undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
3
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 9 septembre 2013
"Ils étaient dix" raconte l'histoire de Jean-Baptiste Grassien, médecin de l'armée française pendant la campagne de Russie de l'armée napoléonienne.

Les tomes 1 à 4 sont sans doute les plus réussis de cette aventure. Ils y raconte comment notre héros tente tant bien que mal de ramener sa petite troupe hétéroclite de Moscou à Paris en échappant au froid, aux loups et aux Russes ; Abandonnés dans le froid par le mystérieux Clément Morlaix de Guérigny, ils n'auront de cesse de survivre pour se venger. Le tome 1 (Octobre 1812) campe l'histoire : Moscou est en flamme, la retraite ou la débâcle commence. Le tome 2 (Novgora) y décrit la descente aux enfers de notre héros. Le tome 3 (Paris 1820) consacre le retour au bercail de JB Grassien et des quelques survivants de sa troupe (je ne vous dirai pas lesquels), et le tome 4 (Rue Saint-Honoré) prouve bien que la vengeance est un plat qui se mange très froid.

Les dessins sont magnifiques et le scénario fait carton plein, même si ce n'est pas une BD forcément pleine d'actions comme peuvent l'être les blockbusters américain. D'aucuns y trouveront donc quelques lenteurs, mais c'est une BD qui s'attachent à montrer l'évolution de ses héros dans une Histoire (avec un grand H) qui s'écrit. Jusqu'au tome 4 qui clôt ce premier cycle qui n'est pas sans faire penser à l'histoire du comte de Monte-Cristo.

Une fois sa vengeance consommée, JB Grassien doit se réfugier en Corse où se déroulent les tomes 5 et 6. L'atmosphère de l'histoire change. Nous ne sommes plus dans une histoire de vengeance, mais dans une histoire un peu moins vraisemblable de vieil empereur (dont vous aurez reconnu le nom). Le rythme se ralenti encore un peu plus, pour coller à celui de la Corse et de ses paysages magnifiquement rendus par le dessin de Eric Stalner. Mais personnellement, j'ai eu un peu plus de mal à adhérer à cette histoire que nous conte l'auteur dans ces deux derniers tomes. Restent néanmoins de beaux dessins et un héros auquel on s'est attaché lors des 4 premiers tomes.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2013
Toute la série est prenante. Napoléon y joue, depuis le départ, un grand rôle. Mon but n'est pas de raconteer le scénario mais tout est plus que possible. Les dessins sont superbes et le roman bien mené.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ils sont treize comme Ferragus le Dévorant
Ils sont dix comme le héros de ce récit
Ils sont six de Francfort, de Strasbourg, de Morteau, de Toulouse
Ils sont un, comme Attila
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

45,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)