undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Cliquez ici Acheter Fire nav_WSHT16 Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
30
4,4 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 31 octobre 2003
Et oui, ce livre a un problème de faim, mais dans les deux sens du terme. La faim pour Billy et la fin pour le lecteur. Dans les deux cas, on ne sait pas comment la prendre. Billy, lui, essaye tout pour arrêter de maigrir, depuis que ce gitan, vieux et putrifié, lui a touché le visage en murmurant quelque chose. Mais que doit-il faire? Manger sans cesse? Rechercher les gitans pour s'excuser? Trouver le courage d'affronter son destin? Se rendre compte de l'homme qu'il est devenu, indifférent aux autres, tant que sa famille et son bonheur ne sont pas touchés? (bizarre, cette description ressemble tellement à celle de l'homme du XXème siècle! Vous trouvez aussi? Il est fort ce Stephen quand même!!) Mais finalement, si tout cela n'était qu'une invention de son esprit, pour le punir, puisque la justice des hommes n'a pas été capable de le faire? C'est ça la véritable question de ce livre. C'est le sentiment de culpabilité qui est le moteur de ce roman. Culpabilité contre justice des hommes, quelles sont leurs relations? Ces questions que se pose Billy, le lecteur se les pose aussi. Et cela le pousse à avancer dans le livre comme cela pousse Billy à comprendre. Alors on lit, rapidement, avec voracité, pour savoir, mais pour savoir quoi............?
Et oui, car comme Billy, le lecteur reste sur sa fin. Il essaye de donner un sens cohérent à la fin du livre. Que doit-il comprendre. Ou le grand Stephen a-t-il voulu nous ammener? Peut-être que Mr King a voulu laisser le lecteur libre de choisir la fin qu'il voulait donner au livre, tout simplement. Et puis, somme toute, pourquoi se poser ces questions? Stephen King est un auteur à part, qui écrit des livres à part, donc pourquoi ses fins ne seraient-elles pas à part?!
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avocat dans le Connecticut, Billy Halleck est un homme en surpoids, hanté par cette injonction murmurée presque sournoisement par ce vieux Tsigane alors que Billy sort tout juste du tribunal où il a été innocenté du meurtre accidentel d'une vieille Gitane surgie brusquement d'entre deux voitures. Bien que la victime n'ait pas pris la peine de regarder en traversant, le vieux Tsigane ne le voit pas de cet oeil et prononce un seul mot à l'intention de l'avocat : "maigris !".
Perdre huit kilos en une semaine, sans suivre aucun régime, s'avère inquiétant et conduit Billy à se poser cette question : "Et si le vieil homme m'avait jeté un sort ?".

C'est mon premier Stephen King, une rencontre à la fois percutante et marquante, celle d'une lectrice qui découvre un grand auteur, un géant doué pour créer une ambiance très particulière, à la fois inquiétante et angoissante, morbide parfois. C'est une atmosphère qu'il installe progressivement dans son récit, mais de façon croissante, rendant son lecteur accroc, au point qu'il en tourne les pages avec frénésie, pour ne pas en perdre une miette et savoir ce qu'il va advenir de Billy.
Cette angoisse est aussi celle de son personnage, Billy Halleck, une frayeur qui le ronge et qui le ramène sans cesse à ce fameux jour, à sa sortie du tribunal. Stephen King arrive à nous communiquer la détresse et l'incompréhension d'un homme qui, au fil des chapitres, maigrit considérablement et pour lequel l'acte de se peser est devenu une véritable torture, une sorte de rituel qu'il redoute, se retrouvant comme un animal craintif, complètement démuni face à une balance hostile.

Si cette lecture maintient un suspense permanent, une sorte de course contre la montre où chaque minute est comptée, elle nous donne également l'occasion de nous familiariser avec un peuple qui fait peur, un peuple nomade aux moeurs et coutumes différentes, où les femmes et les hommes disent la bonne aventure, vendent des potions et des philtres magiques, vivent dans des roulottes, organisent des combats d'animaux...
Ce qui m'a frappée c'est ce contraste insolent entre la pâleur du visage de Billy et les robes colorées des Gitanes, de même que son humeur en berne, incapable de rivaliser avec le sourire provocateur qu'elles affichent.
Stephen King (Richard Bachman) a le don d'écrire des scènes vivantes que l'on n'a aucun mal à visualiser, la bonne idée d'inclure des réflexions personnelles de la part de son protagoniste, réflexions qui apportent un plus dans la narration et qui rapprochent le lecteur davantage de ses personnages dont on ne sait s'ils sont simples personnages de fiction ou carrément acteurs de cinéma. Et quelle imagination dans le choix des sortilèges, car Billy ne sera pas le seul à en faire les frais.

J'ai pris énormément de plaisir à me plonger dans cette histoire imaginée avec force et talent.
La fin m'a un peu déroutée mais qu'importe, le livre tient en haleine jusqu'au dernier chapitre et je suis certaine qu'il est possible que nous l'interprétions tous de façon bien différente ce dénouement. En tout cas, c'est une lecture que je ne suis pas près d'oublier et un auteur auquel je vais sans doute m'intéresser de plus près et mieux découvrir à travers d'autres de ses écrits.
review image
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2010
A une époque ou l'apparence est reine, ou les régimes font la une des magasines, que se passe-t-il quand un homme obèse se met à maigrir de façon continue sans rien pouvoir y faire. Un rêve, non, un cauchemar !

Victime d'une malédiction jeté par un gitan Billy qui au début du livre est plus que bien portant se met à perdre du poids. Passé l'euphorie de cette perte pondérale, il va devoir trouver le moyen d'arrêter la descente s'il veut pas finir avec la peau sur les os !

On suit cet anti-héros avec appréhension, suivant son calvaire, se demandant s'il va réussir à ne plus perdre, à survivre. Ce livre de S-King se veut un réflexion à peine cachée sur l'apparence physique. Au-delà de l'aspect épouvante du livre, on se pose des questions car en suivant Billy, on se rend compte que maigre ou gros, il n'est pas plus heureux.
Un livre à deux lecture, que j'ai beaucoup apprécié (comme beaucoup de romans de cet auteur).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2015
Ce roman m'avait beaucoup marquée à l'adolescence. En le relisant, je me suis sentie trompée... Le style est plus relâché que dans mon souvenir, l'histoire plus bancale aussi...
Malgré tout, on passe quand même un bon moment. A conseiller pour un voyage en train...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2012
La peau sur les os est de ces romans qui ont pour mérite de rappeler au conducteur d'automobile irresponsable ses devoirs. Celui-ci s'évertuera à ne point pas accepter de douceur bucco-génitale lors d'une conduite afin de limiter tout risque d'accident. Le deuxième précepte à intégrer consiste, en cas d'infraction à la règle précédente, à ne pas renverser un tzigane. La faute commise, il ne resterait plus qu'à implorer les forces supra-terrestres de préserver la vie du pécheur sous peine d'être atteint d'un maléfice au nom exigeant « Purpurgargade ansiktet » (traduction: enfant des fleurs nocturnes)...

Un maléfice qui, au regard du titre explicite du roman, entraîne celui qui en est la victime sur la voie du décharnement et de sa suite inévitable: la mort, celle de l'homme déchu, affecté par un artifice sorcier tzigane qui "n'est qu'un reflet dans lequel la personne à qui on a jeté un sort voit le reflet de son âme"...

Billy Halleck est donc ce conducteur imprudent, condamné à une métamorphose lente et cruelle pour avoir commis l'irréparable et plus largement accepté passivement le système social existant, accablant par son ostracisme, qui rejette dans l'opprobre tous ceux ne pouvant y adhérer.

Cette absence de justice est condamnée par la manifestation de maléfices dont celui meurtrissant Halleck que King s'échine à décrire scrupuleusement. Les étapes de la transformation physique et du délitement psychologique du personnage affecté font naître une tension et un intérêt pour l'histoire... jusqu'à ce que le maléfice soit stoppé. La poursuite de l'intrigue est peu convaicante, peu crédible (l'adjuvant de Halleck est caricatural). L'épilogue de l'histoire laisse perplexe quant à la moralité soulevée, elle semble être peu réconfortante et optimiste...

La peau sur les os est un roman qui, malgré ses défauts tenant à l'intrigue, se lit aisément, étant servi par un style honnête, simple. Ce n'est pas à mon sens l'un des romans majeurs de Stephen King, sa teneur divertissante n'est cependant pas sacrifiée eu égard à l'exposition d'un maléfice original et à ses conséquences sur l'humain et ses comportements.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2003
On ne présente plus qui est Richard Bachman sinon le maitre incontesté du roman de l'épouvante le grand Stéphen King, qui dans ce roman réussi une fois de plus à nous glacer le sang à travers l'histoire d'un homme dont la vie bascule aprés un moment d'inatention au volant de son véhicule. Mais je ne vous en dirai pas plus à vous de découvrir ce livre qui pour moi reste un des meilleurs du Maitre!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 octobre 2015
Jamais déçue par mon écrivain préféré dont j'ai presque tous les livres. Vous allez aimer !! Voir même devenir fan comme moi !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 octobre 2015
Livre reçu en très bon état et l'histoire est passionnante, j'ai également vu le film qui est très fidèle au bouquin.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 janvier 2016
Du très bon stephen , se lit d'une seule traite. On ne peut pas le lâcher jusqu'à la fin, vraiment excellent.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2001
En usant de ses relations pour échapper à une peine de prison pour être à l'origine d'un accident ayant provoqué la mort d'une tzigane, billy se croit sauvé... de la justice des hommes comme lui oui, mais de celle des tziganes... rien n'est moins sûr ! Il est ainsi condamné à maigrir... mais jusqu'à quel point ?
S. King réalise ici un de ces romans les plus palpitants.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,10 €
8,90 €
8,30 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici