undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles
21
3,4 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Cette journée aurait pu commencer comme une banale journée de semaine, Lancelot, ce doux rêveur passif qui n'a du chevalier que le nom, est correcteur pour une maison d'édition.

Choisissant pour une fois de sortir de chez lui, afin de remettre en main propre ses épreuves, en chemin, il reçoit sur la tête une chaussure à talon « très élégante, taille 37 », jetée d'une fenêtre. En ramenant ce parfait objet à sa propriétaire, il tombe raide dingue amoureux d'Irina, une jolie jeune femme. À cet instant, il se rend compte de l'énorme trou qu'est sa vie, il quitte son épouse Élisabeth après dix-neuf années de vie commune pour vivre avec sa princesse loin des trépidations de la ville dans une maison en bardeau perdue au milieu de la neige.

Mais un soir, la vie de Lancelot bascule quand la police lui annonce qu'Irina a trouvé la mort dans un accident de voiture. Lancelot est démoli, tout autour de lui il sent son monde se fendiller, se casser comme la coquille d'un œuf, il flotte dans une incompréhension la plus totale, car Irina ne devait pas se trouver au volant de cette voiture qui ne lui appartient même pas, mais à l'aéroport là où il venait de la déposer.

Bien déterminé à faire sa propre enquête, Lancelot déterre un à un les mystères qu'entoure cette disparition, faisant surgir des personnages dans l'existence énigmatique de sa bien-aimée.

Je me suis laissée emporter par cette formidable histoire d'amour, de drame et de fantaisie, car dans la vie de Lancelot des objets disparaissent de façon étrange, il y a une petite fille attachante qui s'appelle Tralala...'L'auteur déborde d'imagination, de trouvailles qui s'intègrent parfaitement dans cette intrigue décalée. C'est un livre surprenant et captivant !
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Véronique Ovaldé traite ici avec une très grande originalité et un style particulièrement décalé un thème classique de la littérature : "connait-on réellement les êtres que nous côtoyons chaque jour?". Et mon cœur transparent se passe dans des lieux imaginaires à une époque indéterminée que l'on devine contemporaine, et flirte avec le fantastique. Les personnages sont attachants et leur description psychologique est très fine, toujours juste. Lancelot, personnage lunaire est, je trouve, une grande réussite.
Toute la force de ce roman réside donc dans le style, très particulier, ou l'auteur prend de grandes libertés avec la narration, la forme et même, il me semble, avec la ponctuation. Cette façon d'écrire si personnelle, si libre peut être dérangeante pour certains mais personnellement, j'adore.
En revanche, je suis restée un peu sur ma faim en ce qui concerne l'histoire que j'ai trouvé un peu plate et manquant de souffle.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dire que je n'ai pas aimé ce livre est presque un euphémisme. Peut-être me suis-je laissé leurré par le fait qu'il ait reçu le prix France-Culture ainsi que celui de Télérama. On ne devrait suivre que ses propres intuitions. De quoi s'agit-il ? D'un sujet fort banal dans la production littéraire française contemporaine : un homme quitte sa femme, s'installe avec une seconde, cette dernière meure et il découvre qu'elle n'était pas celle qu'il croyait. Nous sommes installés dans un mode mineur avec ce sujet où le talent de l'auteur est de mettre en broderie tous les motifs que peuvent lui inspirer ce huis clos littéraire.

Las, je n'ai pas accroché au style de Véronique Ovaldé. Dans cette exploration du sentiment, les phrases banales se succèdent, sans souffle, tournoyant toujours autour du nombril de Lancelot, cet être balloté, indécis, mal fagoté et sans relief. Il n'y a pas d'allant, pas de réel sujet et toujours ce sentiment d'être mal à l'aise dans la lecture. L'auteur a pourtant cette originalité de mêler le petit fantastique à la réalité, en faisant disparaître progressivement des éléments du décor au fur et à mesure que les personnes aimées s'éloignent de la vie de Lancelot. C'est cependant peu de chose. Si je m'attache à la critique de la forme, c'est aussi parce que l'écrivain fait des dialogues sans tirets de reconnaissance et place des sections de phrases avec majuscule juste après des virgules. J'accepte l'originalité du ton, mais à condition que la forme elle-même n'adopte pas des originalités qui brouillent la lecture. Mme Ovaldé étant aujourd'hui éditrice, je pense qu'elle fera cas de ma modeste remarque.

En bref, un roman qui ne m'a absolument pas séduit, ni par le fond, ni par la forme.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2008
Ce roman a un charme fou... Déjà, le personnage principal, notre pauvre héros, veuf en perdition shooté aux antianxiolitiques, se prénomme Lancelot, ce qui est définitivement romantique et joliment décalé. Et bien, ce prénom ressemble au roman tout entier, romantique, décalé et fantaisiste. Submergé par sa peine, Lancelot trouve tout de même la force de se poser des questions sur les incohérences qui entourent le décès de celle qu'il aime par dessus tout. Il va donc partir à la recherche du passé de sa femme. Etonnamment, résoudre l'énigme d'Irina va s'avérer plus facile qu'il n'y paraît. Pourtant, cette enquête, menée un peu malgré lui, est conduite dans l'atmosphère nébuleuse des médicaments ingurgités, de revenants venus frapper à sa porte et de la disparition étonnante des objets qui l'entoure... Pour tout vous dire, je suis heureuse d'avoir lu ce livre car l'univers de Véronique Ovaldé est une véritable belle découverte !!
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Lancelot apprend un soir la mort de sa femme en voiture, elle qui devait pourtant prendre l’avion à l’aéroport où il l’avait déposé. Flashback sur leur rencontre et la construction de leur liaison, sur leur vie commune. Déboussolé de découvrir que sa femme menait une double existence (Lancelot est tout de même du genre passif, naïf et décallé !) il se lance dans une enquête policière (pas très rationnelle au niveau de la méthode !) sur son passé, ses relations et sa vie cachée.
C’est une jolie fantaisie, décalée et facile à lire (d’autant plus facile que V Ovaldé ne va pas vous faire mal à la tête avec la syntaxe : l’essentiel est rédigé au présent, les propositions subordonnées sont en nombre limité et le style « parlé » utilisé de préférence dans le méandre des réflexions de Lancelot). Ajoutez à cela une condamnation discrète du monde matérialiste, égoïste et destructeur où les grands industriels détruisent la planète et la santé des gens : il y a de quoi faire un roman à la mode pour séduire France Culture et Télérama.
Certainement pas le meilleur livre de 2008, mais une lecture plaisante dans l’univers un peu magique de V Ovaldé.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Lancelot est fou d'Irina, sa seconde femme. Lors de son décès peut-être pas si accidentel, s'ajoute à la douleur de sa perte « Un Très Grand Choc Supplémentaire » quand il découvre qu'elle avait quelques secrets bien gardés. S'ensuit l'histoire d'un homme à la dérive dans une fausse intrigue policière.

« Et mon coeur transparent » est un très beau titre de roman, même s'il est emprunté. Il augure très bien du style décalé de l'auteur qui évoque -un tout petit peu, n'exagérons rien- Boris Vian. Le problème est qu'il augure également d'une histoire qui manque tant d'épaisseur qu'elle devient transparente. J'ai apprécié l'écriture malicieuse et imaginative de Véronique Ovaldé, l'atmosphère légèrement fantastique du roman et les côtés doux dingue et amoureux transi de son personnage principal. Mais le roman manque pour moi cruellement de rythme. Même le semblant d'intrigue policière ne parvient pas à créer une tension face à l'inexorable et surtout contagieuse torpeur de Lancelot. Malgré de bons passages, cela manque de relief. « Et mon coeur transparent » réussit le paradoxe d'être très morne malgré sa fantaisie.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2011
C'est encore avec plaisir que j'ai lu le livre de Véronique Ovaldé que s'enchaînent depuis que je la connaît.

Ici, l'histoire d'un homme qui épouse une femme qu'il connaît à peine et qui et au fil du temps lui paraît mystérieuse.
La mort de cette dernière va le faire réfléchir, se remettre en question et puis par hasard, il va apprendre la mort de sa compagne dans des circonstances des plus étranges.

Mais qui est-elle?

Il va faire connaissance avec un de ses proches et là il comprend....

Sa femme que faisait-elle dans cette voiture au lieu d'être dans l'avion quel devait prendre?

Quel est le passé de cette femme?

Et puis tout s'éclaire sur sa mort et ses activités.

Véronique Ovaldé glisse dans un chapitre entre deux lignes, le pourquoi de la mort de sa femme et ses activités.

Du suspense et une lecture toujours fluide, que du bonheur.

Merci Véronique Ovaldé pour ce livre encore une fois merveilleux.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 avril 2008
oui, je reste habitée par cette mélodie à la fois légère et dense, ce chant d'amour douloureux et lumineux d'un homme dont on écoute le dialogue intérieur. A toutes petites touches, comme avec pudeur, réserve et prudence on explore le fond de son coeur, ses souvenirs, ses questions.
Un style surprenant mais tellement "prenant"... où dans les premières lignes, ma cervelle renâcle un peu, mais mon oreille (les mots, les phrases sonnent juste et beau) et mon coeur ont déjà pris le relais et ne lâchent plus ce texte virtuose : une splendeur !
C'est la première fois que finissant un livre je le rouvre aussitôt à la première page pour lire et savourer encore ...
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2012
On retrouve dans ce roman l'imaginaire si attachant de Véronique Ovaldé,le mélange de réel et d'onirisme qui fait qu'on ne saisit pas vraiment les frontières qui les séparent, une écriture puissante, imagée, séduisante. Mais il me semble que parfois, soit dans l'écriture soit dans la narration, c'est un peu compliqué. Du coup, on a un peu de mal à suivre. Si on a laissé le livre de côté quelques jours, on ne sait plus très bien où on en était.
C'est dommage car ça nuit un peu à la beauté et à l'originalité du tout.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 août 2013
l'emporte sur l'histoire pas toujours crédible, des personnages originaux et attachants, de l'humour, de la tendresse, de l'onirisme,des portraits psychologiques bien décrits à l'aide de petites remarques qui en disent long...J'avais été emballée par le roman sur Véra Candida qui avait pour thème principal la femme violée dès l'enfance... j'ai aimé aussi celui-ci qui traite de l'esprit libre et rebelle de terroristes plus utopistes que méchants
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,60 €
5,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici