Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes undrgrnd Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

  • 1983
  • Commentaires client

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
5
4,4 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:10,65 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Avec 1983 David Peace boucle de manière magistrale la tétralogie engagée avec 1974.
Pour prendre la pleine mesure du livre, la lecture des trois volumes précédents (1974,1977,1980) s’avère hautement recommandée, puisqu’on assiste ici (croit-on) au dénouement de toutes les affaires traités dans ces chefs d’œuvre précédents, au travers des souvenirs de Maurice Jobson dit La Chouette, de BJ, et le parcours de John Piggott dans sa quête de la vérité.
Le style est toujours aussi déroutant et oppressant, à trois voix ici, avec l’utilisation obsessionnelle des répétitions ( de mots, de bribes de phrases, de paragraphes entiers, de scènes complètes à plusieurs années d'intervalle), et ces longues phrases en italique parfois incompréhensibles dont on ne sait trop si elles sont des rêves des souvenirs des intuitions ou finalement la réalité du présent. Si j’ai pu parfois m’agacer et considérer ce procédé comme trop systématique et un peu facile, c’est surtout pour rager qu’au lieu de nous livrer clé en mains des explications et des faits, il nous plonge implacablement dans un monde confus, morcelé, pourri, où l’on peut s’approcher de la vérité par cercles concentriques, en percevoir des fragments mais jamais l'appréhender dans sa totalité, ou alors au détriment de sa santé mentale, ou de sa vie.
Document incroyablement réaliste et éprouvant sur l’Angleterre du début des années 80, et par extension autopsie choquante d’une société – la notre - malade, grise et humide, ce livre et avec lui toute la tétralogie du Yorkshire constituent une œuvre majeure de la littérature, qu’on est tenté de rapprocher de celle d’Ellroy (violence, observation sans concession de la brutalité de la police, de sa corruption, complexité des personnages), mais qui possède une force unique et bien personnelle, contruite de manière très elliptique et qui se mue ici en tour de force qui fait exister une époque et des personnages au travers de 4 romans distincts dans lesquels les événements se croisent et s’entrechoquent pour donner un aperçu kaléidoscopique d’une réalité multiforme et désespérée qu’à la grande frustration du lecteur on ne pourra jamais saisir dans son intégralité.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2008
C'est très simple : le quartet sur le Yorkshire (dont ce livre est la quatrième partie) est une des oeuvres les plus fortes et des plus ambitieuses du roman noir. Romans des bas-fonds de l'âme humaine, de la violence, de la peur, dans le climat triste et industriel du nord de l'Angleterre. Romans choquants.
Pour en profiter, il faut cependant bien s'accrocher : la totalité de l'histoire est très complexe et requiert la lecture indispensable des 3 premiers opus. J'ai lu les quatre de suite et je faisais encore parfois des allers-retours dans les anciens romans pour relire un paragraphe, un détail.
L'histoire se déroule donc en 1983 où une fillette est enlevée de la même manière qu'il y a 9 ans, en 1974. Pourtant le coupable est en détention depuis 9 ans.
Le livre se raconte par trois histoires complémentaires, à trois époques distinctes : long flashback à partir de 1969 avec le surintendant Jobson, événements vécus par BJ depuis 1974 et enquête en enfer pour l'avocat Piggot.
Le style employé par l'auteur, changeant selon les personnages est exceptionnel, les phrases en italiques, bribes de pensées, cauchemards sont difficiles à comprendre mais permettent d'interpréter l'ensemble.
J'ai trouvé que le roman était (un peu) trop long, longueur due à mon avis aux répétitions de certaines scènes au travers des différents protagonistes. Autre point mitigé : sur la fin, même si on a le sentiment d'avoir compris l'essentiel, il y a toujours des éléments obscurs. D'un autre côté, au lecteur d'essayer de renouer certains fils. L'auteur apporte seulement les clefs, à nous d'ouvrir les portes.

A ne rater sous aucun prétexte donc mais inutile d'essayer de le lire à tête non reposée.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2015
Ce dernier tome de la superbe tétralogie de D. Peace est sans doute le plus fort de cet ensemble.
En effet vous aurez toujours cette impression de recevoir un coup de poing dans le plexus (pour rester polie...) tant la violence est omniprésente à chaque page. Celle-ci vous entraîne, sans que vous ne puissiez rien y faire, dans les tréfonds de l’âme humaine.
Bien que le texte soit toujours aussi complexe à suivre à cause du style particulier de l'auteur, vous ne pourrez pas vous en décrocher sous peine d'y revenir quelques minutes après.
Bref une fin en apothéose qui ne vous laissera pas intacte.
A noter qu'il est sans doute indispensable de lire les trois premier tomes sous peine d'être décroché rapidement du fait des renvois fréquents en arrière quasiment à chaque chapitre.
Bonne lecture à tous.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2009
C'est noir partout dedans dehors autour, à vous arracher des larmes... presque.
David Peace vous tape sur l'épaule, pas le temps de se retourner et c'est la grande claque au ventre, si vous rentrez dans cette histoire armez-vous, ça dérange, ça ne vous lâche plus, c'est eux, c'est nous, écorchés vifs, au bord du gouffre, t'es vivant ? alors jubile lecteur(trice), l'humanité n'a pas de limite l'enfer non plus... je conseille vivement de les lire dans l'ordre, ça grouille, ça vit, c'est du lourd! génial? pas loin, un talent désespérant et très bien traduit car le rythme est fabuleux.
bon mieux ça serait moins bien...
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2016
Suite directe de 1977, ce livre est très difficile à lire : écriture saccadée, énervée et énervante. Dommage, l'époque évoquée est riche et intéressante. Il est donc recommandé de se procurer des médicaments anti migraineux pour aborder ce bouquin.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,15 €
10,00 €
9,15 €
9,65 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici