undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:16,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Il est délicat d’analyser ce livre passionnant !
Sylvain Fort nous prévient, dès la première page : il n’écrira pas une biographie de plus, du style : « Puccini, sa vie, son œuvre. »
Il va « donner à réfléchir », chercher dans la vie du compositeur « ses aspérités […] ses obsessions miroir d’autres obsessions : voila ce qui est intéressant dans une vie d’artiste. »
Ainsi, dès ses études au conservatoire de Milan l’auteur décèle quelques « aspérités » qui marqueront Puccini, sa vie entière : pas de rupture avec le passé musical, une transcendance qui s’appuie sur un surplus de savoir-faire, une langueur tant dans l’apprentissage que dans la création, enfin une indifférence totale à toute forme politique.

Sur ce cadre établi, l’auteur va glaner quelques jalons qui éclairent son œuvre : l’affection (réciproque) qu’il entretient avec le célèbre éditeur Giulio Ricordi qui devient très vite sous sa plume « papa Ricordi » Au point que l’éditeur révélera la partie lumineuse du musicien.
Evira sa compagne dès 1884, puis son épouse à partir de 1904 va dévoiler sa partie sombre : tromperie, cachoterie, lâcheté, mensonges ; toute la triste panoplie qui accompagne le mari adultère. Leurs rapports se résument dans les quelques mots qu’Elvira écrit à son mari, parti aux Etats-Unis : « Tu es célèbre et je suis moins que rien. »
Elvira éprouve une jalousie telle, qu’elle poussera leur petite servante, Doria au suicide. L’autopsie révélera qu’elle était encore vierge. Glaçant !
D’autres jalons : le travail laborieux avec ses deux librettistes Luigi Illica et Guiseppe Giacosa qui l’accompagneront de Manon à Butterfly.
Son amitié tumultueuse avec Toscanini.
Son admiration pour Wagner.
Son rapport au vérisme.
Autant d’aspérités, d’angles qui brossent le portait psychologique du compositeur.
Pour une connaissance approfondie de l’œuvre, il faudra consulter d’autres ouvrages (celui de Marcel Marnat par exemple).

Puccini s’inscrit dans une lignée fabuleuse qui compte Rossini, Donizetti, Bellini, Verdi…
De son œil à la paupière lourde, drapé dans une attitude où le flegme côtoie la nostalgie, il sait qu’il est l’ultime représentant de l’ère du Bel Canto, ce style de chant fondé sur la beauté du son qui s’imposa sur les scènes du monde entier ; qui fit rêver la terre entière !
11 commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,30 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)