undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
74
4,1 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

J’avais entendu beaucoup de bien d’insaisissable. La quatrième de couverture avait fini de me convaincre : dès sa sortie, je me suis empressée d’aller acheter le roman de Tahereh Mafi.

Juliette est enfermée depuis 264 jours, sans voir personne. Son crime ? Être différente des autres. En effet, l’adolescente peut infliger d’horribles douleurs pouvant aller jusqu’à la mort, simplement par le toucher. Condamnée à l’isolement, elle voit pourtant une amélioration lorsqu’un garçon arrive pour partager sa cellule. Ce dernier ne lui est pas étranger, elle le connaît mais comment et pourquoi s’est-il retrouvé avec elle ?

Ma lecture avait bien commencé. L’ambiance du livre m’avait plue de suite : l’enfermement de Juliette et Adam m’a captivé. C’est oppressant, étouffant, le genre d’histoire qui vous met mal à l’aise. Ça commençait vraiment bien, et puis… Et puis, plus rien. A partir de ce que ce j’appellerai « la deuxième partie », j’ai complètement décroché. Je ne me suis pas attachée aux personnages. Je les ai trouvés trop lisses, je ne les ai pas compris. J’ai souvent eu l’impression qu’ils vivaient au pays des bisounours, ce qui est quand même bizarre pour une adolescente de quinze ans qui a passé plus de sept mois, enfermée et isolée.

Je me retrouve donc dans une situation identique à Glitch d’Heather Anastasiu : lire un roman où je n’accroche pas aux personnages. Je me doutais bien du résultat : la lecture n’allait pas être de tout repos ! La plume de Tahereh Mafi a pourtant fait en sorte que j’ai dévoré le roman. L’écriture est fluide, poétique. J’ai beaucoup aimé les phrases barrés, je trouve que ça montre bien la souffrance de l’héroïne. Je m’attendais à un peu plus d’action mais celle-ci est vite balayée. L’auteur a préféré jouer sur les émotions et les sentiments. Pourtant, il n’y a aucune longueur, au contraire, tout ce passe trop vite (trop bien, j’oserais dire). Pour ma part, j’ai trouvé l’histoire parfois trop superficielle et les personnages peu crédibles pour ma part. Je me dis que si j’avais passé 264 jours enfermée et isolée dans une cellule, je n’aurais absolument pas réagi comme l’héroïne. Tout cela me laisse un peu perplexe.

Bref, pleins de choses m’ont gênée dans ce roman que j’aurai préféré moins axé sur le côté romance. Le tome deux, intitulé Ne m’échappe pas en VF, sortira courant février 2013 aux Etats-Unis. Je lirais sûrement la suite, ne serait-ce que pour l’écriture de Tahereh Mafi, qui est vraiment sublime !
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un YA que j'ai grandement apprécié, et qui est assez original !

Le style de l'auteur peut paraître déroutant au premier abord, avec ses phrases à répétitions, ses ratures et les égarements de Juliette, mais on s'y fait rapidement. Certes, c'est parfois un peu confus, mais c'est aussi très joliment écrit.

L'histoire en elle-même change de l'ordinaire également. Juliette, une jeune fille dont le toucher est mortel, est enfermée par un organisme au commande du monde suite à d'innombrables catastrophes naturelles qui ont tué une bonne partie de la population. Le Rétablissement a besoin d'elle pour des projets mystérieux, avec à sa tête Warner, un méchant très, très intriguant ! Sa folie m'a à la fois terrifiée et fascinée. J'ai trouvé que c'était sans doute le personnage le plus intéressant du livre.

Juliette aussi n'est pas totalement blanche, et même carrément borderline parfois. Heureusement, elle trouvera un peu de stabilité en la personne d'Adam, ce jeune soldat qu'elle connait depuis longtemps. Leur histoire n'est pas forcément bouleversante mais elle est bien mise en scène. On éprouve de la peine pour Juliette, et de la reconnaissance pour Adam et sa volonté de la sauver à tout prix. J'espère que leur relation sera un peu plus développée dans le tome 2, que je m'empresserai de lire bien entendu.

L'action et les rebondissements ont également leur part belle dans ce roman décidemment pas comme les autres. Peut-être un peu plus de profondeurs quant à l'histoire aurait été la bienvenue, on a du mal à voir où l'auteur veut en venir, mais je pense que cela viendra avec la suite.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 octobre 2012
C'est une relecture pour moi, puisque j'avais découvert ce roman en VO (en novembre dernier). J'avais eu un vrai coup de coeur pour lui, tant il m'était apparu envoûtant et admirablement écrit. Aussi j'étais soucieuse de la traduction, car il y a dans ce livre une véritable magie stylistique, un exercice de haute voltige au cours duquel l'auteur livre les émotions, les sensations, les pensées de l'héroïne. C'est pur, beau, sincère et touchant. Vraiment, j'avais été subjuguée. Donc il me tenait à coeur de vérifier que la magie existait encore...

Juliette est internée dans une cellule depuis 264 jours, accusée d'un crime. Son drame, c'est de posséder le don de tuer rien que par le toucher. Son cas a été étudié, analysé, décortiqué, mais jamais expliqué. Ses parents ont eu honte, l'ont abandonnée, normal que Juliette se sente désormais misérable. Un jour, un garçon la rejoint dans sa cellule. Il s'appelle Adam, il est bavard, trop curieux, il pose des questions, il ne la quitte pas des yeux et c'est tout son monde qui s'écroule. Un dénommé Warner va également la prendre en otage, vouloir obtenir d'elle des faveurs, l'installer dans ses beaux quartiers, lui offrir de belles robes, l'inviter à partager des repas copieux. Il a pour secret désir de faire d'elle son arme contre le monde extérieur et la résistance...

Il faut ouvrir ce roman sans chercher à connaître tous ses secrets, car l'histoire renferme plusieurs tiroirs cachés et c'est toujours grisant de les trouver, de les ouvrir, de s'extasier. Cela rend la lecture encore plus tourbillonnante, plus prenante. Il faut aussi découvrir Juliette, une héroïne faussement vulnérable et tellement attachante, de même que Warner et Adam sont deux personnages attirants et troublants, avec du potentiel, des drames enfouis, du sex-appeal et du mystère. Pas de triangle amoureux en plat du jour, mais une grande complexité dans l'art de dresser des relations mystérieuses, sensuelles et vénéneuses. En bref, c'est bluffant !

J'ai donc relu ce roman avec gourmandise, passion et enthousiasme. Comme pour la première fois, j'ai trouvé la fin de l'histoire particulièrement déroutante. Attendons la suite des réjouissances pour mieux juger. Pour l'heure, l'opération séduction est en marche : la traduction est scrupuleuse, je n'ai pas complètement retrouvé l'étincelle de la VO, mais cela n'enlève en rien le charme de l'histoire, des personnages, etc. Il faut goûter ce roman, l'apprivoiser, l'aimer pour ce qu'il offre et promet d'offrir !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2012
Ce livre est mon immense coup de coeur de l'année.
Souvent la littérature fantastique offre des intrigues géniales et un rythme extraordinaire, mais l'écriture n'est pas au rendez-vous.
Dans ce livre, la plume de Tahereh Mafi enflamme chaque page et on ne se lasse pas de relire des passages entiers pour retrouver l'émotion pure que dégage l'héroïne et la passion grandissante qu'elle éprouve pour Adam.
J'attends le tome 2 avec impatience.
11 commentaire| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 octobre 2012
Au départ, la couverture et le titre ne me séduisaient pas du tout... Encore une twilighterie me suis-je dit. J'ai bien fait d'écouter l'avis d'une connaissance : ce récit m'a conquise. Enfin, c'est plutôt la plume qui m'a séduite.

Le scénario est assez original, bien qu'il contienne quelques failles selon moi.
Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une asile. Son crime ? Tuer par simple contact tactile. Le noir et les cris sont ses uniques compagnons, jusqu'à ce qu'un jeune homme, Adam, vienne partager sa cellule. Elle se rappelle vite de son identité : il était avec lui à l'école, des années auparavant. Elle est sortie de sa prison par Warner, fils du leader du Rétablissement, un organisme qui tente d'imposer une uniformité complète dans le monde, et ce au dépend des plus faibles.

Certaines idées font penser à Hunger Games (des secteurs, le capitole, un univers légèrement post-apocalyptique), d'autres (malheureusement) à X-Men, mais ces rares défauts sont vite compensés par une plume exceptionnelle. Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre de littérature jeunesse/young adults aussi bien écrit ! C'est frais, c'est poétique, c'est imagé. Ca se lit en un rien de temps, tant c'est addictif. De plus, la sensualité qui règne entre Adam et Juliette est si bien dépeinte que l'on a le cœur qui bat aussi vite que celui de l'héroïne. Les rebondissements sont omni-présents et on ne s'ennuie à aucun moment durant cette lecture. Bref, un véritable moment d'extase littéraire. A découvrir donc !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 octobre 2012
Un véritable coup de coeur ! J'ai fini ce livre en à peine 1 journée, une fois ouvert, ce livre ne se lâche. On rentre dans le monde de Juliette, cette pauvre Juliette qui cache un lourd secret. Presque un an que notre personnage est enfermé dans une "sorte" d'hôpital psychiatrique, un an qu'elle n'a plus parlé à personne, un an de solitude. Seuls ses pensées sont sa compagnie. Jusqu'au jour où on lui attribut un codétenu, Adam... Sa vie va changer de tout au tout. Comment ? C'est à vous de le découvrir en achetant ce livre. Juste un mot, sur le développement de la relation Adam/Juliette, celle-ci m'a donnée des frissons, j'avais l'impression de ressentir tout ce que Juliette ressentait. L'auteur a une véritable plume, elle nous transporte à travers ses lignes. C'est magique. Je conseille vivement ce livre, si on est en soif d'amour et d'aventure! J'ai juste hâte de lire les prochains tomes.
0Commentaire| 28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 janvier 2013
Il faut tout d'abord être bien conscient que ce roman n'est pas orienté "adultes". Le lecteur se retrouve donc dans un univers de grands ados livrés à eux-mêmes évoluant dans un monde intermédiaire (genre après une catastrophe majeure) dirigé par des personnes (à ce stade on ne sait pas qui détient le pouvoir absolu) hyperdirectrices (et le terme est faible !) qui ont droit de vie et de mort sur leurs concitoyens. Tout rebelle est immédiatement abattu. Toute personne faible (vieux et orphelins) est irrémédiablement casé dans un ghetto. Tout être différent est purement et simplement à liquider sauf si celui-ci peut apporter un "plus" aux dirigeants. C'est le cas de Juliette qui est née avec le pouvoir de tuer d'un simple contact physique, ce qui lui a coûté le rejet viscéral de tous les êtres humains qui l'ont côtoyée et un séjour dans un quartier carcéral de haute sécurité. Adam, un ancien camarade de classe engagé dans la nouvelle armée et Warner, un lieutenant du commandement général semblent immunisés contre son toucher mortel... L'un tente de préserver les valeurs d'un monde détruit, l'autre tente de s'approprier une arme et une garantie supplémentaires pour asseoir sa suprématie sur "son" secteur...

J'ai beaucoup apprécié la rédaction en "je", l'impression de lire le carnet de bord de Juliette (phrases biffées quand elle ne s'autorisait pas à penser ce qu'elle écrivait), ce contact direct avec le personnage principal. En revanche, et en faisant fi du fait qu'il s'agit d'un roman pour grands ados, et en ne dénigrant pas le décor général de fin de monde, j'ai eu une impression de déjà vu, genre "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley et c'est ce qui m'a un tant soit peu gênée. Je suivrai cependant cette série, car j'ai envie de connaître le développement. En outre, cela fait un bout de temps que je n'avais pas lu de SF.

En résumé, un bon livre pour introduire le roman de SF "fin de monde" dans l'univers de nos ados...
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
264 jours scandés par le seul repère que sont les chiffres, martelés par les 3 minutes d'attente lui évitant de se brûler au plateau de l'infâme bouillie qui lui sert de repas quotidien, les deux minutes d'eau qui la lavent de la souillure des heures qui s'égrènent sans aucun contact humain avec pour seuls sons les portes qui grincent, le choc d'os qui se brisent et les cris de terreur qui percent l'obscurité. Avec pour seuls compagnons la souffrance, un carnet de fortune dans lequel elle couche ses pensées les plus contradictoirement sensés qui la tiennent à distance de la folie, et un moignon de stylo pour crier dans le silence assourdissant de sa cellule les mots qui saignent sur les murs de sa solitude. Des mots cruels répétés et barrés témoins de sa détresse comblant le vide de l'absence, des lettres plein les poches qu'elle se sent incapable d'assembler...

14 ans rejetée de tous, huée par ses camarades de classe qui ne lui crachent pas que leur mépris au visage et lui jettent des cailloux, sans jamais connaitre la chaleur des bras réconfortants de sa mère ni le sourire bienveillant de son père, des regards qui piétinent l'âme mais jamais ne lui glacent le coeur. Celui-là même qui causera le drame et la ballotera d'établissements pénitenciers en asiles, de bureaux d'avocats en procédures judiciaires, 3 ans loin du seul être qui ne l'ait jamais considérée comme un monstre: Adam. Adam qui se retrouve dans sa cellule et parvient à gagner sa confiance, qui tente de la réchauffer alors qu'il ne peut la toucher, Adam ami, amour ou traitre...un livre qui me force à penser que s'il ne fallait garder que deux sens, ce seraient le toucher et l'odorat...

3 semaines sur le fil du rasoir à perdre ou reprendre pieds dans une prison dorée sous la coupe d'un tortionnaire fasciné par son toucher mortel qui peut servir ses ambitions de pouvoirs, son règne basé sur la crainte et la peur ... Warner... Des heures de cavalcades à la découverte ce monde dystopique fuyant les centaines de soldats lancés à leur trousse, quelques instants lumineux volés à la barbe d'un destin plein d'espoirs inaccessibles... James, Kenji...Des jours et des jours à respirer l'air vicié qu'elle seule semble apprécier et l'envol de l'oiseau blanc à la crête dorée... Des chiffres noyés par la goutte acide d'un mot magique, poétique, un mot soupiré, chuchoté, la vague avide d'une image refoulée, idéalisée, inespérée, de sublimes métaphores revisitées par Tahéreh Mafi qui percutent et caressent l'émotion et l'imaginaire bien plus qu'elles ne les stimulent. "Ne me touche pas" c'est plus le mot que l'histoire et c'est ce qui m'a scotchée...
1212 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Juliette 17 ans, est enfermée dans un asile depuis 264 jours, dans une petite chambre sombre munie d’une misérable lucarne (sa seule ouverture sur le monde et seule source de lumière) d’un matelas et d’une seule couverture. Cela fait 264 jours qu’elle est seule et qu’elle n’a parlé à personne, 264 jours qu’elle se confie sur un petit carnet avec un stylo à bille peu fiable (et surtout presque vide), 264 jours qu’elle ne s’est pas regardée dans un miroir, 264 jours qu’elle se demande pourquoi elle est encore en vie… Car Juliette n’est pas une jeune fille comme les autres, elle possède un horrible don ; elle tue les gens juste en les touchant. Mais sa situation va changer à partir du jour où Adam, un mystérieux jeune homme par vraiment inconnu pour elle vient partager sa cellule.

Que dire de ce livre sinon WOUAH ! Un tome que j’ai réussi à dévorer d’une seule traite, (d’ailleurs j’en profite pour m’excuser auprès de mon entourage car je n’ai pas été très sociable durant un certain laps de temps… sorry my sister !). Parlons d’abord du style si particulier de l’auteure, Tahereh Mafi. Car c’est évidement ce qui saute aux yeux dès les premières lignes ; son style poétique et percutant pour aborder la situation de Juliette, la force des mots choisis et employés pour exprimer les sentiments de son héroïne. Sa manière d’utiliser des métaphores (vraiment très belles) nous permettant de mesurer le désespoir de Juliette, ses désirs inaccessibles, ses envies non insaisissables raturées pour la plupart en plein milieu d’un paragraphe. Cette manière d’écrire traduit habilement combien l’esprit de Juliette est fissuré par son terrible passé et combien elle peine à se faire accepter. Les efforts qu’elle redouble en permanence pour paraître normale aux yeux des autres, sa façon de chercher du réconfort dans le regard de son entourage, sa peur d’être jugé… Mais malgré cela, elle démontre un esprit et une force redoutable à imposer ses choix, elle ne se laisse pas manœuvrer et est bien décidée à ne pas devenir quelqu’un de mauvais quitte à y perdre la vie ! Bref vous l’aurez compris, j’ai adoré Juliette ! Et j’ai adoré le style de Tahereh Mafi !

L’intrigue est très bien menée, même si j’avoue que j’aurais aimé en connaitre un peu plus sur l’origine de ce monde dévasté que nous présente l’auteure, comment et pourquoi en sommes nous arrivés là ? Il y a suffisamment d’action pour ne pas s’ennuyer une seule seconde, l’action arrive toujours au bon moment et les réparties et dialogues ne manquent pas de piquants et de sentiments. Sans compter les rebondissements qui nous obligent constamment à remettre en question se que l’on croyait avoir acquis sur tel ou tel personnage ! Nous comprenons la situation de Juliette au fur et à mesure du roman, aussi, il faut être patient ! Nous sommes amenés à nous poser une quantité incroyable de question concernant son passé qu’elle nous délivre peu à peu, qu’a-t-elle pu faire pour se retrouver dans cette sordide cellule (bien que la présentation de l’éditeur plus haut soit suffisamment explicite…un peu trop à mon goût ! ). Et lorsqu’Adam débarque c’est encore pire ! Qui est-il et que lui veut-il ? Pourquoi est-il là ? Bien intentionné ? Traitre ? Bref de quoi nous donner des insomnies, j’vous jure !

Les personnages de ce roman, sont tous incroyablement complexes et malgré la part de mystère qu’ils gardent en eux, j’ai trouvé leur profil psychologique très bien développé et chacun d’eux m’a touché à sa manière. Juliette, fragile et forte à la fois, perdue mais déterminée, peu sûre d’elle-même mais qui sait ce qu’elle veut et surtout ce qu’elle ne veut pas ! Et qui commence tout doucement à entrevoir un avenir et un potentiel jusqu’à lors insoupçonné. Dotée d’un pouvoir qui est pour elle un véritable fléau mais qui pourrait être aussi une force, on nous la présente d’un seul coup comme un être qui pourrait être très puissant et destructeur. Adam est le beau gosse, courageux, tête brulé, ténébreux et romantique par excellence ! Je l’ai tout de suite apprécié malgré sa panoplie de secrets et son comportement changeant. Il est le superman du livre ! Son attachement pour Juliette est adorable voir sexy et ce qu’il voit en elle est tout simplement beau…

Le terrible et fou Warner m’a choqué par ses décisions, ses actes violents et son intelligence malgré tout. Je l’ai détesté…mais je dois dire que je commence à retourner ma veste face à mes premières impressions… mais chut ! Qui est-il vraiment ? Je suis certaine qu’il cache un dur passé, on a vraiment envie de creuser pour en savoir beaucoup plus sur lui. Le duo Warner/Juliette est explosif, la belle refuse catégoriquement de se laisser mener par le bout du nez malgré cette redoutable attraction qu’il exerce sur elle et plus elle le repousse plus il semble l’apprécier et vouloir se rapprocher d’elle. Son inclination pour les pouvoirs de Juliette (mais pas que…) m’a laissé très dubitative, vivement la suite ! Quant à Kenji, le rigolo de la bande, lui, cache plutôt bien son jeu.

En bref : Ce roman dystopique/romantique m’aura fait chavirer, passant d’un sentiment de haine, de désespoir ou de bouleversement, à l’image de Juliette qui se retrouve constamment débordée par ses émotions. J’ai suivi ses aventures avec délectation et son personnage m’a énormément plu, m’a fait sourire et trembler à plusieurs reprises. Je me suis pris des coups de massues phénoménales sur la tête et j’ai également senti les petits papillons dans le ventre… c’était beau, poétique, fort et intense ! En bref du bref : Un univers sombre voir un peu dérangeant, de l’action dosée habilement, une intrigue croissante et franchement bien développée, des personnages qui ne manquent pas de substances, un style agréable et surprenant, une romance belle et émouvante, une fin qui annonce une suite pleine de promesse… que demande le peuple ?! Tout est là ! C’est un nouveau coup de cœur + + + pour moi !!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après avoir entendu parler de ce roman sur de nombreux blogs, je me suis décidée à découvrir à mon tour ce premier tome de la trilogie Insaisissable. J'en ai donc débuté la lecture et durant les cinquante premières pages, je n'ai pas compris l'engouement qu'il suscitait. J'ai eu peur que toute l'histoire se passe dans la cellule, en huit clos avec seulement quelques personnages. Heureusement, ce n'est pas le cas et c'est même plutôt l'inverse. Il se passe énormément de choses dans ce premier volume!

Au début, nous découvrons l'héroïne Juliette enfermée dans un asile. Elle y est retenue depuis 264 jours et commence à sombrer dans la folie. C'est une coquille vide lorsqu'elle rencontre Adam. Ce début est très sombre, nous sommes dans la tête de Juliette et nous suivons ses pensées chaotiques. L'héroïne est un personnage à part dans la littérature Young Adult. Elle est renfermée car elle a toujours été haïe à cause de son "don" mais pourtant, elle est gentille et très sensible. Elle se déteste, se considère comme un monstre et préférerait mourir plutôt que blesser les autres, même ceux qui lui font du mal. Son pouvoir m'a rappelé immédiatement le personnage de Malicia des X-Men. Comme l'héroïne du comic, elle fuit les autres pour les protéger. Adam est quant à lui un personnage mystérieux et touchant. Je l'ai adoré car c'est un homme courageux, loyal et juste. Il n'a pas eu une vie facile lui aussi mais ne se plaint jamais. Il reste toujours fort pour Juliette.

Insaisissable est une dystopie mais très axé romance. La relation entre Juliette et Adam est bien développée et nous donne des papillons dans le ventre. Ils ont un passé commun et des sentiments puissants l'un pour l'autre. La romance est souvent présente dans la dystopie mais là, les deux sont aussi importants l'un que l'autre. L'univers développé par l'auteure est très bien construit. Quand on commence Insaisissable, on a aucune idée de ce qui nous attend. La fin m'a par contre surprise et m'a là encore, rappelé l'univers des X-Men. Etant une grande fan, ça m'a plu mais j'espère que le tome deux ne sera pas trop semblable à l'univers des comics.

Concernant le style de l'auteure, j'ai d'abord été déçue puisqu'il est saccadé et certaines tournures de phrases sont répétitives. Puis je me suis rendue compte que ça allait parfaitement bien avec l'état d'esprit de Juliette. Les ratures nous indiquent ce qu'elle pense mais qu'elle n'ose pas s'avouer ou avouer et c'est très intéressant. Ce choix de l'auteure nous permet de comprendre encore mieux l'héroïne.

En bref, ce premier tome est un coup de coeur. Il m'a plu par son originalité et son atmosphère pesante mais aussi parce qu'il a réussit à me surprendre. J'espère que le prochain tome sera à la hauteur du premier. Plus qu'à attendre l'année prochaine pour le découvrir!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici