undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
25
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
23
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: Poche|Modifier
Prix:8,95 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Rarement une exhortation apostolique n'avait autant mérité son objet et titre que « La joie de l'Evangile » (« Evangelii Gaudium »). En 250 pages, le pape François vient profondément secouer l'Eglise et les chrétiens dans leur routine pour les inviter à un retour aux sources salvateur : l'Eglise doit être missionnaire pour surmonter ses crises, l'Evangile est fait pour être annoncé sans retenue et avec une dimension sociale tournée vers les plus pauvres. Dès les premières pages, le pape François annonce la couleur : « Je préfère une Eglise accidentée, blessée et sale pour être sortie sur les chemins, plutôt qu'une Eglise malade de son enfermement et qui s'accroche confortablement à ses propres sécurités. »

« Evangelii Gaudium » ne fait pas pour autant l'impasse d'un constat lucide sur la situation actuelle de la chrétienté dans un monde qui se sécularise parfois à grand pas, en privilégiant souvent l'individualisme et le consumérisme : « Nous reconnaissons qu'une culture, où chacun veut être porteur de sa propre vérité subjective, rend difficile aux citoyens d'avoir l'envie de participer à un projet commun qui aille au-delà des intérêts et des désirs personnels. »

La puissance de l'exhortation pontificale, écrite à la première personne avec un franc parler qui surprend et réjouit, est finalement impressionnante. Sévère devant tout espèce de renoncement confortable, le pape François démontre également son inépuisable ardeur missionnaire : « La psychologie de la tombe, qui transforme peu à peu les chrétiens en momies de musée, se développe. Déçus par la réalité, par l'Eglise ou par eux-mêmes, ils vivent la tentation constante de s'attacher à une tristesse douceâtre, sans espérance, qui envahit leur cœur, comme le « plus précieux des élixirs du démon ». Appelés à éclairer et à communiquer la vie, ils se laissent finalement séduire par des choses qui engendrent seulement obscurité et lassitude intérieure, et qui affaiblissent le dynamisme apostolique. Pour tout cela je me permets d'insister : ne nous laissons pas voler la joie de l'évangélisation. »

Plaidoyer finalement rationnel pour les bienfaits de l'évangélisation le pape s'oppose à l'enferment dans la sphère privé dans lequel les politiques voudraient contraindre les religions, en affirmant que « les textes religieux classiques peuvent offrir une signification pour toutes les époques, et ont une force de motivation qui ouvre toujours de nouveaux horizons, stimule la pensée et fait grandir l'intelligence et la sensibilité. Ils sont dépréciés par l'étroitesse d'esprit des rationalismes. Est-il raisonnable et intelligent de les reléguer dans l'obscurité, seulement du fait qu'ils proviennent d'un contexte de croyance religieuse ? Ils contiennent des principes fondamentaux profondément humanistes, qui ont une valeur rationnelle, bien qu'ils soient pénétrés de symboles et de doctrines religieuses. »

La ligne conductrice de l'exhortation « Evangelii Gaudium » demeure son ancrage dans le monde présent et l'importance de l'ouverture de chacun aux autres, aux pauvres, aux prochains. La réalité prime sur tout le reste - « Il dangereux de vivre dans le règne de la seule parole, de l'image, du sophisme. A partir de là se déduit qu'il faut postuler un troisième principe : la réalité est supérieure à l'idée. Cela suppose d'éviter diverses manières d'occulter la réalité : les purismes angéliques, les totalitarismes du relativisme, les nominalismes déclaratifs, les projets plus formels que réels, les fondamentalismes antihistoriques, les éthiques sans bonté, les intellectualismes sans sagesse. » - et la joie d'annoncer le Christ est dans ce contexte une source inépuisable d'amour, à l'exemple de Marie, mère de l'évangélisation.
11 commentaire| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Oui, une formidable exhortation, mais sans vouloir être pessimiste j'ose espérer qu'elle trouvera un écho dans certains diocèses ou communautés, (surtout en France - sic !) qui ressemblent davantage à une multitude de "loges élitiques" qu'à de vivantes icônes de "l'Eglise Mère" pleine de tendresse pour tous...
Certains risquent d'interpréter les dires du Pape et c'est bien la maladie de notre époque : interpréter au lieu de chercher la vision d'ensemble. C'est une maladie générée par l'esprit journalistique d'actualité.

Espérons que l'Eglise découvre qui sont les pauvres dont parle le Pape, car il y a surtout des pauvres en vie spirituelle en occident. Il y a plein de ces personnes toutes simples qui, même en Eglise, se sentent exclues des cercles de "formation intellectuelle". Des gens à qui l'on dit "pour assister à ce cursus il vous faut avoir le bac" et qui m'avouent "nous, nous n'avons pas le bac, nous sommes bons pour la poubelle" parce que l'Eglise a cette fâcheuse épidémie de la formation intellectuelle qui n'est pas la formation du cœur. Jésus n'était pas un "intello" inaccessible et ne nous a pas demandé de devenir inaccessible pour être vrai... Faut-il donc être un docteur en théologie pour sauver son âme et pour vivre dans l'Eglise en fraternité ? Nous pouvons en douter. Faut-il connaitre par coeur toute la théologie dogmatique pour défendre la "tradition" et sentir venir le venin de telle ou telle hérésie afin de ne pas être damné ? Non, non et non, le tout premier chapitre de l'imitation de Jésus-Christ est clair : ce n'est pas parce que vous savez par cœur le traité de la Sainte Trinité que vous serez sauvés, mais c'est sur vos ACTES que vous serez jugés. J'invite "traditionnalistes" comme "conciliaristes" à lire ces premiers chapitres de l'imitation de Jésus-Christ et à cesser de gindre chacun de son côté et les uns contre les autres, car c'est bien cela aussi que le Pape veut dénoncer à travers ce livre : la sclérose en plaque ecclésiale due notamment à tous ceux qui campent sur leurs positions au lieu d'aller de l'avant pour transmettre le flambeau de l'amour de charité.

Alors c'est ici que l'on comprend pourquoi le Pape veut des églises ouvertes, lieux de vie et de communion mais aussi lieu d'ADORATION, silencieuse par définition (!)... où Dieu peut toucher enfin les âmes par son discours du silence touchant. La paroisse devrait être un lieu pour tous et où chacun devrait pouvoir accéder à des temps d'adoration, à des vêpres ou des offices chantés, sans qu'il y ait besoin de faire d'interminables réunions pour organiser cela, car il suffit de prendre la liturgie de l'Eglise telle qu'elle est et de laisser Dieu agir en celui qui se rend auprès de ses saints tabernacles.
Encore faudrait-il que les chants liturgiques parlent de la Foi en Jésus-Christ vrai Dieu et vrai Homme, touchent sincèrement les cœurs, montrent que la soif du cœur peut rejoindre la Soif de Dieu pour l'homme... des chants célestes qui élèvent et apaisent en même temps, qui désaltèrent tout en nous mettant dans la position du cerf assoiffé, qui prennent tous les opposés propres au cœur de l'homme pour les unir dans une relation à Dieu qui pose son visage sur chacun de nous à chaque instant de notre précieuse vie.

Le Pape insiste sur la nécessité de la vraie dévotion populaire ; le chant est inévitablement nécessaire à cette dévotion qui réchauffe les coeurs et les unit dans la joie de l'Evangile.

Pour résumer ce livre, une seule phrase me vient à l'esprit : "Ne nous laissons pas voler notre pauvreté !" Oui, ne nous la laissons pas voler par le désespoir autant que par la prétention. Elle est la matière de notre quotidienne conversion et universelle ouverture de cœur qui nous permet d'aimer toutes les "catégories" de pauvres, à commencer par nous-même !

Merci Saint Père, je garde ce livre que j'ai lu une première fois d'une manière globale, mais qui mérite d'être repris quotidiennement, paragraphe par paragraphe afin de s'en laisser imprégner. Ainsi, dans la vie d'oraison quotidienne, le Saint-Esprit pourra peu à peu dévoiler nos points faibles et laisser jaillir en nous la grâce de la consolidation et du rayonnement de l'amour de charité pour tous. En effet, nous sommes pierres de l'Eglise et ce livre ne nous est pas donné pour voir ce qui ne va pas dans l'Eglise mais surtout pour prendre conscience que la conversion individuelle est nécessaire au rayonnement de l'Amour divin pour toute âme vivant en ce monde.

Je ferai donc de ce livre un livre de prière, un "livre de chevet", car il serait fort dommage de classer ce livre dans sa bibliothèque après avoir lu pour passer à un autre et ainsi de suite...
Il y a de ces ouvrages qui demandent à être lus et relus durant des années afin de nous en imprégner, de nous laisser transformer dans la lente maturation qui est opérée très subtilement par le Saint-Esprit en chacun de nous. Il me semble que c'est ainsi que nous pourrons le mieux être fidèles aux vœux du Saint-Père pour l'Eglise et témoigner en vérité de notre désir de communion au Pape.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 avril 2014
Le Pape François, tout comme la Joie de l'Évangile, qui constitue toute une méthode en vue de l'accomplissement du programme de l'Église, qu'est l'Évangile, est véritablement révolutionnaire. Bien loin d'être un argument d'autorité, comme ceux qui disent : "mais normalement c'est comme ça", le Pape François réconcilie les Chrétiens et les Chrétiennes avec la Tradition de leur Foi, tout en la faisant retrouver pure (vierge comme épurée), noble, portée sur l'homme que Dieu aime, sans fioriture, "Je veux une Église de pauvres, pour les pauvres", ce qui n'est pas de l'austérité ou du masochisme, mais qui est la simplicité. "La Loi est fait pour l'Homme, et non l'Homme pour la Loi". C'est aussi une méditation riche et merveilleuse, qui porte à nous remettre chacun et chacune en question.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2014
un pape qui nous parle vrai, qui nous motive et nous donne une feuille de route.
A lire relire et s'inspirer. Merci de nous donner du courage.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 avril 2014
je recommande vivement la lecture de cet ouvrage très intéressant!
lecture décapante et vivifiante qui entraîne à la réflexion approfondie.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mai 2014
Ecrit dans un langage courant, facile à comprendre, rempli d'expressions imagées faciles à retenir. On perçoit que c'est la réflexion de toute une vie sur le monde actuel.
Une réflexion riche et sans détour sur l'Eglise de 2014 et sur sa fidélité (ou son infidélité) à l'Evangile. "Se dévore" avec joie,un crayon en main. Aussi facile à lire que le film " Habemus papam" de Nanni Moretti l'était à voir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2014
Première lecture du Pape François,dont j'ai trouvé tout les éléments. qui me permette de confirmer son intégrité, sa culture et sa personnalité.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2014
enfin un document papal lisible dans une langue normale. Un texte passionné et intelligent.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 janvier 2014
Oui ! L'Evangile s'il est connu par l'intelligence et le coeur, mis en pratique et partagé, met le coeur en joie !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mai 2014
Dans cette exhortation le Pape François exprime très clairement sa vision de l'état de l'Eglise catholique et propose très simplement des pistes d'évangélisation dans notre monde globalisé et asservi par la priorité désormais donnée à la finance sur la dignité de l'homme.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)