undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Cliquez ici Acheter Fire nav_WSHT16 Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
58
3,7 sur 5 étoiles
Format: Pocket Book|Modifier
Prix:5,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 décembre 2006
... qui forcément, appelle la violence en retour. Il n'est franchement pas étonnant que l'ensemble des médias français - et qu'une grande partie des lecteurs - aient massacré ce livre, vu que ces médias sont en grande partie responsables du déferlement de cette stupide et indécente - mais tellement juteuse! - télé-réalité sur nos écrans, qu'ils sont parmi les premiers complices de ce déferlement et qu'ils en tirent de très confortables bénéfices. Ils ne tiennent pas trop à ce que ça s'arrête, par la faute d'une simple romancière pondeuse de best-sellers, dont la popularité et l'influence sur les masses ne sont plus à démontrer.

Le livre d'Amélie Nothomb est étonnant est gonflé, il est là pour rappeler que toutes ces émissions de "télé-réalité", sans exception, renvoient aux camps d'extermination nazis (le principe est à peu près le même), avec toutefois une différence de taille: les caméras. Ce qui rend ces émissions peut-être encore plus stupides, cruelles et inhumaines que ces camps d'extermination, dont au moins les prisonniers n'étaient pas continuellement observés, et qui n'offraient pas de prime en argent au dernier survivant. Par ce livre, Nothomb s'en prend donc d'abord aux organisateurs de ces émissions, qu'elle compare (à juste titre) aux nazis, mais surtout aux téléspectateurs (des "veaux"), à leur crasse hypocrisie et à leur manque total de discernement, qui permettent à ces emissions de s'étaler éternellement dans la durée, et qui ont le culot de s'indigner du principe de ces émissions qu'ils regardent pourtant en se gardant bien de faire quoi que ce soit pour que ça change - ce qui est, là encore, la vérité -, et à leurs vils organisateurs de se frotter les mains sans honte. D'où toutes ces critiques négatives de la part de lecteurs dont une majorité, certainement, se complaisent à regarder ce genre d'émission aussi vide que débile (qui ne font appel à rien du tout, sinon à leurs plus bas instincts voyeuristes, exploités sans vergogne ni retenue) et qui ont ainsi vu un miroir impitoyablement tendu à leur endroit. C'est bien connu, il n'y a que la vérité qui blesse. Et c'est sur tous ces points que le livre fait mouche de toutes parts.

Continuez comme ça Miss Nothomb, vous en avez dans le buffet, ne vous laissez pas abattre par tous ces hypocrites, et même si votre livre contient des faiblesses - en particulier celui, chronique, de faire sortir un personnage du lot (jusqu'à comparer ce personnage à Dieu, ce qui peut paraitre bien excessif) au détriment de tous les autres, lesquels, du coup, peuvent paraitre bien fades -, il témoigne avec un talent rare et une force peu commune, d'une sinistre réalité dont personnellement j'aimerais bien voir la mort.

Ce livre est à recommander en priorité à tous ceux qui ne font pas semblant de détester ce genre d'émission pourri et qui n'en regardent jamais (ce dont je suis). Les autres - les plus nombreux - pourront passer leur chemin, ce roman ne leur servira pas à grand-chose.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J’avais lu, chaque année, les romans d’Amélie Nothomb depuis « Hygiène de l’assassin », mais avais fini par me lasser. Je n’avais donc pas acheté les deux derniers.
Sans avoir pris connaissance d’aucune critique, j’ai renoué avec la lecture de l’auteur, à travers ce dernier roman.
J’ai le sentiment d’y avoir retrouvé un esprit fidèle à celui qui prévalait dans les autres : même force de caractère des personnages, même affirmation de leurs convictions et de leur liberté, sans compromission avec la force des événements extérieurs. Incorruptibles jusqu’au bout et ne cherchant pas la reconnaissance à tout prix.
J’ajoute que cette histoire ne me semble pas si invraisemblable que cela, loin de là, quitte à surprendre. J’y ai vu des points communs avec les naumachies et autres jeux du cirques (« du pain et des jeux »), auxquels Amélie Nothomb fait d’ailleurs elle-même référence et dont je lisais justement en parallèle une intéressante évocation au même moment dans l’essai d’Yves Roucaute « Les démagogues de l’Antiquité à nos jours ».
On va ici encore plus loin que le film d’Yves Boisset « Le prix du danger » qui, dans les années 1980, était déjà très fort et avait à l’époque frappé les esprits.
Mais il n’empêche que, malgré les interventions ou débats bien-pensants, les émissions de télé-réalité vont toujours plus loin dans l’excès et que rien ne les empêche de se dérouler… sinon l’audimat.
Pas si invraisemblable, hélas, je répète.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2005
je suis un peu déçu par ce roman qui n'est certainement pas parmi les meilleurs d'Amélie Nothomb.
Malgré tout, cette histoire à le mérite de nous renvoyer une image peu flatteuse du téléspectateur que nous sommes : voyeur fasciné par la souffrance etl'humiliation, prêt à accepter l'inacceptable.
La televion est le média d'une nouvelle forme de barbarie.
A. Nothomb nous révèle notre passivité, pire notre collaboration.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 septembre 2005
C'est vrai qu'on ne lit que du mal de ce livre... Pourquoi ? Qu'a-t-il donc de si méprisable ? On sait qu'Amélie Nothomb écrit vite, voire très vite (mais toujours très bien). Cela se ressent souvent dans ses romans, et c'est un style auquel on s'attache facilement. La richesse habituelle du vocabulaire employé laisse ici sa place à la crudité du thème, des personnages et de leurs propos. Nothomb dénonce, mais n'étant pas elle même spectatrice on lui ôte ce droit ? C'est idiot, mais c'est amusant, c'est précisément ce qu'on interdit à son personnage... Tous ses appels au public entraînent invariablement les réactions opposées à celles attendues. Nothomb nous supplie avec ce roman de prendre conscience de notre folie, de notre cruauté, et on ne lui accorderait ce droit que si elle même consentait à regarder ces horreurs télévisées... Resistons avec elle, éteignez votre télé. On peut rêver.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2008
Une critique littéraire du roman « Acide Sulfurique » d'Amélie Nothomb

Des baraques. Des surveillants. Des conditions inhumaines. Des abus. Des meurtres. Bienvenue à l'émission « Concentration » !
Cette télé-réalité est le sujet du roman « Acide Sulfurique » d'Amélie Nothomb, publié en 2005.
Les prisonniers sont déportés dans ce camp par hasard, personne ne peut se sentir en sûreté : Les rafles se produisent tout à coup et on prend des enfants, des vieillards, des handicapés etc. pour les faire «participer» à l'émission. Les organisateurs de la chaînes jouent un jeu mortel avec les «candidats» : Chaque jour, les kapos (les surveillants dans le camp) décident qui doit mourir pour satisfaire le goût du sensationnel du public et qui reste encore dans l'émission. Pour faire monter l'audimat, les responsables établissent une principe d'interactivité. Désormais, les téléspectateurs peuvent décider de la vie et de la mort des candidats en votant par la télécommande. Ce nouveau principe mène à un audimat de 100%. Tout le monde est fasciné par «la beauté de cette humanité torturée ». Dans cette cruauté, la jeune kapo Zdena, une femme stupide qui n'a rien réussi dans sa vie tombe amoureuse de Pannonique, une belle prisonnière intelligente avec des principes de moralité très élevés. Un amour impossible dans des conditions impossibles et avec une fin surprenante.
Le livre est malgré ce sujet d'amour très sérieux et émouvant et surtout facile à lire. La langue de l'auteur, qui a écrit ce livre dans le rôle d'un narrateur omniscient et neutre, est très simple et claire. Il est évident que le livre fait des allusions aux camps de concentration des nazis. La différence entre les camps de concentration historiques et le camp de télé-réalité portant le même nom est qu'il s'agit d'une émission diffusée dans le monde entier. En conséquence, la brutalité et la cruauté paraissent plus fortes et terribles. Personne ne peut se défendre des caméras qui dérobent tout l'intimité et l'individualité aux prisonniers. Les lecteurs doivent se demander si une telle émission serait possible ou deviendra réalité un jour. Le livre est une critique de notre société qui, en partie, ne connaît plus de valeurs et qui ne respecte pas toujours les droits de l'homme ce qui devient évident à l'exemple des émissions de télé-réalité qui sont diffusées déjà de nos jours. Pour nous, les lecteurs, c'est un avertissement : Est-ce que notre société deviendra comme celle dans le livre, une société qui a besoin de la souffrance des autres pour satisfaire leur goût du sensationnel ? Ce qui est, à mon avis, le meilleur du livre c'est que la lecture nous mène à réfléchir au sujet de l'avenir de la moralité et de l'humanité.
A mon avis, c'est à cause de ce contraste, c'est-à-dire le contraste de la société décrit dans le livre et notre société de rêve qui respecte les valeurs morales que ce livre est si géniale. Un livre qui fait peur aux lecteurs et qui les incite à réfléchir!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 septembre 2005
C'est par ce dernier ouvrage que j'ai découvert Amélie Nothomb... un des mes professeurs m'avait fait l'éloge de cette dernière et j'avais hâte de voir ce que cela donnait. Je dois dire que mon sentiment reste mitigé. L'histoire est audacieuse et très interessante. L'auteur a parfaitement saisi l'hypocrisie de notre société qui rejete haut et fort le mal et la misère dans le monde sans même savoir ce qu'elle raconte. 'Le mal, c'est pas bien', c'est ce qu'on nous apprend depuis tout petit et c'est la première chose qu'on dit face à tout acte de violence, même le plus minime... C'est pas bien, et pourtant... on aime ça... On ne peut s'empécher de le contempler, certain éprouve peut-être même d l'admiration... l'auteur fait une analyse interessante de la société et passe aussi par l'homosexualité et la pédophilie... Le seul reproche que j'aurais a faire concerne la forme. Le fond est interessant mais la forme reste très puérile, naîve et simple... On a un peu l'impression que ça a été bâclé... c'est dommage.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2008
Enfin j'ai lu mon 1er Nothomb. Je ne peux pas dire que j'aime mais je ne peux pas dire non plus que je n'aime pas. Je reste avec un avis très mitigée, ça doit sûrement être de l'indifférence. L'idée de base n'est pourtant pas mauvaise mais c'est tellement mal exploité, mal écrit, sans aucun style. Je reste avec une impression de bâclée, Mme Nothomb doit sûrement remplir sa corvée littéraire annuelle. Alors elle nous assène des semi-vérités de manière péremptoire. Peut être qu'elle n'a pas le temps d'approfondir ses idées. Et ça moi ça me dérange parce que je reste sur ma faim avec un goût d'inachevé et de superficialité. Beaucoup sont fans, cela je peux le comprendre, moi je suis plus exigent sur le contenu et ne me satisfais pas d'un texte plat. Ce n'est tout simplement pas de mon goût. Il se peut aussi que je ne sois pas tombé sur le meilleur de ses livres.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2007
Je m'etais lassée des romans d'Amélie Nothomb. C'est donc complétement par hasard que j'ai lu celui ci (je n'avais plus rien à me mettre sous la main, je l'ai donc piqué à mon mari!)

Et je dois avouer que je renoue avec AN.

Ce roman est fort, tres fort. D'autant plus après l'émission de télé réalité récemment diffusée aux Pays -Bas où une femme en phase terminale devait choisir à qui auquel des candidats en attente de transplantation elle donnerai un des ses reins . Bien qu'il se soit avéré que tout ceci n'etait qu'une mise en scene, on commence à se demander jusqu'ou on va allerdans ce genre d'emission...

Amélie Nothomb n'est peut etre pas si loin que ca de la réalité dans cet essai.

A méditer...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juillet 2007
J'aime beaucoup la plume satirique d'Amélie Nothomb. Ici elle s'est surpassée ! J'ai été complètement immergée dans ce bouquin, voulant savoir la suite. Heureusement il se lit très vite car il comporte peu de pages...
C'est mon préféré après Antéchrista !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2015
Bon, alors, d'abord, je dois dire que les 80 premières pages m'ont été difficiles. Impossible de dire si j'aime, ou non. Je patine. Il y a des grands moments, puis je me perds. Donc, je n'y retournais pas, je ne me sentais pas happée par l'histoire, à part pour quelques éléments. Et puis, vient 133 pages de pure magie. La kapo, le personnage principal, son entourage, les enjeux, "Concentration". C'est cynique, réaliste, ça fait froid dans le dos : ça pourrait arriver ! C'est marquant, criant de vérité, mais en même temps c'est horrible, inhumain, abjecte. Pour conclure, je vais dire que je ne suis pas déçue de ma lecture ! En tout cas, cette fin restera dans ma mémoire pour encore longtemps ! sentir son cœur battre de plus en plus, puis sa gorge se serrer, ses yeux nous piquer, quel bonheur !
PS : j'ai néanmoins été déstabilisée à plusieurs reprises tout au long de ma lecture : je ne retrouvais pas le style de Nothomb! Il m'est impossible de dire pourquoi, mais ça m'a agacé ! ><
PS 2 : on remarquera encore une fois un manque de résumé, et c'est tant mieux ! Les éditions pocket auraient tout fait pour spoiler la quasi totalité du roman comme ils ont l'habitude de le faire, alors bravo aux rédacteurs qui se sont contentés de la première phrase du roman !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,10 €
5,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici