Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici cliquez_ici. Cloud Drive Photos En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
288
4,3 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:18,15 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 juin 2013
Que dire après avoir refermé ce livre… j’ai été bouleversée… j’ai même été obligée de relire une seconde fois les derniers chapitres afin de réaliser que cette trilogie venait de prendre fin. J’avais comme un sentiment de gâchis au fond de moi et j’ai rapidement repris un autre livre en main histoire d’évacuer ces sentiments déplaisants. J’ai attendu quelques jours avant de rédiger cet avis car j’avais un peu de mal à me faire une opinion sur cette fin !

Dans ce tome un vent de révolte souffle sur Panem et Katniss n’a pas d’autres choix que de revêtir l’uniforme du Geai moqueur pour mener le peuple à la victoire et renverser le Capitole. Au départ, je dois avouer que j’ai eu un peu peur. Après avoir été l’instrument du Capitole, je craignais que Katniss soit désormais celui des Rebelles. Mais mes doutes ce sont bien vite envolés car une fois de plus, le caractère tempétueux de la jeune fille prend le dessus.

« Je veux dire aux rebelles que je suis en vie. Je suis là, dans le district huit, où le Capitole vient de bombarder un hôpital rempli d’hommes, de femmes et d’enfants désarmés. Il n’y a pas de survivants. Je veux dire aux gens que si vous croyez un seul instant que le Capitole nous épargnerait en cas de cessez-le-feu, vous commettez une terrible erreur. Parce que vous savez qui ils sont et de quoi ils sont capables. Voilà de quoi ils sont capables. Voilà pourquoi il faut se battre ! »

Ici, Suzanne Collins nous montre que la cruauté humaine ne connaît pas de limite. Il faut dire que le décor est plus sombre même si nous ne sommes plus au cœur des angoissantes arènes (comme les deux premiers tomes). Une guerre médiatique sans merci secoue Panem et tout est permis pour éliminer son ennemi : Supplice, sacrifice, confrontation, explosion, torture psychologique, fourberie… Ici pas de pitié pour les héros ni de happy end (ou alors avec un arrière goût très amer…)

Ce tome est pour nous l’occasion de retrouver d’anciens personnages et de découvrir un peu plus Gale, qui heureusement a un rôle beaucoup plus important. (Contrairement à Peeta qui est trop absent ! Mais chut !!) Katniss m’a terrorisé dans ses choix, et ses doutes m’ont beaucoup touchés, j’aurais souhaité des dizaines de fois qu’elle trouve le moyen de s’enfuir et de se protéger avec Gale de toute cette folie qui l’entoure.

Dans cette histoire les personnages sont réellement humains, ce ne sont pas des supers héros que rien ni personne n’ébranle, ils peuvent être brisés ou lâches et égoïstes parfois. Toutes les facettes de l’humanité sont dévoilées et nous explose à la tête, c’est quelque fois effrayant !

En bref : Oubliez les récits légers, ce dernier opus est une œuvre immensément sombre qui est là pour clairement nous chambouler. Malgré cela il y a l’espoir mais on ne peut s’empêcher de se demander en refermant le livre si cela sera suffisant ?!

Katniss est et restera l’une de mes héroïnes préférées… À lire ABSOLUMENT !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2017
Il y a des histoires dont on voudrait ne jamais sortir... hunger games fait partie des livres que j’ai aimé lire et que je relirai certainement.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2017
Toujours pareil, livre impeccable, envoi impeccable, recommandé pour ados et adultes.
Je viens de commander une autre série de livres, et je suis sûre que je ne serai pas déçue.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Suzanne Collins nous livre là un épilogue d'une qualité irréprochable qui oscille entre finesse et dureté. Katniss est maintenant aux mains des rebelles qui s'apprêtent à prendre les armes contre le capitole et à abolir la tyrannie et le régime de terreur dans lequel il maintient la population depuis de nombreuses générations. Le symbole de la rébellion n'est plus que l'ombre d'elle-même ; ravagée par la capture de Peeta, traumatisée par la destruction du district 12, elle a peu a peu perdu la raison face à tous les évènements qui l'on marqués et on ne peut que la comprendre et compatir.
Manipulée par les rebelles comme un simple instrument, voir un banal trophé, Katniss se trouve complètement impuissante et seule et elle ne peut tenir le coup que dans la conviction de détruire Snow, l'homme à l'origine de toutes ces horreurs.
La révolte couve et le capitole n'hésite plus à massacrer la population pour garder le contrôle mais plus personne ne se laisse faire. Les jeux ont recommencés, mais cette fois, l'arêne n'a plus de limites et s'étend sur tous les districts ainsi qu'au Capitole.
L'auteur ne prend pas de gants : le ton est donné dès le début ; amer, écoeuré, Katniss sait qu'il y a peu d'espoir et elle nous le fait bien comprendre.
La psychologie des personnages est parfaitement exploité et reflété par leur traumatisme. Même les personnages secondaires ne sont pas mis de côté.
Il n'y a aucune place à la joie mais l'ambiance est parfois allégée grâce à des tentatives d'humour de Finnick. La romance n'occupe qu'une tierce place, le roman se concentre exclusivement sur l'action et la psychologie.
D'aiileurs, de nombreux personnages meurent et l'atmosphère est très sombre. On sent que l'auteur souhaitait à tout prix garder une part de réalisme et le résultat est brillant.
Peeta est quasiment absent de ce tome pour mon grand déplaisir et nous avons justement l'occasion d'en apprendre plus sur Gale, de nous attacher à lui.
Et le final, mon dieu, brutal, troublant et pour une fois ce n'est pas ce qu'on pourrait appeler un happy-end, loin de là.
Un roman qui fait réfléchir sur la nature humaine et notre société actuelle.
Il faut lire cette série si ce n'est déjà fait car vous êtes sûr de ne pas sortir indemme de cette lecture tellement elle vous marquera de par sa dureté, dérangera de par son réalisme. Une trilogie sans défauts.

mercy512
22 commentaires| 63 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2013
La révolte dans sa globalité

Tout comme la fin du second tome, et le titre VF de ce dernier tome l'annonçaient, ce roman est évidemment centré sur la révolte qui oppose le Capitole et les rebelles. Et ça influe plutôt pas mal sur l'ambiance du roman: cendreux, boueux, froid, dramatique et chaotique. Même les personnages à qui nous sommes les plus attachés nous le font ressentir par leur folie, leur peine. Au fond, j'ai trouvé ce roman très psychologique, parce que la folie envahit chacun de ces héros à qui nous sommes attachés, et avec une lecture intensive, j'ai parfois eu l'impression de sombrer dans la folie moi aussi.
Une première preuve du talent de Suzanne Collins.

Les deux premiers tomes étaient écris au présent, tout comme celui-ci. Mais dans celui-là, il y avait un petit quelque chose supplémentaire. En plus d'énumérer des faits en direct, Katniss nous offre ses pensées immédiatement, en direct, ses réactions, pas seulement avec les dialogues, pas seulement en décrivant sa réaction physique. Mais en réagissant réellement avec nous. Alors soit ce n'était pas le cas dans les tomes précédents, et c'est un point supplémentaire. Soit c'était déjà le cas, mais ça saute beaucoup plus aux yeux dans celui-là, parce que j'ai oublié. C'est un point que j'ai beaucoup aimé, et m'a permis de me rapprocher de l'héroïne, que j'ai toujours trouvé trop froide. Deuxième preuve du talent de Suzanne Collins.

Cependant, j'ai trouvé le début du roman un peu long, avec parfois quelques moments ennuyeux, dû à l'absence de certains qui se fait ressentir, parfois temporairement, parfois définitivement, au point de créer un vide dans mon propre coeur. Cinna est l'exemple le plus flagrant: c'est un personnage que j'avais très envie de revoir - je me disais "Et s'il n'était pas vraiment mort? Et si on lui avait fait croire..." - l'espoir fait vivre!

La révolte dans ses protagonistes

・Katniss, symbole du geai moqueur, fausse solution de la Révolte, mentalement atteinte - je l'ai trouvée plus pure que dans les tomes précédents. Je n'ai absolument aucune idée de pourquoi ou de comment. Tout ce que je sais, c'est que j'ai entièrement compris son comportement dû à son état d'esprit post-Hunger-Games.

・Gale - bourré de haine, et froid comme de la glace, si je l'ai apprécié, c'est uniquement parce qu'il a la protection dans le sang.

・Peeta - m'a brisé le coeur parce que je pensais le retrouver. Je pensais que sa tendresse adoucirait ce tome, et... non. En revanche, il a su dire tout haut à Katniss, ce que je pensais tout bas - ce que je pensais tout bas, puisque je n'ai aucun moyen de contacter Katniss, et de lui dire ce que je pense d'elle - HIGH FIVE PEETA.

・Finnick - j'ai su surmonter mon aversion pour lui, parce que ce tome révèle beaucoup sur lui. J'ai su oublier la tronche de rat de l'acteur, et l'apprécier, en faire mon personnage favori, parce que c'était peut-être celui qui était le plus humain. Il m'a touché et émue par sa vulnérabilité, son être. Et là, tu t'attaches à lui, tu te dis que "Finalement, je l'aime bien ce Finnick". Et -

・Haymitch - a un lien spécial avec Katniss, s'ils ne se supportent pas, ils sont quand même les mêmes. Et j'ai trouvé cette complicité touchante et magique.

Ces personnages là forment un groupe un peu hors du commun: en pleine folie, personne n'est sain d'esprit, mais le sont quand même. C'est un autre point qui m'a plu. Je m'explique: si dans chaque dystopie, on retrouve généralement une révolte, cette révolte est toujours accompagnée d'un héros ou d'une héroïne QUASIMENT sain(e) d'esprit. Et là, non.
Non parce que ce qu'il se passe dans cette dystopie est affreux. C'est de la pure barbarie. Et évidemment qu'on ne sort pas sein d'esprit de ces situations là. Des Hunger Games. De la révolte. De la perte de nos proches. Du sang. Des explosions.
C'est une folie qui s'étend, qui absorbe, et ne te quitte jamais. Et je n'ai jamais rencontré un héros, ou une héroïne avec cette folie là dans les autres dystopies. Que ce soit avant, pendant ou après les rébellions.
Cette folie est normale, est.... saine en fait. Et je me rends compte que si Suzanne a su intégrer cet élément TRÈS important dans sa trilogie, ce n'est pas le cas de tous, et c'est un élément trop souvent oublié à mon goût. Mais ce n'est que maintenant que ça me saute au yeux. (Et si cet élément a été intégré dans d'autres dystopies, c'est sûrement que je ne les ai pas encore lues).
Une troisième preuve du talent de Suzanne Collins.

La révolte dans l'action

Quand on parle de révolte, je sais pas vous, mais moi, la première chose qui me vient en tête, c'est la guerre civile. Et cette guerre, longue à se mettre en place, est intense. Mais genre, VRAIMENT INTENSE. Avec des détails et tout. Parce qu'en suivant Katniss et son désir de vengeance, on suit Katniss au coeur de la guerre.
De façon extrême, et détaillée, ce tome est explosif, enflammé, et destructeur. Une vraie torture, tant au niveau des conséquences de la guerre au sein du roman, qu'au niveau émotionnel du lecteur (le lecteur étant moi-même. Sisi).
Suzanne a su construire son intrigue de façon complexe, pour mieux nous surprendre. Chaque hypothèse est ridicule et pathétique à côté de ce que l'auteur à décidé de faire subir à ses protagonistes. Et à nous-même par la même occasion.
L'action est omniprésente. L'action est là, à chaque fin de phrase. À chaque fin de chapitre. Le suspense m'a maintenu en haleine du début à la fin: Panem est une bombe nucléaire, la conclusion de la trilogie est explosive, même surtout psychologiquement.

Suzanne Collins conclue alors sa trilogie avec un roman poignant, explosif, et émouvant. Je suppose que si elle n'avait pas mis sa poudre de sadisme qu'ont ces auteurs talentueux, le résultat n'aurait pas été aussi bon.
En alternant une narration rapide montrant l'urgence de la situation, et une narration plus calme, entrecoupée de vides, et le tout au présent, Suzanne a su illustrer parfaitement les moments vécus par Katniss. Elle a su nous surprendre, elle a su nous prendre au piège avec nos propres émotions. L'auteur a su me rendre aussi folle que Katniss, et me plonger dans une transe hypnotique provoquée par ses mots et par sa plume.
Suzanne Collins a su déverser son talent et sa passion dans sa plume, pour rendre cette trilogie, et surtout ce dernier roman extraordinaire. Une preuve ultime de son talent.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2014
Ça y est, dernier tome de la série Hunger games, excellente série dystopique pour jeunes adultes.

On retrouve Katniss après les évènements du tome 2 et on constate à quel point elle est amochée, physiquement et mentalement. Elle et sa famille ont trouvé refuge dans le district treize, qui organise la révolte contre le Capitole. Par certains côtés, le treize est pire que le douze, tant la vie y est normée et réglementée.
Les dirigeants du treize, même s’ils sont du côté des « gentils », ne valent guère mieux que ceux du Capitole. Ils n’hésitent pas à instrumentaliser Katniss et à la sacrifier si nécessaire (elle, ou d’autres, je ne peux plus en révéler sans spoiler, mais préparez les mouchoirs).

Comme pour les précédents tomes, j’ai beaucoup aimé l’aspect politique, la critique de la toute-puissance des médias. Katniss est mise en scène comme elle l’était durant les Jeux. Les méthodes sont à peine différentes.

« La révolte » est un livre que j’ai trouvé très dur, plus que les précédents (c’est dire !). Katniss passe une bonne partie du bouquin à se débattre contre la dépression et contre sa culpabilité d’avoir abandonné Peeta. Elle se retrouve à jouer un rôle dont elle n’a pas envie. Elle perd des êtres chers (là aussi, pas de nom, mais préparez le paquet de mouchoirs). Quand elle commence à aller mieux, paf, elle en reprend plein la figure.
Je dois avouer qu’à un moment, j’avais tellement mal pour elle que j’avais envie de dire à l’auteur « stop, on arrête le tir ! ».

À côté de Katniss, on retrouve Gale, qui a vu une partie du district douze mourir sous les bombes, mais qui a réussi à sauver une partie des habitants. Le jeune homme révolté en devient presque fanatique.

Même topo pour Finnick, durement éprouvé par son second passage dans l’arène et par la perte de la femme qu’il aime. Sans compter qu’on apprend réellement ce que le président Snow le forçait à faire (et ce n’est pas joli, joli).

Ne parlons même pas de Peeta, torturé durant des semaines par le Capitole et à qui on a fait subir un lavage de cerveau pour lui faire croire qu’il détestait Katniss et devait la tuer à tout prix.

Vous l’aurez compris, ni les personnages, ni le lecteur ne sont épargnés.

Côté intrigue, j’ai trouvé le début un peu long à se mettre en place. Au final, Katniss est en quelque sorte prisonnière et ne fait pas grand-chose. L’action progresse à partir du premier quart, et devient alors vraiment prenante, grâce à de nombreux rebondissements.
L’assaut sur le Capitole est un moment de bravoure (même si j’ai trouvé le coup des pièges parfois un peu gros à avaler, et faisant ressembler l’action à une séquence de jeu vidéo). La fin de l’assaut sur le Capitole est une grosse baffe au lecteur. Honnêtement.

Un mot sur la fin : elle est douce-amère (voire assez sombre). Katniss a beaucoup perdu, elle réalise (et nous avec) qui sont vraiment les méchants de l’histoire. Les derniers chapitres sont vraiment très, très émouvants (je pleure rarement, mais là ce n’était pas loin). La fin est dure, réaliste, mais au final porteuse d’espoir.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le distric 12 n'existe plus. Katniss est en route vers le 13, en compagnie de certains de ses alliés des jeux de l'horloge. Sa famille est sauve. Peeta est prissonier du Capitole. Ainsi démarre ce troisième et dernier tome des Hunger Games.

Cette fois-ci, plus de jeu de la faim. Plus question de jouer, c'est la guerre dans toute ses atrocités, tortures, bombardements de civils, pertes acceptables, propagande.
L'auteure réussit l'exploit, pour de la littérature jeunesse, de ne pas rendre les rebelles trop lisses, consensuels. Triste réalité, où chaque camp, qu'il soit "gentil" ou "méchant" (pour simplifier) peut commettre des atrocités au nom de la fin (qui justifie les moyens ?). Mais rassurez-vous, l'honneur sera sauf à la fin.

Les personnages principaux sont bien travaillés; pleins de fêlures psychologiques, des blessures à l'âme, au coeur et au corps se battant pour rester en vie, tant sur le plan physique que moral.
Le triangle Katniss-Gale-Peeta, continue de fonctionner mais ne perturbe pas le fil tragique de l'histoire.

Une nouvelle facette de la téléréalité : La propagande, où qui contrôle les médias, contrôle l'opinion.

Quelques bémols tout de même. Le style et l'absence de certaines descriptions nous laissent un peu à l'extérieur des aspects les plus désagréables de la guerre. Si peu de sujets sont épargnés, ils restent abordés de façon un peu trop superficielle à mon sens.
L'organisation du District 13 est peu crédible, dans sa capacité à utiliser et surtout créer de la haute technologie, depuis tant d'années, avec son organisation rigide, militaire sous-terraine et clandestine. Cela manque d'explications pour se convaincre de sa viabilité.
Il manque également des explications sur l'organisation politique des rebelles et les structures résistantes qui seront capables, en deux temps trois mouvements de retourner tous les disctricts à l'exception notable du 2, "reprises en main" ou libérations auxquelles nous n'assisterons d'ailleurs pas.

Mais au final, un très bon page-turner, à l'instar du tome 1 et 2, qui se lit très rapidement, concluant de façon logique la trilogie. Un style fluide, simple et agréable.
Un bon moment de détente qui ouvre la réflexion sur la guerre et ses côtés sombres.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 avril 2014
Par où commencer?
The Hunger Games pour moi c'est d'abord l'histoire d'un hasard. Un film choisi au hasard pour un rencard (film dont je n'ai pas vu grand chose...). Le livre acheté comme une blague pour l'anniversaire de mon amoureux pour lui rappeler ledit rencard et jamais ouvert pendant plus d'un an.
Une trilogie que je classais dans ma tête au même rang que Twilight, Fifty Shades et autres séries à la mode mais à la qualité douteuse.
Puis un jour à force d'entendre parler de cette série, j’attrape le bouquin et je commence à lire. Double appréhension quand je vois que tout est à la première personne et au présent (généralement c'est pas un signe de grande littérature, la comparaison avec Twilight et Fifty Shades me revient à l'esprit en moins de deux). Et puis finalement, je me laisse prendre. Un chapitre, puis deux... puis tout le bouquin y est passé. Et les deux autres dans la foulée que j'ai vite commandés en reconnaissant les signes de l'addiction. J'ai littéralement tout dévoré.

Alors oui Hunger Games est une série à la mode. Mais la comparaison avec ses précédents s'arrête là. Petit rappel concernant les deux susnommés:
- Fifty Shades of Gray n'est qu'une immonde bouse mal écrite et plate qui ne mérite pas le nom de littérature (oui oui c'est cruel mais c'est comme ça). Pas d'histoire, des personnages improbables et stéréotypés à la limite du supportable, pseudos scènes "torrides" totalement banales et péniblement répétitives. Passez votre chemin!
- Twilight. J'ai adoré pour toutes les mauvaises raisons. Mal écrit, ridicule et mièvre mais du coup tellement drôle. J'ai dévoré les 4 bouquins et les films avec parfois de vraies crises de fou rire.
Point commun entre ces deux "oeuvres": une écriture à la première personne par l'héroïne et ce sera là le seul point commun avec la série de Suzanne Collins.

Car Hunger Games est une série forte et poignante, remarquablement bien écrite (oui oui, même au présent et à la première personne, je n'en reviens toujours pas!). Katniss est une héroïne humaine, si proche de nous. Bien loin d'être niaise, elle se fiche comme d'une guigne d'être apprêtée ou désirable, elle n'hésite pas à dire qu'en plein cœur de la guerre elle n'a pas la tête à penser à quel garçon elle préfère, elle raisonne intelligemment et se pose les bonnes questions. Katniss a ses forces mais également tant de faiblesses. D'ailleurs aucun des personnages de la série n'est tout blanc ou tout noir. On les aime mais on les déteste aussi à certains moments. En gros, des personnages vraiment "vrais", pas des héros inattaquables.

Hunger Games n'est pas non plus à mon sens une série "pour les ados" comme Twilight pouvait l'être. Car l'univers des livres, l'histoire, la plume de Collins sont sombres et dures. Il y a des morts, de l'oppression, de l'injustice, des trahisons, des choix aussi qui choquent et bouleversent. Des héros tuent et sont tués. On est loin du pays des bisounours et des vampires qui scintillent.

Dans la tête de Katniss on est aux premières loges pour comprendre la descente aux enfers d'un être humain forcé à prendre des décisions qui le dépassent, à faire des choix et des sacrifices qui le torturent, à subir et survivre à l'insupportable.

Quand au final, que dire sinon qu'il est exactement ce à quoi je m'attendais. Non on n'a pas la jolie fin que l'on souhaite si fort, mais la fin réaliste et évidente qui s'impose à l'histoire. C'est un final d'une dureté implacable mais c'est le final qu'il fallait. Il restera longtemps gravé dans ma mémoire et j'ai vraiment beaucoup de respect pour l'auteur qui a su mener ses personnages et son histoire jusqu'à cette fin mémorable.

A lire, vraiment.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 novembre 2011
Comme je l'ai dit dans le commentaire pour le tome 1 Hunger Games est une série intelligente et extrêmement prenante!
Il est clair qu'on ne ressort pas vraiment indemne de cette trilogie qui nous hante en ayant fini la lecture. Je dois avouer que le tome 3 n'est pas mon préféré car il est sans conteste le plus dur des trois romans. C'est du young adult et on comprend cette nouvelle catégorie avec ce livre. Hunger games n'est pas une trilogie pour "ado" il faut avoir un minimum de recul pour lire ce livre, à partir de 16 ans je pense. Ce livre est une claque, une claque comme je n'en ai pas eu depuis très très longtemps et je me suis surprise à verser des larmes pendant la lecture.
Hunger games est définitivement l'un des séries les plus intelligentes et philosophiques sur l'homme qui soit (d'autant plus quand on sait qu'elle est adressée à des jeunes adultes).
Ce que j'ai aimé c'est que les personnages sont réellement humain ce ne sont pas des supers héros que rien n'ébranle, comme tout être humain on peut les briser, ils peuvent être lâches et égoïstes aussi parfois. Toutes les causes ne sont pas toujours 100% bonnes et le monde n'est ni tout blanc ni tout noir. Les bonnes intentions ne font pas forcément le bien et toute révolte à un prix pour tout le monde .... Hunger Games ne se passe pas dans un monde idéal loin de là .... comme est celui de notre humanité en fait ...
Je dois bien avouer que quand on referme ce livre il laisse comme un goût amer et pourtant il y a de l'espoir mais on ne peut s'empêcher de se demander si cela sera suffisant ?!
Une superbe série qui me laisse encore toute retournée depuis la fin de ma lecture du tome 3 hier soir . Un conseil: ne vous privez pas de lire un si bonne trilogie!
11 commentaire| 53 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2011
Après un an d'attente, le dernier volume de la trilogie Hunger Games est enfin sorti. Suzanne Collins vous promet un dénouement spectaculaire, digne du plus célèbre des jeux. Mais attention, si vous pensiez être rodé, je préfère vous prévenir : vous n'avez rien vu !

Je m'appelle Katniss Everdeen. J'ai dix-sept ans. J'ai grandi dans le district douze. Je participais aux Hunger Games. Je me suis sauvée. Le capitole me hait. Peeta a été fait prisonnier.

Voilà où nous en étions resté. Katniss a été arrachée à l'arène dans laquelle elle combattait pour la seconde fois et ramenée dans le district Treize. Un vent de révolte souffle sur Panem et Katniss n'a d'autres choix que de vêtir à nouveau le costume de Geai moqueur pour mener le peuple à la victoire et renverser le Capitole.
Au départ, je dois avouer que j'avais un peu peur. Après avoir été l'instrument du Capitole, je craignais que Katniss soit désormais l'instrument des Rebelles. Mais mes doutes ce sont bien vite envolés car une fois de plus, le fort caractère de la jeune fille prend le dessus. Je n'aurais jamais dû croire que quelqu'un pourrait contraindre Katniss Everdeen à faire quoi que ce soit.

Je veux dire aux rebelles que je suis en vie. Je suis là, dans le district huit, où le Capitole vient de bombarder un hôpital rempli d'hommes, de femmes et d'enfants désarmés. Il n'y a pas de survivants. Je veux dire aux gens que si vous croyez un seul instant que le Capitole nous ép argnerait en cas de cessez-le-feu, vous commettez une terrible erreur. Parce que vous savez qui ils sont et de quoi ils sont capables. Voilà de quoi ils sont capables. Voilà pourquoi il faut se battre !

J'ai maintenant fini le livre depuis deux jours et je me sens encore toute bouleversée par ce dernier tome. Après les deux premiers tomes, je pensais avoir compris que Suzanne Collins était sans pitié mais elle nous montre ici que la cruauté humaine ne connaît pas de limite. Il faut dire que le décor est différent. Si les deux premiers tomes nous emmenaient au caeur de l'arène des Hunger Games et ses terribles règles du jeu, il en est autrement ici. En effet, pas d'arène, pas de jeu mais une guerre sans merci où tout est permis pour éliminer son ennemi : Torture, sacrifice, confrontation, explosion, stratagème, coup bas. C'est une guerre médiatique sans précédent qui secoue Panem avec comme figure star : Katniss Everdeen, la fille du feu. Mais il est hors de question pour la jeune fille de ne rester que le visage de la rébellion. Elle veut se battre, défendre ce qui lui est cher, sauver Peeta et surtout, elle veut tuer le Président Snow. Plus que la justice, Katniss réclame vengeance.
Ce tome est l'occasion pour nous de retrouver d'anciens personnages et de les découvrir un peu plus. Gale, qui a un rôle beaucoup plus important, Finnick, Beetee et Johanna, les anciens vainqueurs, Prim qu'on a vu grandir. Mais qui dit nouveau district dit également nouveaux personnages. On découvre ainsi la « Présidente » du district treize et le commandant Boggs, entre autre. Et j'ai aimé tous les personnages. En général, il y en a toujours qui m'agace mais là, Suzanne Collins a même réussi à me faire apprécier Peeta. Il m'exaspérait dans les deux premiers tomes et là je l'ai trouvé marrant et sympathique - Un vrai exploit.
Plus que les personnages, Suzanne Collins cherche à nous montrer un monde en guerre. Une vraie guerre où il n'y a aucune pitié pour les héros, où les Happy-End ont toujours un goût amer. La lecture de ce roman a été une véritable torture psychologique. Tout d'abords, une fois commencé, il est presque impossible de le reposer : chaque fin de chapitre nous incite à vouloir lire la suite. Ensuite, avec ce roman, j'ai presque ressenti chaque sentiment. La colère, l'angoisse, la fatigue, la douleur, l'amour. C'est probablement l'une des lectures les plus dures que j'ai eu. Pourtant, certains livres proposent également un décor de monde en guerre, mais le réalisme de Suzanne Collins était bouleversant. Elle ne nous fait pas de cadeau et nous montre la réalité telle qu'elle est. On observe avec les yeux de Katniss, avec comme elle, l'envie parfois de se cacher dans un placard. Si certain roman me donne du baume au caeur, il n'en est pas de même pour Hunger Games, qui me laisse aux portes du désespoir, un sentiment de gâchis dans le caeur et la certitude de lire un roman plus léger pour évacuer tout ce stress.
0Commentaire| 34 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici