une façon réaliste et les petits détails qui sonnent vrai, genre : "Tu sais bien que les femmes n'aiment pas les oeillets" (quoi de plus vrai).Une fois terminé ce livre je n'avais qu'une envie, le relire.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 janvier 2007
La souris bleue suit les pas d'un détective privé, Jackson Brodie, qui enquête sur des affaires criminelles non résolues à Cambridge. Comme toujours avec Kate Atkinson, l'intrigue est loin d'être linéaire. Plusieurs histoires s'entremêlent, et les allers retours entre le passé et le présent sont légion. Tous ces récits s'articulent cependant autour d'un thème commun : les relations parents-enfants (et plus particulièrement les relations père-fille), avec ce qu'elles peuvent avoir de touchant, mais aussi d'excessif et de malsain. La structure du récit est complexe, et pourtant Kate Atkinson ne perd jamais son lecteur, montrant là l'étendue de son talent et la fluidité de son style.

Bien que le roman aborde des thèmes très durs (l'inceste notamment), l'humour est omniprésent. Les passages déchirants alternent en permanence avec des situations burlesques où l'ironie et la causticité de l'auteur font des étincelles.

En outre, ses personnages sont profondément humains, ce qui les rend très attachants. Ils ont leurs failles, leurs secrets, leurs défauts. Kate Atkinson fait preuve d'une très grande finesse psychologique dans la description des protagonistes, et l'on sort véritablement bouleversé de certains chapitres.

Ce roman inclassable (à la fois polar, étude de moeurs et récit humoristique) est à lire d'urgence.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 décembre 2007
Attention ! récit décousu ! Mais vous allez adoré le costume une fois monté !
C'est tellement bien écrit, avec des flash back et des histoires qui se recoupent si bien qu'on s'y retrouve vite et tout s'imbrique avec bonheur. A lire d'une traite...

Vous allez vous prendre au jeu : c'est comme faire un puzzle et tout à coup, une image apparait, mais là, ce sont les personnages qui apparaissent, réapparaissent et tissent les liens entre les histoires. Le style de Kate Atkinson est étonnant mais on s'y fait vite.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
plutôt bien écrit, avec une intrigue policière ( ou plutôt 3 en une ) pretexte à une analyse psychologique des personnages ; chaque chapitre est consacré à l'un d'eux et j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire, tant il ne semblait y avoir aucun lien entre eux ; pourtant, et là est tout le paradoxe de ce livre, je n'ai pas pu le lacher sans connaitre la fin. Interessant donc surtout pour l'écriture agréable d'Atkinson, et son analyse fouillée des conséquences de certains secrets de famille, mais ne me laissera pas un souvenir impérissable.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2008
Mon tout premier Kate Atkinson. Depuis, je suis accro !

J'ai donc découvert l'univers de la grande Kate à partir de ce roman qui met en scène un détective privé, ex-policier extraordinairement pessimiste en raison de toutes les horreurs qu'il a vues dans sa pratique quotidienne de flic, par ailleurs père de famille plein de réflexions hilarantes sur sa relation avec sa petite fille, et trois familles dont la vie bascule à la suite d'un crime de sang ou d'une disparition.

La construction du roman est articulée autour du principe du changement de personnage à chaque chapitre. Voilà pour la forme.

Le fond est, lui, infiniment captivant.
Kate Atkinson a l'art de faire passer du rire aux larmes (bien réels tous les deux pour moi, et pratiquement d'une page à l'autre), l'art aussi de nous tendre le fameux miroir dont parlait Stendhal, celui qu'on promène le long d'une route : il est inévitable que l'on se reconnaisse (ou qqun de son proche entourage) dans les réactions ou les réflexions des personnages, mon identification majeure, étant donné un deuil, s'étant faite avec le personnage de Théo, un père qui ne parvient pas oublier la mort violente de sa fille.

Il ne faudrait pas croire pour autant que le roman soit larmoyant, il est aussi vraiment désopilant !

La très grande force de Kate Atkinson réside donc là : dans ce refus de s'apitoyer, de juger même, dans sa capacité à créer ce que Philippe Claudel appelle des "âmes grises", sans aucun manichéisme.
Et dans son art consommé de l'humour décapant.

A la suite de cette lecture hélas achevée en deux jours, je me suis précipitée pour acheter le tome 2 des aventures de Jackson Brodie, le détective privé, je viens de terminer Dans les coulisses du musée, et j'ai reçu jeudi le tome trois de cette trilogie "policière"... Les guillemets servent à mettre à distance ce terme qui ne recouvre que très partiellement l'intérêt majeur du bouquin.

Vous qui n'avez pas encore lu La Souris bleue, je vous envie !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 septembre 2011
Je viens de découvrir et de savourer l'enchanteur"Dans les coulisses du musée"et pensais donc trouver le même ravissement.
Et bien non.Certes Kate Aktinson est très douée et nous promène habilement d'une intrigue à l'autre,sans qu'on puisse décrocher.
Mais je n'ai pas retrouvé toute la richesse, l'humour et l'infinie subtilité de
"Dans les coulisses..."
Donc pour moi, un bon moment de lecture, pas davantage.
Et j'ajouterai que je n'ai pas du tout du tout apprécié la traduction d'Isabelle Caron,que j'ai trouvée par endroits très approximative.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici