undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
74
4,1 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:26,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 octobre 2013
Trés bon livre pour le collège. Bien apprécié par mon fils de 11ans qui n'aime pas lire d'habitude. Je recommande.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2013
livre commandé pour ma fille en 6e et très bon livre de poche. résume très bien les histoires de Charles perrault
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 octobre 2015
très bon livre pour les enfant de 8 a 12 ans je recommande très bon résumé de contes en un seul livre de poche
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2014
Très satisfaite, juste des écritures d'enfant sur une page (ce qui n'est pas grave).
Très beau bouquin.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2015
j'ai commandé ce livre pour mon enfant qui est au lycée c'était le bon ! Je suis contente avec cet achat.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2013
très bon livre, à lire ou à relire, je le conseille à vos enfants! Rien à dire d'autre, tout est dit!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Comme tout le monde (ou presque), j'ai toujours cru que je connaissais par coeur les contes de Perrault. Parce que je croyais les avoir lus quand j'étais enfant. Parce que j'avais vu des dessins animés de Disney. Parce que ma professeure de philosophie de terminale nous avait raconté la vraie fin et le vrai sens des contes en guise d'introduction à son cours. Je pensais que cela suffisait. Mais à presque 25 ans, j'ai eu l'occasion de faire de nombreuses découvertes : Perrault a rédigé certains de ses contes en vers et non en prose (et ça ne fait pas du tout le même effet à la lecture), ses écrits sont riches en humour et en phrases à double-sens, et enfin la morale est extrêmement explicite à la fin de chaque conte. Ces " moralités ", comme l'auteur les appelle, sont encore plus claires que dans les fables de la Fontaine, elles tiennent en quelques phrases et sont souvent indiquées dans un paragraphe intitulé " moralité ", voire " autre moralité " pour les contes dont on peut tirer plusieurs enseignements. Difficile de les râter dans la version originale.
Et oui, car notre problème à tous (ou presque) c'est que nous n'avons jamais lu la version originale de ces contes, nous nous sommes contentés de transcriptions et d'inspirations. Alors bien sûr, ces contes et leur morale ont tous quelque chose d'un peu vieillot (et d'un peu misogyne aussi) : les filles y sont belles et coquettes (et des fois même " intelligentes comme des anges " !), et on leur enseigne la vertu. Ne l'oublions pas, ces contes ont une visée éducative : jeunes filles, méfiez-vous du grand méchant loup, ne succombez pas au vice (au père incestueux dans Peau d'Ane par exemple, au loup " doucereux "), soyez gentille et pure. Battez-vous pour votre vertu, car c'est bien connu, c'est extrêmement pénible, mais payant. Et oui, si on se préserve, malgré des tentations et des efforts toujours plus difficiles, on obtiendra un prince en échange. Yahou ! Je vous renvoie à un slogan féministe des années 1970 cité dans " Merci les filles " : " n'attends pas le prince charmant, apprends à lire et deviens qui tu es ".
Trêve de plaisanterie ; vieux jeu ou non, ces contes font partie de notre patrimoine culturel. On a tous été élevés avec sans savoir exactement de quoi il retournait, alors il est, pour moi, temps d'aller jusqu'au bout et de lire ces contes dans leur version originale.
Les éditions pour lycéens et étudiants des contes ont l'avantage d'être pleines de commentaires et d'informations sur l'époque, les contes en général et l'origine de ces histoires (à ne pas lire en permanence en même temps que le texte sous peine de gâcher la lecture). Celle que j'ai lue contenait en plus les gravures de Gustave Doré, ce qui ne gâche rien. Les commentaires expliquant ces gravures sont par ailleurs extrêmement utiles si on ne veut pas passer à côté de quelque chose.
Je conseille de lire un conte de temps en temps pour bien les apprécier ou même de les redécouvrir en famille !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2013
J'ai acheté ce livre car ma professeur de français me l'avais demandé,
Je l'ai donc lu, ce livre est génial : Après vous deviendrez incollable sur par exemple, le petit chaperon rouge ou Cendrillon.
Voilà, je le vous conseille fortement.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 décembre 2011
J'ai acheté ce livre pour mon enfant dans un cadre scolaire. Il est clair, bien écrit,la mise en page est accueillante. Les illustrations sont très jolies mais manquent de couleurs. Dans l'ensemble, je suis très satisfaite de cet achat.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les merveilleux contes en vers et en prose de Charles Perrault sont parés de tout l'éclat et de toute la saveur de la langue française du Grand Siècle. Délectation pour les adultes, ils sont devenus sous leur forme originale assez difficiles d'accès pour les enfants qui ne manient plus la langue aussi bien que leurs aînés. Charles Perrault (1628 - 1703) vient d'une talentueuse famille de bourgeois de Paris, grands serviteurs du temps de Louis XIV: son père et l'un de ses frères sont avocats à Paris, un autre frère est le célèbre Claude Perrault, docteur en médecine mais plus connu pour la colonnade du Louvre, un autre est receveur général des finances et proche de Colbert, un autre enfin mathématicien et théologien (exclu de la Sorbonne car janséniste)....
Enfant surdoué, Charles fait des études brillantes; chaque soir, il fait à son père un résumé en latin des cours reçus au collège dans la journée. Adolescent, il décide de quitter le collège pour travailler tout seul car il s'ennuie en classe, trouvant la difficulté insuffisante...
Il devient avocat à 23 ans, puis entre au service de Colbert et fait une brillante carrière de haut fonctionnaire, participe à la fondation de l'académie des sciences, à la reconstitution de l'académie de peinture, entre à l'académie française... Entretemps, il écrit et connait quelques succès littéraires, prenant une part très active à la fameuse querelle des anciens et des modernes (dont il est le chef de file).
Marié tard à 44 ans (avec une jeune femme de 25 ans sa cadette; ce semble avoir été un mariage d'amour), il est veuf 6 ans plus tard et père de quatre jeunes enfants. A la mort de Colbert en 1683, alors qu'il a 55 ans, il est écarté par Louvois et va dorénavant se consacrer en grande partie à l'éducation de ses enfants et à l'écriture. De manière inattendue, c'est le petit volume des "contes de ma mère l'Oye", paru pour la première fois en 1697 sous le nom d'emprunt de son plus jeune fils, qui lui vaut un succès inégalé. Dans ce recueil, il rédige magnifiquement en vers et en prose des contes inspirés de contes populaires jusque là seulement transmis oralement, en y ajoutant des moralités et des commentaires de son cru.
Les contes populaires semblent décidément avoir la vie dure, car d'innombrables versions de la plus mauvaise qualité ont été et continuent à être publiées, en particulier pour les enfants, qui ne respectent pas la beauté du texte de Perrault mais prétendent le mettre à leur portée. Bien au contraire, il est difficile d'en trouver une édition fidèle, alors que les bonnes versions de La Fontaine, par exemple, sont légion au cours des XVIIIème, XIXème, et XXème siècles.
Revenons au texte de Perrault, il est plein de saveur discrète. Songeait-il à son bonheur conjugal passé en écrivant dans "la belle au bois dormant": "Un prince jeune et amoureux est toujours vaillant", ou encore "ils dormirent peu, la princesse n'en avait pas grand besoin"?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

2,80 €
2,95 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)