undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
3
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:20,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 avril 2013
De la clarté de la langue, en trois exemples : « L'objet technique cessait d'exhiber la transparence intelligente (sic) de son fonctionnement » ; « intelligente » et non intelligible... Citons ensuite, à propos de « La Maison du berger » : « La misotechnie de Vigny », puis « Le procédé ne fut pas toujours volontaire — le “Dragon mugissant” de Vigny, par exemple, traduit avant tout l'émoi du poète » ; or nul ne l'ignorait : submergé par son « émoi », Vigny, qui ne maîtrise pas son art (jusque-là rien de neuf !), est réduit au « procédé » ! Par ailleurs : à propos de GNU : « Il s'agit bien d'une volonté d'inverser le modèle capitaliste »... il s'agit surtout d'inverser la chronologie (et partant de tomber dans le contresens) ! En effet, pour Stallman, il s'agissait de conserver et promouvoir un modèle préexistant au dit « modèle capitaliste ». (Richard Stallman et la révolution du logiciel libre, par S. Williams, R. Stallman & C. Masutti.) Pour rester en poïesis (non pas la revue d'architecture, mais l'étymologie grecque, soit « la production d'un objet artificiel, posé en dehors de moi » selon philagora.net), de petits écarts en petits écarts, c'est le sens du discours que l'on déplace ; ici, avec la promotion du patrimoine (T-PT), qui, sans dégradation (ou l'inverse), articule une toupie de tout béton et de non-sens, désarticulée au rouage des mots, la page encre l'accident !
22 commentaires|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juillet 2014
« Robots, le mythe du Golem et la Peur des machines » se lit avec délectation. Au-delà de la thèse magistralement démontrée que la peur des robots s’inscrit dans l’imaginaire occidental, en continuité avec les anciens mythes, et en particulier celui du Golem, cette excursion dans la littérature classique et populaire est un vrai régal. Ce livre éclaire les mythes anciens de Prométhée au Golem ainsi que toute la littérature fantastique et de science-fiction. De surcroît, très documenté sur les nouvelles technologies de l’information, il explique de façon argumentée la continuité de l’imaginaire européen dans la relation de l’homme aux machines jusqu’aux objets numériques du 21ème siècle. Le style flamboyant donne force à cette analyse rigoureuse des transformations du mythe. Ce livre devrait plaire à tous les publics, des amateurs de toutes les littératures aux passionnés de sciences humaines.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juillet 2014
Remarquable étude qui remonte au XVII° siècle pour nous faire comprendre comment évolue l'imaginaire des Français. Il est vrai qu'aujourd'hui le robot et l'ordinateur occupent une place importante ds la littérature, le cinéma et la presse. Les machines intelligentes font craindre à l'homme de perdre sa place et, surtout, l'interrogent sur sa condition et son âme. On n'a pas cela au Japon où, outre le besoin de robots pour une population vieillissante, l'homme n'a pas d'âme et le robot non plus.
Quant à l'écriture, j'ai trouvé une langue recherchée et parfaitement maîtrisée (quel plaisir de lecture).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

56,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici