undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
37
3,8 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Autant le dire d'emblée, mon jugement un peu sévère est en partie dû à un a priori extrêmement favorable envers Johan Theorin, que j'ai découvert grâce à ses deux précédents romans ("L'heure trouble" et "L'écho des morts") et qui avait rejoint ainsi mes auteurs préférés, notamment parmi les écrivains scandinaves. Ma déception à la lecture du "Sang des pierres" a donc été à la mesure de l'enthousiasme avec lequel je l'avais abordé.

Pour être honnête, ce n'est pas à franchement parler mauvais et ceux qui aborderaient Theorin pour la première fois seraient peut-être satisfaits. Quoique. Si le cadre de l'île d'Oland reste dépaysant pour nous, je n'ai pas retrouvé cette atmosphère très particulière qui m'avait tant plu dans les deux précédents, tout au plus quelques passages réussis décrivant l'arrivée du printemps sur l'île. L'intrigue proprement dite n'est pas non plus exceptionnelle, loin de là (je vous renvoie à cet égard au résumé d'Amazon, il n'y a rien de plus à en dire), pas vraiment de suspense ou alors si peu, et les incursions dans le monde des elfes et des trolls, si elles ont donné lieu à quelques jolis extraits, s'avèrent au final décevantes et laissent une impression d'inachevé.

Bref, ne jugez surtout pas l'auteur sur ce roman-ci, précipitez-vous plutôt sur les deux ouvrages susmentionnés, ils valent vraiment le détour et montrent que Theorin est capable de beaucoup mieux.
11 commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2011
J'ai lu ce troisième livre de sa tetralogie avec ravissement...encore pour les descriptions de l'île d'Öland (que j'ai visitée personnellement alors je peux revenir dans ma propre mémoire dans ces descriptions....), avec étonnement toujours pour l'intrigue surprenante, si tant est qu'il y ait une intrigue véritable. Tout est entremêlé, comme toujours, mais la lenteur de ce mode d'écriture change tellement des polars dont on nous gave souvent que je n'arrive même pas à le classer dans cette catégorie.
On sent beaucoup d'amour pour cette nature sauvage et violente parfois, et pour cet homme de 85 ans qui tente à l'hiver de sa vie de comprendre encore ses voisins avec la plus grande finesse d'analyse.

Bref j'attends le 4 ème roman avec impatience, mais aussi tristesse car je suppose qu'en été, notre vieil ami Gerlof partira de son île pour le paradis toujours blanc....?
review image
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mai 2013
Sur une île de Suède, un homme enquête sur les évènements mystérieux qui frappent son père, au passé sulfureux.
L'intrigue est complexe mais bien menée, crédible jusqu'au bout, et il est quasiment impossible de deviner la chute du roman.
L'auteur a ajouté un versant fantasmagorique au récit, mais sans sombrer dans la pure science fiction. Le roman est à tiroir, avec des destins croisés dans un huis clos intéressant. Tout est réuni pour faire de ce livre un bon roman.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Le printemps arrive sur l'île d'Öland. Avec lui, plusieurs personnes, fuyant le passé ou cherchant à le retrouver. Peter et son père Jerry (ce dernier étant au centre de l'intrigue policière), Vendela et Max, son mari et Gerlof. Tous ont des attaches en ce lieu : Peter habite la maison du vieil Ernst, Gerlof est revenu chez lui, quittant la maison de retraite pour ne pas y finir sa vie. Vendela revient sur l'île où elle a grandie et vécue une tragédie qui s'est soldée par l'incendie de la ferme de son père et la disparition de son frère handicapé. Tous ont un secret ou un pan caché : Vendela croit aux elfes et aux trolls qui vècurent (dit-on) sur l'île, Peter cache une enfance traumatisante hantée par un père éditeur et réalisateur de pornos, Gerlof découvre ce que sa femme faisait seule sur l'île pendant qu'il était en mer en lisant les carnets que son épouse lui avait pourtant demandé de brûler.
Tout commence avec l'incendie criminel du studio du père de Peter. Inquiet pour la sécurité de ce dernier, Peter décide de l'emmener sur Öland. Commence alors une suite d'évènements anodins en apparence qui vont très rapidement laisser penser que quelqu'un en veux à la vie du vieux Jerry. A cette intrigue se mêle d'autres lignes narratives qui donnent une réelle consistance aux personnages : les rapports de Vendela et de son mari Max, auteur à succès mais qui n'a pas écrit un seul de ses livres, Gerloff en vieux patriarche sage qui espionne sa femme défunte en lisant son journal intime et Peter déchiré entre son père et sa fille gravement malade. Et autour d'eux : l'île d'Öland, véritable personnage à part entière avec ses légendes qui teintent le livre de touches fantastiques très bien intégrées.
L'intrigue policière chemine lentement et tous ces personnages finiront par y être mêlés d'une manière ou d'une autre. Le rythme est lent, un peu comme le réveil de la nature au printemps, mais le style simple et direct permet de passer de très bon moments de lectures. Les chapitres courts incitent à toujours souhaiter savoir ce qui va arriver. Mais on n'est pas dans un polar trépidant où tout va à 100 à l'heure.
J'étais un peu réticent face à la mode des polars nordiques, alternant les bonnes surprises et les déceptions, mais j'avoue avoir trouvé en Johan Theorin un auteur dont j'ai envie de découvrir les autres livres.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2013
j'ai adoré
super suspense jusqu'au bout
je n'ai pas lâché le livre avant la fin.
on finirai presque a entendre les pierres
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mars 2013
Un roman qui tient en haleine jusqu'au bout. J'ai lu les romans précédents de Johan Theorin et je n'ai jamais été déçue. Il y a du suspens, des personnages ordinaires qui se retrouvent pris dans un engrenage sans l'avoir cherché, des histoires bien conçues, une fin toujours inattendue. Un vrai moment de plaisir.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
« Le sang des pierres » s'ouvre avec l'arrivée du printemps et des personnages sur l'île d'Öland. Gerlof quitte la maison de retraite pour rentrer chez lui passer ses vieux jours. Peter a hérité d'une maison de son oncle Ernst (tailleur de pierre et ami de Gerlof présent dans « L'heure trouble ») et vient s'y installer. Il est le père divorcé de jumeaux adolescents: Jesper, rivé à sa Gameboy et Nilla, à la santé très préoccupante. Enfin, deux couples de nouveaux riches, les Kurdin et les Larsson viennent prendre possession de leurs majestueuses villas flambant neuves.

Tous vont être rattrapés par leurs passés. Peter n'a jamais eu de très bonnes relations avec son père Jerry, plus occupé par son métier sulfureux que par son fils. Mais l'incendie de la maison de son père va le pousser à se rapprocher de lui et à mener l'enquête. Lorsque Vendela Larsson, femme fragile fascinée par les elfes, revient sur les lieux de son enfance, elle est confrontée à des souvenirs douloureux. Gerlof, quant à lui, retrouve des carnets intimes de sa femme et décide de les lire malgré sa dernière recommandation. L'intrigue nous fait ainsi voyager entre le passé et le présent, la réalité et les légendes pour arriver au coeur des secrets de famille. La grande veine rouge qui balafre la carrière figure ainsi la séparation entre la lande et la carrière, le combat des trolls et des elfes et les blessures intimes des humains.

« Le sang des pierres » est le 3e roman policier de Johan Theorin, après « L'heure trouble » que j'avais aimé et « L'écho des morts » que je n'ai pas encore lu. Leur dénominateur commun est l'île d'Öland, au climat rude mais à la beauté envoûtante, le travail de deuil comme thème privilégié et le personnage de Gerlof, vieil homme mal en point et ancien marin qui est au premier plan dans « L'heure trouble » puis qui continue, tel un ange gardien, à apparaître dans les opus suivants. Dans cet opus, l'évocation des elfes et des trolls créent une atmosphère légèrement fantastique, les parcours des humains apportent une profondeur psychologique et l'intrigue policière entretient habilement le suspense. « Le sang des pierres » m'a autant charmée que « L'heure trouble ».
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juin 2011
Je ne connaissais absolument pas cet auteur et je dois dire que je suis sous le charme.
Une histoire qui se pose doucement pour ne plus vous lâcher. On s'identifie aux personnages principaux.
Entre intrigue policière et petites histoires de vies (mais oh combien précieuses), entre dépaysement (l'île d'Oland)et imaginaire (trolls et elfes) : on ne s'ennuie pas. Je trouve les personnages touchants. J'ai pris beaucoup de plaisir. Alors oui le rythme est assez lent, mais il convient parfaitement aux climats de l'histoire.
Laissez vous tenter !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le vent, les fauvettes à tête grise, la lande, les embruns, le soleil couchant éclairant les anémones sauvages, les dernières plaques de neige, les nuits mystérieuses, une carrière, les Trolls, les Elfes, leurs légendes, une ambiance qui s’installe, en même temps que le printemps, dès les premières pages sur l’île d’Öland au large de la Suède….

« Odeur de calcaire et de varech, de mer et de terre. Vent sur la plage, miroitement du soleil sur le détroit, hiver et printemps mêlés au-dessus de l’île. »

Des personnages divers et variés vivent dans cet environnement, ils sont de passage ou habitent à demeure. Qui sont-ils ? Un vieil homme qui ne veut pas rester en maison de retraite, un homme et ses deux enfants, un couple et leur chien et bien d’autres… Un point commun entre tous ? Ils sont attachés à ce lieu pour une raison ou une autre. Ils vont se croiser, s’éviter, se parler, se taire, se terrer, se cacher, s’exposer, chercher …. et entrevoir puis découvrir en profondeur certains événements du passé mais aussi du présent…
L’éclairage sur ces différentes situations sera apporté par des chapitres courts, allant de l’un à l’autre, du passé au présent, du réel à l’imaginaire, en passant par la lecture d’un journal intime.

On n’avance pas vite, c’est un peu comme si la nature imposait son rythme, pas d’actions spectaculaires qui s’enchaînent, pas d’hémoglobine et de violence à foison. Seulement des hommes, des femmes, des enfants qui cheminent pas à pas dans leur vie, essayant de maîtriser les événements qui, de temps à autre, leur échappent …
L’écriture est agréable, fluide, « aérée ». Les chapitres courts, alternant individus, époques, styles narratifs (journal intime ou récit à la troisième personne) évitent toute lassitude au lecteur.

J’ai apprécié Peter, le tourmenté (mais pas trop, il reste très humain), qui souhaite comprendre le passé de son père, sa fille, combattive m’a émue, les voisines sont intéressantes car différentes et bien ciblées dans leur caractère. Jerry, lui-même est attachant dans son combat pour parler, sortir des mots du plus profond de lui-même.

Ce qui me plaît dans ce genre de roman, c’est qu’au-delà de l’intrigue elle-même, il y a une atmosphère et elle est si bien décrite qu’on a l’impression de la ressentir par tous les pores de la peau. De plus, et cela aussi il faut le souligner, on ne trouve pas un enquêteur qui prend le pas sur les autres protagonistes. Il est là, mais ne tient pas une place outrancière. D’ailleurs peut-on dire qu’un individu domine plus que les autres ?

Je crois que l’élément principal, le presque « héros », est cette île, que tous habitent, au sens propre et au sens figuré, de façon différente, l’investissant de leur présence, mais aussi de leurs ressentis, de leur âme, donnant d’eux à cette contrée un peu magique comme elle, leur transmet d’elle ….. Les uns ne pouvant pas être dissociée de l’autre, cette terre d’accueil qui fait partie de leur histoire personnelle …..
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Cet ouvrage au rythme assez lent se lit malgré tout sans être ennuyeux car l'atmosphère et le suspense sont bien entretenus. Il faut cependant être suffisamment réceptif au coté fantastique mêlant Elfes et Trolls sur cette ile qui a conservé toute la puissance et le mystère de ses légendes.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,60 €
7,90 €
22,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici