undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
13
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

On aurait pu s'attendre à de la propagande: c'est tout le contraire. Vassili Grossman fait une description pointilleuse de la vie dans les régiments soviétiques, depuis le début de la guerre et la débâcle jusqu'aux marches du Reichstag.
Les commentaires d'Antony Beevor sont justes et permettent de resituer le contexte de l'action.
On y découvre le sentiment des Russes dans la "Grande guerre patriotique": ils croyaient tous que l'après-guerre verrait la disparition des purges, du NKVD, de Béria.. et que s'instaurerait un communisme pacifié.
On découvre la sauvagerie des nationalistes ukrainiens qui se sont massivement alliés aux nazis, alors que les nationalistes polonais (tout aussi anti-communistes) les ont combattus.
On est plongé dans l'ambiance de ce patriotisme russe, fondé sur la poésie et l'amour de la terre, de la mère patrie, qui se transforme en fureur invincible quand elle est envahie. On comprend comme cette guerre a pu être gagnée par l'héroïsme du soldat russe, malgré une infériorité mécanique au début.
Grossman n'est pas complaisant face aux dérives, notamment les viols durant la prise de Berlin, tout en comprenant le besoin de vengeance des soldats russes. Rappelons que seulement 5% des soldats de 1941 sont encore vivants en 1945!
22 commentaires| 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juin 2008
Passionné par l'histoire et bon connaisseur de la seconde guerre mondiale, j'ai découvert, grâce à ce livre, un auteur humain, écrivain juif, correspondant de guerre soviétique, Vassili Grossman, dont le témoignage unique sur ces années de folie de la guerre à l'Est m'a profondément touché. Antony Beevor et Luba Vinogradova donnent quelques éléments biographiques sur la vie de Vassili Grossman mais l'essentiel de leur travail a consisté à compiler et remettre en perspective les notes prises sur le vif, sur le front ou à l'arrière, du correspondant de guerre dont les carnets de guerre furent en partie sauvés et transmis à sa fille. Je ne citerai qu'un extrait pour encourager chacun à découvrir cette oeuvre: "Et soudain, je me suis souvenu de la petite lettre écrite d'une main enfantine, la lettre qui gisait près du mort dans un abri de soldat. "Bonjour et peut-être bonsoir. Coucou, petit papa. Sans vous je m'ennuie ferme. Revenez, mon petit papa, parce que sans vous on rentre à la maison comme si c'était une autre maison. Venez, que je puisse vous voir, ne serait-ce qu'une heure. J'écris et mes larmes coulent à flots. [...]Signé: votre fille, Nina."
0Commentaire| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 février 2012
Vassili Grossman a couvert la guerre comme correspondant au sein de plusieurs unités de l'armée rouge. Le livre présentes de extraits de ses articles et de notes de travail. Quelques photos au milieu. Un témoignage humain, qui fait vivre tous ces hommes et femmes, acteurs de la guerre, ou civils pris dedans. Des notations sur la vie quotidienne des civils dans les zones de front, des soldats. Le chapitre sur Treblinka m'a particulièrement touchée : dès 1945, Vassili Grossman avait écrit l'essentiel. En fait, toutes les notes et articles sont ordonnés par l'historien Anthony Beevor, il y a deux niveaux de texte qui se distinguent par la taille des caractères : le texte de Beevor, qui donne des contextes, dates, etc..., et celui de Grossman, d'époque. Il ne s'agit pas des "carnets de guerre" bruts de Vassili Grossman, ils ont été retravaillés.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 février 2013
Je connaissais V Grossman par son roman Vie et Destin que j'ai lu dans les années 80.
Les carnets sont passionnants et d'une humanité étonnante; sa liberté de ton dans un environnement soviétique est tout à fait inattendue. La mise en perspective par LE spécialiste de la 2e guerre mondiale est proche de la perfection. Un must pour touts lecteurs.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 décembre 2012
Je reprends en guise de titre une des dernières phrases de cet ouvrage tant elle correspond au destin de Grossman, écrivain et journaliste ukrainien, juif de confession dont les carnets de guerre sont reproduit ici, brillamment commentés par Antony Beevor et Luba Vinogradova.

Avec notre prisme occidental et la chape de plomb de la Guerre Froide qui a immédiatement succédé à la Seconde Guerre Mondiale, le théâtre du Front Est nous est souvent peu connu et on s'image mal la sauvagerie, la bestialité de l'affrontement qui s'est déroulé entre les armées soviétiques et nazies. Ces carnets de guerre nous plongent au coeur de cette horreur qui a abouti au massacre absurde de 20 millions de personnes.

Là où on aurait pu attendre de ces carnets - qui servaient de support à un des journaux de l'Armée Rouge - des écrits fortement imprégnés de la propagande communiste du régime soviétique, il n'en est rien et nous avons le témoignage précieux d'un homme certes fier de sa patrie mais qui parle avant tout de la guerre, de ses atrocités mais aussi de ses rares moments de répit.

Plongé dans les combats du début de l'agression nazie à la chute de Berlin, Grossman nous livre un témoignage indispensable, bouleversant, remarquablement écrit. Grossman a en effet été un spectateur de premier plan de toutes les grandes batailles : les retraits soviétiques jusqu'à la bataille de Moscou, les contre-offensives stériles de début 1942, Stalingrad puis Koursk, la libération des territoires soviétiques occupés et la découverte progressive de l'étendue des crimes nazis - dont l'extermination impitoyable des populations juives - jusqu'à l'entrée sur le territoire du Reich et la victoire finale.

Ces carnets sont courts, comme possédés par toutes les tragédies que traverse Grossman. Le chapitre sur Treblinka est insoutenable, les souffrances et peines de Grossman sont communicatives. Le livre se conclue sur deux constats terrifiants :
- les combattants soviétiques arrivant en Allemagne et se demandant face aux richesses qu'ils découvrent dans ce pays pourquoi les allemands ont souhaité envahir leur territoire. Absurdité effroyable de cette lutte.
- une notice biographique sur l'existence de Grossman après ce conflit, bientôt emporté par la folie stalinienne qui devait survivre et prospérer après la chute de Hitler
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La lecture de Vassili Grossman, et en particulier de ce monument qu’est Vie et Destin, a été pour moi un choc littéraire et émotionnel. J’attendais beaucoup de ses carnets de guerre.

Ecrivain du régime et inapte à l’enrôlement, il s’est engagé comme journaliste pour suivre les combats dès les premiers jours. Le souffle de la défaite de 1941, le coup d’arrêt permis par l’arrivée de l’hiver russe aux portes de Moscou, puis la bataille de Stalingrad qui est au cœur de « Vie et Destin », le retour à l’offensive à travers les territoires dévastés par l’occupation, la découverte des camps de concentration en Pologne, la marche sur Berlin et les exactions commises par l’Armée Rouge en Allemagne, les premiers signes de la montée de l’antisémitisme soviétique qui culminera quelques années après avec la déportation de juifs en Sibérie...
Tout est retracé, les extraits des carnets étant accompagnés de nombreuses explications sur les événements et l’époque, et mis en parallèle avec les articles publiés par Grossman et parfois des témoignages d’autres journalistes ou militaires. On retrouve sa plume pour rendre de façon sensible la violence des combats, la souffrance des peuples, l’horreur de Treblinka. La force de ses mots avait fait de lui un journaliste reconnu, dont les soldats lisaient les articles avec reconnaissance et enthousiasme.

Cet ouvrage permet aussi de mieux connaitre l’homme. Il n’était en rien préparé à la guerre, mais il va courageusement et sans relâche suivre les troupes, aller au plus près du front, parfois faire le coup de feu. Les qualités humaines qu’on pressent en lisant ses romans lui ont permis de faire parler en confiance et de recueillir des témoignages précieux, du soldat au général et du russe à l’allemand. Les lettres adressées à sa famille dévoilent sa vie privée et on le suit dans l’inquiétude puis la souffrance lorsqu’il découvre le destin de sa mère massacrée avec les juifs de Berditchev.

Malgré tout ce qu’il contient, ce livre me laisse sur ma faim. Car tous les thèmes que j’ai cités ne sont évoqués parfois que rapidement. Les commentaires et les interpolations de A Beevor et L Vinogradova sont indispensables, mais me semblent prendre trop de place par rapport aux écrits de Grossman. Certains des carnets ont été perdus et tout ne méritait sans doute pas d’être publié, mais je soupçonne qu’il y en avait bien plus que ce qui a été retenu pour ce petit opus. Ses écrits avaient déjà dû subir la censure communiste à l’époque, et aucune explication ou justification n’est apportée sur les choix effectués aujourd’hui.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Antony Beevor spécialiste de la deuxième guerre mondiale a rassemblé les notes prises par Vassili Grossman correspondant détaché sur le front de l'est dans les rangs de l'armée rouge, celles ci s'étalant de la retraite catastrophique en juin 1941 jusqu'à la chute du troisième Reich et la prise de Berlin en 1945
L'auteur nous offre une approche très réaliste et sans parti des combats, des conditions extrêmes de vie des soldats et du traitement des populations civils tant par les armées nazis que soviétiques notant avec méthode et professionnalisme jours après jours ses impressions personnelles tout en recueillant de nombreux témoignages uniques et pris sur le vif d'officiers ou de soldats.
Grossman n'entrant pas dans le jeux effréné de la propagande Staliniste donne une image objective et un regard très humain de la situation avec comme point d'orge des détails précieux sur la bataille de Stalingrad et une analyse très émouvantes après sa découverte du camp de Treblinka.
Un recueil pertinent et au plus juste en forme de journal qui intéressera tous les passionnés d'histoire ayant trait au second conflit mondial.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juin 2014
Vassili Grossman livre dans ces carnets son témoignage direct (ou indirect s'il a interrogé des témoins directs) en qualité de journaliste accrédité par l'armée rouge pendant la totalité de la seconde guerre mondiale.
Il relate ainsi :
- l'impréparation de l'URSS face à l'invasion allemande ;
- Les erreurs de Staline et de certains officiers qui n'hésitent pas à sacrifier leurs troupes et leurs matériels dans des opérations mal évaluées ou hasardeuses ;
- l'héroïsme avéré des combattants soviétiques qui donnent leur vie par idéal ;
- la bataille de Stalingrad ;
- la libération des camps de la mort nazis. ...

Des commentaires complémentaires éclairent le lecteur novice sur le contexte historique précis de chaque extrait.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2013
Intéressant de part ses témoignages qui montrent une autre vision de la guerre. Simple petit bémol, le fait que de simple petit passage soit mis l'un a la suite de l'autre, beaucoup n'ayant rien avoir avec le précédent ou le suivant. Je m'attendais à quelques choses d'un peu plus structuré.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 septembre 2008
Ce livre que je souhaite définir comme collectif malgré la présence d'une principale source d'information est mis en forme par de grands écrivains. Une seule critique à la lecture, le fait de citer régulièrement les passages réels de Vassili Grossman change le ton, ralenti la lecture et destine ce livre à un public averti. Les passages sont réels, la qualité des récits est certaine et le réalisme du terrain est retransmis avec émotions
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,60 €
12,20 €
32,50 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici