undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
55
4,3 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:22,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 décembre 2011
Les informations présentées dans ce livre qui se lit très bien malgré la gravité des faits qu'il relate, sont édifiantes.
Elles nous font prendre conscience que nous vivons dans un monde dont les dirigeants, qui prônent la rigueur, la morale et le fatalisme des crises et des guerres sont en réalité une bande d'escrocs en col blanc qui règnent sans partage et de manière cynique sur le monde, ce à travers la création monétaire.
Individuellement nous n'avons aucune chance de mettre un terme à cette escroquerie mondiale organisée par les banquiers internationaux, mais ensemble, si nous faisons circuler largement l'information et que nous alertons autant de monde que possible, alors nous saurons nous en protéger et contre-attaquer cette bande de voyous qui se sont placés au-dessus des lois et des principes élémentaires sensés garantir le respect et la justice entre les humains de toutes races et de toutes nations.
Mullins nous explique que sans ses banquiers tout-puissants et va-t-en guerre, les conflits sont simplement impossibles (cela est vrai pour la première et la deuxième guerre mondiale, et reste vrai pour toutes les guerres que nos dirigeants, corrompus et souvent élus par les mêmes banquiers, engagent sans cesse en ce moment : Irak, Libye, Syrie, Yemen, etc. et bientôt en Iran).
Mullins nous prévient de rien moins que l'évolution du monde vers un fascisme globalisé. Nous en avons eu un aperçu avec l'irruption de banquiers - non élus - aux plus hauts niveaux de responsabilité en Europe (éviction et remplacement de Berlusconi et de Papandreou par des banquiers, direction de la BCE par un ancien de Goldman Sachs, etc.)
Ce livre à la rédaction duquel son auteur a consacré, courageusement, toute sa vie, est un ouvrage de première importance qui doit circuler largement. Sa notation hors du commun et son classement élevé dans les ventes d'Amazon.fr montrent que la population se réveille. Accompagnons et accélérons ce mouvement en en parlant, en le citant, en le prêtant, en l'offrant, en le faisant acheter par nos bibliothèques municipales, nos médiathèques, les centres de documentation de nos lycées, de nos universités, de nos entreprises, en demandant à nos libraires de l'afficher en vitrine, bien en évidence. Si nous ne le faisons pas pour nous, faisons-le pour nos enfants.
11 commentaire| 90 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2011
Un ouvrage absolument IN-DIS-PEN-SABLE pour quiconque veut comprendre l'histoire moderne de la mafia bancaire anglo-saxonne, certains dessous de l'histoire des XIXè-XXè siècle ainsi que le pourquoi de la "dette" (au moins au niveau américain mais le processus est le même en Europe, simplement intervenu plus tard). Des méthodes employées pour arriver à leurs fins aux origines des grandes familles et des personnages décisifs du monde de la finance vampiresque, tout y est. A compléter avec la trilogie "Wall Street" d'Antony Sutton.
0Commentaire| 31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2011
Effarant, le Système bancaire poursuit sa route, sympathisant avec les plus naïfs et les plus cyniques.
Remarquable travail d'Eustace MULLINS.
Essai que je qualifierais de classique incontournable pour tous les gens s'intéressant aux auteurs subversifs contemporains.
Préface du grand Michel DRAC (qui apporte une crédibilité d'autant plus renforcée).
Un livre chargé d'informations qui nécessiteront une recherche parallèle, plaisir supplémentaire me dirait vous.
Prenez votre temps "les secrets de la réserve fédérale" se déguste et s'apprécie tant chaque page vous assomme.
Nul besoin d'en dire plus, je vous laisse le soin de vous forger une opinion sur cet essai, qui mutualisera le dégout de ces cartels bancaires (sachant que pour ma part celui-ci était déjà très fort) et le bonheur de CONNAITRE et COMPRENDRE les intentions de ces élites financières depuis leur prise de monopole.

Un mot, ÉNORME, à lire d'urgence!!!
0Commentaire| 31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2011
Livre facile à lire décrivant l'impensable conspiration, réelle et non fantasmée, de la Finance internationale... Au delà de cela, malgré le travail fourni de Mr MULLINS, je m'étonne encore du phénomène du livre "Indignez vous" et pas de celui-ci. Nous vivons dans une époque bien triste où malgré les faits, les preuves ou encore l'évidence on accepte des d'être soumis à un petit nombre en se lamentant d'accepter notre sort comme un funeste destin.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 décembre 2010
Vous vous posez des questions sur les sociétés occidentales et les problèmes (de crise & autres) actuels. Les réponses sont ici. Si vous ne voulez pas pratiquer la politique de l'autruche, c'est ici que ça se passe.
0Commentaire| 45 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2014
Je suis partagé sur ce livre, tiraillé entre le bien et le mauvais. Bien pour le fond, mauvais pour la forme.

Il faut que lecteur sache avant toute chose ce qui l'attend avant d'effectuer son achat:

Sur le fond (période début XXème) je citerai l'avant-propos du traducteur pour résumer le contenu: "Eustace Mullins [...] nous apporte un éclairage saisissant sur les puissants qui se cachent derrière le [...] nouvel ordre du monde. [...] L'auteur plonge au cœur de cette vaste entreprise politico-économico-médiatique et nous livre [...] une étude minutieuse des personnages centraux de la conspiration de la réserve fédérale [...] les liens secrets qui unissaient entre eux les grands banquiers de l'époque, qui contrôlaient non seulement les richesses de la planète mais aussi la décision politique [...] et comment la stratégie financière de haute-voltige permet de manipuler les peuples."
Le fond qui est le point fort du livre est plutôt copieux. Les références sont nombreuses, le travail est important. Je ne critiquerai pas car je ne suis pas spécialiste en la matière (cf. les autres avis) et tout le problème est là d'ailleurs. Si l'on est pas un lecteur averti, il est difficile d'être critique par rapport aux conjectures faites par l'auteur, on est obligé d'avaler toutes les infos en supposant qu'il est dans le vrai (à l'image de la petite histoire sur Bessie Marbury p.262/263, non sourcée, qui est à l'origine de la carrière de Roosevelt, ça tombe comme un cheveux sur la soupe et l'on ne sait pas trop ce que ça vaut). Il est vraiment difficile d'avoir un esprit critique sur ce type d'ouvrage, ce qui me semble pourtant essentiel pour garder une bonne capacité de jugement à moins, je le répète, d'être un spécialiste.
Ce que le lecteur doit savoir s'est qu'il s'agit essentiellement d'un travail d'investigation bibliothécaire (l'auteur en ce sens remercie la bibliothèque du Congrès, la Newberry library, la bibliothèque publique de NYC, l'Alderman library, la McCormick library). L’œuvre est donc jalonné de citations/extraits d'articles de presse, de livres autobiographiques, d'auditions au Congrès et autres interviews en tout genre que l'auteur utilise pour étayer ses thèses. Alors la question que l'on est en droit de se poser est: cela suffit-il à prouver quoi que ce soit? Peut-on prétendre exposer au grand jour tout les rouages de l'économie, des crises et guerres mondiales en appuyant ses thèses sur une big méga « revue de presse » ? Ce sera à vous de vous forger votre propre opinion en lisant ce livre !

Sur la forme, le nombre d'entreprises, de banques et personnages desquels le livre traite est énorme. Si vous n'avez pas de connaissances sur les sujets traités, la grande finance, l'histoire des USA début XXème en particulier et de la Fed, vous allez vous noyer sous une avalanche de biographies de personnages, de firmes et de termes économiques parfois techniques qui vous seront totalement étrangers et clairement, ça va être très dur!
Ce serait le principal reproche que je ferais à l'ouvrage, on a l'impression de lire un enchaînement de biographies plus ou moins entremêlées et on est très rapidement étouffé. Heureusement très bon point, les biographies des principaux personnages ont été mises en annexe ce qui permet de rendre l'ouvrage plus digeste, plus clair...encore fallait-il y mettre une référence systématique. En effet, l'on est pas toujours invité à la lecture de la biographie du personnage, ce qui fait qu'à chaque fois qu'un nouveau est cité vous devrez aller voir par vous même si une biographie sur ce dernier à été placé en annexe. Très fastidieux.
Pour vous faciliter la lecture, je vous conseil fortement d'imprimer avant même d'avoir commencé les neufs tableaux proposés en téléchargement sur le site internet scriptoblog (adresse de téléchargement p.174). En particulier le tableau 1 auquel vous pourrez vous référer tout au long de la lecture. Vous aurez besoin de vous y référer de toute manière dès la page 83/84 et de la p.174 à p.189 (ce qui d'ailleurs est indiqué mais n'est pas bien précisé sur le livre, il faut lire la page sur scriptoblog pour savoir à quel passage exact du livre ce réfère chaque tableau...). Je vous conseil également de noter sur votre marque page toutes les biographies placées en annexe ou de préparer une référence en s'aidant de l'index avant de commencer la lecture, ce afin de pouvoir vous y référer quand le nom d'un protagoniste apparaît.
On notera que le livre ne démarre pas tout de suite car, et c'est amusant, il faudra d'abord lire: l'à propos de l'auteur, l'avant propos du traducteur, la préface de Michel Drac, l'avant propos de l'auteur et l'introduction! On se retrouve donc p.31 pour attaquer. Toutefois ce n'est pas un défaut c'est même plutôt bienvenue car cela permet de s'échauffer et de bien cerner le sujet avant de commencer.
Enfin quelques détails négatifs qui dénotent une certaine précipitation des éditeurs (ou traducteur?):
Les coquilles très nombreuses, qui jalonnent l’œuvre et les biographies (exemple p.201: "destinée seulement agriculteurs", il manque le "aux", p.227:"consversationassez" sans espace, d'autres p.214, p.216 etc...). Je n'ai jamais lu un livre avec autant de coquilles, c'est vraiment hallucinant il y en a partout, indirectement ça porte préjudice au sérieux de l'ouvrage, une révision s'impose.
L'index, parfois juste, parfois complètement faux (vous pourrez apprécier les occurrences indiquées pour certains mots p.426, p.440, p.442., sachant que le bouqin fait 417 pages biographies incluses. Sans parler de certains mots qui n'apparaissent sur aucunes des pages indiquées !?)
Les nombreuses notes du traducteurs en bas de page, très bienvenues, mais qui prennent jusqu'à parfois 3 pages(cf p.194)! Il eut été préférable de mettre les notes imposantes en annexe pour ne pas surcharger la trame principale.
Enfin pour pinailler, l'ajustement du texte, il y a parfois de grands espaces entre les mots ça fait bizarre, le texte fait de temps en temps l'accordéon (exemple flagrant p.258 lignes 8/9/10 de la 2ème citation vis à vis du reste du texte, gros espace entre M. et Meyer!).

Je terminerai sur un très bon point c'est la qualité physique du livre. Bravo aux éditeurs. Grand format mais pas trop, c'est du relié dos cousu-collé avec une bonne dose de colle (les cahiers ne sont pas tranchés), papier de qualité, impression lisible, bonne prise en main d'un livre souple et solide avec une très belle couverture plastifiée. Suffisamment rare pour être souligné et pour justifier les 22€.

Pour résumer et conclure, un fond copieux, un sujet exploité à fond mais une forme qui manque de rigueur et pourra dérouter surtout pour les novices comme moi. Pour mieux apprécier ce livre, lisez le rapidement (pour garder les noms en tête), référez vous aux biographies, imprimez les tableaux avant de commencer, prenez des notes, consultez internet sur les termes techniques et lisez le deux fois, la première pour débroussailler, la deuxième pour aller au fond du sujet.

Bonne lecture ou bon courage au choix!
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mars 2011
Ce livre est une revelation sur la maniere dont fonctionne reellement le monde depuis un siècle. A ne pas manquer !
0Commentaire| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2011
Ce livre m'a permis d'ouvrir enfin les yeux sur ce qui nous entoure !!! Je commence à comprendre le monde, cela faisait plusieurs années qu'au fils de mes lectures, j'appréhendais de mieux en mieux l'économie...(paul jorion et son blog y ont contribué!!) et ce qui disent qu'on ne peux rien changer, c'est leur problème si ils veulent rester des montons, tondus à chaque nouvelle saison (pour la peine, la tonte de cette année est vraiment exceptionnelle!!). comprendre, échanger avec nos pairs, permettra de s'en sortir mieux que la masse (asservie)!! Mais pour cela il faut choisir la pilule rouge, c'est pas facile comme choix, mais la vie est elle facile en pleine crise?
0Commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2011
Saviez-vous que la Réserve Fédérale américaine n'est absolument pas la banque de l'Etat Fédéral, mais un conglomérat des plus grandes banques mondiales ? Alors, quand la Fed décide ceci ou celà soyons conscients que c'est uniquement dans l'intérêt de ces grands financiers dont Henri Ford disait que "leur unique objectif est le contrôle du monde par la création de dettes inextinguibles"....
A méditer sérieusement avant qu'il ne soit trop tard...
0Commentaire| 42 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le livre `damné' d'Eustace Mullins révèle des aspects cruciaux sur le monde dans lequel nous vivons. En fait, le monde occidental a été et est gouverné par une minuscule oligarchie financière qui contrôle le Système Fédéral de Réserve (SFR) des Etats-Unis.

Système fédéral de réserve
E. Mullins explique parfaitement que le SFR n'est pas fédéral, qu'il n'a pas de réserves et que ce n'est pas un système du tout.
Toute forme d'argent en circulation aux Etats-Unis appartient au SFR, donc aux actionnaires des banques qui contrôlent le SFR. Il y a des gens aux Etats-Unis qui ont le pouvoir d'inscrire simplement dans un registre de banque que le gouvernement américain leur doit légalement x milliards de dollars en principal (toute la dette gouvernementale) et également des intérêts sur cette même dette.

Oligarchie (ou mieux: un homme)
Comme John Moody l'a écrit en 1911, `sept hommes (!) à Wall Street contrôlaient une grande partie de l'industrie et des matières premières aux Etats-Unis' (Trois du groupe Morgan et quatre du groupe Rockefeller). Mais, ces sept personnes devaient tout rapporter à la succursale de Londres de la Banque Rothschild.

Enorme pouvoir et manipulations
Après 35 ans d'existence, l'actif de la SFR était passé de 145 millions de dollars à 45 milliards de dollars. Avec ces fonds, les actionnaires de la SFR ont financé deux guerres mondiales, la révolution bolchevique (transactions en or) et le parti nazi.
Le SFR manipule la quantité de monnaie en circulation, c'est-à-dire l'argent dont la population a besoin pour payer sa nourriture et ses loyers, et que les employeurs utilisent pour payer leurs employés. Le SFR manipule journellement les taux d'intérêt et le cycle économique aux Etats-Unis (J.M. Keynes, H. Schacht).
Ainsi, le Krach de Wall Street en 1929 a été provoqué par une contraction soudaine de l'argent en circulation et une hausse concomitante du taux d'argent au jour le jour à 20%. Cependant, les initiés avaient été avertis et avaient déjà vendu leurs actions.

Origine de la richesse, vols, les présidents des Etats-Unis
On est surpris de voir les sources de richesses respectables dans le monde, comme la vente d'opium ou d'esclaves, mais aussi des vols purs et simples. Ainsi, pendant la Première Guerre Mondiale, $ 10 milliards d'obligations gouvernementales de la War Finance Corp. ont été subrepticement détruites et 24 millions de dollars d'obligations copiées ! Ces vols expliquent l'exécution de l'héroïne de guerre (?) `Edith Cavell', qui avait découvert des malversations en Belgique.
Trois présidents qui se sont opposés à la constitution du SFR ont été assassinés.

Où se trouve la guilde des écrivains professionnels économiques et financiers des Etats-Unis dans toutes ces affaires?

La lecture de ce livre est indispensable pour tous ceux qui veulent comprendre le monde dans lequel nous vivons.
0Commentaire| 64 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici