undrgrnd Cliquez ici Litte Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
8
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 21 octobre 2007
Apparemment, personne ne supporte l'idée qu'on puisse ne pas apprécier ce livre, vu les critiques que suscite ma propre critique. Si ce que je pense de cet ouvrage vous indispose au point d'en écrire votre première critique sur Amazon et de m'y faire dire des choses que je n'ai jamais dites, alors venez plutôt m'en parler dans le forum consacré à cet ouvrage en bas cette page, afin de me laisser la possibilité de vous répondre. Môssieu SnakeLittleFinger est cordialement invité.
Et maintenant, voici ce que j'ai écrit :
Après le Dictionnaire Snob du Rock, les éditions Scali nous proposent le Dictionnaire Raisonné Du Punk. Comme on pouvait le craindre, la juxtaposition des termes antinomiques "raisonné" et "punk" ne fonctionne pas. Ce dictionnaire n'est pas raisonné, il est snob, et contrairement au Dictionnaire Snob Du Rock, celui-ci manque cruellement d'humour et de recul. L'auteur se réserve le droit de juger de ce qui correspond aux "critères" du punk ou pas. Savoir quelle marque de guitare "fait" punk ou pas est aussi inutile que le débat qui fait rage chez les obsédés de logorrhée guitaristique, à savoir qui est le meilleur guitariste : Steve Vai ou Joe Satriani ?
Concernant les racines américaines du punk et la vague de punk anglais, tout ce qu'on apprend, c'est que l'auteur a bien lu ses classiques (Lester Bangs, Legs McNeil, Nick Kent...) et qu'il est doué pour reprendre les propos de ces derniers.
On se retrouve également avec des entrées dont le lien avec le punk est franchement discutable : David Bowie, Keith Richards, Throbbing Gristle...
Mais le gros problème de ce dictionnaire est ailleurs ; près de la moitié des articles est consacrée au punk français. Le vécu et la nostalgie de l'auteur prennent une place importante au point qu'il tente de nous faire croire que le punk français a eu un impact similaire à celui d'Angleterre ou des Etats-Unis. A part les Stinky Toys qui ont fait la couverture de Melody Maker et Métal Urbain, dont le dernier album a été produit par Jello Biafra, je ne crois pas que le punk français ait fait beaucoup de bruit hors de nos frontières. On se retrouve donc avec des articles totalement inutiles comme "Lycées parisiens", dans lequel on apprend quels lycées fréquentaient Jacno, Eudeline ou les futurs Métal Urbain.' On a également l'impression que le moindre concert de punk donné en France est recensé dans ce livre. Tandis que le punk anglais et américain ne peuvent être abordés que dans les grandes lignes, on a droit ici à un historique complet du punk français. S'il voulait écrire sur le punk français, il aurait été préférable que l'auteur y consacre un livre à part : il aurait ainsi pu y parler de ses amis de l'époque et raconter ses souvenirs de jeunesse comme bon lui semble, au lieu de nous faire croire sur une page entière que "Poly Magoo" d'Asphalt Jungle est un hymne international du punk du même acabit qu'"Anarchy In The UK", qui n'a droit qu'à une demi-page...
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2007
Moi j' ai beaucoup aimé ce livre , je pense que des livres ne parlant que du punk anglais il y en a des centaines, de plus pour avoir lu Some cliché le livre précedant de Mikailoff j' apprecie justement le coté nostalgique et subjectif de l' auteur, en aucun cas il ne dit que POlly Magoo est un hit international , je trouve personelement quE ce titre en à la stature, les chiffres de vente font t'il tout ?
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2007
Du bel ouvrage que voilà... Après avoir frappé nos esprits avec "Some Clichés", l'ancien guitariste des Désaxés Pierre Mikaïloff revient de fort belle manière. Il n'est en effet pas question d'établir des comparaisons entre les mouvements français, américains et anglais, chaque pays a vécu le phénomène différemment, mais les symboles, les fringues et les disques sont là, transcendants, pour l'éternité, et PM joue à l'exégète, on ne saurait que trop lui donner raison...Trois pays, mais un seul mot d'ordre : "No Bullshit and Do It Yourself". le livre fourmille de détails, et c'est aussi ça, le rock, non ? Du vrai beau boulot, en attendant le "Chercher le Garçon" à paraître.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2007
Pourquoi le livre de Pierre Mikaïloff est-il essentiel ? Tout simplement parce qu'il est l'un des acteurs de cette vague punk déferlante en cette fin des années 70. Comment pourrions-nous trouver meillleur analyste si ce n'est parmi ceux qui ont contribué à l'avancée de cette musique et à sa meilleure compréhension (préhension ?).
L'avis des amateurs est toujours subjectif. Celui des créateurs toujours celui à suivre ....
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2007
En ce qui me concerne, l'existance de ce livre me semble important.

Les personnes qui s'interesse au "punk" outre-manche et qui savent faire preuve de curiosité avaient déjà largement de quoi alimenter leur recherches, sur le web par ex...

Le fait d'avoir un document retraçant ce qui a pu se passer en France, avec une subjectivité bien placée en prime n'est absolument pas contraire a quoi que ce soit, c'est même dans une mouvance punk. Même si l'ampleur n'a pas le plus gros impact en France, c'est important de faire trace de ce qui a existé.

Quoi de plus insuportable que d'immaginer Larousse ou Le petit Robert inclure dans leurs colonnes autant d'ingredients sans aucune formule pour commenter ! on pourrait ensuite les critiquer de ne pas faire appel à une personalité ayant un minimum de connaissances dans le domaine pour ecrire sur le sujet, surtout si c'est pour redire ce qui a ete dit.

Je pense que le titre résume bien le contenu et la façon dont c'est fait.
C'est un dictionnaire raisonné, à partir du moment ou l'on sait lire, on doit pouvoir comprendre que c'est un dico d'auteur, et ensuite aprecier ou pas le livre. Il y aura toujours des discussions et appréciations possibles sur ce qui est punk ou pas, sur le style...

Ceci dit, le fait que ce livre existe n'empeche en rien (en principe) la sortie d'un autre dico (conventionnel?) sur le punk (en français), et si cela ne fait apparement pas mouche pour tous, perso je trouve que l'auteur sait manier l'humour.

J'ai aussi lu le precedent, et j'espere prendre auttant de plaisir à lire le prochain.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2007
Comme Alexis, j'ai trouvé ce livre sympathique, distrayant et instructif. Et n'en déplaise à monsieur Pig, si ce dictionnaire manque cruellement d'humour (c'est lui qui le dit), il n'en apporte pas moins un peu de résonance de punkitude du premier âge pour la jeune génération rock actuelle. D'ailleurs monsieur Pig à l'air d'avoir un sérieux problème avec les jeunes artistes actuels qui pour lui ne sont ni plus ni moins que du réchauffé de l'âge d'or (lire à ce sujet son commentaire sur Devendra Benhart, musicien pourtant hors pair). Si vous pensez monsieur Pig, que Mikaïloff parle de ses souvenirs personnels pour mieux faire briller son nombril, c'est que vous devez avoir certainement un petit problème avec les vôtres. Et un livre qui parle plus de Polly Magoo et du rock français des seventies finissantes que d'Anarchy in the UK et du punk anglo-saxon n'est-il pas justement un livre underground au sens ou l'entendait Jean-François Bizot... D'ailleurs, on s'en fout que la plupart de ces groupes n'aient pas passé la frontière, puisqu'ils ont ouvert des portes... bref, un dictionnaire raisonné, soit, mais punk.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2007
A l'usage de tous ceux qui veulent comprendre le pourquoi du comment à propos des choses de forme circulaire ou non qui se sont un jour retouvées rangées dans la catégorie "Punk".
Les fétichistes y trouveront moults annecdotes, les amateurs de disques une mine de renseignements sur les bios et les parcours des groupes de l'époque, et plein de petites choses sur le contexte socio-cul en france, outre manche et outre atlantique.
Le style de Mikaïloff est alerte, incisif, drôle et tendre à la fois.
Sans jamais prétendre à une exhaustivité lénifiante et rigide, il livre une somme assez considérable d'infos de manière rigoureuse et fun à la fois.
Une initiative courageuse pour un résultat pertinent avec en bonus pas mal de choses sur la punkitude à la française qui en surprendront plus d'un...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 octobre 2007
Beaucoup de punks "canal historique" ont pourtant pris Keith Richards pour modèle : Patti Smith, Mick Jones, Brian James, Johnny Thunders...
Quel autre personnage incarne mieux le carpe diem rock'n'roll que le guitariste des Rolling Stones ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici