undrgrnd Cliquez ici Pour se divertir November Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_Surface Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles
9
4,1 sur 5 étoiles
Format: Relié|Modifier
Prix:25,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Cette BD road-moviesque raconte comment un homme (Giovanni) va profiter de la mort de son père pour obliger son frère aîné (Fabio) à la confrontation, après des années d’exil et de silence. Au début, l’aîné passe pour le salaud, celui qui a laissé derrière toute sa famille et son Italie natale pour réaliser ses rêves de voyage, sans donner aucun signe de vie… mais au fil des pages, le lecteur comprendra que les choses ne sont pas aussi simples, que les petites histoires sont souvent mises à mal par la grande Histoire, et que même chez un macho comme Fabio, les failles intérieures ne peuvent jamais longtemps être dissimulées…

Par l’entremise d’un graphisme aux allures poétiques, le récit est traversé par une douce nostalgie, contrastant avec les sentiments violents qui habitent les personnages. Alfred m’avait déjà bluffé avec « le Désespoir du singe », par sa faculté à poser des ambiances par le jeu des couleurs. Représentées telles des fresques naïves aux teintes chatoyantes, les Alpes et l’Italie évoquent les voyages de l’enfance, suscitant un certain émerveillement, par ailleurs renforcé par la présence de la petite Fiat 500. L’auteur semble à l’aise dans des styles différents même si certaines mauvaises langues en concluront peut-être qu’il n’en a pas. Son trait au contraire respire la liberté, se veut plus stylisé que dans « Le Désespoir », encore plus zen dans les interludes consacrés au passé des personnages où seules interviennent trois couleurs désaturées, soulignant cette quête du retour aux sources et ses corolaires, pureté des sentiments et sérénité.

Chacun pourra se retrouver d’une façon ou d’une autre dans cette intrigue familiale tumultueuse non exempte d’émotion. Une intrigue qui prend son temps pour exposer la psychologie de ses personnages – qui conduisent une Fiat 500 et non une Ferrari ! - avec des rencontres imprévues et anecdotiques mais toujours porteuses de sens, qui influeront les deux frères de façon plus ou moins consciente pour le dénouement de l’histoire. La narration souffre parfois d’imprécisions (je n’ai pas compris si Giovanni habitait en France ou en Italie), et aurait gagné à être un peu plus ramassée, mais ce bémol ne suffira pas à en déconseiller la lecture, au contraire.
22 commentaires| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J 'achète systématiquement chaque année le meilleur album du festival d' Angoulême et cette réalisation d' Alfred a le mérite de présenter un scénario original. 2 frères d'origine italienne prennent la route pour ramener les cendres de leur père au pays, dans la vieille Fiat 500 de celui-ci. Ce périple est particulièrement compliqué pour l' aîné qui a quitté sa famille tout jeune sans jamais donné de ses nouvelles. Cette histoire tout à fait crédible souffre tout de même d'un manque de profondeur dans la psychologie de chacun, surtout que de nombreuses planches sont sous-utilisées, laissant penser que l'auteur est tombé dans la facilité...Cette BD se lit toutefois avec plaisir et intérêt, et je recommande son achat.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Fabio a quitté l'Italie depuis longtemps. Il est devenu boxeur et il prend plus de coups qu'il n'en donne. Mais celui qui le laisse KO debout, ce n'est pas sur le ring qu'il l'encaisse. A la sortie du combat, son frère Giovanni l'attend. Ils ne se sont plus vus depuis plus de dix ans. Giovanni n'est pas venu seul. Il est avec son père. Dans une urne. Il veut que son frère l'accompagne dans la petite Fiat déglinguée dont ils ont hérité pour rapatrier les cendres paternelles.
Un jour, j'ai entendu une critique très élogieuse d'un précédent album d'Alfred. C'était « Je mourrai pas gibier ». Je l'ai feuilleté, mais les dessins, assez sommaires, ne m'attiraient pas du tout. Pourtant, j'étais curieuse. Je l'ai acheté et je ne l'ai pas regretté. Cette histoire m'avait vraiment soufflée.
J'ai appris que « Come Prima » avait décroché le premier prix du prestigieux festival d'Angoulême. Je n'ai donc pas hésité et je me suis plongée dans ce roman graphique (une forme que j'aime beaucoup), qui nous emmène sur les routes, comme une sorte de road movie, mais aussi nous place au cœur d'un huis clos qui met face à face les frères ennemis.
L'histoire est intéressante. Fertile en rebondissements, elle va placer sur le chemin des personnages, des êtres bizarres: il y a un chien qu'un maître indigne a attaché à un arbre, un motocycliste parano qui se croit responsable d'un accident, un curé ancien résistant, un curieux voleur de voitures, un... mais non, j'arrête là ma liste, allez les découvrir, ils vous surprendront !
Fabio a quitté son village et sa famille quand il était adolescent. Pourquoi ? Quand Giovanni lui annonce : « Je suis venu avec papa », il rétorque : « Ta plus mauvaise idée depuis dix ans ». Pourquoi ?
Le découpage des planches est assez classique. Mais soudain apparaissent des pages totalement différentes. Elles font penser à des linogravures en trois couleurs. Le fond est crème. Ce sont les souvenirs des frères. Ils vont nous apprendre, petit à petit, ce qui s'est passé. Les mêmes planches se retrouvent régulièrement au fil du récit. Mais, peu à peu, elles se complètent. Ce n'est qu'à la dernière page du volume que nous connaîtrons le fin mot de l'histoire.
J'ai trouvé ces passages très esthétiques, très différents du dessin un peu maladroit qui relate le présent. Dans celui-ci, les visages, par exemple, sont assez grossiers. Les sourcils, touffus, donnent l'impression d'un gribouillis comme en font les enfants.
En revanche, les couleurs sont très belles. La première rencontre nocturne se déroule sur des fonds rouges qui évoluent, par la suite, dans des tons bleus.
A la page 50, il y a comme un mélange du présent et du passé. Le ciel, qui couvre les deux-tiers de l'image, est dans les tons crème, ce qui m'a fait penser que les deux frères ennemis étaient sur la route de leurs souvenirs. Que leur voyage se ferait dans l'espace, mais aussi dans le temps.
Une rencontre m'a marquée. Elle se situe dans les pages 131 à 138. Une femme pend des draps. Peu à peu, ceux-ci envahissent tout l'espace. La dernière planche est presque entièrement blanche.
Et puis, une double page est consacrée seulement aux nuages : l'un des personnages, couché sur le dos, contemple le ciel. Une autre montre la vision déformée qui est celle de Fabio, perdu dans les brumes de l'alcool. Et puis...
J'arrête là. Précipitez-vous sur ce livre. Vous ne serez pas déçus.
Moi, en tout cas, j'ai adoré.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2014
L'achat était pour un cadeau. J'ai eu l'occasion de lire la bd avant de l'emballer (le prix de l'emballage chez amazon est démesuré) et je n'ai pas été déçu.
Bele qualité graphique et narrative. On se laisse porter par l'histoire et les flash-back et à la fin on regrette que ce soit déjà fini.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une très belle découverte et aucune usurpation de son fauve d'or. Nous voilà donc sur la route de l'Italie en compagnie de deux frères dont l'histoire se révèle lentement. Tout est assez pudique, les images valent autant que les dialogues pour comprendre ce qui peut se passer... tout cela est une très belle réussite que l'on ne peut que conseiller.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 février 2014
mais je trouve qu'on reste un peu sur sa faim..
Je ne pense pas qu'auteur va assez en profondeur dans l'histoire. Les personnages sont effleurés, et il y a peut être trop de pages sans textes.. Bien sur les très beaux dessins parlent d'eux mêmes, mais j'aurais préférés mieux connaitre cette famille
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mai 2014
Belle histoire, à savourer. Expédition rapide. Je n’achèterai plus de livre chez Amazon, déjà c'est pas moins cher qu'un libraire (prix unique du livre) et en plus les pages sont gondolées par l'humidité
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2014
Un bel album, dessin racé et élégant. Il se dégage une atmosphère particulière de cette BD, mais le scénario aurait pu être un peu plus soigné.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 janvier 2014
Un beau voyage entre la france et l'italie sur la trame d'un drame familiale lié au passé. Il est temps de pardonner et d'éffacer. le temps de l'exil est terminé.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)