undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
54
4,1 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 29 avril 2013
Suspens jusqu'au bout. Ayant lu les autres livres de la trilogie, on poursuit l'histoire du personnage principal avec beaucoup de suspens dans un paysage du nord de l'Ecosse. Je recommande la trilogie mais commancer par le 1er.
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mai 2013
Eh oui, c'est la fin de l'histoire de Fin Mcleod. Superbe livre, comme les deux premiers. Triste mais rendant bien l'atmosphère qui doit régnait dans ces iles du Nord de l'Ecosse. On y apprend aussi comment vivent les gens là bas. C'est une série que l'on regrette dès la dernière page, en se disant, "et maintenant je vais lire quoi, qui soit aussi bien ?".
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2012
C' est beau et âpre, comme le climat de l'île sur laquelle se déroule l'histoire de Fin MacLeod...Ce dernier opus de la trilogie de Lewis ( il faut avoir lu les deux premiers ) est puissant, de par la beauté des descriptions et la force des sentiments qui unissent ces jeunes gens, héros de cette histoire. Comme avec "L'île des chasseurs d'oiseaux" et le merveilleux "Homme de Lewis", la magie a fonctionné, je me suis retrouvée transportée là-bas, j'ai rencontré Whistler, j'ai vu les lacs perdus,j'ai été prise dans l'orage et j'ai écouté la musique du groupe qui est au centre du roman...C'est un livre qu'on referme avec regret, surtout que c'est le dernier de la série.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2013
Troisième tome d'une excellente série. On est transporté dans l'île de Lewis, battue par les tempêtes. Des personnages originaux et bien trempés!! Un enquêteur humain et angoissé qui sort de l'ordinaire. Des femmes de caractère comme je les aime.
J'ai eu hâte de me procurer ce troisième tome pas encore paru en poche.
Du bon polar.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2013
Magnifique ultime volet de la trilogie insulaire composée de :
L'Homme de Lewis, éd. du Rouergue, 2011
Le Braconnier du lac perdu, éd. du Rouergue, 2012
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce 3e volume est plus fade. En effet la trilogie s'essouffle et le suspense ou la vraisemblance ne sont pas au rendez-vous. Il faut avoir lu les deux premiers volumes pour comprendre les liens de parenté ou d'amitié - ce que j'avais fait - mais un nouveau lecteur doit en être averti. L'histoire est tout de même intéressante, tant au niveau de l'intrigue (un cadavre lié au passé de tous les protagonistes) qu'au niveau des us et coutumes de l'île de Lewis dont Peter May aime nous faire partager la vie.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voici le dernier volet de la trilogie de Peter May.

On se retrouve en terrain connu, ce qui satisfera la plupart des lecteurs accrochés depuis L'ïle des Chasseurs d'oiseaux , mais probablement en lassera d’autres.

Comme d’habitude, on retrouve Fin Macleod, cet ancien policier retourné sur l’île de Lewis (Hébrides extérieures, au nord-ouest de l’Ecosse) pour retaper la maison de ses parents et accessoirement, se retaper Marsaili, son ancien amour de jeunesse.

Comme d’habitude, tout débute par la découverte d’un corps.
Cette fois ci, il s’agit de celui de Roddy, un des leaders d’un groupe celtique à succès disparu 17 ans auparavant dans un crash d’avion. Il gît dans sa carlingue, au fond d’un lac et il a manifestement été assassiné.

Comme d’habitude, l’enquête policière menée par celui qui n’est plus policier, se déroule en même temps que le retour sur le passé des personnages et la révélation des liens qui les ont unis.

Comme d’habitude, Fin retrouve un amour de jeunesse : après Marsaili, voici Mairead.

Comme d’habitude, on se dit que May tire un peu sur la corde à nous resservir la même trame.

Comme d’habitude, on se dit que pour une île de 20 000 personnes, il y a quand même un taux d’homicides important et que Fin leur porte un peu la poisse.

Comme d’habitude, le récit est bien conduit, les personnages souvent crédibles, désabusés, tourmentés à loisir, portant leur croix. L’intrigue policière est honnête, avec son lot de rebondissements.

Comme d’habitude, le charme de ce roman tient surtout à la description de cette nature indomptable qui façonne les âmes insulaires à coups de bourrasques et de tempêtes apocalyptiques.

Comme d’habitude, on apprend beaucoup sur l'intéressante histoire locale.
Cette fois, May nous fait découvrir le naufrage de L’HMY L’Iolaire (sur le podium des catastrophes maritimes avec le SS Norge et le RMS Titanic).
Il nous parle également des Lewis Chessmen, un des jeux d’échecs les plus anciens encore conservés, dont les pièces ont été taillées dans de l’ivoire de morse ou des dents de baleine.

Comme d’habitude, on lit avec plaisir.

Mais cette fois, il n’y en a plus d’autre derrière.
99 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 avril 2013
J'ai été captivé par les deux premiers tomes de cette trilogie qui se situe dans les iles Hébrides au nord de l'écosse, en particulier par la description des paysages, du climat et de la mentalité particulière (réelle ou romancée) de ces iliens.
Le troisième opus clôt la série, avec une fin ouverte, mais on garde longtemps en mémoire l'ambiance particulière que l'auteur a su créer (ou décrire ?). Pour celles et ceux qui, comme moi, ont fait un séjour en Irlande - ou en écosse que je ne connais pas encore - les descriptions des paysages passant sans transition de la pluie au soleil, les couleurs changeantes de la mer, font revivre bien des souvenirs.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 février 2014
Quel soulagement de lire un auteur capable de concevoir une intrigue policière autre que celle basée sur un autantième tueur en série, dont l'originalité ne reposerait que sur une manière encore plus atroce de faire mourir ses victimes.
Dans la série "Nouvelles Hébrides" de Peter May, chaque enquète, bien ficelée par ailleurs, ne m'apparaît que comme le support à l'évocation de paysages, de caractères, de mentalités et de coutumes qui me transportent AILEURS. J'adore... Au point que j'irais bien me balader sur ces îles malgré un soleil trop avare de ses rayons et le regret de ne rien connaître du Gaélique.

Dans un style différent, mais tout aussi "émotionnant", j'avais énormément aimé "les Déferlantes" de Claudie Gallay avec ses phrases brèves, percutantes, évocatrices, qui vous séduisent dès les premiéres lignes.

Et si malgré les talents de ces deux auteurs, vous avez encore du mal à imaginer, allez vous promener du côté des Poulains sur Belle Île en Mer.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 octobre 2015
J'ai lu les deux derniers livres de la trilogie ( l'homme de lewis et celui-ci). Cela ne gêne en rien de ne pas avoir lu le premier tome pour la compréhension.
Le braconnier du lac perdu, utilise le prétexte d'une enquête policière pour raconter le passer d'une bande de copains. Le livre décrit avec mélancolie la vie sur l'île, les vies des personnages 17 ans auparavant. J'ai aimé la tristesse qui émane du livre, les personnages sont agréables et attachants. Par contre, qui recherche de l'action ou une véritable histoire policière risque d'être déçu.
L'homme de lewis, est plus prenant, car on voit plus facilement le déroulement de l'histoire policière. L'histoire est tout aussi triste ( histoire d'orphelins maltraités, d'une personne atteinte de sénilité, ..). Ce deuxième tome peut être lu sans les deux autres tomes.
Bref deux bons livres, très bien écrits, avec des histoires pathétiques et une enquête policière en trame de fond
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici