Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici WBD Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_CD Cliquez ici Acheter Fire En savoir plus cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
70
4,1 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Quel texte ! Stevenson, le célèbre auteur de "L'Ile au Trésor", nous livre le récit de son périple de 13 jours entre Monastier (près du Puy en Velay) à Alès, dans les Cévennes, du 22 septembre au 4 octobre 1878.

Récit remarquable, humoristique (le célèbre humour "british") et humaniste. Avec brio l'auteur réussit à nous plonger dans cet univers reculé, non "touché" par le rail, sauvage, de cette fin du 19° siècle. Nous partageons ses moments de vie, ses rencontres avec les villageois rencontrés le soir à l'auberge, en route pour quémander son chemin. Le passage sur les Camisards et celui de sa halte à l'abbaye trappiste de Notre Dame des Neiges sont saisissants.

Pour les passionnés de marche, amoureux des Cévennes, qui ont eu l'heur de se balader avec un âne (ou qui songent à le faire) ce livre est encore plus beau. Il fait rêver.

Stevenson : un très grand auteur à (re)découvrir.
11 commentaire| 31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
A l''occasion du 130ème anniversaire de ce « voyage », j''ai tenu à relire ce charmant petit ouvrage de l''immortel auteur de « L'île au Trésor » et de « Docteur Jeckill et Mr Hyde ». Suite à un chagrin d''amour, Stevenson s'était retiré dans le petit village de Monastier sur Gazeille d''où il voulut partir vers le sud, à l''aventure et à pied. Comme il devait se trouver dans l''obligation de bivouaquer et de peut-être ne pas trouver de ravitaillement sur certaines parties de son chemin, il avait pas mal de matériel à emmener qu''il aurait été bien incapable de porter sur son dos. Il fit fabriquer une sorte d''ancêtre des sacs de couchage composé de peaux de moutons retournées et cousues ensemble. A cette époque, le camping était encore inconnu et il devait trimballer réchaud, paniers, lanternes et casseroles, tout un matériel brinquebalant qu''il arrima sur le dos d''une petite ânesse nommée Modestine.
N''ayant aucune notion du maniement de cet animal fantasque, Stevenson eut toutes les peines du monde à s''en faire obéir. Ses déboires avec son âne sont d''un grand comique.' Après avoir traversé le Velay et le Gévaudan, escaladé le Mont Lozère et traversé le pays camisard, il parviendra à Saint Jean du Gard d''où il prendra la malle-poste pour Alès'
Ce récit est passionnant à plusieurs titres. C''est un témoignage sur la vie des campagnes profondes de cette époque. Plus pauvres mais plus peuplées que de nos jours. Plus croyantes mais à l''horizon plus restreint. Plus solidaires, mais parfois très méfiantes vis-à-vis de l'étranger. En bon écossais protestant, il se sentira mieux en pays camisard que chez les catholiques de la région du Puy. D''ailleurs, il retrace brièvement l''histoire de cette révolte occasionnée par la monstrueuse erreur commise par Louis XIV en révoquant l''Edit de Nantes et en envoyant les Dragons « pacifier » (c'est-à-dire génocider) une région « rebelle ». La République pratiquera de même en Vendée quelques années plus tard, mais au détriment des catholiques royalistes cette fois. Comme quoi ce n''est pas d''aujourd'hui que l''intolérance la plus bête et la plus sordide sévit sous nos latitudes. Stevenson note avec honnêteté qu''au moment où il passe, si les souffrances subies ne sont pas oubliées, catholiques et protestants vivent néanmoins en parfaite harmonie.
Tous les randonneurs devraient lire ce livre parce qu'il fut le premier traitant du sujet et que l''on peut considérer Stevenson comme le père fondateur de la randonnée itinérante moderne. On mesure l''ampleur de sa descendance et les progrès réalisés depuis cette « première ».
11 commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Stevenson relate -et romance en partie- son voyage avec Modestine, un âne.
La première partie (traversée du Gévaudan) est excellente : pleine d'humour et de fraicheur, de rencontres et d'aventures sympathiques.
La seconde partie (sur les terres des Camisards) se situe plus sur un plan historique, elle est moins piquante que la première. La préface de Gilles Lapouge est aussi intéressante et farfelue.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Stevenson semble bien plus à l'aise dans sa description des paysages que dans son approche des gens qu'il aborde avec la distance d'un savant penché sur ses cobayes. Loin d'avoir la curiosité d'un ethnologue, l'indiscrétion d'un journaliste, ni l'œil d'un voyageur attentif, il reste avec ce regard d'étranger qui ne sait voir chez l'indigène que ce qui lui est semblable ou dissemblable .

On est loin de la trimarde à la Jack London. On reste dans la petite randonnée sponsorisée par la famille ou l'éditeur, une ballade à la commande en quelque sorte. Pourtant ce récit est rafraichissant même si l'emploi du plus-que-parfait du subjonctif le rend inutilement vieillot tout autant que de traduire le 'reluctant' anglais par reluctant au lieu de réticent.

Sorte d'ancêtre talentueux du guide du routard, ce pèlerinage qui offre une révision de l'histoire des camisards ne parvient pourtant jamais à émouvoir même si trois larmes de circonstance sont abandonnées en souvenir de Modestine.

Au fond un gentil petit livre qui souffre de la notoriété de son auteur, car on en attend beaucoup plus.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2014
J’avais découvert ce roman à la radio il y a quelques années et l’avais aimé.
Je voulais y retrouver toute la poésie des paysages des Cévennes peinte dans le récit, mais il me manquait sans doute la surprise. Je n’ai donc pas su profiter du livre. Toutefois je reconnais que le style, l’écriture ne permettent aucun reproche et il serait dommage de ne pas en profiter jusqu’au dernier mot « fin ». Personnellement il me manque encore quelques pages à découvrir où je trouverai probablement satisfaction en espérant que Modestine ne reçoive pas trop de coups de bâtons… (avec malice : « son maître n’avait qu’à partir les mains dans les poches »).
Pour un choix de lecture : le roman en dit beaucoup plus sur les guerres de religions, Camisards, protestants, catholiques, que la découverte des Cévennes.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2012
J'ai été surpris, moi qui connaissais l'auteur de "l'île au trésor", par la qualité littéraire du livre malgré la traduction. Stevenson vit son voyage dans les tripes et nous le fait partager. J'ai revécu des nuits à la belle étoile dans cette région grâce à ce livre. On peut aussi être surpris par l'épaisseur historique qu'il donne à un voyage que d'aucun aurait pu trouver somme toute banal.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2014
lConnaissant la région, étant de confession protestante je retrouve là aux détours de ces balades et chemins l'historique de ma religion par des coins qui me sont familiers, mais aussi par une description de tout ce périple intéressant et instructif
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2011
, je crois qu'il fait l'objet d'un GR (plus court que pour aller à Compostelle).Un ami l'a fait, ça m'a donné envie de lire ce livre. C'est très bien écrit et souvent savoureux (les démélés avec l'âne), mais l'auteur, protestant, s'appesantit un peu trop à la fin, je trouve, sur les guerres de religion ("les camisards).
Il faudra que je me replonge dans l'île au Trésor!
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je ne savais pas que cet écrivain avait sorti ce livre, et comme je suis allé sur le chemin de Stevenson, je me le suis procuré chez amazon pour le lire ; j'ai passé de bons moments de lecture dans tout son parcours qu'il a décrit avec précision.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juin 2014
Remarquablement écrit, la narration de ce voyage se lit (ou se relit) d'une traite.
Et si comme moi l'on a parcouru ce chemin de Stevenson, aujourd'hui GR 70, on plonge vraiment dans l'ambiance du moment.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici