undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,1 sur 5 étoiles
49
3,1 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:9,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 mai 2011
Werber nous avait habitué a du bon avec la trilogie des fourmis et celle des dieux, mais la pauvreté de cet opus n'a d'égal que la platitude des blagues qu'il y a introduit. Le scenario est grotesque et attendu, et on ne trouve pas le coté psychologique des ouvrages précédents. Un livre long et lourd, qui ne vous arrachera pas un sourire.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2012
On pourrait s’attendre à ce qu’un auteur (ancien journaliste scientifique) qui veut s’attaquer au thème du rire se soit renseigné sur le fait que le rire n’est pas le propre de l’homme, pas plus que l’humour. Cette notion simple et importante est absente de ce gros pavé.
Raté, donc. Mille fois raté sur le plan scientifique.

J’ai été étonné de voir à plusieurs reprises l’auteur nous faire la leçon sur la grande importance des écrivains à vocation de vulgarisateur scientifique. Je m’attendrais éventuellement à voir ce genre de propos peu modeste dans une interview, mais pas carrément dans le roman. Avec cette note de vulgarité ce livre a achevé de me déplaire.
Par ailleurs, j’ai trouvé le plus souvent gratuit l’étalage de savoir très relatif auquel s’adonne l’auteur, de même que sa manière d’expliciter chaque sentiment de ses personnages comme si la subtilité et l’implicite étaient des gros mots.

Ensuite, et c’est plus grave, j’ai été choqué qu’il « honore » certains hommes de notre histoire, comme Rabelais, Chaplin, Desproges ou Pierre Dac en les faisant membres d’une société secrète dans laquelle l’épreuve d’entrée supposer de tuer quelqu’un. C’est à la fois grotesque et insultant d’imaginer Chaplin ou Desproges s’abaisser à ce genre d’exercice.

Enfin la conclusion du roman est idiote : « On rit pour fuir le réel. » d’après monsieur Werber. 750 pages souvent creuses pour en arriver là, c’est petit, c’est minuscule. Les gens qui travaillent sur le sujet ont beaucoup d’autres pistes bien plus intéressantes, et il est certain que, loin de nous faire fuir le réel, le rire nous permette de le regarder en face au lieu d’en avoir peur.

Je suis triste de voir un sujet si intéressant gâché par autant de facilités.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2014
Comme pour les précedant opus, il s'agit d'une recherche expérimentale à travers un questionnement de l'humain : le rire. Sacré challenge.

Mais le rythme est trop commun et connu pour les initiés, donc il n'y a plus d'effet de surprise.

Le livre se lit très bien, car il y a un rythme soutenu, mais voilà. Mi-figue Mi-Raisin
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 septembre 2011
Quel dommage, j'ai tellement aimé la trilogie des fourmis et les Thanatonautes, j'avais l'impression de vivre un grand moment de partage avec les premiers livres de Werber, plus, une découverte, comme si un auteur me prenait par la main et me conduisait loin, très loin en me chuchotant « regarde ce que je suis capable de te faire lire" et puis j'ai perdu Werber de vue quand il a commencé à tourner en rond au pays des Dieux.
Mis à part le charme du duo Isidore- Lucrèce, le "vieux sage" qui vit dans un château d'eau avec ses dauphins et son requin et la jeune, jolie et invincible journaliste, je n'ai pas du tout été emportée par l'histoire.
L'idée d'enquêter sur la mort du plus grand comique de France - serait-il mort de rire ?- était attrayante mais le développement m'a déçue, je me suis ennuyée, surtout dans la deuxième partie, d'autant que je connaissais chaque blague qui venait ponctuer le récit. Non vraiment, entre Werber et moi, il y a eu beaucoup de connivence, de partage, de passion même, ainsi qu'une longue période d'ignorance, je pensais renouer avec lui en lisant "le rire du cyclope", c'est loin d'être le cas.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après la pénible lecture qu'avait été "Le miroir de Cassandre", je ne pensais pas de sitôt replonger dans un roman de Bernard Werber... et j'ai laissé passer beaucoup de temps avant d'attaquer son dernier roman, qu'on m'a offert il y a presque un an....
Premier constat, ce "Rire du cyclope" est bien au dessus de son précédent opus... (pas forcément difficile, ceci dit)...
Le mieux vient d'une part parce qu'on retrouve des personnages connus (Lucrèce et Isidore) avec qui Werber semble plus à l'aise.Et surtout parce que j'ai quand même trouvé un peu de nouveauté dans ses idées, ses thématiques (dont certaines sont plutôt bien trouvées). Il place également quelques clins d'oeil sympas à ses précédent romans dont un, la 103 683ème blague (en référence à la fourmi qui l'a rendu célèbre)
Le phénomène du rire sera donc décortiqué dans le cadre d'une enquête journalistique autour de gens morts de rire.... Et on découvre les PRAUBs (joutes de blagues très particulière), la GLH (une confrérie dédiée au rire) et surtout la BQT (la Blague Qui Tue, arme supposée du crime)...
Oui, mais voilà.
Les blagues disséminées tout le long du livre m'etaient pour la plupart connues et ne m'ont jamais fait rire...
Les parties qui reviennent sur l'histoire de l'humanitée sont peu convaincantes (heureusement pas trop nombreuses non plus).
Reste l'élément principal du roman, l'enquête, qui manque cruellement de souffle et s'embourbe à bien des moments...
Les incohérences foisonnent, les PRAUBS ne sont pas crédibles, la GLH, confrérie plutôt bienfaitrice a des methodes initiatiques dignes des pires confréries du mal... et seule la pirouette finale sur la BQT sera plutôt bien trouvée... Tout cela est donc plein de longueurs et la lecture des 600 pages m'a semblé sans fin...

Je crois que le problème principal de cet auteur est en fait très bien expliquée dans la postface... Bernard Werber est un fan de longues sagas ala "Dune" et délie bien trop ses idées dans des longueurs inutiles et assomantes... Avec moitié moins de pages, le rythme aurait sans doute été bien meilleure et une 3ème étoiles sans doute à l'arrivée de mon commentaire... On reste bien loin de ses meilleurs romans..
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mai 2014
J'ai toujours apprécié les livres de Werber mais celui-ci, ah non! Long, sans suspens, ennuyeux, plus d'une fois je me suis endormi dessus!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2011
J'ai lui les trois tomes des fourmis, les trois tomes Les Thanatonautes, Le père de nos pères.

Le rire du cyclope n'est rien qu'une répétition de déjà vu, déjà lu.

Je pense que ce roman n'est qu'une éloge au mobile de marque Apple®© et Blackberry®©
B. Werber n'étant pas assez fortuné, il s'est fait financé ce roman en promettant de répéter
à chaque page iPhone et Blackberry. Y'a aussi un peu de Google.ou alors est-ce aussi un
trait d'humour? Mais je trouve ça lourd-dingue.

Comme disant mon Papa, ce sont les plus courtes qui sont les meilleures.

Notre couple d'enquêteurs passent leur temps à pianoter sur leurs mobiles dont le nom
est écrit. Après l'interdiction des pub sur les alcools et tabacs, ce serait bien de faire de même
avec ces machines à drogues pompes à fric.

Dans son prochain roman ce sera un duel à mort entre les tablettes : iPad©® contre Galaxy©®.

Bref, je suis très déçu.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 janvier 2013
J'adore Bernard Werber, son style et ses histoires. Mais il faut bien admettre qu'il est très inégal. C'est normal ceci dit, puisqu'il prend des risques à chaque roman (ce n'est pas le cas de tous les auteurs...) "Le rire du Cyclope" n'est pas mon préféré, loin s'en faut. La maîtrise de l'écriture est là, rien à redire, mais l'intrigue... non, plutôt le fond (car finalement le suspense est présent tout du long) est un peu pauvre, moins "philosophique" que d'autres de ses romans.
Pour ceux qui découvre Bernard Werber par cet opus, ne vous y fiez pas, ce n'est qu'un pâle reflet de son œuvre. Pour les autres, c'est toujours plaisant de retrouver la patte de l'auteur, et cela permet de patienter en attendant le prochain ;-)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2011
Pour ma part, (pourtant grand fan de Werber!) c'est un livre décevant;
Long, ennuyeux, qui part dans du grand n'importe quoi.(la GLH et ses membres..)
cette fois ci, désolé mais la mayonnaise ne prend pas.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2014
C'est un OVNI...tellement éloigné de l'excellent 'les fourmis' et des autres. C'est à n'y rien comprendre : est ce du werber ?
Je me force tous les jours pour le finir,j'en suis arrivé à m'obliger. Ni drôle , ni surprenant, ni mystérieux. Un planplan pathétique où nos deux pseudos héros ne nous transportent pas. Et malheureusement, pas de véritable humour non plus.
Critique très dure pour un livre sans intérêt. Dommage...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici