undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici nav-sa-clothing-shoes Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
77
4,7 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Comme il sait le faire chaque fois qu'il s'attaque à une biographie - artiste, écrivain, personnage historique - Zweig déploie une puissance littéraire à réveiller les morts. Sous sa plume incomparable de passion et de rigueur, de psychologie et de hauteur de vue, il secoue le panier de l'histoire et le passé ressurgit soudain devant nos yeux oublieux. Et, comme toujours, sa passion est totalement contagieuse : on croit entamer un livre d'histoire, une biographie factuelle, on se retrouve englouti dans un vortex. On commence par égrener quelques pages, puis on se surprend à dévorer le pavé de 500 pages en quelques jours, un peu sonné, voire troublé.

Il faut dire qu'en ces pages immortelles se déroule l'un des chapitres les plus importants de l'histoire universelle : la chute de l'Ancien Régime et la Révolution, prélude sanglant au monde dans lequel nous vivons tous aujourd'hui. Dans ce tumulte sauvage qui frise plus d'une fois la pure barbarie, un personnage, une femme, incarnera à elle seule, et malgré elle, par sa propre vie, ce renversement de l'Histoire : Marie-Antoinette.

Toute la biographie de Zweig devient alors une sorte de crescendo de la douleur, de la perte et de la solitude. La "reine du rococo" passe des plus folles jouissances aux plus terribles souffrances, de la surabondance ou dénuement le plus total, dans une escalade qui, comme la Révolution, semble sans fin. Et la frivole, pour qui l'on a au début peu de sympathie tant elle semble n'être guère plus qu'une ancêtre de Paris Hilton, acquiert alors une aura ; ses profondeurs se révèlent, la fille cède la place à la femme, la joueuse à la mère, et la dispendieuse ingénue - voire carrément idiote - du Trianon, à la martyre incomparable de la Révolution. L'éveil est hélas trop tardif : toutes les mauvaises décisions ont déjà été prises, les mauvaises voix ont été écouté, et l'archiduchesse ne peux plus arrêter l'impitoyable roue de la Fortune.

Entre temps, les épisodes se succèdent : les scènes tragi-comiques avec le cataleptique Louis XVI, sorte de spectre qui ne vivra jamais que pour le sommeil, la chasse et la bombance, même au seuil de la mort (son "journal intime" est un monument de nonchalance) ; l'affaire du collier, si hallucinante qu'aucun romancier n'eût pu l'imaginer ; et surtout la passion amoureuse avec Axel de Fersen, où les amants magnifiques emportent le souvenir tragique de l'aimé jusque dans l'au-delà.

Fresque magistrale, récit de la fin d'un monde et du déclin déchirant d'une vie vouée aux extrêmes, voilà l'une des plus belles réussites de Stefan Zweig en tant que biographe et écrivain.
44 commentaires| 26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 août 2006
Je n'aime pas particulièrement les livres d'histoire, et c'est pour cette raison que j'aime celui-ci.

Zweig n'oublie jamais que derrière les évenements, il y a des femmes et des hommes, leurs caractères et leurs psychologies.

Ainsi, sans jamais se sentir loin d'une époque pourtant révolue, on parcourt les pages de ce très beau livre avec l'impression d'en ressortir grandi, plein d'un savoir qui nous manquait jusqu'ici.

Zweig sait faire aimer l'histoire, car il sait qu'elle est humaine.
0Commentaire| 61 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 novembre 2003
Zweig est sans doute un des biographes que j'admire le plus, son grand travail de recherche s'allie toujours à une analyse sérieuse des personnages choisis, tout dans sa plume transpire la sensibilité, le désir profond de compréhension de l'humain, de sa vie, son parcours, sa déchéance, sa réussite. La biographie de Marie-Antoinette n'est pas une exception et est une merveilleuse façon de se familiariser non seulement avec cette reine, mais avec son entourage et son temps.
Le livre commence avec l'arrivée de Marie-Antoinette encore adolescente en France. Sa popularité est grande auprès du peuple français, qui met dans cette belle fille blonde des espoirs d'une royauté sereine et bénéfique, mais déjà des problèmes se font pressentir : le roi Louis XVI est un jeune homme silencieux, introverti et complexé car dû à un problème physique qui ne sera soigné que sept ans après son mariage, il ne peut pas faire l'amour à son épouse. Marie-Antoinette, fille vive et sensible aux jolies choses et au beau monde, frustrée par le manque et la déception, par les commérages de la cour qui vont bon train, se réfugie dans les mondanités et les grandes dépenses. Elle est une jeune femme délicate et intelligente qui ne prendra jamais le temps d'exploiter ses possibilités intellectuelles quand il le faudra, sauf quand il sera trop tard. C'est ainsi que Zweig, très influencé par les écrits de Freud, voit cette suzeraine, délicate, intelligente, belle et fidèle mais malheureusement faite à l'image de son temps, légère jusque dans la pensée, excessive jusque dans ses coiffures, roccoco à souhait. Elle dépensera une fortune dans l'aménagement du Trianon, son petit château meringué en dehors du grand palais de Versailles, elle couvrira ses courtisans les plus vils et les plus flatteurs d'or, se fera détester du peuple en l'ignorant totalement (la reine, légère et inconsciente, ne s'intéressera jamais aux petites gens de son pays ) et se fera prendre dans les filets d'une affaire sordide, la célèbre affaire du Collier, trop longue et compliquée pour la résumer ici, mais toujours est-il que c'est, selon Zweig, ce complot qui sera la goutte qui fera déborder le vase et mènera la reine et le roi à l'échaffaud.
Il semble qu'à chaque opportunité de prendre un autre chemin, de renverser les choses en sa faveur, Marie-Antoinette, qui exerce un considérable pouvoir de persuasion sur l'ambivalent Louis XVI, à chaque occasion donc, Marie-Antoinette choisit la mauvaise voie, écoute ceux qu'elle ne devrait pas. On a envie de s'interposer, on est frustré par le manque de clairvoyance, de lucidité. L'arrestation du roi et sa famille, leur séjour forcé aux Tuileries, puis leur emprisonnement au Temple, la condamnation à mort du roi, le procès de la « veuve Capet » et la fin tragique de Marie-Antoinette, trahie par ses proches et la noblesse au sens large, on vit tout cela dans un suspens terrible avec Zweig, cette vie surpasse une vie de roman, et on se demande à quel point Zweig s'est laissé prendre à aimer Marie-Antoinette, à quel point il nous la rend plus sympathique qu'elle ne l'était, quelle part de roman il apporte dans son analyse du personnage vénal que l'on a étudié à l'école... Et pourtant, pour cette biographie, Zweig s'est appuyé essentiellement sur les archives de l'Empire autrichien et sur la correspondance du seul homme que Marie-Antoinette a aimé passionnément, le comte Axel de Fersen, homme noble et droit s'il en est un. Zweig fut le premier à avoir accès à cette correspondance entre la reine et son amant, correspondance cachée très longtemps par les descendants de Fersen. C'est surtout cette correspondance qui fera comprendre au lecteur l'analyse de Zweig, sa façon de voir la reine. Quand on ne s'en doute pas encore, la sensibilité que Zweig prête à la reine peut paraître exagérée, romancée. Apres lecture de certaines lettres envoyées par Marie-Antoinette au comte de Fersen, on se rend compte que l'exagération de Zweig est moindre, la souveraine déchue était une femme de la noblesse de son temps, fragile, belle, sensible, mais trop légère et trop longtemps inconsciente pour les changements qui guettaient la France. C'est une histoire tragique que nous rapporte Zweig, une vie d'excès dans l'opulence et d'excès dans l'horreur à la fin de tout... A lire... !
11 commentaire| 92 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 28 janvier 2004
Tout le talent de Stephan SWEIG, c'est de réussir à décortiquer la psychologie de ses personnages, à analyser le pourquoi et le comment de chacun de ses actes. Sa biographie de Marie Antoinette est brillante, historiquement parfaitement documentée, se lit comme un roman historique, et on rentre dans la peau du personnage. Si vous ne devez lire qu'un livre sur ce personnage, ça doit être celui-là. Je vous engage pourtant à lire également "Marie-Antoinette, l'insoumise" de Simone Bertière, qui apporte un éclairage un peu différent et pasionnant également, faisant d'ailleurs souvent référence à cet ouvrage.
0Commentaire| 47 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2009
Cette biographie de Marie-Antoinette est vraiment excellente. Stephan Zweig est un fin psychologue qui analyse et interprète parfaitement le comportement de cette reine, et sans être une tête en histoire on comprend très bien comment sa vie privée, le moindre de ses mouvements, de ses choix, ont eu un impact considérable sur la vie de la cour, et la vie politique de cette époque. Nous sommes attendris par la jeune autrichienne débarquant en France, énervés par la reine qui dilapide sa fortune, émus par la femme amoureuse et passionnée qu'elle était, et atterrés par sa mort cruelle et tragique. Cette biographie très complète se lit comme un roman, très facilement, et je le répète, pas besoin d'avoir des connaissances historiques pour l'apprécier et la comprendre. Une grande découverte à faire sans hésitations !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 septembre 2010
D'habitude, je ne suis pas particulièrement friande des biographies, au départ je pensais même ne jamais en lire.... Et puis j'ai découvert "Marie-Antoinette", de Stephan Zweig... Une révélation ! Dès les premières lignes, vous êtes happés par le style incroyable du biographe, qui maîtrise la plume et multiplie les anecdotes croustillantes au point que vous avez l'impression de lire un roman et tournez chaque page en vous demandant comment la vie de l'Autrichienne va bien pouvoir se terminer ! Je vous assure, c'est bluffant !

Autant je ne suis pas toujours conquise par ses romans, autant les biographies de Stephan Zweig, et en particulier celle-ci, sont toujours un succès à mes yeux ! ... Et j'ai beau chercher des "moins", pour moi, il n'y en a aucun !

A lire et à relire !
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mai 2013
Derniere reine de france, la plus belle, la plus vive, la plus fascinante et la moins apte a gouverner. On comprend que ses gouts, ses choix, son eloignement total de la realite et son besoin de bonheur personnel ne vont pas de paire avec le role d'une reine. Mais ce role elle ne l'avait pas choisi. Elle repugne autant qu'elle attendrit et a travers ce portrait (qui meme s'il est extremement bien organise et documente comporte pour moi trop de details qui sont repetes souvent dans le livre) sa mort sous le coup de la guillotine emeut et devient une tragedie. Elle ne le meritait surement pas.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mars 2013
Une lecture très intéressante, je dirais même passionnante.

J'ai beaucoup aimé le regard psychologique de l'auteur sur cette femme que l'on ne connait que très peu au final.

Je conseil ce livre sans modération.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 septembre 2014
J'ai acheté ce livre a la fin de ma première grossesse. J'adore les livres historiques.
Je voulait en savoir plus sur Marie Antoinette.
J'ai eu un peu de mal a commencer le livre et ensuite je me suis plongée a fond dedans.
Je me suis vite attaché au personnage que je trouve extraordinaire...
Adulée, détestée ,fêtarde ,capricieuse ,amoureuse ,je pense insouciante...
A l' âge de 14 ans tout lui est enlevée sur l'Ile aux Epis, au milieu du Rhin: un vrai rite de passage à ça vie de femme.
Elle va vite faire parler d'elle a la cour. Elle évitera de parler a la comtesse du Barry , maitresse de louis XIV.
Son mari Louis XVI la délaissera pour aller chasser et construire des serrures. Il la délaissera même physiquement..
Louis est un faible.
Manipulée par Mesdames Tantes elle ne se fera pas aux étiquettes de la cour.
Pendants plusieurs année on ne lui montrera pas la vraie Paris et sa pauvreté. Elle vivra a Versailles en connaissant que le luxe et le faste.
Elle sortira en cachette a des fêtes masquées, donnera vie a la mode des coiffures tout a fait extravagantes, achètera des tonnes de bijoux en vidant les caisses de la cour, tombera amoureuse du beau Comte Axel de Fersen.
Construira le Trianon pour s y refugier avec ses enfants et vivre une vie plus retraitée .
Le piège va se refermer sur elle...
Les intrigues d'hommes et femmes pauvres ou riches, intéressées.. seront derrière elle pour l'utiliser et la faire voir au yeux du peuple "affamé" comme la seule coupable des misères des Français ( L'affaire du collier).
La fin de Versailles , du faste.
L'incapacité de son mari a maitriser la situation...
une fin tragique. Il vont l'humilier jusqu' a la fin..
je me souvient ce qu'il m'a choqué le plus, en tant que maman: après lui avoir tout enlevé ...il l'on accusé d'attouchement sur son fils adoré.
Quoi de pire pour une mère...
Ils on fait témoigner son fils a la barre en lui faisant dire des mensonges que pour la baisser ...
J'ai éprouvé de la pitié pour cette femme qui a servi depuis son plus jeune âgé aux intrigues de cette époques...
Merci pour ce beau livre qui m'a apprit beaucoup de choses sur la vie de cette femme qu'avant je ne connaissait pas.

je la porte dans mon coeur
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Par Lisa.
Comment ne pas aimer cette oeuvre de Zweig qui reste comme une référence à la fois, dans les biographies de Marie-Antoinette et dans sa propre bibliographie.
L'excellent travail de recherche, l'amour et le respect qu'il voue au personnage, et son talent de fin psychologue, sont autant de qualités qui font de ce livre un véritable joyaux historique et psychologique.
Certes, on sent l'attachement incroyable qu'il portait à la Reine de France (ou plutôt à l'archiduchesse d'Autriche), mais il ne dissimule aucuns de ses travers et penchants. Il qualifie Marie-Antoine, à la fois, de femme charmante, séduisante et adorable, mais également de mondaine outrancière, d'une intelligence peu développée et d'un détachement déconcertant face à ses obligations de Reine. Mais tous ces points, positifs ou négatifs, sont toujours appuyés par une analyse toute en finesse de la psychologie de Marie-Antoinette.
C'est ça qui fait la force de cette biographie. Zweig ne se contente pas d'énoncer des faits historiques, il devine certaines causes et certains aboutissements en étudiant le caractère psychologique de plusieurs protagonistes qui ont participé à la vie et à la chute de Marie-Antoinette. Le Roi Louis XVI est le premier à être également "analysé" par Zweig. Il nous apprend tellement de choses sur le caractère apathique bien connu de ce Roi.
De sa sublime plume, Zweig nous emporte dans son univers (presque un plaidoyer) et l'on a presque l'impression de l'entendre lui-même nous narrer cette histoire. On est pendu à ses lèvres (ici à son texte). Pour preuve, le passage sur l'hypothétique relation amoureuse et adultérine de Marie-Antoinette et du comte Fersen. Un régal! Zweig parle à son lecteur et lui fait partager ses pensées, ses analyses. Quel honneur ultime de paraître participer avec lui à cette analyse! On a l'impression d'être sur les bancs d'une université avec Zweig comme conférencier... Magique!
J'invite vraiment tout le monde à découvrir cette Marie-Antoinette, celle de Zweig, par cette approche psychologique qui fait parler des faits historiques.
Marie-Antoinette était une Reine qui n'a jamais compris, ou alors trop tard, la souffrance de son peuple, sans en être vraiment consciente, et qui n'a jamais pris le bon chemin lorsqu'un croisement se présentait dans les choix de sa vie.
Elle sera la victime de son impopularité et de calomnies toutes les plus absurdes et infâmes les unes que les autres.
Cette biographie restera celle d'une femme au destin hors du commun, et Zweig nous le fait partager.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,30 €
7,30 €
6,60 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici