Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos Learn more nav_BTS17CE cliquez_ici Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Roman déprimant d'un dépressif sur la vie d'un dépressif, c'est souvent très drôle (notamment le chapitre sur l'éducation nationale), souvent d'une noirceur qui ressemble fort à de la lucidité (c'est pour ça que je ne le recommanderai certainement pas à ceux qui ont le moral dans les chaussettes), mais un peu énervant par le côté outrancier de nombreux passages, qui donnent l'impression d'un auteur au style brillant qui se voulant écrivain maudit prend soin de déplaire au public "bien pensant" en multipliant les "fautes de goût" (d'où les remarques sur un sous-Houellbecq) sans que le texte n'est toujours la force ou la portée nécessaires pour les supporter.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2006
A travers la description d'une vie d'oncle, professeur dépréssif mais lucide, le narrateur décrit sa condition et son interaction avec sa famille, la bouteille, les femmes, l'éducation nationale et la société en général. Descriptif souvent cru et sans concessions, pas de faux semblants, il demonte, dans un style proche de Plateforme, les immigrés, le sexe et l'hypocrisie rampante en France aujourd'hui. A lire absolument pour ceux qui détestent le politiquement correct.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2009
Mammifères narre les tribulations d'un raté, frappé d'ostracisme par le corps familial qui ne voit en lui qu'un alcoolique veule, couard ,salace, incapable d'avoir une descendance et s'adonnant aux plaisirs éphémères d'une vie largement consommée.
Jugé avec méchanceté et intolérance, le raté idoine, l'Oncle, une quarantaine d'années, s'affiche en contempteur impénitent et agonit d'injures et de commentaires disgracieux tout ce qui l'horripile: le monde éducatif et le corps professoral en particulier, le monde de l'édition, les étrangers, bassement qualifiés, les femmes, quelque temps acceptées puis refoulées. La carence affective semble constituer l'aiguillon de sa pensée tourmentée. Tout système de domination (familial, professionnel,...) est condamné et rejeté.

Présenté sous la forme d'un recueil de pensées, ce bréviaire ,destiné au peuple désabusé, s'inscrit dans la veine nihiliste en martelant avec rage son imprécation (dans ce registre, Houellebecq me semble plus doué).
Je regrette que Pierre Mérot nous livre un recueil fragmenté en quelques chapitres dont la trame narrative ne présente pas d'intérêt particulier, l'ensemble étant fort décousu.
On adhère ou non à la sévérité et à la causticité des propos tenus. Certains d'entre eux font sourire tant ils sont exagérés ou au contraire conformes à la réalité du monde ambiant, d'autres sombrent dans le verbiage. Le style Mérot, incisif et acide, m'a personnellement convaincu que cet auteur comptait parmi les plumes de fiel et d'amertume. A découvrir.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 septembre 2015
J'ai été transportée. Lire les histoires de la vie de cet oncle raté, dont il en fait lui-même l'analyse, vous projette dans un univers caustique, rude même, mais incroyablement empreint de vérités que l'on n'ose s'avouer. Et ce style d'écriture, si riche et particulier, qui vous titille les sens, rend les romans suivants bien tristes et pauvres linguistiquement parlant. Je ne savais pas dans quoi je m'embarquais, j'en ressors conquise. A lire absoluement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'Oncle est le raté de la famille-paraît que chaque famille a le sien-tant du point de vue affectif que professionnel. Divorcé d'une polonaise, il enchaîne les boulots improbables , ce qui donne lieu à une série de descriptions satiriques de l' Entreprise, de l'édition,de l'armée, sans oublier un hilarant cours de l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres,schémas à l'appui, car bien sûr l'Oncle deviendra enseignant.
L'alcool, les femmes demeurent ses meilleurs amis/ennemis, les psychiatres en prennent pour leur grade mais c'est surtout sur la famille et les mères de famille que le narrateur de Mammifères tire à boulets rouges dans une réjouissant jeu de massacre.
Pierre Mérot enchaîne les morceaux de bravoure et livre un portrait drôle et féroce de notre époque. A lire quand on a le moral dans les tongs, !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 avril 2009
ce livre fera au moins date chez moi pour avoir été le premier à avoir terminé sa course dans la poubelle jaune réservée aux journaux (avec comment je suis devenu stupide de martin page)
salmigondis sinistre cynique et dépressif qui n'a d'autre but que de vous expliquer par A+B et schéma à l'appui que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue, malgré une tentative de rattrapage dans les dernières lignes où l'auteur entrevoit une lueur de bonheur dans le fait d'écrire et de finir ce pamphlet dans les cafés entouré de ses amis alcoolo. Nombriliste qui crache à la face du lecteur donc.
On retrouve les mêmes thèmes que chez Houellebeck, mais ce dernier a au moins le mérite d'être (parfois) drôle et (certainement) talentueux.
D'autant que ce livre n'a même pas la bribe d'un schéma narratif, ça sent plutôt la compilation de pensées et d'écrits de jeunesse embrumé compilés.
puant!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici