undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles
25
3,6 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

... Et çà ne m'a pas du tout plu, mais alors là... Pas du tout!!!
>
Début du résumé:
"Londres. A l'arrière d'un bus, le jeune Joel, sa soeur et son frère roulent vers leur destin
Dans un quartier chic, Helen Lynley rentre chez elle. Elle est belle, heureuse, la vie lui sourit.
Tout est en place pour une rencontre. Fatale."
Et pour moi tout est en place pour lire un bon polar...
Sauf que... De cadavre il n'y en a point.
Pas d'assassin, bien entendu, et pas d'enquête non plus... Normal!
>
Le titre "Anatomie d'un crime" est trompeur aussi... Il aurait été judicieux de rajouter "à venir"!
Mais bon, "Anatomie d'un crime à venir" est certainement moins accrocheur donc moins vendeur!
>
Bref me voilà avec un livre d'une tristesse infinie et terriblement ennuyeux!
760 pages à lire la misère d'une famille, les travers de la société, le racisme, la drogue, la prostitution... Le tout décortiqué avec moult détail... une fin dévoilée dans le résumé... J'ai arrêté à la page 500!!!
J'en pouvais plus, j'avais le moral au fond des chaussettes...
C'était pas çà que je voulais!!!
Je voulais un vrai polar, avec une vrai enquête, avec mon duo préféré Lynley-Havers!!!
>
Bien sûr, le livre est bien écrit et digne du grand auteur qu'est Mme George, mais il aurait été bon de préciser la nature véritable de la trame de ce bouquin. Le pourquoi du comment ne me passionne pas, la psychologie j'ai donné, et expliquer le geste de l'assassin (plus de 600 pages pour çà quand même!) ne rendra pas la vie à la victime!
Voilà si, comme moi, vous êtes fidèles à Elisabeth Georges et à ses polars... Faites impasse sur ce bouquin!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les vrais atouts d'Elizabeth George, ce sont l'épaisseur psychologique des personnages, la profondeur de la critique sociale, la qualité et l'authenticité de ses descriptions. Ici, on retrouve les problèmes des métis, des étrangers, et le racisme auxquels ils sont confrontés (déjà abordés, mais ici tellement plus approfondis). Bien sûr, on est un peu surpris de ne pas se retrouver avec la paire d'inspecteurs favoris - depuis qu'on attend de savoir ce qu'elle va faire des liens de Barbara Havers avec son voisin, ou de connaître comment Lynley va surmonter son chagrin. Pourtant, des allusions discrètes à eux permettent de les suivre tout au long du livre.
Plus qu'un roman policier, c'est un roman tout court. Et un chef-d'oeuvre.
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 3 novembre 2013
"Anatomie d'un crime" n'est pas le livre préféré des lecteurs d'Elisabeth George et ça peut se comprendre.

Il faut dire qu'avec ses 760 pages, il a de quoi dérouter les habitués des enquêtes du couple Linley/Havers, ces derniers n'apparaissant d'ailleurs que très brièvement, à la fin. Ce n'est pas un roman policier, le dénouement final est sans suspense et l'histoire est accablante.

Et pourtant, ce livre procède d'une démarche très intéressante.

Le précédent roman policier d'Elisabeth George "Sans l'Ombre d'un témoin", se terminait par un drame : la jeune épouse enceinte de l'inspecteur Linley était assassinée sur le pas de sa porte, par un gamin sans motifs apparents.

"Anatomie.." se veut une étude des événements qui ont conduit à cette tragédie.
C'est donc un retour en arrière qui nous amène à suivre le jeune Joel et la famille Campbell dans sa chute prévisible tant elle cumule de handicaps.

L'écrivain américain expose chaque facette de ce qui façonne un destin : déchéances physiques, conditions sociales, économiques, ethniques...Chaque pas rapproche les Campbell du mur contre lequel ils vont se fracasser.

E. George décrit sans complaisance la vie dans les quartiers pauvres de Londres, la spirale de la pauvreté et de la misère morale, dans une sorte d’Assommoir contemporain. Le découpage londonien en territoires communautaires avec des populations qui se frôlent sans se rencontrer est particulièrement bien rendu.

Mais il ne s'agit pas seulement d'une charge manichéenne contre le système. Le dévouement de certains acteurs sociaux, assistantes sociales, associations, flics compréhensifs...est également souligné.

En l’occurrence, la force d'attraction du trou noir de la misère sera plus forte que tout et chacun se trouvera dépassé et impuissant devant l'issue inéluctable.

E. George aurait pu se contenter d'écrire un best seller de plus, avec son art consommé de raconter des histoires policières.
Elle a choisi un autre chemin.
Je trouve que c'est à la fois courageux et réussi.

Seules réserves : une cinquantaine de pages en trop sans doute et un manque d'explications sur la manipulation dont fait l'objet le jeune Joel.
66 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2012
C'est une sorte de roman policier à l'envers : au lieu de commencer par le meurtre puis de continuer par l'enquête, le meurtre, là, se se situe parmi les dernières des huit cents pages que comporte le roman. En fait,il s'agit de mener une enquête psychologique et sociale en amont du crime afin de démonter le mécanisme de la fabrique de criminels encore enfants.
La démonstration est magistrale et jamais assassin n'a suscité davantage de compassion impuissante.
Ce roman vaut aussi par la peinture précise et passionnante des bas-fonds de Londres, par la création de personnages complexes, attachants, loin des clichés.
J'aime énormément ce que fait Elizabeth George et notamment ce roman : elle n'a pas sa pareille pour capter le détail qui donne l'impression d'une authenticité absolue et qui vous embarque dans une histoire que vous ne pouvez plus lâcher!
Evidemment, il s'agit d'un roman très noir, dans lequel des enfants, malgré leur bonne volonté, ne sont pas de taille à lutter contre leur destin social. Les amateurs de bons sentiments, de triomphe de la morale, de la bonne conscience n'y trouveront pas leur compte : toute tentative de bonté, de rédemption (il y en a) est immédiatement broyée par la terrible loi de la réalité des ghettos londoniens.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 novembre 2012
L'auteur(e) réussit à renouveler sa plume de manière magistrale.
Ce n'est pas un polar classique comme elle avait l'habitude d'en écrire.
Mais ce roman prouve une énorme qualité littéraire et une belle capacité à se renouveler.
Ce livre est incontournable si l'on aime cet auteur(e)
L'univers décrit peut désespérer et produira certes quelques commentaires et appréciations mitigées de la part des adeptes des happy ends.
Cependant ne passez pas à coté de ce chef d'oeuvre.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2013
Je les ai tous lus. Celui-ci me paraît de très loin le meilleur. Bien sûr ce n'est pas une enquête de nos policiers favoris, mais c'est le roman d'un Grand Auteur de littérature dans tout le sens du mot. D'autres que moi ont très bien commenté l'histoire, je ne saurais faire mieux. Une dénonciation sociale oui, mais qui montre aussi un grand amour des enfants, et de l'humain en général, une profonde connaissance des milieux défavorisés (comment fait une américaine pour si bien connaître les bas fonds londoniens, peut-être ne sont-ils pas très éloignés de ceux des grandes villes américaines ?) une vraie révolte contre l'injustice et contre ces impasses crées par une loi faite pour tous sans distinction, sans qu'il soit jamais tenu compte des "Etres".
Le crime serait de ne pas lire ce livre si on aime cet auteur, ne serait-ce que pour mesurer jusqu'où va son talent.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2012
L'histoire est très bien construite, comme dans tous les romans d'Elizabeth George.
On reste dans l'attente de la suite. On se demande comment cela va se terminer et
s' il y a un espoir pour ce jeune. Son avenir est-il inexorablement et définitivement foutu??.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2011
Je suis presque à la fin du livre et ce n'est pas une enquête policière de Linley.
Ce livre est très dur, je m'étonne qu'une femme puisse parler de choses aussi crues.
Du sexe, encore du sexe, de la violence, de la misère, c'est un catalogue d'horreurs.
Je préfère les enquêtes de l'inspecteur Linley.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juin 2013
J'ai été très émue par l'histoire de ces 3 enfants abandonnés par leur grand-mère à une tante quasi inconnue, le grand frère qui s'occupe comme il peut de son petit frère atteint mentalement, la soeur qui fait ce qu'elle peut pour s'en sortir, bref, un roman sur la misère humaine qui conduit à de redoutables extrémités....La psychologie des personnages est encore une fois bluffante, l'auteure est particulièrement douée dans ce domaine...Le livre finit mal, mais comment pouvait-il en être autrement quand on vit dans les conditions où vivent ces enfants ?? J'ai plusieurs fois eu la gorge nouée devant toutes les galères qu'ils ont à traverser, devant tous ces gens qui ne leur veulent que du mal, écrit comme ça, ça fait un peu caricature, mais non, tout est tellement bien amené, vraiment, je suis rentrée à fond dans la vie de ces enfants.....
Elizabeth George est un grand auteur en général, qui nous décrit l'âme humaine comme personne, mais ce livre là en particuler est un chef d'oeuvre d'humanité.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2007
E.G.confirme ce que j'ai toujours ressenti elle est un écrivain du niveau de PATRICIA HIGHSMITH .Sa description du LONDRES des miséreux s'égale à CH. DICKENS (oui,oui...).L'action évolue comme une tragédie grecque(oui,oui..).N'en déplaise à un commentateur LINLEY et HAVERS sont bien présents réellement à la fin ,mais aussi comme le "lièvre dans le paté" depuis le début.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,50 €
8,50 €
6,95 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)