undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
80
3,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:4,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 octobre 2002
Comment mener une réflexion sur l’intelligence et sur la société sans tomber dans le récit soporifique et amer ? La recette semble connue de Martin Page, comme il le prouve dans ce roman drôle et profond, moqueur et désespéré. Première preuve d’intelligence que ce mélange des genres a priori périlleux.
Antoine est brillant, et ce depuis l’enfance, mais ce statut l’empêche de passer inaperçu, de se sentir réellement intégré dans une société qu’il analyse et décortique sans arrêt. Malgré ses nombreux diplômes et la multiplicité de disciplines qu’il maîtrise, il ne comprend rien, mais rien, aux aspirations de ses contemporains. Plusieurs tentatives avortées d’auto-mise en marges de la société lui font parvenir à la conclusion que son bonheur réside dans sa potentielle stupidité. Une qualité qu’il va lui falloir travailler très durement, à l’aide de quelques médicaments et de fréquentations stupides, comme de bien entendu.
Tout le monde est quelque peu égratigné au passage dans ce roman, qui montre que l’intelligence s’efface derrière la consommation, l’uniformisation des idées, le lissage opéré par une société supportant très mal les différences. Il est bon de le savoir, et il est encore meilleur de le lire, sous la plume talentueuse de Martin Page.
0Commentaire| 38 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 avril 2001
Hillarant, incisif, subtil et surtout très réaliste, le livre de Martin Page est une bouffée d'oxygène. Il est vrai que l'intelligence est une tare. Elle conditionne, emprisonne et affecte la vie. La vision de Martin Page est absolument géniale. Qui n'aimerait pas être un Golden Boy stupide, plein aux as, et affublé d'une superficialité grandiose? Le passage sur le pourquoi du suicide est parfait. La diatribe de l'initiatrice est très fine et si douloureuse. L'histoire agrémentée de passages tout aussi loufoques que cruels, est un hymne à la société d'aujourd'hui et à la condition des gens... intelligents. Merci.
11 commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 février 2005
D'après Antoine, titulaire de multiples diplômes tout aussi farfelus les uns que les autres, l'intelligence est une maladie. Une maladie grave. Et comme chez lui, elle est à un stade très avancé, il a décidé de se soigner, c'est-à-dire de devenir stupide.
Devenir stupide n'est pas une fin en soi ; il s'agit juste de la seule méthode qu'Antoine ait pu trouver pour se fondre dans la masse aveugle et ignorante : car bienheureux est l'ignorant, celui qui, par son absence d'esprit d'analyse et de curiosité, prend le monde et les gens comme ils viennent.
Pour Antoine, devenir stupide n'est pas une mince affaire (il a quand même trois diplômes !!). Heureusement, la médecine est là pour lui venir en aide : avec deux ou trois comprimés d'Heurozac par jour, même le plus grand génie de tous les temps pourrait apprécier McDonald, Lorie ou la Star Académie !
Antoine a donc parfaitement organisé et planifié son entrée dans le monde de la bêtise et de la stupidité. Mais ses amis, à qui il a confié ses malheurs et ses projets, s'inquiètent : ne risque-t-il pas, en plus de devenir stupide, de devenir « un sale con » ??
Avec cynisme et humour, Martin Page décrit une société où stupidité rime avec consommation : consommation d'émissions télévisées, de produits manufacturés et tout enveloppés, d'idées toutes faites et préconçues, sans la moindre trace d'originalité. Et l'on prend plaisir à suivre cette étrange plongée, cet autre regard qu'Antoine désespérait de ne jamais posséder.
Un roman qui, loin d'être transcendant, n'en demeure pas moins agréable et simple à lire.
0Commentaire| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 juillet 2003
De prime abord, vous accorderez à Martin Page la justesse du propos. Nous vivons, bonnes gens, dans ce nous appelons communément, un monde de fous! La norme est la norme: la créativité, l'intelligence, le droit à l'originalité sont bafoués chaque jour, en tout lieu et tout temps! Quoi de plus naturel que de dénoncer cet état, et qui plus est, d'y proposer une solution: devenir stupide (!?) et rentrer dans le rang! Merci, monsieur Page de nous asséner ce réveil brutal, mais salutaire. Le succès de votre roman est notre manière à nous de vous en remercier, et d'ajouter de l'eau à, ce qu'il faut bien admettre, est notre moulin aussi! Mais voilà! La mise en forme hésite entre roman et essai, humour débridé et classicisme romanesque. Il en résulte un sentiment d'éparpillement qui vous accompagne tout le long du livre. Mais peut-être cela est-il voulu pour étayer votre, pardon notre, thèse, et exemplifier les efforts surréalistes d'Antoine de se fondre dans le moule de la banalité. En seconde analyse, "Comment je suis devenu stupide" vous fera passer un agréable moment, et un meilleur encore à méditer! Notre société est bien fragile!
0Commentaire| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2002
... l'idée était originale, le personnage attachant, prometteur. Ses idées saugrenues pour aboutir dans sa quête du bien-être ne manquent pas d'humour (surtout quand on vit à Paris). Mais pourquoi cette fin ? C'est puéril, légèrement niais, et bien loin de l'intelligence de notre héros. A mon avis il a trop abusé de l'heurozac ! En attendant, j'ai été déçue.
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juillet 2004
L'idée de départ est très bonne : un étudiant possédant une myriade de diplômes inutiles décide de devenir stupide car il estime que son intelligence l'empêche de vivre heureux et de « profiter » de la vie. Il y a beaucoup d'humour, de dérision et de remarques pertinentes dans la première moitié du livre. Certains passages sont très drôles. Néanmoins, au fil du roman, l'auteur s'épuise. Son écriture devient de plus en plus superficielle et l'intrigue, très légère, n'arrive pas à captiver. En un mot, comme son personnage, l'auteur se laisse aller à la facilité. La fin est plus que prévisible et sert de prétexte à une leçon de morale sur les « vraies valeurs ».
0Commentaire| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2004
Quel bonheur que de lire ce petit roman de Martin Page qui passe au vitriol de sa plume les tares et elles sont nombreuses, de notre société.
Ce livre est bien plus qu’un simple roman. Il s’agit là d’une œuvre engagée, militante, intelligente et magistralement bien écrite. Comme, de plus, Martin Page ne se prive pas pour agrémenter son écriture d’une dose appréciable d’humour et de dérision, le lecteur se trouve irrémédiablement aspiré par le récit.
Votre téléviseur vient de vous lâcher ? Lisez vite « Comment je suis devenu stupide » et vous n’aurez plus envie de le faire réparer.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 octobre 2003
Voilà un livre qui fait plaisir...A tous ceux qui ne sont ni "branchés", ni obsédés par LA nouveauté du moment, ce livre fera certainement plaisir. Le jeune auteur se raconte, entre lucidité cruelle et décalage caustique, tel un humain parmi tant d'autres, qui ne comprend pas les priorités de la majorité de ses congénères. Il pourrait se recroqueviller, maudir ou bien disparaître, il choisit le plaidoyer pour la vie...avant tout.
Il est malheureux le jeune Antoine...Alors devenir alcoolique ? C'est un travail à temps plein qui n'a rien de passionnant...Se suicider ? Pas si facile que ça... Il lui reste la solution de devenir stupide...il se transforme en golden boy cupide bourré d'antidépresseurs..Evidemment ça marche un temps...l'argent, le pouvoir, les femmes...Et l'esprit dans tout ça..?
Martin Page réussit un livre frais, original et surtout drôle...
Son éditeur, Le Dilettante, a, une fois de plus, fait une bonne pioche..!
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juillet 2003
J'avais bien entendu été attirée par le titre, et la présentation. Et je trouve beaucoup de côtés positifs dans ce petit livre : beaucoup d'humour, un style (souvent pas toujours) léger, et un détachement qui en font une lecture amusante Quelques critiques plus profondes, malheureusement : les idées philosophiques de base et autres concepts sont présentés à la va-vite, de façon un peu arbitraire. Et la vision du réel un peu schématisée. Chez moi, on appelle ça "pseudo" : il ne suffit pas de vouloir jeter certains stéréotypes, il faut encore prendre garde à ne pas tomber dans ceux qui leur font face. Et c'est un peu le problème avec ce livre de M. Page. Cela reste une bonne lecture, cependant. Et avant de critiquer, il faut le lire...
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mars 2013
C'est une histoire qui permet d'alléger et de relativiser la souffrance de ceux qui ont une sensibilité et une intelligence exacerbée et qui peut être vécu dans cette société comme un véritable handicap (personne ne pensent à plaindre les personnes trop intelligentes). Certains se reconnaitront dans cette quête du vivre mieux en cherchant parfois des alternatives quasi délirantes, comme l'ablation d'une partie du cerveau, devenir alcoolique ou carrément, devenir stupide pour enfin rentrer dans le moule que la société semble imposer pour pouvoir enfin "réussir". Très amusant.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus