undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles
14
3,9 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Sarah/Marek Halter
Ce roman est le premier tome de la trilogie « La Bible au féminin » dont j'ai déjà commenté le tome 3 intitulé Tsippora, (Séphora la femme de Moïse).
L'histoire commence à Ur en Chaldée (Mésopotamie) en des temps très anciens dans la somptueuse demeure de Ichbi.
On fait connaissance de Sarah (de son vrai nom Saraï dans sa jeunesse), alors qu'elle vient juste de devenir nubile. Elle a en peu plus de douze ans et elle est belle.
Fille de Ichbi Sum Usur, un riche négociant et de Taram, sœur de Nisaba et de Lillu, elle est promise par son père à un notable qui sera le maître de ses jours et de ses nuits.
Mais la belle enfant s'échappe de la demeure familiale et errant aux alentours de la ville est recueillie par un jeune pêcheur. Il s'appelle Abram, fils de Terah ; il est de suite séduit par la beauté de Saraï.
Retrouvée par les hommes de main de son père, elle retrouve sa famille est étroitement surveillée ne songe qu'à s'échapper à nouveau.
Elle est promise alors au souverain Shu-Sin.
Pour échapper à cette union, elle use d'un subterfuge que je ne dévoile pas et finalement elle devient la grande prêtresse douée à Ishtar la déesse de la guerre. Fille du temple, elle échappe ainsi à tout mariage contraint.
Elle va bien sûr cependant retrouver les bras du courageux et combatif Abram, cet homme débordant de pensées, de fougue et de révolte avec tout ce que cette mésunion comporte de danger au regard à sa famille.
Et puis un jour Abram a la révélation du Dieu unique créateur du ciel et de la Terre. Il ne le sait pas, mais il devient le principal patriarche des religions juive, chrétienne et musulmane (Ibrahim), aïeul du judaïsme et du christianisme, un des cinq prophètes de l'Islam, fondateur des peuples hébreu et arabe et père du monothéisme.
« Tu quitteras la maison de ton père. » C'est ce que lui dit son Dieu qui a nom Yhwh.
C'est ainsi que Abram quitte avec une gigantesque caravane son pays d'Harran sur les rives de l'Euphrate, pour partir vers l'ouest et gagner après des années d'errance le pays de Canaan, pays de lait et de miel, où le roi Melchisedech les accueille humainement, lui qui croit déjà en un Dieu unique.
On les appelle les Hébreux, c'est à dire les hommes qui passent et qui viennent de loin.
De loin en loin des tribus à la recherche d'une vie meilleure et d'une protection rejoignent celle d'Abram dont la renommée a franchi les frontières.
Les années ont passé et les premiers nuages s'amoncellent avec le rôle trouble de Loth le neveu d'Abram, la surpopulation, la stérilité de Saraï, la famine à cause des intempéries.
On connaît la suite : le départ pour le pays de Pharaon. Le retour en pays de Canaan, et le départ pour Hébron, la naissance d'Ismaël fils d'Abram et d'Hagar la servante de Saraï, l' Alliance d'Abram et Saraï avec Yhwh et leur nouveau nom, Abraham et Sarah, puis la naissance d''Isaac fils de Sarah et Abraham.
Avec force détails Marek Halter nous offre une magnifique reconstitution de la vie de cette époque, les coutumes alimentaires, les parfums et les goûts évoqués avec art et finesse. On ne vante plus le style de ce merveilleux écrivain. Une délicieuse sensualité émane de ce récit imaginé par l'auteur pour mettre en scène deux personnages bibliques faisant partie de la mémoire collective de trois religions.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2004
Des trois tomes de "la bible au féminin " , "sarah" est celui qui m'a le plus émue;il y a dans ce livre une vrai sensibilité ,
une compréhension subtile du féminin; qu'un homme puisse allez si loin dans la sensibilité féminine est une chose rare .Merci donc à Marek Halter pour le partage de si jolies émotions.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2006
Agréablement surprise ...

J'ai acheté ces romans vraiment au hasard!!! Et au final, je suis conquise. Cette trilogie est émouvante, passionnante et bien écrite. Ce sont des romans-loisirs intelligents et enrichissants!! C'est un véritable voyage dans le temps!!

Découvrez les!!
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2006
Sarai est une jeune femme magnifiquement belle. Elle est fille d'un homme puissant et riche. Le jour de ses premières règles , elle sait que sa vie va changer. Son père lui choisit un mari qu'elle refuse en s'enfuyant le jour de son mariage. Elle rencontre alors Abram, un fils de nomade. Elle tombe amoureuse et pour lui, elle va prendre des herbes contraceptives pour empêcher son père de la marrier. Malheureusement, le dosage est mauvais et elle devient stérile. Son père voyant çà comme un signe, elle devient prêtresse. Mais le jour où la guerre éclate, elle s'enfuit avec Abram et va vivre dans sa tribu. Par la suite, Abram entendra l'appel de Dieu et partira en quête de la terre promise avec son peuple. Le livre est très sympathique, facile à lire. L'écriture est merveilleuse quoique un peu trop érotique. Mais l'histoire est très bien narrée. J'ai passé un très bon moment à le lire. Il aurait été plus soft, je pense que çà n'aurait pas été plus mal mais c'est quand même un livre à lire. J'ai par contre trouvé particulièrement dur ce qu'elle va demander et accepter pour donner une descendance à son mari. Mais je pense que je vais attaquer les tomes suivants.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juillet 2010
Ce premier tome de la trilogie "la Bible au féminin" nous offre une vision, certes romancée, mais néanmoins très documentée et bouleversante, d'une des figures féminines les plus importantes de la Genèse. On assiste également au passage du polythéisme idolâtre sumero-akkadien à un monothéisme encore incertain.

Toujours particulièrement bien écrit, je ne comprends pas que l'on puisse déplorer les passages "érotiques" de ce livre. Comment peut-on passer à côté de cette passion mêlée de frustration qui ronge Saraï tout au long de sa vie? Marek Halter nous plonge de nouveau dans la complexité d'un symbole biblique et nous invite à nous interroger sur notre propre définition du bien et du mal... Tov!
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2015
[...]

Dès que mon amie m’a eu parlé de cette saga sur les femmes de la Bible, j’ai eu envie de me plonger dans ce premier tome. Et je peux vous dire que, de fait, il n’est pas resté longtemps dans ma PAL !

Sarah est la femme d’Abraham, autrefois connus sous le nom de Saraï et Abram. Ce roman nous permet peut-être d’en savoir un peu plus sur ce personnage, cette femme qui vécut une vie difficile et pourtant si belle. Parce que Saraï n’a pas toujours été Sarah, qu’avant d’épouser Abram, elle a été une autre femme, et que sa vie ensuite avec lui n’est pas de tout repos. Parce que Saraï est belle, que le temps semble glisser sur elle sans altérer ses traits, et que son ventre reste plat… comment Abram pourrait-il prétendre à devenir le père d’une nouvelle nation si sa femme reste stérile ?

Franchement ? J’ai dévoré ce roman. D’abord parce qu’il se lit avec beaucoup de facilité, que la plume est fluide et parce qu’évidemment, je suis assez fan de tout ce qui touche à la Bible et qui me permet d’en apprendre un peu plus.

Sarah est un personnage de la Bible que j’aime beaucoup, et qui selon les écrits, a été longtemps stérile jusqu’à ce que le Seigneur décide d’ouvrir son sein et d’avoir un fils dans sa vieillesse. Je pensais que nous aurions droit à tout ceci dans le roman, mais Marek Halter a présenté d’autres points qui m’ont tout autant fascinée que fait réfléchir voire parfois rebutée.

Parce qu’il ne faut pas croire, à l’époque, le monothéisme n’était pas de rigueur. C’était plutôt le polythéisme qui était en vogue, avec plein de rites particuliers et une crainte des dieux mineurs assez impressionnante. C’est de là que Saraï et Abram viennent, bien que Saraï soit fille d’une famille puissante et Abram fils d’un ouvrier reconnu pour son talent mais tout de même classé dans les moins que rien. Et pourtant… ils vont se rencontrer. Et s’aimer, même s’ils ne se retrouveront que bien des années après leur première rencontre.

J’ai énormément apprécié que l’histoire de Saraï et Abram se fasse sous plusieurs évolutions, stades et même lieux. La conquête du monothéisme par ceux qui deviendront des Hébreux n’est pas tout facile et on porte un autre regard sur la foi qui naît, surtout que Saraï, elle, ne voit rien. Elle suit son mari, sans croire. C’est assez fou, tout de même. Et je suis persuadée qu’il y a d’autres manières de lire le roman que celle que j’ai eue, même si cette lecture me permet de porter un autre regard sur la Bible et sur ce pan de l’histoire biblique.

Il faut dire aussi que Saraï est une femme, parfaitement humaine, pleine de doutes, parfois de rancœurs, de colère, d’espoirs et de tout un tourbillon d’émotions qu’on ne peut que comprendre. L’évolution de la foi se fait aussi à travers elle, difficilement mais avec une certaine intensité, quelque part. Cette femme si forte qui a suivi son cœur se retrouve quand même stérile, de son propre fait ou presque, et doit en assumer les conséquences. Elle doit faire face à de nombreuses épreuves et franchement, pour ceux qui voient de quoi je parle, le fait qu’elle donne Hagar à Abram, j’avoue que… on a aussi mal qu’elle. Déjà, quand on le lit dans la Bible, c’est pas drôle, mais alors là, la façon dont Marek Halter le met en scène est tout simplement… ça vous prend aux tripes !

Un autre élément qui est juste extraordinaire à mes yeux en dehors du fait que l’on suive Saraï et qu’on apprécie à fond ce personnage qui n’a rien de parfait mais qui nous transporte, c’est le contexte. La notion historique de ce roman. J’en ai appris, des trucs ! Sur la naissance du monothéisme, d’accord, mais surtout sur les pratiques à l’époque ! On passe un temps considérable avec Saraï avant qu’elle ne se retrouve avec Abram, et les coutumes de l’époque sont aussi intéressantes que… brr, repoussantes, parfois. Néanmoins, du coup, on voit d’autant mieux l’évolution voire le caractère prodigieux de l’histoire de Saraï et Abram.

Enfin, il me faut quand même parler de la plume de Marek Halter. Je suis épatée, parce qu’il a réussi à mes yeux à générer une sorte d’intrigue qui vous donne envie d’en savoir plus, comme dans tout roman de fiction, mais avec ce petit quelque chose qui vous rappelle aussi justement cette sagesse que l’on peut sentir dans les registres bibliques. Là, on le comprend parce que c’est comme si Sarah nous racontait son histoire, au crépuscule de sa vie. Il y a un recul très touchant et férocement poignant. Enfin bref, je suis conquise sur bien des points et j’espère que d’autres lecteurs le seront aussi !

En conclusion, je dois dire que ce roman est une excellente découverte et que j’ai hâte d’enchaîner avec la suite ainsi que les deux autres romans de cet auteur. J’ai découvert un pan de l’histoire biblique à travers les yeux de Sarah, une héroïne pleine de sentiments (qu’ils soient bénéfiques ou néfastes), courageuse mais tellement faible aussi, j’en aurai appris plus tout en me laissant transporter par ce récit qui aura été presque addictif. Très accessible, avec une plume agréable et surprenante, c’est une mise en lumière que je recommande /à tous, que vous ayez lu la Bible ou non !
Ce sera un 18/20 pour moi et j’ai hâte de me plonger dans la suite !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 septembre 2008
un ouvrage tout en poésie qui tente une approche loin de certaines conceptions officialisées au cours des siècles. Probablement le meilleur de la trilogie. Se lit et se relit avec un plaisir sans cesse nouveau.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 août 2014
Bonne idée de "relire" la Bible au féminin. Sara, l'épouse du prophète Abraham, sert à l'auteur de fil conducteur pour nous remettre en mémoire qui était ce prophète et ce qu'il a fait. Cela n'empêche pas beaucoup de vie et de chaleur dans le propos. Une façon plus qu'agréable d'acquérir de la culture générale.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 décembre 2006
Une belle plume, un style limpide et accessible, un talent de conteur indéniable, une grande fluidité dans l'avancement du récit qui se lit d'une traite... Mais on regrettera ces lourds excés d'erotisme (assez peu gracieux qui plus est!) qui viennent miner le récit.

Une agréable façon de revisiter l'histoire religieuse néanmoins
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2013
Intéressant pour ceux qui souhaiteraient avoir un autre éclairage sur des personnages bibliques,
c'était le but de mon achat. Pour finir, un sentiment mitigé d'avoir touché à quelque chose de "sacré", par le biais d'un texte profane. Pardon à cet auteur dont j'apprécie les valeurs intellectuelles, philosophiques & humaines.
Si on lit ce livre comme un roman "normal", c'est tout bon !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)