Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 août 2004
Bravo à M. Kennedy, je ne lisais plus beaucoup ces derniers temps et ce bouquin m'a réconcilié avec la lecture ! Un beau portrait de femme avec Sara, un regard sur une période sombre de l'histoire des USA des années 50 et pleins de conseils sur tellement de sujets (gérer sa vie, l'alcoolisme, les femmes seules, la famille et bien sur l'Amour) On se met à la place des personnages du roman on est tout simplement bien en lisant ce livre. Merci et continuez à écrire M.Kennedy !
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juillet 2007
Cette histoire m'a piégé à partir du début, oui dès les 1ère pages... un pur régal, je l'ai lu (non dévoré) en 1 journée, impossible d'attendre en le lisant en plusieurs étapes. Le destin de ces femmes, la conjoncture politique des années 40/50 aux USA et cette formidable histoire d'amour/attraction... . J'ai eu parfois des sourires et même des rires... mais j'ai aussi versé quelques larmes et j'ai eu de la peine à la fin du livre car je quittais (euh...) des ami(e)s attachant(e)s. Je vous le recommande chaleureusement!
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 août 2010
Il n'y a pas de chemin vers le bonheur
le bonheur c'est le chemin (auteur inconnu)

Et si pour pallier à cet été sans soleil,on redécouvrait un vieux Kennedy et les affres du Mac Carthysme ?Un mélo de 77O pages comme on n'en fait plus.La pluie aura le temps de s'arrêter.

L'excellent Douglas K. dans ce roman qui a pour décor la Grosse Pomme nous raconte l'histoire de deux jeunes gens issus de la "caste" des WASP de nouvelle Angleterre qui s'affranchiront de leurs origines pour faire leur vie dans le Manhattan des années cinquante.Mais si vous ouvrez ce livre,passez directement à la page 113.C'est là que l'histoire commence (rassurez-vous il vous restera 657 feuillets avant le mot fin)

Donc,nos héros,le frére et la soeur sont avant tout des gens brillants.Elle est journaliste un peu écrivain d'un caractère trés altruiste et d'une rigueur intellectuelle sans faille.Lui est un peu "gagman",un peu dramaturge un peu marxiste et très homosexuel.Dans l'effervescence de la paix retrouvée ils accompliront ce que l'on appelle dans toutes les mégapoles la réussite professionnelle jusqu'à avoir des fenêtres donnant sur Central Parc.C'est dire.

Passons sur les aventures sentimentales.Mentionnons toutefois la description des familles WASP.L'auteur devait avoir un compte à régler.Sous la morgue et le cérémonial familial glacé se dissimuleraient des pratiques professionnelles fondées sur le principe que les riches sont élus de Dieu et les pauvres promis à l'enfer.Tout un programme.

Mais nous sommes à l'époque du Mac Carthysme triomphant.Eric,le frére,est pris dans l'engrenage maléfique en raison de ses idées passées.Refusant de dénoncer des soi-disants communistes il sera rejeté de sa profession et n'y survivra pas.
Sa soeur Sara se réfugiera quatre années à Paris pour oublier le Mac Carthysme et ses amours déçus.Sortez vos mouchoirs.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juin 2007
Ce livre m'a bouleversé et je pense qu'il restera longtemps ds ma mémoire. Je pense qu'il peut aider pas mal de personnes à relativiser sur la vie. La morale que je tire de ce roman :

la vie est trop courte et il faut en profiter...

La poursuite du bonheur se fait par ailleurs ds une ambiance New Yorkaise des années 50, un pur régal!!!
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2003
Peu d'auteurs ont la faculter de nous faire cogiter sur le sens de notre vie, c'est pourtant ce que fait Douglas Kennedy avec brio dans chacun de ses chefs-d'oeuvre, et en particulier dans La Poursuite du Bonheur. Sans etre moralisateur ce roman se révèle etre une boulversante histoire d'amour (attention, sans jamais tomber dans la niaiserie) riche en rebondissements. C'est peut etre une fiction, mais il y a des leçons à en tirer. Je vous garantie que vous ne vous ennuierez pas une seule seconde...
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 août 2010
Le roman est léger, une légèreté à la mesure de l'insoutenable devoir de renoncer à l'amour de sa vie sous le coup des facteurs sociaux. Il est violent de dire adieu quand on veut rester. Il est douloureux de rire quand on veut pleurer. Il est ardu de fermer les yeux quand on veut voir. Mais le plus terrible est de devoir oublier quand on veut aimer...
Ce roman évoque l'Amour, un coup de foudre qui n'est pas passionnel, qui n'est pas la rencontre de deux névroses, mais bien la rencontre de deux êtres faits pour être 1 ensemble et 1 chacun. Il évoque aussi que l'Amour n'a pas de sexe. C'est évident aujourd'hui. Cela l'était moins dans les années 50 ...
Ce roman évoque la Famille, avoir des enfants, pouvoir en faire ... Un pouvoir qui n'est pas donné à tous, un pouvoir sur lequel la médecine avait peu de connaissances dans les années 50 ...
Et ce roman évoque la rencontre de la Famille et de l'Amour : comment faire durer la première quand le second se termine ? Les personnages de ce roman, qui se déroule en plein Maccarthysme, sont tenus par les conventions sociales de l'époque : la femme n'est pas l'égale de l'homme, l'homosexuel n'est pas l'égal de l'hétérosexuel, l'adultère n'est pas l'égal de la séparation, le divorce n'est pas l'égal du mariage, le devoir n'est pas l'égal du courage ...
Aujourd'hui - soyons heureux de vivre au XXIè siècle ..., divorcer c'est dire oui au mariage d'amour, dire oui à l'amour c'est assumer sa dimension personnelle, vivre aujourd'hui finalement c'est ne plus être à l'abri des conventions sociales pour cacher son manque de courage personnel ...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2011
Kate, la quarantaine, divorcée et maman d'Ethan, vient de perdre sa mère. Lors de l'enterrement, elle repère une femme âgée parmi la foule, une inconnue qui pourtant l'observe avec insistance. Après l'enterrement, la mystérieuse inconnue va tout faire pour rentrer en contact avec elle, pourquoi? Et surtout, cette femme semble la connaître, et savoir bien des choses sur sa vie, alors qui est-elle?
Elle s'appelle Sara Smyphe et son passé est intimement lié à celui des parents de Kate, une histoire qui a débuté en 1945.
Kate va alors apprendre le destin et la vie de Sara Smyphe et parallèlement celle de son père Jack mort alors qu'elle n'était qu'un bébé.

Ayant déjà lu deux livres de Douglas Kennedy: "L'homme qui voulait vivre sa vie" et "Les désarrois de Ned Allen" dont la lecture m'avait été plaisante mais pas passionnante, je n'en attendais pas plus de ce titre. Et bien, j'ai été TRES agréablement surprise!
Difficile de lâcher ce roman conséquent, un "pavé" qui m'a poursuivi tard le soir.
Ce livre est doté de tous les ingrédients qui font d'un livre un coup de coeur, pour moi: des personnages attachants qui ont une véritable personnalité, du suspense, de nombreux rebondissements, de l'émotion, de l'amour, une écriture juste et bien équilibrée entre narration et dialogues et un contexte historique bien retranscrit qui donne une touche réaliste et du relief à toute cette histoire.

Je recommande vivement ce roman riche en émotions!
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2002
Après trois premiers romans captivants, D.K confirme son talent à travers la "poursuite du bonheur". Il reste fidèle au thème de la recherche du bonheur et à celui du destin. Il est intéressant de souligner que le narrateur se féminise et qu'il est excellent dans cet exercice.
Mes autres lectures d'été ont forcément eu du mal à égaler ce bouquin, que je vous encourage vivement à découvrir.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mars 2009
Roman pour dame, mais pas que... !
C'est d'une histoire d'amour qu'il s'agit, histoire clairsemée de bonheurs, de désespoirs, de haines, de retrouvailles, de tous ces ingrédients qui font les grandes histoires d'amour. Pêchant de temps en temps dans des dialogues « roman à l'eau de rose », l'ensemble de l'histoire est malgré cela passionnante. L'héroïne, Sara, est touchante et attachante. C'est à travers ses yeux qu'on découvre les autres personnages : le seul grand amour de sa vie, Jack Malone, mais aussi son seul et unique frère, Eric, qui est tout pour elle, Dorothy, la femme de Jack et de nombreux autres personnages. Tout cela se déroule sur fond de Maccarthysme et Eric, sympathisant dans sa jeunesse aux thèses communistes, de surcroît homosexuel dans une américaine ultra-puritaine des années 50, fera les frais de cette chasse aux sorcières.
Douglas Kennedy nous plonge dans cette Amérique qui se cherche, sans concession pour elle. On le sait, il est anti républicain et nous le fait savoir à travers son dégoût pour cette Amérique là.
Comme souvent dans son oeuvre, les personnages baignent dans la littérature. En général, le héros de Kennedy est soit écrivain, journaliste, scénariste, il aime le cinéma et l'alcool. Les ingrédients de base chez Kennedy sont présents ici. Le pavé de plus de 700 pages se lit très facilement, comme toujours et on se met très vite dans la peau de l'héroïne. Comme l'on dit aujourd'hui dans les bonnes critiques, on a de l'empathie.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Kate enterre sa mère aujourd'hui. En compagnie de sa tante Meg au franc-parler redoutable, en compagnie de son frère Charlie, qui a fait le déplacement à la surprise générale alors qu'il ne parlait plus à sa mère depuis 15 ans et avait refusé de venir la voir pendant les derniers temps de sa maladie. En compagnie de son fils, Ethan, et de son ex-mari, Matt. Et en compagnie d'une femme qu'elle voit pour la première fois et qui l'intrigue profondément. Elle ne sait pas encore que cette femme a joué un rôle important dans son passé, rôle qu'elle tient à présent à lui révéler. Et c'est sa vie entière que Sara va livrer à Kate à travers les pages d'un manuscrit, une vie passionnante et passionnée, une vie vouée à la poursuite du bonheur, d'un bonheur inaccessible.

J'ai vraiment dévoré ce copieux roman (presque 800 pages en poche) avec avidité et gourmandise, prise au piège par la personnalité des protagonistes, Sara en tête, bien sûr, mais aussi Kate, Meg, Jack, Eric ... et par leurs histoires. Plus d'un demi-siècle d'histoire américaine défile sous nos yeux à travers cette histoire, avec son puritanisme et ses rêves, sa terrible période de MacCarthysme (dont à ma grande honte j'ignorais à peu près tout ...), ses success story et ses descentes aux enfers ... J'ai été happée par cette histoire, cette histoire d'amour, de haine, de pardon et d'impossible rédemption ... certainement pas le livre le plus drôle que j'ai lu cette année, mais un énorme coup de coeur !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,95 €
7,40 €
8,50 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici