undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
7
3,7 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 novembre 2010
C'est mon premier contact avec le commissaire Charitos. Cela m'a beaucoup plu, car l'auteur décrit très bien l'ambiance d'Athènes, la vie et les habitudes grecques, dénonce les modes politiques et financiers... Donc juste comme j'aime les policiers : des livres qui vous font découvrir le mode de vie d'un pays. C'est un peu long, le rythme est lent, les noms de rues imprononçables, mais agréable : il faut donc le lire pour la connaissance du pays plus que pour l'histoire policière en elle-même. Par contre cela m'a enlevé toute envie d'aller à Athènes !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 novembre 2014
L'intrigue est originale, le commissaire Charistos est un Maigret à la sauce Grecque. Les personnages qui gravitent sont pleins de vie et dépeints avec chaleur.
Les dialogues sonnent justes dans toutes les situations: l'enquête, les rapports du commissaire avec ses supérieurs et subalternes, ou dans son ménage.
Tout cela se lit avec grand plaisir.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juin 2016
Blessé par balle dans l'exercice de ses fonctions, le commissaire Charistos s'ennuie ferme pendant sa convalescence. Abreuvé de soupe aux vermicelles et nourri de volailles cuites à l'eau par une épouse aux petits soins qui en fait des tonnes, il n'a même plus la force de se rebeller contre ce régime spartiate et préfère déprimer en silence. Eteint, apathique, c'est tout juste s'il réagit aux conseils de Phanis, son futur gendre, cardiologue de son état. Pourtant, le flic sommeille toujours en lui et se réveille le jour où il assiste, horrifié, au suicide en direct à la télévision du prospère homme d'affaires Jason Phaviéros.
Dès lors, Charistos se donne pour objectif de comprendre les raisons de ce suicide spectaculaire. Déjà compliquée par le fait qu'il ne s'agisse pas d'un meurtre, l'affaire se corse encore après les suicides tout aussi médiatisés de deux autres personnalités publiques. Pressé par le ministre, le chef de la police demande à son commissaire, toujours en arrêt maladie, d'enquêter officieusement et lui adjoint l'agent Koula pour le seconder. Charistos, parfaitement rétabli de ses blessures et de sa déprime, est d'autant plus motivé que s'il échoue, il risque sa place au bureau des homicides.

Dépaysement garanti avec le commissaire Kostas Charistos! Exit les Erlendur, Fredrik et autre Marrti rencontrés au gré des polars scandinaves très à la mode et kalimera (oui oui je suis polyglotte) aux Jason, Xénophon et Polychronis! Finies les vastes étendues enneigées de Suède ou d'Islande et bienvenue dans les rues embouteillées d'Athènes, sous l'implacable soleil grec!
Sur fond de corruption, d'enrichissement personnel, de trafic d'influence et de xénophobie, Petros MARKARIS nous livre une intrigue efficace et bien rythmée qui trouve sa source dans le passé du pays, à l'époque de la junte. C'est avec plaisir que l'on suit son commissaire dans son enquête,dans ses soucis domestiques ou dans une Athènes transformée en chantier géant. Hauts en couleurs, très méditerranéens, ses personnages sont plus que sympathiques avec une mention spéciale pour Adriani, l'épouse de Kostas dont les défauts agaçants sont compensés par ses qualités de cuisinière qui donnent l'eau à la bouche.
En résumé, MARKARIS nous offre un délicieux polar non dénué d'humour, nous promène dans les rues d'Athènes et nous fait découvrir une page méconnue (de moi) de l'histoire grecque. Que demande le peuple?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mars 2016
je suis solidaire du peuple grec, j'ai aimé ATHENES.
Mais beaucoup trop de digressions nuisent au
suspens, trop de pages perdues et ennuyantes,
final assez convenu....
le papier ne refuse pas l'encre, mais là alors...
écrivain à éviter
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2015
Toujours dans la même ligne. Plus portrait d'Athenes aujourd'hui que de la Grèce . Un peu manichéen, bref, j'ai un peu moins aimé que les précédents ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 avril 2014
une atmosphère très différente des polars plus classiques
intéressant pour ce qu'il révèle de la société grecque pour qui la connait fort mal.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2013
Contrairement à CATVANDO, moi ça m'a rappellé ΕΛΛΑΔΑ (la Grèce) et ΑΘΙΝΑ (Athènes) car j'y suis allé... en pleine guerre du Kosovo, dans une période électrique avec une ambiance électrique, semblable à celle donnée par les évènements narrés dans le roman, mais pour d'autres raisons bien sur. J'ai reconnu TOUTES les impressions : la chaleur écransante, la moiteur, les embouteillages, les problèmes avec les étrangers, la fierté grecque, leur éloquence, leur fougue et leur résignation à la fois, leur bonté d'âme et leur propension à la fraude fiscale qi est érigée dans ce pays au rang de sport national tout comme le Komboloy est l'objet national. J'ai parcouru aussi certaines rues citées, notamment près de la place OMONIA. Et ce Commissaire Charitos qui n'est pas sans me rappeler quelqu'un. Allez c'est décidé je replonge, ce soir je commande un autre volet des péripéties du Commissaire Χαριτος.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici