undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,2 sur 5 étoiles
20
3,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 septembre 2014
Moi qui m'attendait à un portrait croisé pertinent des deux protagonistes en questions, j'ai tant bien que mal terminé la lecture de ce torchon, prétendûment écrit par un journaliste "sérieux"! Quelle déconvenue! Durant toute la lecture, on a l'impression d'être plongé dans un mauvais roman noir de gare.

Le titre est trompeur en soi. En effet, on entre dans un processus de démystification des protagonistes. Marilyn , mais aussi le clan Kennedy, pas seulement JFK. Certes, ces derniers n'étaient pas des enfants de chœur, mais l'auteur ne fait qu'enfoncer des portes ouvertes quant à leurs mœurs légères et la liaison dangereuse entre politique et le show-business. Sur fond de guerre froide, l'auteur nous offre une vision réductrice, voire caricaturale des personnages. Marilyn est présentée comme une paumée de service. A quoi bon mettre en avant ses qualités d'actrice, c'est tellement plus "intéressant" de s'enquérir de ses conquêtes, prises de drogues, médocs. On ne retrouve aucune trace d'humanité de la part de Forestier. Les Kennedy ne sont que des pervers mafieux. A quoi bon s'intéresser aux actions politiques prises par Kennedy, c'est tellement plus "pertinent" de se gaver de leur turpitude. A quoi bon contextualiser les événements historiques, c'est tellement plus "instructif" d'apprendre le nom des call-girls et les membres de la pègre. Pff! On se lasse très vite de ces détails sordides qui semblent tout droit sortis de l'imagination tordue de l'auteur. En effet, on ne sait plus si ce récit nauséabond est écrit par un journaliste politique ou "people" tant son manque de sources est flagrante! L'objectivité journalistique est totalement balayée pour laisser place à un récit scabreux.
On sort du contexte historique pour pénétrer dans un récit voyeuriste et sans aucun intérêt historique. En effet, on se demande où sont les sources de ce qu'avance Forestier. D'où proviennent ces dialogues ? Quelles sont les références? Il n'y a aucune note de bas de page qui nous renverrait à ses sources journalistiques.

En résumé, on n'apprend rien de nouveau. C'est trash, froid et sans aucun intérêt.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 octobre 2014
« Marilyn et JFK » en dit plus sur son auteur que sur les protagonistes qu'il prétend dépeindre. En effet, on regrettera ici la naïveté de la majorité des lecteurs à ne pas remettre en question les faits avancés par François Forestier.

Morceau choisi :
« Marilyn, un soir, aborde la question du mariage avec JFK, alors que celui-ci pose la main sur sa cuisse et constate qu'elle ne porte pas de culotte. Jack parle net, la main sur l'origine du monde: "Je vais être candidat à la présidence. Je ne peux pas divorcer." Marilyn baisse les yeux. Elle n'a pas l'habitude qu'on lui dise non. On verra après l'élection, comprend-elle. En attendant, il reste une seule chose à faire. »

Des scènes de sexe décrites avec autant de détails ?!! François Forestier serait-il l’heureux propriétaire d’une machine à remonter le temps qu’il ne souhaiterait pas partager avec le reste de l’humanité ?

Cet extrait reflète le plus grand défaut de ce roman, car il s’agit bien d’une oeuvre de fiction : son auteur n’a pas fourni le moindre travail d’investigation. Pour ceux qui sont familiers avec ces figures de l’histoire américaine, on reconnaitra des anecdotes figurant déjà dans des biographies antérieures sur les deux protagonistes et qui sont extrapolées de manière grotesque par François Forestier. Des erreurs sont commises tout au long de l’ouvrage et auront le don d’exaspérer le lecteur avisé. Il faudrait sûrement plusieurs pages pour réfuter les nombreuses fausses allégations du livre, mais je n’en citerai ici que 4…

1) Non, Marilyn et JFK ne se sont pas rencontrés au milieu des années 50

François Forestier prétend que Marilyn et JFK ont commencé leur liaison en 1954.

Or, il n’existe à ce jour aucune preuve tangible d’une quelconque liaison tumultueuse qui s’étalerait sur plusieurs années entre JFK et Marilyn. S’appuyant sur les témoignages des agents des services secrets, de leurs entourages respectifs tels que George Smathers pour JFK et Ralph Roberts pour Marilyn, les biographes sérieux (Marilyn - voir D. Spoto / JFK - voir Dallek et Hersh) ne font état que de 2 ou 3 rencontres entre 1961 et 1962.

Dès lors, le lecteur avisé prend la ligne directrice de « Marilyn et JFK » avec des pincettes, mais - de bonne foi - s’attend quand même à des révélations.

Rien de tout ça. François Forestier n’apporte rien à l’édifice, puisqu’il ne présente absolument aucune preuve concrète et concordante des faits qu'ils avancent :
- les registres téléphoniques de la Maison Blanche ? Non.
- Les registres téléphoniques de Marilyn depuis son appartement new-yorkais ou depuis sa maison à Los Angeles ? Non.
- Des home videos ? Des photos ? Non.
- Des lettres d’amour ou des télégrammes enflammés ? Non.

Le fil directeur du roman s’appuie UNIQUEMENT sur des "témoignages oraux" dont on ne sait trop comment ils auraient été recueillis puisque François Forestier n’a pas recueilli lui-même ces témoignages.

Comment savoir si ce qui est allégué est véridique ou ne relève tout simplement pas de l’imaginaire ?

2) Non, la robe de Marilyn n'a pas craqué lorsqu’elle chantait au Madison Square Garden

Extrait : « Pendant que Marilyn susurre "Happy Birthday, Mister President...", prise dans le pinceau lumineux d'un projecteur, les accessoiristes et les artistes en coulisse voient... la robe craquer. La couture, raccommodée à la va-vite, n'a pas tenu. Une fente apparaît, s'élargit, et les fesses de Marilyn apparaissent, côté jardin. » 

Pris en flagrant délit de mensonge, Forestier rapporte ici des propos que l’on prête au réalisateur Mike Nicholls qui a prétendument vu la robe de Marilyn craquer pendant le gala.

Il suffit de regarder LES photos qui ont été prises par Life Magazine pendant la prestation de Marilyn (le photographe est situé « coté jardin »), mais aussi celles prises par le photographe de la Maison Blanche (Cecil Sloughton) pendant la réception qui a suivi l’évènement pour se rendre compte que sa robe ne s’est pas déchirée.

Les photos « coté jardin » sont consultables sur le site de Life Magazine et sont accompagnées d’une video avec une interview du photographe de Life. Il est resté « côté jardin » après la prestation de Marilyn pour également prendre JFK « côté jardin ». Aucune de ses photos ne montrent « les fesses de Marilyn »...

3) Sur l’état mental de Marilyn

Extrait : « Marilyn est incontrôlable, borderline schizophrène, selon Greenson. »

Marilyn n’a jamais été diagnostiquée comme « schizophrène » par Ralph Greenson, ou par qui que ce soit en réalité. Une lettre de Ralph Greenson à Anna Freud (qui examina brièvement Marilyn à Londres en 1956) et une note de celle-ci conservée au Anna Freud Centre à Londres démontrent qu’ils semblaient s’accorder sur le fait que Marilyn souffrait d’une dépression chronique et d’un trouble de la personnalité borderline.

Non, Marilyn n’était pas folle et n’était pas schizophrène.

4) Sur l’hygiène de vie de Marilyn

Selon les dires de François Forestier, Marilyn « vivait au milieu des crottes de chien ».

Des journalistes se sont invités dans la maison de Marilyn le matin de sa mort et il a été effectivement rapporté dans les journaux de l’époque que la chambre de Marilyn était en bazar. Toutefois, aucune mention n’est faite sur des crottes de chien et les paparazzis présents sur place ne les ont pas vus non plus.

Qui croire donc ? Le pseudo-journaliste des années 2000 qui n’était pas présent sur place ? Ou les paparazzis présents le jour de la mort de Marilyn ?

En bref, en ne s’appuyant sur aucune réalité historique mais sur des dialogues purement imaginaires, « Marilyn et JFK » en dit plus sur son auteur que sur les protagonistes qu'il prétend dépeindre. J'aurais pu me passer de lire les fantasmes morbides de François Forestier (surtout quand on a vu à quoi ressemble ledit auteur).
A éviter !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 septembre 2008
C'est une impression de saleté et de déchéance qui ressort de cette lecture. Si le livre est prenant et nous en apprend beaucoup sur ces deux parcours personnels, les mythes sont détruits et l'icône de Marilyn en ressort complètement démolie: elle passe son temps dans la saleté.
Pour JFK, ceux qui ont lu l'excellent bouquin de Marc Dugain: La Malédiction d'Edgar savent à quoi s'en tenir.
Un ouvrage passionnant qui rend plus humain ces personnages avec leurs qualités et surtout leurs défauts.
Un vrai retour à la réalité dans une France qui n'a saisi qu'une partie de l'image de JFK.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2015
La meilleure manière de vendre un livre est sans doute de prendre pour sujet un des figures iconiques du siècle: Brando, Marilyn, James Dean... Encore faut-il avoir quelque chose à en dire!... Quand Ellroy s'attaque aux grands myths américains, il y a un ton, un langage, une vision. Ici... Il n'y a rien. Rien de rien. A oublier très vite.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2011
Ce livre est certes déconcertant, mais il nous fait prendre conscience du fait que le monde du cinéma & de la politique ne sont pas le pays des bisounours. Il m'a permis de prendre du recul vis à vis de mon idole MM, & du charismatique JFK. Bien-sur cet ouvrage n'est pas destiné aux âmes sensibles.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2015
Livre excellent mais qui est loin de révéler toutes les sombres machinations faites contre Marilyn. Cela restera probablement encore un grand mystère.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2011
Un livre très facile à lire mais difficile à suivre parfois au milieu de ces nombreuses descriptions de personnages clé à la réputation plus que douteuse. Le résultat final de toutes ces allégations : Le milieu du cinéma est aussi malsain que la mafia et Marilyn est morte, la famille Kennedy est aussi malfamé et implacable que la mafia et JFK (RFK aussi) est mort.
Histoires de fesse, complots, drogues, espionnage ... tous les ingrédients sont réunis dans ce tabloïd version longue.
C'est très crade mais révélateur.
A noter le premier chapitre sur les détails de la mort de JFK très glaçant.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2011
Un livre documentaire remarquablement bien écrit dans un style plus proche du roman que de la biographie. Les histoires tantôt parallèles, tantôt croisées de deux légendes absolues de l'histoire du 20ème siècle sont racontées sans concessions voire crûment parfois. L'image des deux protoganistes principaux ( mais aussi celle de nombreux autres comme Sinatra ou Peter Lawford ) est sérieusement écornée mais quoi de neuf ici? Cela fait maintenant déjà quelques années que de nombreuses biographies et autres "témoignages" ont terni le mythe, la force de François Forestier est de le faire avec style...
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mai 2008
Pertinent, bien écrit et vraiment bien documenté, j'ai vraiment beaucoup aimé les descriptions cliniques que fait Forestier. Enfin un livre qui raconte Marilyn sans forcement toujours la sublimer...et oui, tout n'est pas forcement glamour et chic au pays des icônes
je le recommande à tous, en attendant que quelqu'un adapte ce recit au cinéma :)
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2008
Un vrai roman noir! Style nerveux, portrait hallucinant, Hoillywood et la politique américaine... Deux mythes brisés, mais deux personnages qui retrouvent leur humanité... J'y ai passé la nuit! Sans doute l'un des meilleurs livres sur cette époque. J'ai a-do-ré!
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,50 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici