Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NYPLesPlusAttendus Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
54
4,0 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:22,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 27 août 2017
J'ai adoré ce livre qui mêle les destins de personnages liés à l'Afghanistan. Tout d'abord le style narratif, où le personnage secondaire d'un chapitre devient le personnage principal du suivant.
Et surtout les thèmes abordés, les relations entre enfant et parent, le poids de la famille, des traditions, avec en toile de fond l'histoire tragique de l'Afghanistan.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juillet 2017
ce livre m' a été fortement conseillé, et je ne connaissais pas l'auteur, tout est dit dans les commentaires des internautes.

Bon livre de chevet, je le recommande vivement
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ainsi résonne l’écho infini des montagnes/Khaled Hosseini
L’histoire débute dans un petit village afghan.
Le jeune Abdullah et sa sœur Pari sont orphelins de mère et le père trime pour survivre. L’oncle Nabi qui vit à Kaboul propose une solution : vendre Pari à une famille riche qui n’a pas d’enfants.
À partir de là, le drame se noue et la frustration et la souffrance silencieuse vont faire leur œuvre. . La famille éclate et on va suivre le destin de chacun à cet instant, un destin qui va conduire certains à l’émigration, et d’autres à la résignation.
Ce troisième roman de Khaled Hosseini se présente comme une immense fresque familiale étalée sur plus d’un demi-siècle à partir de 1950, avec une pléthore de personnages, une galerie de portraits parfaitement peinte par l’auteur d’êtres qui évoluent à travers plusieurs pays, de l’Afghanistan aux États Unis, et de la France à la Grèce.
De nombreux thèmes sont abordés, la guerre, le handicap humain, la relation fraternelle, le devoir de mémoire, la misère psychologique, ce qui crée une sorte d’hétérogénéité du récit aussi bien dans le temps que dans l’espace et autant dans la forme que dans le fond, le tout induisant une chronologie parfois difficile à suivre si l’on n’est pas concentré. Vu la technique narrative un peu particulière, il apparaît que le passé interfère constamment avec le présent.
Un beau style et une grande sensibilité à laquelle s’ajoute une certaine pudeur ponctuent toutes les pages de ce roman extrêmement émouvant.
C’est un roman à lire d’une traite afin de ne pas oublier ce que l’on a lu antérieurement. Les débuts de chapitre notamment sont souvent un moment déconcertant car on s’interroge sur le lieu et avec qui l’on est. Au bout de quelques dizaines de lignes heureusement on quitte l’inconnu et on refait surface.
Un très beau livre assez différent des deux précédents de Hosseini certes, mais qui mérite d’être lu absolument.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 mai 2017
Avec son troisième roman, Khaled Hosseini nous invite une nouvelle fois à découvrir son pays d’origine, l’Afghanistan. Un pays pauvre, ravagé par des guerres incessantes, tiraillé entre respect des traditions et désir de modernité. Un pays où le bonheur, telle une fleur en plein désert, ne parvient à s’épanouir que trop rarement et trop brièvement.

Nous sommes en 1952. Shadbagh est un petit village perdu dans les montagnes. Orphelins de mère, le jeune Abdullah, 10 ans, et sa petite sœur Pari, 3 ans, vivent, unis par un lien extrêmement fort. Un lien qui leur permet d’affronter la vie précaire et rude qu’ils mènent avec leur père, Saboor et sa nouvelle épouse, Parwana.

Le bonheur ténu que ces deux enfants parviennent à effleurer ensemble vole en éclats quand Saboor décide de confier Pari à un riche couple de Kaboulis ne pouvant pas avoir d’enfants.

Au moment de leur séparation, le frère et la soeur ne savent pas encore que le tourbillon des événements les tiendra éloignés l’un de l’autre presque toute leur vie et qu’ils ne se retrouveront qu’au soir de celle-ci, à des milliers de kilomètres de Shadbagh.

Une multitude de personnages traversent le roman de Khaled Hosseini. Tous ont, d’une manière ou d’une autre, leur destin lié à celui d’Abdullah et de Pari. Qu’il s’agisse de leur demi-frère Iqbal et de son fils, Gholam. De leur oncle Nabi qui vit et travaille à Kaboul. Des parents adoptifs de Pari, Suleiman et Nila. De Markos Vavaris, un médecin humanitaire qui, au début des années 2000, occupera la maison de ceux-ci à Kaboul. Ou encore de l’autre Pari, la fille d’Abdullah. Car Khaled Hosseini mêle non seulement les destins, mais également les époques, les générations.

Sur plus de 60 ans (le roman va de 1949 à 2010), il fait s’entremêler les destinées de ses personnages, qui finissent par s’articuler entre elles et à former une vaste fresque. L’histoire qu’il nous raconte au travers de cette fresque est celle, éternelle, de la quête du bonheur. Une quête compliquée par les coups d’un sort au mieux indifférent, rendue presque impossible par les hommes et leur folie…

Du roman de Khaled Hosseini se dégage beaucoup d’humanité, de douceur. Mais aussi beaucoup de mélancolie, de tristesse. Une tristesse impossible à refréner face à toutes ces destinées qui auraient pu être tellement plus heureuses si le sort avait été plus clément et les hommes moins égoïstes.

Quelques beaux portraits sont esquissés, comme celui de Markos ou d’Amra. D’autres sont plus sombres : celui du père d’Adel ou encore d’Idris. Tous semblent toutefois ployer sous le joug de la fatalité, comme si l’histoire de chacun était déjà écrite et qu’il ne servait à rien d’essayer d’en changer le cours. Une fatalité déjà présente dans Les Cerfs-Volants De Kaboul et dans Mille Soleils Splendides, mais encore plus forte ici et faisant à mes yeux de ce troisième roman le plus mélancolique.

Si je devais faire un reproche à Khaled Hosseini, c’est peut-être d’utiliser, d’un roman à l’autre, des trames narratives trop similaires, racontant des êtres aux destinées brisées, tendant désespérément les mains vers un bonheur qu’ils arrivent parfois à effleurer, mais qui bien plus souvent leur échappe.

Les Cerfs-Volants De Kaboul reste mon livre préféré de Khaled Hosseini. Une de mes plus belles lectures aussi. J’ai été un peu moins séduit par Ainsi Résonne L’Echo Infini Des Montagnes. Je vous en recommande néanmoins la lecture. Le premier chapitre, notamment, d’une infinie tristesse, est merveilleux de poésie.

Découvrez mes autres critiques sur mon blog : L'Ivre Lecteur
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juillet 2017
c'est un livre qui comporte 9 ou 10 chapitres .. le premier nous installe en Afghanistan chez un homme dans un village perdu dans les montagnes. Il a deux enfants d'une première femme et, par l'intermédiaire de son beau-frère il est quasiment dans l'obligation de vendre sa fille de 3 ans à des gens très aisés de Kaboul. Dans le dernier chapitre on va retrouver les protagonistes du 1er chapitre. Tous les autres chapitres sont des "nouvelles" qui décrivent la vie ou un morceau de vie de personnages qui apparaissent dans le roman ( parfois ils ne font qu'une très brève incursion ). Par exemple, le chapitre 2 décrit la vie du beau-frère qui va rencontrer un chirurgien bénévole grec et dans un autre chapitre on va découvrir la vie de ce même chirurgien ; L'auteur a réussi a écrire un livre de nouvelles toutes rattachées ensemble par un fils rouge parfois assez épais, parfois très tenu.
Personnellement j'ai beaucoup aimé ... le sujet ( ou les sujets ) est ( sont) traité(s) avec beaucoup de finesse et avec énormément de tendresse . L'écriture est fluide et agréable.
J'ai lu un commentaire disant que : "le personnage principal n'apparait que ...etc." ; c'est faux car il n'y pas de personnage principal ! il y'a des personnages que nous allons rencontrer au fils du livre puis perdre de vue.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une enfance dans la campagne afghane des années 50. Un frère et une soeur, inséparables. Et puis la déchirure, quand leurs destins s'éloignent. A jamais ? Pendant plus de 400 pages, Khaled Hosseini va ménager le suspense. Se retrouveront-ils un jour, oui ou non ? Ainsi résonne l'écho infini des montagnes ne va jamais au plus facile, ne traque pas l'émotion à tout prix. Son architecture est complexe, diversifiant les lieux, les époques, les personnages. S'il perd de vue parfois sa trame centrale c'est pour mieux y revenir par un biais narratif d'une constante inventivité. Hosseini est un conteur, un magicien qui nous emporte sur son tapis volant tissé d'une multitude d'histoires. Etonnamment, il n'insiste pas sur les soubresauts violents que son pays d'origine a connu depuis soixante ans. Mais elle est là, en filigrane, cette contrée aimée et meurtrie, jamais oubliée. Très découpé, le livre est cependant inégal, certains chapitres sont plus forts que d'autres, en particulier ceux qui décrivent l'Afghanistan, on y revient toujours. Le plus touchant est certainement celui qui traite des relations qui unissent deux hommes, un maître et son serviteur, isolés dans une belle bâtisse de Kaboul. Thriller émotionnel à fleur de peau, le troisième roman de Khaled Hosseini est d'une immense richesse dramatique. C'est presque son défaut, le genre de remarque que l'on ne peut faire qu'à très peu d'ouvrages. Et ça, c'est un compliment.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2014
Ne cherchez pas dans ce livre une étude approfondie de l'Afghanistan...plus profondément et subtilement, Khaled Hosseini nous livre ici un florilège de ces sentiments qui font que nous sommes des êtres humains,et ce, universellement.
Cette saga intergénérationnelle et interculturelle nous prouve que les épreuves,quelles qu'elles soient, font de nous ce que nous sommes.
De l'Amour au désamour, du doute à la certitude,de l'abandon, de la reconstruction ,de la tendresse,de la lâcheté ...de l'homme,de la femme, de l'enfance, de la vieillesse,du respect, des barrières, de la liberté...autant de sujets abordés avec une grande pudeur et un tact indéniable.
Ce n'est pas un roman à lire d'une traite, et sans recul.A chaque situation, il convient de se situer soi-même et de se demander quelle aurait été sa propre réaction...
J'ai,pour ma part,été bluffée par cet exercice de style, J'ai,tour à tour, été émue,attristée,ravie,en colère, sincèrement touchée par ces tranches de vie,parfois brutales, dont il ressort que la meilleure manière de traverser les frontières,c'est avec son coeur...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2013
Cela faisait presque sept années que j'attendais le troisième roman de M. Hosseini ; il m'est même arrivé à plusieurs reprises de désespérer de la voir paraître un jour. Mais l'attente ne fut pas vaine, tant s'en faut!
Voici donc la nouvelle histoire de Khaled Hosseini : elle débute en Afghanistan (lieu de naissance de l'auteur), mais évolue pour traverser la quasi-totalité des cinq continents ; en effet, Afghanistan, France, Etats-Unis, Espagne... sont au programme de cette magnifique histoire.
Une famille est obligée de se séparer d'un de ses membres, le père s'en voit dévasté. C'est le beau-frère de ce dernier qui vend le membre choisi à un riche couple de Kaboul, pour lequel il travaille. A partir de ce moment, on va tout apprendre du passé de la famille déchirée, de la belle-famille, du couple qui a récupéré l'enfant. Puis, chaque membre de ces familles va grandir, vieillir et l'on va continuer à suivre leurs pérégrinations tout au long de ces années. Puis il va y avoir les hommes et femmes qui tournent autour de chacun des personnages centraux qui vont venir se greffer à l'histoire principale. Puis chacun va partir de son côté, à la recherche d'un sentiment, d'une émotion ou fuir un mal-être intérieur. Viendra fatalement où leur course effrénée ou leur quête de réponses amènera une collusion entre tous ces hommes et ces femmes dont le dénominateur commun sera une vie passionnante et riche en émotions. UN roman magnifiquement écrit, et touchant à souhait.
0Commentaire| 31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2017
Un livre qui vous fait voyager dans le temps et dans une autre culture avec différentes histoires qui se croisent et entrelacent. Humain, sensible, avec un récit qui vous maintien accroché jusqu'à la fin.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 avril 2014
Comme d'hab, Khaled Hosseini nous entraine en Afghanistan sauf que cette fois ci, il nous autorise a en sortir et on fait un petit tour entre les USA et l'Europe. Comme d'hab, Khaled Hosseini n'eprouve aucune pitie pour ses personnages et combat le "heureux pour des siecles et des siecles" a quoi il semble preferer les fins plutot credibles. Comme d'hab il signe encore une fois un chef d'oeuvre et nous offre le miroir, vous savez, celui dans le hall ou l'on s'arrete avant de sortir de la maison, et devant lequel on se demande - apres avoir verifier le gloss bien sur - : Et si j'etais Pari? Et si j'etais Abdallah? Qu'est ce qui ne va pas avec l'Afghanistan? C'est quoi ce destin de m****?

Un grand livre pour moi n'est pas un livre qui apporte des reponses mais plutot des questions."Ainsi blabla" est un grand livre.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici