undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles
59
3,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:19,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 avril 2009
Fred Vargas deviendrait-elle le Bernard Buffet du polar ?
Je suis surpris de lire autant de dithyrambes ; leurs auteurs ont-ils oublié les premiers opus sur Adamsberg et sa brigade ou bien ne les ont-ils pas lus ?
Certes, l'écriture "vargassienne" est toujours là mais l'histoire !!
Léo Mallet avait réussi à écrire un polar sur chaque arrondissement parisien mais Fred Vargas doit finir par s'y ennuyer et cette fois expédie son héros à Londres, Garches et à Kiseljevo (Serbie) où l'ami d'enfance et ex-collègue, oublié dans un précédent volume, surgit hors de la nuit dans un caveau et sauve le héros d'une mort... certaine elle.
Un fils inconnu de presque 30 ans vient même "pourrir la vie" de son Adamsberg de père, manipulé par le méchant, lui-même ex-mari de la presque ministre de la justice qui ne recule pas devant quelques "dégâts collatéraux".
... et je n'évoque pas les vampires du 18ème siècle ; ça serait vraiment indigeste.

La prochaine fois, l'action se déroulera-t-elle en Californie où on y apprendra que Britney Spears est la fille cachée d'Adamsberg et que Richard Manson est innocent ?

Je vous en conjure, si vous n'avez pas encore lu de Fred Vargas, sautez plutôt sur "Pars vite et reviens tard" ou sur ses livres précédents.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2012
La première moitié de "Un Lieu Incertain" n'est pas loin d'être ce que Fred Vargas a écrit de mieux : profondément poétique, fantaisiste jusqu'au délire, réjouissant grâce à un sens de l'humour aussi truculent que complètement décalé, le livre se dévore littéralement. Puis vient le moment où il faut bien être sérieux, faire un "vrai polar", et d'un coup, tout cela cesse complètement d'être convaincant : on sent que Vargas bâcle un peu son livre, multiplie les coups d'oeil dans le rétroviseur, entremêlant son intrigue de personnages du passé de Adamsberg, et du coup nous raconte sa "solution" un peu tirée par les cheveux plutôt que nous la faire vivre de manière haletante... On termine donc le livre en dilettante, pas plus intéressés que cela aux circonvolutions d'une intrigue à la résolution "incertaine", elle aussi, et l'on déplore d'autant plus le dernier "coup de théâtre", qui apparaît comme une lâche soumission de Vargas aux codes les plus éculés du fantastique.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2008
Il y a cinq ans, j'ai découvert Vargas ; je croyais que c'était un homme : le prénom sans doute et le style aussi. Puis j'ai découvert que derrière ce prénom se "cachait" une historienne. Le nom Vargas est quant à lui un pseudonyme emprunté au personnage de "The Barefoot Contessa" joué par Ava Gardner.
Ses romans et ses influences m'ont de suite fait aimer cette femme. C'est donc les yeux fermés que j'ai acheté son dernier livre : Un Lieu incertain. Avant de le commencer, je n'ai même pas lu la quatrième de couverture et je ne savais pas vers quel lieu allait m'emmener Vargas. Vers un lieu incertain, comme le titre, en somme.
Je savais tout de même que j'allais retrouver le mystérieux Adamsberg "ce pelleteur de nuages" et ses co-équipiers.
Dans ce roman, on retrouve pas mal de fleuves : la Tamise tout d'abord. Adamsberg et Danglard se retrouvent à Londres pour un colloque. Forcément, les mondanités ne sont pas du goût du bourru Adamsberg ... mais très vite se profile le début d'une affaire aux allures de roman fantastique, car devant le vieux cimetière de Highgate se trouvent dix-sept chaussures.
Rien de bien étrange me direz-vous. Si, si. Dans ces chaussures, il y a aussi des pieds. Et ils sont coupés...

Une fois revenu en France, c'est l'esprit encore perturbé par cette macabre découverte qu' Adamsberg sera plongé dans une histoire de meurtre d'une inconcevable cruauté : les miettes du corps d'un homme ont été éparpillées aux quatre coins d'une pièce.
Qui a bien pu commettre une telle horreur ? Le jardinier bagarreur ? Le fils en manque d'amour paternel ? Un artiste déchu ?

Je n'en raconte pas plus, mais sachez que l'enquête va mener Adamsberg sur les rives du Danube, autre fleuve qui jalonne ce récit.
Et c'est ce point qui m'a tout particulièrement fait adorer ce roman. La Serbie y est décrite avec tant de réalisme que j'ai cru être transportée sur les rives du Danube avec le commissaire. Aaaah le Danube ...
*soupir*
Et si Vargas a su décrire avec réalisme cette ambiance slave, elle n'en a pas moins délaissé la magie des contes et légendes qui entoure ces pays, car c'est dans la ville de Kisilova que le lecteur est embarqué. Ville connue pour être le berceau d'un célèbre vampire du XIXème siècle : Peter Poglojowitz.
Il ne m'en a pas fallu plus pour dévorer ce roman. Comme toujours Vargas m'a fait aimer des personnages considérés comme les rebuts de la société, des brutes au cœur tendre, et son amour pour l'étymologie n'a fait que décupler mon envie de finir d'une traite ce roman.
Ainsi, si vous partez pour ce lieu incertain, sachez que vous croiserez la route d'un "zerquetscher", de "'''''o'a" aussi et l'onomatopée "plog" n'aura plus aucun secret pour vous.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2013
Oui, c'est vrai, c'est un roman beaucoup plus macabre que les autres de Fred Vargas, et il faut s'accrocher pour suivre l'intrigue. Mais on y retrouve les composantes de ses autres œuvres, et en particulier, l'irruption d'un irrationnel ancestral dans notre monde moderne. On peut adhérer ou pas à cette particularité, y voir de l'humour ou trouver ce trait agaçant. Personnellement, j'aime beaucoup la façon dont Fred Vargas revisite des mythes ou des peurs classiques (vampire, loup-garou, élixir d'immortalité, peste... ) et la façon dont le personnage d' Adamsberg se promène dans ce monde étrange en acceptant, enquête après enquête, l'irruption de faits en apparence surréels. C'est le seul livre de Fred Vargas, me semble-t-il, qui s'achève sur une note fantastique en laissant planer un doute sur l'interprétation des événements.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2008
Un excellent Vargas avec son style si unique et si atypique qui ne tient pas toujours compte de la vraisemblance et du réel. L''intrigue démarre avec un cimetière sur une situation bizarre et désarçonnante pour le lecteur non aguerri au style FV : « L''odeur était pestilentielle, la scène choquante, et Adamsberg lui-même se raidit, demeurant à distance derrière son collègue anglais. Des chaussures craquelées ; lacets défaits, émergeaient des chevilles décomposées, laissant voir les chairs sombres et les teintes blanches des tibias coupés nets » (page 26). L''intrigue, sortie de l''imagination échevelée de l''auteur est comme à l''accoutumée tirée par les cheveux. Adamsberg, entre terre et ciel ne déçoit pas et gagne en épaisseur tout en se trouvant dans des situations humaines complexes. Les autres personnages n''ont pas à pâlir et Danglard continue de faire sourire Adamsberg avec son érudition aussi encombrante qu''efficace. Le voyage en Serbie assez mouvementé apporte un peu de fraîcheur.
Attention, l''écriture et les histoire de F.Vargas peuvent être déconcertantes et le déroulement saccadé de ces histoires rebute certains lecteurs. D''autres diront qu''elle a encore repris la même recette et qu''elle ne prend pas de risque en ne s'essayant pas à un autre genre. Difficile de nier mais en tant que lecteur, j''attendais avec impatience ce nouveau Vargas et j''ai retrouvé avec plaisir les méandres alambiqués de son récit.
0Commentaire| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un corps concassé et éparpillé aux quatre coins d'un pièce, façon puzzle, aurait dit Audiard. Mais nous ne sommes pas chez Kathy Reichs ou Patricia Cornwell. Des vampires en plein XXI ème siècle mais Anne Rice n'est pa là. Non, nous sommes chez Fred Vargas et c'est très bien comme ça.
"Ici ressurgit à pleine puissance l'antagonisme qui divisait les membre de la Brigade entre les positivistes matérialistes que les errances d'Adamsberg indisposaient gravement , parfois jusqu'à la révolte, et ceux plus conciliants qui ne voyaient pas de mal à pelleter les nuages." je pense qu'il en est de même pour les lecteurs potentiels de Vargas, il faut accepter de se laisser surprendre par les pointillés, les questions que l'on se pose (aurions lu trop rapidement et loupé une info, une étape? ) et qui seront éclaircies plus tard quand le commissaire nous montrera les cartes qu'il a en poche.
Inconditionnelle de ce commissaire erratique qui sait s'accommoder et tirer partie des qualités et des défauts des membres de son équipe, sans viser l'excellence à tout prix, j'ai pris un grand plaisir à lire Un lieu incertain, titre qui convient parfaitement à l'endroit où nous mène Vargas, loin des schémas classiques du roman policier.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 novembre 2010
scénario complexe, où Adamsbeg retrouve sa descendance; toujours l'équipe chaleureuse autour de Danglard et Retancourt; un livre agreable à lire, mais on est moins "pressé" qu'avant de lire ces nouvelles aventures du petit commissaire. Le renouvellement est difficile...
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juillet 2008
On retrouve avec plaisir le style Vargas, les personnages Vargas, l'énigme abracadabrantesque à la Vargas, les plongées dans l'histoire le passé, la connaissance et le mythe... tout cela est donc fort plaisant, surtout lorsqu'on a été sevré de Vargas depuis trop longtemps ("les vents de Neptune" remontent à 2006, non?). On est heureux de retrouver les personnages intacts -Adamsberg plus pelleteur que jamais, Danglard qui n'arretera pas le blanc, Retancourt et les autres, ainsi que ce fabuleux style Vargasien - Plog,une goutte de vérité qui tombe! Mais, il y a bien un mais, c'est le non-renouvellement de l'approche de l'écrivain. Vargas s'appuie sur les fondamentaux qui ont fait son succès mais ne se renouvelle pas. En fait, les deux derniers romans ont plutot tendance à complexifier l'intrigue pour justifier le style. Par exemple, je me demande à quoi sert encore le personnage d'Emma dans "Un lieu incertain" si ce n'est à trouver une justification à la trahison de Mordent et à mettre la pression sur Adamsberg. Il faudra probablement commencer à songer à se renouveller, chère Fred.
Mais ne boudons pas notre plaisir, un roman de Vargas, c'est onctueux, délicieux et à savourer justqu'au dernier Plog ;-)
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mars 2011
Mon premier Vargas.
"Vous n'avez pas choisi le meilleur." m'avait dit mon kiné avec qui nous discutions beaucoup de romans.
Il avait raison.

J'ai eu beaucoup de mal avec les personnages au début, j'ai du plusieurs fois revenir sur mes pas pour savoir qui était qui.

L'histoire est un peu compliquée, les deux affaires se mêlent bizarrement.
Je trouve la solution un peu tirée par les cheveux.

Et puis je n'ai pas trop adhéré aux "vampiri".
Ce livre ne m'a pas captivée comme certains romans policiers dont j'avais du mal à quitter l'intrigue.

Donc un bilan mitigé,
Il faudra me faire une nouvelle idée avec un autre des romans de Fred Vargas.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 novembre 2010
J'adore Fred Vargas, l'ensemble de ses livres, des aventures d'Adamsberg en passant par ses écrits sur la peste.
Et pourtant, je me suis endormie sur "un lieu incertain". Je l'ai trouvé mal écrit, décousu, ennuyeux, avec une histoire morbide pour prétexte de retrouver Adamsberg qui n'est plus mystérieux et envoutant comme dans les autres livres mais un brin dépressif...
Lisez plutôt "l'homme aux cercles bleus" ou "pars vite et reviens tard".
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici