undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
22
4,3 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:17,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Quelques pages à peine et sans avoir jamais lu Jérôme Ferrari, c'est l'évidence : il s'agit là d'une œuvre littéraire forte, grave et engagée, à mille lieues d'un énième roman distrayant qui serait certes plaisant mais resterait léger. L'écriture de Jérôme Ferrari interpelle et séduit, et dans sa perfection stylistique et par la gravité de son sujet.

Le capitaine André Degorce a connu l'horreur des camps de concentration en 1944, résistant pendant la seconde guerre mondiale, il a été déporté à l'âge de 19 ans. Il est aussi rescapé de Dien Bien Phu et des camps du Viet Minh, où il a fait la connaissance du Lieutenant Horace Andreani. Ils se retrouvent tous deux à présent en Algérie, où pendant 3 jours de mars 1957, autour du personnage de Tarik Hadj Nacer, dit Tahar, colonel à l'ALN, l'auteur nous plonge dans l'horreur des victimes devenues bourreaux. Certaines scènes de torture sont difficilement soutenables, pourtant l'on sait par de nombreux documents historiques qu'elles ont été réelles. Marié à une veuve de guerre de dix ans son aînée, André Degorce reçoit les lettres de sa femme, mais ne peut lui répondre, ou alors succinctement, sans jamais approcher la réalité de sa situation.

Roman exigeant dans sa forme et son écriture, il interpelle inévitablement sur la nature humaine et ces arrangements avec soi-même qui s'ils permettent de survivre, ne sont pas moins lucides : malgré ses efforts de respect, Degorce a bien perdu son âme, là, en Algérie, et à jamais. Un roman fort de la rentrée.
0Commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 décembre 2010
Jérôme Ferrari reprend dans ce nouveau roman un thème connu, celui du bourreau et de sa conscience. Mais il en fait quelque chose de très personnel et d'universel à la fois. On retrouve dans son roman philosophique les grand thèmes judéo-chrétiens, mais aussi Hannah Arendt, et Boulgakov, et pourquoi pas Malcolm Lowry. Mais il est inutile de comparer l'oeuvre de J Ferrari à qui ou quoi que ce soit. Son style, sa prose poétique fulgurante sont uniques. Et si on retrouve de roman en roman des thèmes communs, des échos on est à chaque fois estomaqué par la force de l'écriture, la rigueur de la pensée, la puissance de l'émotion. J Ferrari n'est jamais pesamment didactique ou donneur de leçon : il donne à voir, à penser. Et ses mots résonnent longtemps.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il est des livres qui laissent des empreintes profondes comme les blessures dont à souffrir leurs personnages et comme les hontes qu'on n'a pas pu, su ou voulu contenir plus longtemps. Le dernier roman de Jérôme Ferrari est de ceux là, sans le moindre doute possible.

Dans ce huis clos intime se déroule un condensé de drames dont personne ne peut sortir indemne. Nous voici projetés en 1957, en Algérie. La guerre fait rage. Les victimes civiles sont de plus en plus nombreuses comme ces filles de joie et leurs clients militaires que l'on vient de retrouver déchiquetés par une bombe placée dans le lupanar. Ou bien comme ce cortège de mariage massacré sur place, sans laisser un seul survivant ni un seul témoin, histoire de faire régner la terreur dans le bled et de contraindre les populations à supporter ceux que le pouvoir nomme des terroristes, comme toujours en ce cas.

Dans ce climat de folie et de terreur perpétuelle, obtenir des renseignements sur l'ennemi est une question fondamentale, vitale au sens propre du terme. Voici l'immense responsabilité qui incombe au Capitaine André Degorce en charge des interrogatoires et de démanteler un par un, minutieusement et laborieusement, les membres d'un réseau terroristes. Un par un, il coche les noms et les cases d'un immense organigramme affiché dans son bureau. Or, on n'obtient pas de renseignements en se montrant aimables. C'est en usant de violence, d'intimidations, de sévices et de tortures, d'exécutions sommaires parfois aussi que l'on parvient à ses fins.

En ce mois de Mars 1957, Degorce vient de mettre la main sur la tête du réseau, un certain Tahar. Une capture encombrante d'autant qu'elle fut exhibée vivante et en bonne santé à la presse. Une capture troublante par le calme et l'autorité naturelle d'un prisonnier conscient du sort que lui réservent les enjeux de pouvoir. Une capture qui met à nu les doutes qui broient de plus en plus souvent Degorce, lui le brillant mathématicien que la seconde guerre mondiale a envoyé à Buchenwald. Lui qui a échappé aux camps vietnamiens après s'être engagé dans l'Armée parce qu'il fallait bien donner un sens à une vie qui l'avait perdu.

Au cours des trois jours de détention de Tahar, la vie de Degorce va définitivement basculer et figurer l'éternelle lutte entre le Bien et le Mal, entre la morale et la nécessité, entre la maîtrise de son destin et le coup du sort.
La force de J. Ferrari est de confronter la vision de Degorce, en tant qu'homme comme en tant que jouet de l'Histoire, à trois points de vue. Celui du Lieutenant Andreani, son ex compagnon d'armes et de détention au Vietnam devenu à Alger le chef de la cellule en charge du traitement des prisonniers une fois qu'on a fini de tirer d'eux ce qui en était attendu. Autant dire, le liquideur, l'homme en charge des basses-aeuvres. Bien des années après la fin de ces inutiles conflits, Andreani s'adresse à distance à son supérieur, Degorce. Andreani est un cynique, à la fois admirateur de son supérieur à qui il doit la survie aux camps viet et détestant ce que Degorce devint à Alger au terme de la détention de Tahar. Ses mots sont d'une dureté rare et traduisent tout le mépris d'un homme qui savait avoir perdu son âme et qui passa le reste de son existence à tenter de le dissimuler à tous, blessant ses hommes et compagnons souvent sans même s'en rendre compte.

Celui de Degorce lui-même qui nous conte chacune de ces trois journées, bien marquées dans le livre et introduites par une référence aux textes évangéliques comme la preuve d'une trahison aux valeurs chrétiennes et humaines les plus fondamentales et ciment de notre société. Degorce devient alors une sorte de Pilate des temps modernes. Entre chaque journée figure la diatribe d'Andreani et qui met à nu la personnalité de plus en plus putride et nauséabonde de Degorce. En voulant se comporter en pair avec Tahar, en lui faisant rendre les honneurs militaires, Degorce tente de sauver vainement le peu qui lui reste de libre arbitre et d'âme emportée par les horreurs auxquelles il lui faut se livrer ou consentir. Chaque rebuffade n'en devient du coup qu'une nouvelle manifestation d'un caractère qui a perdu ses repères, ses valeurs et ses croyances et nous montre un homme et un officier en pleine dérive, se trahissant comme il trahit tous les siens.

Celui de son épouse enfin, de dix ans son aînée, rencontrée par hasard au sortir de Buchenwald. Une abîmée de la guerre elle aussi et qui se comporte plus en mère qu'en épouse. D'elle, on ne connaît que les lettres donnant de nouvelles anodines d'une famille qui attend son retour ; puis, à la fin, son inquiétude à ne lire que de froides réponses de son mari, incapable d'écrire ce qu'il va et ne croyant pas un mot de ce qu'il écrit. Une femme qui soupçonne le pire mais n'ose vraiment l'envisager. Une femme qui offre une consolation impossible par la distance physique et psychique.

Degorce fut comme un frère pour Andreani. Mais c'est Caïn qui tua Abel. Et depuis, Caïn cherche son âme qu'il sait avoir laissée là-bas, en Algérie.

Un livre éblouissant par sa construction, son style et la profondeur des sujets qu'il aborde. Qui sait ce que nous aurions fait à leur place ....

Publié aux Editions Actes Sud - 2010 - 154 pages

Retrouvez mes notes de lecture sur thierrycollet-cetalir. blogspot.com
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une oeuvre forte et profonde où l'âme des personnages exprime la profondeur des sentiments sur un thème grave qui a déchiré un certain nombre de parents. Les consciences s'exprime avec violence eu égard au sujet. Des personnages qui sont avant tout des hommes avec leur forces et faiblesses. Bravo à Jérôme Ferrari qui, de par un style riche et percutant, sait établir un rapport de proximité extraordinaire avec ses lecteurs en bouleversant le plus profond de leur être. Quel que soit le choix qu'ils auraient fait en lieu et place des héros de ce roman. A lire sans hésiter !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 novembre 2010
Le capitaine Degorce et le lieutenant Andreani ont connu ensemble la débâcle,les camps de concentration,l'Indochine et la défaite de Diên Biên Phu.Ils se retrouvent en 1957 en Algérie.Comme beaucoup d'officiers,la logique de la loyauté fera baculer Andreani dans l'O.A.S,la conscience du catholique Degorce l'amènera à s'interroger sur les moyens employés lors de cette nouvelle forme de guerre.Le troisième personnage Tahar commandant de l'A.L.N.servira de révélateur.Jérôme Ferrari par sa belle écriture interroge le lecteur.Un des meilleurs romans de la rentrée littéraire 2010 justement récompensé par le prix France Télévisions.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Livre très puissant sur les désillusions d'un capitaine français qui après avoir été victime de tortures en tant que résistant puis en Indochine se retrouve dans le rôle du tortionnaire en Algérie. Cet homme va voir ses convictions humaines et de noblesse de la guerre, voler en éclat alors qu'il a arrêté le chef d'un groupuscule perpétrant des attentats... Alors qu'il croit en un certain sens de l'honneur, il va se rendre compte qu'il n'y a que l'horreur et la surenchère dans la guerre.. et que lui même n'est pas au dessus de cela..
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2010
Que dire de plus que Laure !Ce sublime roman met en scène 2 officiers qui se sont connus en Indochine dans un camp de prisonniers où ils ont subi tortures et humiliations et se retrouvent à Alger à leur tour tortionnaires et bourreaux. Mais leurs réactions sont bien différentes : autant l'un essaie de justifier sa conduite, reniant certaines vérités, autant l'autre, fier de ses exactions accuse le premier de trahison d'un idéal qui leur fut commun. Se pose la question : comment peut-on être à la fois victime et bourreau ? Comment faire concorder le Bien et le Mal ? Roman très fort qui prend la forme d'une dissertation philosophique captivante sur le destin de l'homme. Un des meilleurs de cette rentrée littéraire 2010.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2014
J'ai l'âge d'avoir connu les guerres d'Indochine et d'Algérie. J'ai lu Lartéguy et Schöndorfer. C'est peut être pour cela que ce roman de Ferrari (dont je suis un grand admirateur) n'est guère qu'un "récit" de plus. Le style narratif est superbe (comme d'habitude), la profondeur métaphysique finement ciselée.Mais les "événements" qui trament le récit ne peuvent surprendre que ceux qui sont nés après 1968 (comme Ferrari).
-
L'auteur semble découvrir que la torture "nécessaire" est un déchirement tant social que personnel. Et nous voici plongés dans l'éternel débat ...peut-on pratiquer la torture (physique ou mentale) pour obtenir les informations qui pourront éviter la mort de civils innocents ? Les personnages de ce roman vont se trouver au coeur de ce drame et finalement aboutir à la même réponse ...non sans états d'âme.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2014
Ce roman pose le problème de la torture, en situation de guerre. Est-elle utile pour récupérer des renseignements qui pourront sauver des vies. Comment vivent ceux qui la pratique?
L'écriture est fluide, précise e, bref excellente.
Ce roman est presque historique; il s'agit de l'Algérie et d'Alger en 1957
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2010
"Où j'ai laissé mon âme", le dernier livre de Jérôme Ferrari est un roman philosophique qui part d'un sujet historique encore sensible - l'institutionnalisation de la torture et des exécutions sommaires pendant la guerre d'Algérie à l'occasion de la bataille d'Alger - pour aborder la question universelle du bien et du mal. C'est une interrogation sur le courage et la lâcheté, la liberté et la responsabilité, la fraternité , la foi et le pardon ...

Avec habileté l'auteur recourt à la puissance poétique des grands mythes qui ont imprégné la culture européenne et sa combinaison des textes fondateurs judéo-chrétiens ayant trait à la damnation et à la rédemption avec le mythe Faustien revisité par Boulgakov s'avère magistrale.

Comme toujours chez Ferrari, le fond et la forme sont en adéquation parfaite. La construction , hautement signifiante , épouse le contenu, tout comme le style, magnifique, qui se déroule en une mélodie continue jusqu'à une apothéose finale douloureuse, mais apaisée, harmonieuse, résonnant comme "L'enchantement du Vendredi Saint".

Un grand livre profondément humaniste !
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,00 €
8,70 €
7,70 €