Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Levy Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_CD Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
146
3,5 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:22,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce roman est le croisement entre La Route de McCarty et Into the Wild, assurément...
Un homme et son fils de 13 ans décident de partir dans le sud de l'Alaska pour une année, vivre loin, pour oublier le monde et les autres dans une petite cabane perdue sur une ile loin de tout. Tout est beau, le père réapprend à connaitre le fils qu'il voit si peu, on chasse le cerf, on pêche le saumon, on aménage la baraque, on prépare l'arrivée de l'hiver. Pourtant, on sent que quelque chose monte, approche, menace, à mesure que le père semble perdre pied, parfois, tout en montrant à d'autres moments son manque de discernement, voire de préparation en vu d'une telle aventure... Et puis, à la moitié du roman, on se prend une claque magistrale, inattendue au possible, un coup dans l'estomac qui vous scotche quelques minutes à la fin du chapitre, deux lignes lancées froidement et qui vous mettent K.O.
La suite du roman nous plonge dans les noirceur de l'âme humaine, mais on ne peut en dire plus sans en dire trop.
Pour un premier roman, l'auteur réussit à nous en coller une de plein fouet, et quand bien même le bouquin n'est pas d'une folle gaité, il ravira ceux qui ont adoré les deux romans cités au début de cette critique.
22 commentaires| 75 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je constate sans réelle surprise que les commentaires qui entourent le premier roman de David Vann sont fortement partagés, il est vrai que ce livre de par son contenu et son histoire absolument atypique ne peut laisser indifférent, quelque que soit le lecteur, d'où le traitement aussi dissemblable.

Impossible de trop s'étendre sur le sujet sans en dévoiler l'intrigue, ce roman est en faite une sorte de mélange d' " Into the Wild " film de Sean Penn dans sa première partie puis de " seul au monde " film avec Tom Hanks dans la seconde, un suspense terrible, oppressant et même parfois fortement stressant, personnages troubles et profondément perdus au propre comme au figuré.

Personnellement, j 'ai dans l'ensemble plutôt apprécié ce récit qui se lit d'une traite et s'il n’apporte rien de profondément psychologique ou philosophique ce qui n'est certainement pas sa vocation première, reste sincèrement plaisant, bien construit et offre en somme un bon moment de détente avec cette littérature férocement intrigante.

UN HUIT CLOS SAISISSANT.
11 commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 décembre 2016
J'ai lu d'autres David Vann depuis et à chaque fois je ne peux pas lâcher le livre avant de connaitre la fin. David Vann a un don pour installer les situations pas à pas et de faire monter l'angoisse d'un événement tragique à venir. Le climat de l'Alaska est un personnage à part entière et contribue beaucoup à cette tension.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 avril 2012
Ouaouh quelle lecture oppressante, rapide, incisive et cruelle !!! un voyage dans la folie d'un homme torturé et largué,incapable de prendre soin des gens qui l'entoure ,complètement perturbé psychologiquement et dont le sombre destin va engloutir tout autour de lui.On assiste, impuissants, à cette ode funèbre qui devient de plus en plus noire et collante, cette lecture m'a vraiment mise mal à l'aise comme rarement en tant que lectrice, on détourne les yeux et notre regard revient inévitablement pour suivre jusqu'à la lie cet odieux carnage.... Saisissant.....
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2010
Je me suis laissé avoir par les critiques professionnels, par l'impatience d'arriver à cette fameuse page 113, où le récit devait basculer dans un cauchemar "dont on ne se remettra pas". Avec une accroche pareille, j'ai d'abord vérifié presque en tremblant que la page 113 existait bien. Un défaut d'impression, une page manquante, on ne sait jamais, çà peut arriver. Je me suis dit : "Le cauchemar de la page 113, c'est peut-être qu'elle n'existe pas". Vous imaginez le cauchemar! Ouf, elle était bien là, banale,rassurante, aussi blanche que les autres, reliée solidement à la page 112. Vous ne pouvez pas savoir le bien que çà fait!
Et puis le cauchemar s'est produit. Aussi maladroit que le héros sur son île, j'ai lu sans le vouloir deux ou trois mots, pas plus je vous jure... les derniers de la page....avant de commencer le roman.
Alors voilà :
- Si je n'avais pas lu cette phrase par une sorte d'excitation incontrôlable, je crois que j'aurais lâché le livre avant d'y arriver. Il aurait perdu en tout cas beaucoup de son intensité dramatique. Car finalement le plus intéressant a été de découvrir le chemin qui menait à la 113. (aussi appelé « Syndrome Columbo »).
- Contrairement aux avis des critiques experts, la première partie (1 à 113) est beaucoup plus dramatique et passionnante que la deuxième. En fait le roman aurait été génial s'il s'était terminé...page 113.
- Quelqu'un devrait quand même conseiller au père de faire un stage de « Compagnonnage » section menuiserie, et de ne pas partir sur une île déserte avec son fils de 13 ans avant de savoir planter un clou. Sinon...gare à la page 113.
Tout çà ne fait pas très sérieux.

Je recommande malgré tout ce roman, et je comprends ceux qui l'ont aimé. Je crois que le style y est pour beaucoup, dénudé et direct, complice de la nature sauvage qui vibre autour des deux héros.
44 commentaires| 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2011
J'ai acheté ce livre suite à des critiques très positives lors d'une émmission du "masque et la plume" de jérôme Garcin sur France Inter.
Les promesses : Une ambiance incroyable, une description de la rude nature de l'alaska à la fois juste et terrifiante, une histoire sombre et captivante.
Mon ressenti : une vraie déception ! Je n'ai aucunement été captivé. Sombre certes mais pas vraisemblable, une description de l'alaska insipide. A mes yeux, un style d'écriture plat et sans relief. Seule la fin réhausse l'ensemble. En fait, je ne suis jamais entré dans cet univers et je me suis ennuyé ferme. Il m'a fallu faire un effort pour le terminer. Je ne comprends pas comment ce livre a pu susciter tant d'enthousiasme ...
22 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un livre peu ordinaire.
La première partie nous raconte les retrouvailles d'un père divorcé et de son fils, partis dans un coin perdu de l'Alaska dans une cabane loin de tout que le père a achetée. Difficultés de la vie à l'écart de la civilisation, manque flagrant de la préparation du papa, et surtout la nature omniprésente. L'auteur utilise toutes les perceptions pour nous communiquer la force de ce cadre sauvage qu'il connaît bien (il en est originaire). Cela dit, le vrai sujet n'est pas là, mais dans les difficultés relationnelles entre un fils plein de bonne volonté, mais qui comprend difficilement ce père presque inconnu qui est en butte à ses démons et pleure toutes les nuits.
La page 113 est un des plus gros chocs littéraires que j'ai connus, une claque que l'on prend en pleine figure.
La seconde partie est consacrée à une errance terriblement réaliste, pleine de détails vraisemblables, racontée du point de vue du père, totalement haletante. La fin, finalement attendue, est presque un soulagement.
C'est un livre rare, dont la force m'a emporté sur toute sa lecture. Je me la rappellerai longtemps.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Si ce livre n'était composé que de sa 1ère partie, il se classerait sans doute, parmi les immenses nouvelles.

Désespérant, poisseux, addictif, on se laisse entraîner dans le récit de cet homme, Jim, qui rate tout tout ce qu'il entreprend et qui entraîne son fils, Roy, dans un séjour-aventure improbable sur une île perdue d'Alaska, Sukkwan Island.

Ce retour à la vie sauvage est aussi mal préparé que possible car au fond, Jim profondément égoïste et immature, est incapable d'assumer des responsabilités et préfère se réfugier dans l'auto-apitoiement ou le déni.

Hélas, j'ai trouvé que la 2ème partie qui vient se greffer sur ce 1er récit, l'enlise de manière interminable, pour se finir par une pirouette maladroite.

Dommage.
22 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2010
Oui cette fameuse page 113, l'intensité dramatique qui la précède, tiennent du génie littéraire. Je n'ai pu m'empêcher de penser au style de Philippe Djian.

Je partage certaines réticences parmi les commentaires.

Certains passages morbides de la 2e partie sont difficiles à lire cependant, dans la 1ere partie, ce fils qui ressent, au fond de lui-même, que son faible de père n'est pas un type bien marque durablement le lecteur. L'auteur nous donne à ressentir l'isolement progressif de ce jeune homme de 13 ans.

En fait, le livre prend tout son sens lorsque j'appris que le père de David Vann s'est suicidé 2 semaines après que ce dernier ait refusé de partir en Alaska avec lui... Longtemps l'auteur a porté ce livre en lui, se demandant quel aurait été le cours de sa vie s'il avait dit oui...

Alors la page 113 prend tout son sens ainsi que la fin du roman.

Il exorcise sa culpabilité et fait preuve d'une grande lucidité : c'était son père ou lui, point final...

C'est très fort, cela ramène au cycle naturel de la vie et de la mort, sans tergiversations psychologiques.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2010
A peine sortie de la lecture de "La Route" de Cormac McCarthy qui a laissé une empreinte sombre et désespérante dans mon imaginaire, je me suis vue happée par le scénario sombre, angoissant et infiniment violent qui tisse la trame de Sukkwan Island. Le récit, qui enchaîne le lecteur à l'inconséquence d'un homme faible et versatile qui le mène au déni le plus tragique et pathétique vous entraîne dans sa spirale morbide et vous tient malgré vous dans une espèce de fascination malsaine. Le procédé est remarquablement efficace même s'il franchit allègrement les frontières du plausible. Un livre que l'on a peu de chances d'oublier.
11 commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

23,00 €
10,50 €
7,70 €
9,80 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)