undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
23
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
17
4 étoiles
6
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:6,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 juillet 2003
(...) Ce livre (...) m'a personnelement touchée étant moi-même issue de la classe moyenne des ouvriers.
Le choc a éte encore plus grand quelques mois plus tard quand j'ai travaillé à la chaîne pendant mes vacances d'été.
Encore tellement de similitudes : la pression, le rendement, les problèmes de sécurité, etc.
Très grand témoignage qui se lit d'une traite.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2013
'L'Établi' est un classique à la frontière entre littérature et essai qui aurait très bien pu ne pas être. Entre le moment où Robert Linhart est licencié de Citroën et celui où il publie ce récit, il s'écoule huit longues années. Années consacrées à quoi? À digérer le choc du travail à la chaîne, à ressasser le souvenir du chalumeau, des balancelles et de la cour de l'usine de la porte de Choisy, et à penser la forme que devrait prendre ce livre? Que s'est-il passé pour qu'il sorte enfin à ce moment-là, et pas plus tôt? Le militantisme a-t-il déçu l'auteur au point qu'il s'est retourné vers son expérience? Avait-il la conscience qu'il fallait vite raconter son expérience avant de sombrer dans le mutisme? Voulait-il secouer les consciences dans une France giscardienne qui avait tourné le dos aux questions et aux idéaux de 68? Tirer une croix sur les ratés des multiples avatars de l'extrême gauche à l'ère du gaullisme finissant? Hélas, le livre n'en dit rien.

Le parti pris est de se concentrer sur les onze mois passés au sein du "système Citroën". D'où vient notre O.S. bac+8 et où est-il allé ensuite? C'est à peine dit. On n'a qu'un récit d'usine brut, dépouillé, cohérent, vivant, fidèle, accessible, écrit dans une langue agile (et quelquefois fautive), court et débarrassé de la rhétorique marxiste-léniniste/maoïste et de l'appareil théorique du sociologue. Le résultat, remarquable, fait de 'L'Établi' un document historique rare et de très grande qualité. Il raconte de multiples choses: le taylorisme dans l'automobile à la fin des Trente Glorieuses, les rapports de force sociaux et la lutte syndicale dans l'après-Mai, le sort des immigrés dans la France post-coloniale, le crépuscule de l'industrie à Paris intra-muros, et bien entendu "l'établissement" des intellectuels en milieu ouvrier à cette époque. En particulier, la grève de février 69, centrale dans le livre, est décrite avec une conviction magistrale.

Sur le fond, sans tirer de conclusion claire et définitive sur les succès et les échecs de l'établissement, Linhart semble dresser un bilan plutôt négatif de l'entreprise. Il a su, avec d'autres, fédérer ponctuellement des énergies contre les diktats d'une direction toute-puissante. Il a marqué des esprits. Mais il a constaté malgré lui que le fossé restait béant entre l'intellectuel de passage, qu'attend une place meilleure à l'extérieur de l'usine, et les ouvriers ne pouvant espérer mieux, qui tantôt ne comprennent pas qu'il soit venu à eux, tantôt perçoivent lucidement les limites de la démarche. D'ailleurs elle fera long feu, comme le raconte la fille du sociologue dans Volontaires pour l'usine : Vies d'établis (1967-1977).

Linhart écrit: «Les bourgeois s'imaginent toujours avoir le monopole des itinéraires personnels. Quelle farce! Ils ont le monopole de la parole publique, c'est tout. Ils s'étalent. Les autres vivent leur histoire avec intensité, mais en silence.» C'est non seulement vrai, mais 'L'Établi' est une précieuse contribution contre ce silence. Silence auquel un destin facétieux le réduisit lui-même, peu après la parution de l'ouvrage.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2008
Robert Linhart est l'un des pionniers du mouvement pro-chinois en France. Il est l'un de ceux qui a fondé l'UJC(ml) qui deviendra après 68 la Gauche Prolétarienne.
Ce livre n'est pas un roman, c'est un témoignage in situ d'une pratique imaginée par l'auteur même du livre: celle de l'établissement en usine des jeunes intellectuels maoïstes pour être au plus proche du peuple ouvrier.

Ce livre retrace donc le parcours de Linhart du début à la fin de son établissement à l'usine Citroën de la Porte de Choisy sur la période 1969/1970. Dès le début le style de Linhart contribue à plonger le lecteur dans l'ambiance rude d'une usine à la fin des années 60: "Trois sensations délimitent cet univers nouveau. L'odeur(...). Le bruit(...).Et la grisaille(...)". Le reste est à l'avenant: une description sensible et fine de cet univers si particulier de la chaîne.
Vers la moitié du livre, la fin de la description sonne le début de l'action: Linhart nous plonge dans le rôle même qu'il a assigné à l'établi: aider la classe ouvrière dans ces luttes, dans la résistance aux exigences démesurées des patrons en terme de production (cadence/rythme etc...). L'épisode de la Grève et de ses suites est assurément un morceau d'anthologie peignant parfaitement la condition ouvrière de cette époque.

Un livre profondément humain et sensible. Un classique de part son style lumineux, ses descriptions profondes et son humanité. A lire...
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 décembre 2006
Emouvant et terriblement instructif... Une dénonciation de l'injustice sociale et des conditions de travail qui ne vieillit que peu. La fourmillière, la détresse, la déshumanisation, la hiérarchisation et la lente agonie du travailleur.

A lire et à faire lire, toutes catégories et tous âges confondus.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 août 2012
Le récit de R. Linhart sur son établissement en usine est un témoingnage émouvant et passionnant sur la France ouvrière des années 70. Bien sûr, il y a l'aspect "militant mao" qui est intéressant et qui nous apprend beaucoup sur la vie, et l'engagement, de cette poingée d'activistes qui ont occupé le paysage politico-culturel de la France. Mais au-delà de cet aspect, ce sont surtout les descriptions des conditions de travail en usine qui sont fortes. L'usine, cette machine infernale qui semblent dévorer les hommes. Intimidation, brimades, chasse aux syndicalistes, organisation raciste,... En ces temps de chomage et de repli "communautiare", quand de plus en plus de travailleurs sont des intérimaires et des CDDs délaissés par des syndicats corporatistes, on peut se demander si les conditions de travail en usine se sont améliorés depuis ce temps-là et relire R. Linhart.

Un livre majeur sur la période de Mai 68 et ses conséquences.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mai 2011
Récit de l'insertion, juste après les événements de 1968, d'un intellectuel gauchiste comme ouvrier dans une usine Citroën.
Le récit est forcément partial, mais on est étonné par les conditions de travail décrites et le respect très moyen des ouvriers (horaires, santé, autorité...).
On se prend à espérer que les choses ont changé depuis...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 février 2010
ce livre est un document très intéressant d'une époque me semble-t-il révolu (quoique, les intérimaires de nos jours sont encore dans la situation d'asservissement décrit dans ce livre) et je sais de quoi je parle étant moi-même ouvrier dans une grande usine.
mais cela reste un document "historique" intéressant et en plus très bien écrit.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2010
La vie des chaînes de montage citroën après 68, R. LINHART universitaire s'est immergé dans ce monde.La description de l'organisation est édifiante un bon bouquin de chevet pour qui s'intéresse à la sociologie et la sociologie des organisations facile d'accès il vous prend aux tripes.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2007
Après mai 68 un étudiant maoiste en rupture avec son organisation s'installe pour un an dans une usine Citroen. Un très beau livre à la fois ethnographique, politique et littéraire.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 novembre 2013
Ce petit livre nous transmet le monde des ouvriers travaillant à l'usine, les cadences infernales, le côté surveillance , tous ces petits chefs, et cet ouvrier qui avait fait cet établi,à sa mesure mais bien évidemment n'était pas en phase avec ses supérieurs malheureusement il existe une devise encore valable à nos jours diviser pour mieux régner, à méditer..
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,00 €
19,90 €
7,10 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)