undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
366
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Allons-y d'emblée pour la critique qui ne manque pas de surgir au moment d'évoquer La couleur des sentiments : oui, Kathryn Stockett a suivi un atelier de "Creative Writing" et cela se sent, dans sa façon ingénieuse de faire avancer son roman, dans ses portraits de femmes, d'une minutie et d'une précision qui ne laissent rien au hasard.
2 millions et demi d'américains ont lu le premier livre de Kathryn Stockett. Et combien dans les états du sud, du côté du Mississippi, là même où se déroule l'action, il y a moins de 50 ans ? Pas de doute, la romancière a su saisir l'ambiance ségrégationniste de l'époque, et le choix de décrire les rapports entre domestiques (noires, forcément) et jeunes bourgeoises (blanches, naturellement) aiguise et amplifie cette atmosphère délétère.
En donnant la parole successivement à deux bonnes et une apprentie journaliste de bonne famille, lancées dans une entreprise invraisemblable et hautement dangereuse, Kathryn Stockett a trouvé le cocktail idéal. Deux noires pour une blanche, les deux premières se confiant clandestinement à la troisième pour l'écriture d'un livre témoignant de leur vie quotidienne, ce n'est rien de moins que de la dynamite, dans une société où règne un apartheid décomplexé et lamentable.
Le livre s'étire parfois longuement dans des descriptions maniaques des relations ambigües entre maîtresses et servantes (j'ai failli écrire esclaves) mais tout ceci sonne juste et fort et prépare à la déflagration finale, qui se fait attendre, mais qui ne déçoit pas, au point de tirer quelques larmes sans tomber dans un pathos inconvenant.
Ce n'est pas de la grande littérature ? Non, mais c'est un grand sujet, traité avec nuances et sans manichéisme (ce n'est pas les méchantes blanches contre les gentilles noires, on en est loin). C'est un roman dense, un négatif à Autant en emporte le vent, passionnant comme un documentaire, palpitant comme une fiction. Avec de bons gros morceaux d'humanité dedans. Alors, oublions les ateliers d'écriture, Kathryn Stockett a un don pour la mise en scène et les dialogues remarquable et tient sans peine la distance des 500 pages.
Evidemment, on imagine bien le film qui va en être tiré. Franchement, même avec un Spielberg aux commandes, que diable pourrait-il apporter de plus ?
33 commentaires| 133 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 novembre 2010
Sur Amazone UK, pas moins de 345 commentaires 5 étoiles pour ce roman magnifique. Un petit chef d'oeuvre qui retrace la vie des "maids", ces "bonnes à tout faire" noires, aux Etats-Unis à l'époque de JFK. Ces femmes qui travaillaient 6 jour surs 7 chez leurs employeurs blancs, partageaient leur vie intime, élevaient les petits enfants blancs, souvent mieux et avec beaucoup de tendresse, mais toujours victimes de ségrégation.
Chacun à sa place, jusque dans les toilettes que la "bonne" noire n'était pas autorisée à utiliser.
Un portrait magnifique et souvent drôle de ces femmes courage dans une Amérique où si l'esclavage est aboli dans les faits, il ne l'est pas encore dans les esprits.
Je suis étonnée que ce livre n'ait pas connu plus de succès sur Amazone France mais peut être est ce dû à la traduction. Je l'ai lu en anglais donc je ne sais pas ce qu'elle vaut mais rien que le titre qui ne veut rien dire, m'a effectivement déçue. Traduire "The Help" par "La couleur des sentiments", c'est vraiment prendre beaucoup de liberté avec la traduction, à mon avis... Le traducteur n'essaie même pas de rendre le jeu de mot contenu dans le titre.
En tout cas, c'est un très beau livre et je le recommande.
11 commentaire| 77 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2011
Très beau livre, de ceux qu'on a du mal à lâcher sitôt commencé et qui nous poursuivent longtemps après l'avoir terminé. Les personnages sont très attachants, beaucoup de choses ont déjà été dites, je voulais simplement rajouter que l'amour est très présent dans tout ce livre, et la couleur principale est plus l'espoir et l'affection que la violence qui reste en fond mais ne passe pas au premier plan. Les relations entre personnes ne sont jamais manichéennes et restent toutes en nuances.
Vraiment un bon moment de lecture ...
0Commentaire| 40 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mars 2016
J'ai découvert la couleur des sentiments en voyant le film (comme beaucoup de personnes je pense...) Je l'avais adoré. Je le regarde fréquemment, l'histoire d'Aibileen et Mae Mobley étant très touchante et Hilly cruellement odieuse.
Puis j'ai acheté le livre et... Je l'ai littéralement dévoré. Encore mieux que le film. L'histoire entre Skeeter et Stuart est bien plus complexe que présentée dans le film en fait.
Le sujet est triste mais raconté sans amertume. Les dames de Jackson, Mississipi, sont horribles mais on s'y attache quand même. On se dit que c'est triste qu'Elisabeth n'ait pas plus de courage pour s'opposer à Hilly quand elle a tort (ce qui est souvent le cas^^) On rit des histoires de Minny, on a de la peine pour Skeeter quand sa prise de conscience sur la situation des noires l'éloigne de ses amies et éloigne ses amies d'elle. On voudrait être sure que Mae Mobley aura une belle vie, comme l'imagine Aibileen à la fin.
On rit, on pleure de concert avec les personnages du livre.
Une belle histoire à lire et relire sans se lasser ...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2015
Je ne sais pas pourquoi, c'est d'abord la couverture qui a attiré ma curiosité. Et puis je me suis laissée emportée par l'histoire. Les personnages sont attachant et chaque paragraphe trouve son propre narrateur. On passe du point de vue d'une personne au point de vue d'une autre personne tout en avançant dans l'histoire. Toutes ces visions sont très intéressantes et lorsque ce sont les noires qui parlent, on a l'impression de les entendre tellement le ton est juste et sincère. J'ai adoré ce livre énormément. J'ai ri, j'ai pleuré, j'ai été en colère, il m'a fait vibrer.
Je l'ai offert à ma mère qui l'a dévoré. Je l'ai relu à ma fille de 10 ans qui me pressait chaque jour de lui en lire d'avantage. J'ai trouvé qu'il était aussi un excellent support pour aborder les conflits racistes de cette époque et les comportement des gens suivant leur éducation et leur environnement. Il est fascinant. Un must. L'un de mes livres préféré.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 septembre 2011
Le succès de 'The Help' se comprend lors de sa lecture: la romancière maîtrise sa technique narrative en construisant chaque chapitre comme un épisode précis, et la variation des points de vue des trois femmes, qui correspond à ce goût du moment pour la polyphonie, donne au récit un dynamisme. La lecture est agréable et prenante, même si les qualités proprement littéraires du roman demeurent limitées: les personnages sont réduits à des types (Miss Skeeter, l'intello blanche au grand coeur, Aibileen la nounou noire elle aussi au grand coeur qui dissimule un écrivain, Minny la forte tête qui cache un coeur tendre, etc) et la peinture du Jackson des années 60 est somme toute conventionnelle. Pour quiconque connaît le Mississippi ou le sud des Etats-Unis, les descriptions des ambiances sous les porches ou des plats de poulet frit relèvent du poncif. Et pourtant, comme dans un bon film d'Hollywood, le tout fonctionne. 'The Help' a le mérite de proposer une vision (certes parfois réductrice et naïve) d'une page d'histoire contemporaine des Etats-Unis qui est souvent méconnue ou tue, grâce à des outils narratifs bien huilés, sans surprise mais efficaces.
0Commentaire| 28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2010
J'ai dévoré ce livre vraiment passionnant. Derrière l'humour et ce qui peut paraitre comme des histoires du quotidien se mêlent la terreur et révèle une Amérique ancrée dans ses bonnes vieilles valeurs blanches et puritaines. Il révèle aussi toute l'ambiguité de la relation entre ces bonnes noires et les familles blanches qui les emploient.
Bref, un vrai bon moment.
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2013
Un roman rare : instructif, original, très bien traduit et qui nous ouvre les yeux sur une époque et un monde rarement décrits sous cet angle. A lire absolument pour se distraire mais aussi réfléchir, grandir, ouvrir son coeur.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Etes-vous prêts à suivre le parcours difficile et chaotique d'héroines plus émouvantes les unes que les autres:si la réponse est "oui!!",alors ce livre vous enchantera;c'est ce qui m'est arrivé.
Il s'en dégage beaucoup d'émotion:mais,attention,gardez à l'esprit que les "méchants"ou "méchantes" en l'occurence font aussi la force du récit.C'est souvent de la difficulté et de la souffrance que naissent les grands bonheurs:là réside sûrement la "couleur" des sentiments.Faîtes-vous plaisir,cela en vaut vraiment le coup.Bonne lecture à tous et toutes!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2011
526 pages lues en apnée totale. On aurait pu m'annoncer qu'une vague de chaleur de 40 degrés minimum s'abattait sur Brest ou que la Rade n'existait plus, je n'aurais même pas réagi.Parce qu'une fois commencé ce livre, il est impossible de laisser Aibileen, Minny et Skeeter. Cette lecture m'a attrapée, m'a ferrée et quand je ne lisais pas, leurs voix me trottaient dans la tête.
J'étais à Jackson, ville du Mississipi en cette année 1962. Aux côtés d'Aibeleen dans la cuisine, je la regardais s'occuper avec amour de Baby Mae Mobley. Mais aussi à nettoyer, laver, préparer les repas... A faire son travail de domestique, de bonne. A répondre « Oui, Ma'am » à sa patronne et à ses amies. Serre les dents, leur servir le thé et ne rien dire lorsqu'elles parlent des Nègres qui sont si différents d'eux. J'ai tremblé de dégoût et de honte quand Minnie s'est faite renvoyée pour un vol qu'elle n'avait pas commis. Et quand Skeeter a décidé d'écrire un livre où les bonnes allaient pouvoir témoigner sur leurs patronnes blanches, j'ai eu envie de sauter de joie. Elle qui une fois terminée ses études à la Fac veut montrer et apprendre ce qui se passe réellement. Même si ses parents emploient des gens de couleur, même si ce sont ses amies qui sont concernées. Elle va réussir à convaincre Aibileen de lui faire confiance puis Minny. Elles se verront en cachette car Aibileen et Minny prennent des risques énormes. D'autres suivront et témoigneront elles aussi.

Tour à tour, Aibileen, Minny et Skeeter parlent, racontent cette histoire. Roman polyphonique, on se glisse dans la peau de chacune d'elles et on vit, on ressent ce livre ! Avec leurs mots, c'est tout un passé qui ressurgit. Un passé peu glorieux où écoles, hôpitaux, magasins, bibliothèques étaient différents pour les Blancs et les Noirs. Des temps où la ségrégation raciale était bien ancrée dans les maeurs des familles blanches du Mississipi. Les gens de couleur subissaient vexations, humiliations et bien pire s'ils décidaient de transgresser les lois en vigueur. Mais une époque aussi qui verra Martin Luther King faire un rêve.

Alors oui ! Elles vont s'accrocher pour mener à bien ce projet fou ! L'injustice, le racisme, la mesquinerie, le mépris mais aussi la peur, la volonté que les choses changent, la vraie amitié, l'humour et l'amour pur jalonnent les pages de ce bon et vrai roman. Un roman magnifique, juste, drôle, sensible et bouleversant !
Et pour moi, c'est plus qu'un coup de caeur !
A lire également, la postface de l'auteur qui est très touchante et toute en pudeur.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)