Cliquez ici Cliquez ici CoopPocheEtoilesContraires Cloud Drive Photos nav_Renewed Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Oasis cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles
23
3,3 sur 5 étoiles
Le Joueur
Format: Poche|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


le 2 avril 2017
Je n ai pas trouve dans ce livre les angoisses...le delire morbide qui peut s emparer d un joueur...j ai le souvenir d un livre que j ai apprecie et qui relatait les affres du joueur...mais helas je n arrive pas a retrouver le titre???porriez vous m aider???
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 octobre 2005
Etrange livre, étrange livre... Déjà, l'écriture : on songe à Flaubert/Maupassant, mais aussi au roman noir américain et au roman policier anglais. Trois façons de narrer un récit qui appartiennent tout à la fois, et parfois en même temps, à trois genres pourtant différents de littératures.
Ensuite, la nervosité du récit : livre court, ramassé ; écriture compactée, dense ; un maximum d'information dans un minimum de pages.
Enfin, le thème et le titre. Tout d'abord, je songeais que le livre n'aurait pas du s'appeler Le joueur, mais plutôt La joueuse... Je ne voyais pas en quoi le héros était un joueur ; il passe certes à la table à roulette, gagne bien... Mais bon, il la quitte vite et lorsque la grande tante russe se met à jouer, il essaye par tous les moyens de la décourager et de sauver son argent.
Comment comprendre le titre ?
Il ne suffit pas en fait de l'entendre au sens littéral ?
La fin du livre confirme cette impression et nous fait voir dans quel abysse se débat en fait le jeune homme, d'autant qu'il a fini par prendre conscience de sa condition.
Dostoïevski se refuse à livrer clés en mains les explications de son récit : il laisse le lecteur seul juge et lui demande de faire l'effort de raccorder les ponts lui-même. Rare sont les livres appelant ainsi à l'intelligence de leur lecteur.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 septembre 2012
Un des mes professeurs disait que la psychologie se trouvait dans la littérature. En voila une parfaite démonstration avec cet ouvrage magistral, comme à l'accoutumée avec Dostoïevski.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2014
... l'auteur hésite, il ne va pas au fond du tréfonds des âmes. Dostoïevski reste en surface. Il se repose!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 janvier 2016
Malheureusement je ne peuX rien en dire car je n'ai jamais reçu ce livre que j'attendais autour de Noël et pour cause! Le relais était en plein déménagement avec la nouvelle adresse annoncée en gros sur la vitrine! A 200 M de l'ancienne.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2015
Tout est correct, mis à part une page détachée. En même temps pour le prix je ne me plains pas.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2016
je croyais avoir commandé un livre de dostoievski, je ne m'y attendais pas à un carnet de 100 pages ! je trouve que c quand meme bizard !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2017
le livre est un bon livre mais tout le plaisir est gaché ici par une très mauvaise traduction !
c'est bien dommage
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 24 mars 2013
Le joueur/ Fiodor Mikhailovitch Dostoievski /Livre de poche : version intégrale.
En 1862, Dostoievski visite pour la première fois l’Occident et notamment les plus célèbres salles de jeu : Baden-Baden, Ems, Wiesbaden …
Au cours d’un second voyage, il y perdra toute sa fortune à la roulette.
Lui viendra alors l’idée d’écrire un roman sur le jeu, l’enfer du jeu dès 1863.
Mais ce n’est que plus tard, après la mort de sa femme, puis de son frère, acculé par les créanciers qu’il se décidera à signer chez un éditeur pour une édition de ses œuvres complètes agrémentée de ce roman inédit. La date butoir est fin 1866.
Pour aller plus vite, il engage une secrétaire qui copie sous dictée durant 25 jours l’intégralité du roman « Le joueur ».
Ce roman va être une manière d’exorcisme : en la décrivant, il va tenter de neutraliser sa passion du jeu. Le bouc émissaire sera son personnage Alexis Ivanovitch
Il demandera ensuite sa main à sa secrétaire, Anna Snitkine huit jours plus tard et l’épousera trois mois écoulés.
Deux mois après le mariage, couverts de dettes, Dostoievski fuit la Russie pour l’Allemagne où il va jouer jusqu’en 1871 avec l’argent de sa femme. C’est alors qu’il lui envoie une lettre dans laquelle il lui annonce qu’il a cessé de jouer.
L’exorcisme avait œuvré.
Dans le roman, Alexis est obnubilé et fasciné par cette boule de roulette dont le mouvement est rigoureusement imprévisible, mais il ne peut se faire à cette idée, comme tous les joueurs, et va tenter d’élaborer des systèmes pour gagner. Mais c’est en jouant de façon irrésolue qu’il va le plus gagner…
S’engage alors une réflexion sur la probabilité de voir sortir le rouge ou le noir. Ce n’est pas parce que le rouge est sorti 16 fois de suite que le noir va sortir la 17é. Car à chaque fois, il y a une chance sur deux et pas davantage que ce soit telle ou telle couleur. Peut-on user de la statistique pour jouer, statistique qui veut que sur un très grand nombre de fois, le rouge et le noir s’équilibre ? Là est la question. C’est un dilemme irritant pour le joueur qu’est Alexis.
« Par une fantaisie bizarre, ayant remarqué que le rouge était sorti sept fois de suite, je m’y attachai. Je suis convaincu que l’amour-propre entrait là pour une bonne moitié ; je voulais étonner les spectateurs en prenant un risque insensé et (étrange sensation !), je me souviens nettement que je fus soudain, sans aucune incitation de l’amour-propre, possédé par la soif du risque. »
Amoureux de Pauline, la fille du général, il va dans un premier temps jouer pour elle car dans la bonne société, une jeune fille ne joue pas. Mais cela n’est pas si simple car en jouant pour Pauline il lui semble qu’il hypothèque ses chances s’il gagne, lorsqu’il jouera ensuite pour lui. Question de statistique !
En fait, dans ce bref mais dense récit, les huit premiers chapitres sont assez insipides, le joueur ne jouant pas beaucoup mais faisant plutôt une cour maladroite à la belle Pauline Alexandrovna qui ne s’en laisse pas conter et repousse ses avances.
Dès le début de la deuxième partie, l’arrivée impromptue d’Antonine Vassilievna, la charismatique et fortunée grand-mère, tante du général, va produire un électrochoc au sein du petit groupe désœuvré. Alors qu’elle était supposée être à l’article de la mort, la voici qui débarque le sac empli de roubles et ne s’en laisse conter par personne. Il faudra attendre pour l’héritage ! Le général est la principale cible de sa vindicte, et Alexis son protégé. Infirme, (elle se déplace en fauteuil roulant), âgée de 70 ans, excentrique au possible, elle a la passion du jeu. Mais elle ne sait pas jouer. Et elle a prévenu le général : elle ne lui prêtera pas un sou.
Alors vont avoir lieu des parties de roulette ébouriffantes où Antonine va conjuguer le meilleur et le pire, toujours dans l’excès et l’extravagance et n’en faisant qu’à sa tête dans un style de jeu tout à fait hors norme.
Des retournements de situation vont amener Alexis à jouer pour son compte de façon effrénée et ce pour les beaux yeux de la capricieuse Pauline. Tour à tour précepteur, secrétaire et laquais pour se renflouer, il joue et il joue, fiévreusement jusqu’à la frénésie. Il passe même par la case prison pour dettes de jeu mis de bons amis l’en sortiront. La tentation hystérique qui s’empare des joueurs à l’approche de la table ne l’épargne pas. Emporté hors du temps et de l’espace, il ne pense plus qu’à ce plaisir compulsif qui ne peut que le mener à la ruine.
À noter que Dostoievski dans ce récit ne fait jamais œuvre de moralisateur.
D’autre part, tout en vantant le caractère russe qui vit de passion sans calcul, il fustige les pays européens et surtout la France et l’Allemagne qui pour lui ne sont que des calculateurs.
Un livre intéressant pour aborder l’immense œuvre de Dostoievski.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 septembre 2012
C'est un roman court (ou une longue nouvelle) d'une rare densité. Le joueur est l'illustration de tout ce que l'on peut mettre dans un récit de fiction. De la description psychologique à travers la spirale de jeu, cette hystérie qui gagne tout ceux qui s'approchent trop près des tables. Du romantisme, la passion du jeu faisant écho à celle aussi inassouvissable du personnage principal de basse extraction pour une femme de la bonne société. De la politique, Dostoïevski trempant sa plume dans l'acide pour étriller la France et l'Allemagne, représentées par des personnages vaniteux. De la satire sociale, le portrait de cette haute société décadente, cupide et incapable de se contrôler est particulièrement acerbe. Et aussi de l'autobiographie, car il y a beaucoup de la vie et des convictions de l'auteur dans ce récit court et nerveux qui donne une très bonne idée de la puissance de la littérature.
33 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

L'Idiot
8,10 €
Crime et châtiment
8,10 €
Le joueur
3,50 €
Les Démons
9,80 €
Les Frères Karamazov
8,60 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici