undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
8
4,6 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 septembre 2007
Dans ce dernier livre qui fait suite à "Dans le nu de la vie" et "Une saison de machettes", Jean Hatzfeld fait encore et toujours parler les rescapés du génocide mené par les Hutus. Les antilopes, ce sont ces Tutsis qui ont du courir comme des animaux à travers la forêt pour échapper à la mort et ils sont rares...

La particularité est que les tueurs sont pour la plupart sortis de prison. Ils reviennent vivre dans les villages-mêmes où ils ont perpétré ces horribles massacres à la machette... (puisque les Hutus et les Tutsis vivaient ensemble dans les mêmes régions) et comme le dit l'auteur, cette nouvelle cohabitation est une situation peut-être complètement inédite dans l'histoire contemporaine. L'auteur essaie donc de raconter, à travers les acteurs, ce face à face qui n'en est pas vraiment un ...Les rescapés ont la tentation du silence (comme toutes les victimes de génocide) et Hatzfeld réussit à les faire témoigner...

Ce livre est dans la même veine que les précédents (sans les photos de Depardon) - il s'agit d'une oeuvre véritable sur ce génocide - et je conseille de commencer par "Dans le nu de la vie". Le livre le plus impressionnant restera pour moi "Une saison de machettes" (voir mon commentaire) qui a obtenu le Prix Femina en 2003, une oeuvre unique sur les bourreaux et la banalité du mal (il y a vraiment quelque chose qui nous dépasse dans ce livre). Sans éxagérer, on peut comparer l'oeuvre d'Hatzfeld à celle de Primo Levi à la différence (énorme) que ce dernier n'a pas vécu les événements et qu'il relate des faits qui ont eu lieu sur un autre continent et à une autre époque.
0Commentaire| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 janvier 2008
Les témoignages sont bouleversants et impréssionnants de vérité, on se demande comment ils ont pus en arriver là! je crois que le pire de tout est de les imaginer continuer leur vie comme "avoisinants" (voisins) et je reste sur l'avis qu'ils sont assis sur une poudrière et que l'on doit surveiller tout cela de près pour éviter que de telles horreurs recommencent.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2010
Difficile de mettre moins de 5 étoiles à ce livre qui constitue un témoignage important du génocide perpétué au Rwanda contre la population tutsie. D'autant que tant sur le fond que sur la forme, c'est un livre de bout en bout réussi. Jean Hatzfeld retranscrit de nombreux témoignages de rescapés tutsis ainsi que, moins nombreux, de génocideurs hutus. Entre deux récits, l'auteur plante sobrement le décor, sans aucun jugement ou si peu. Pourtant, il parvient à faire un récit épique à travers la description des incessantes traques des Tutsis, ravalés au rang de gibier humain, par les coupeurs et d'une grande intensité psychologique: la peur qui neutralise tous les autres sentiments humains jusqu'à ne plus pouvoir pleurer les morts, la nécessité de survivre qui fait abdiquer toute dignité; la meurtrissure perpétuelle de leurs existences; une humilité sidérante qui leur fait dire que seuls les morts peuvent vraiment témoigner de ce que furent ces massacres.

L'émotion atteint son comble quand les témoignages évoquent le Rwanda après la libération massive des bourreaux; quelques années après, au nom de l'impérieuse nécessité de la réconciliation nationale (ça vous rappelle quelque chose?), il faut rapprendre à cohabiter, malgré l'impossibilté de pardonner des victimes et le relatif repentir des tueurs protégés par des parodies de procès.

A la fin de cette lecture, on ne peut pas s'empêcher de penser que le Rwanda n'est qu'un volcan endormi.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2011
Chaque livre de Jean Hatzfeld nous plonge au cœur du conflit rwandais et chaque livre revient sur différent aspect du conflit : victimes, auteurs et après-génocide. Il me semble d'ailleurs essentiel de lire la trilogie pour ne pas se priver d'un aspect abordé.

Ce qui m'a vraiment plus, c'est que l'auteur sans s'alourdir sur l'horreur des actes commis, se focalise sur la manière dont les différents protagonistes ont été affecté par ce conflit. Le fait que Jean Hatzfeld n'aborde pas la dimension politique du conflit mais aborde des aspects de la vie quotidienne au Rwanda plonge littéralement le lecteur dans ce pays.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2013
Je me souviendrais toujours de mon ami F, et de X qui a l'époque du génocide n'avait que 13 et 14 ans respectivement. Ils avaient rejoint les troupes de Kagame, venus se battre au Rwanda de l'Ouganda. Leurs mémoires sont toujours vives et fraiches des horreurs qu'ils ont vues et vécues dans le "bush". Souvenirs aussi de la faim, de la peur et du doute(mais que suis je venu faire ici??), des sentiments contradictoires que seuls peuvent ressentir et comprendre des soldats, ceux là jeunes et inexpérimentés de surcroit, face à la mort, au danger, à la haine, face à un ennemi tout autant démonisé que ses victimes. Ces souvenirs, ils n'aiment pas vraiment en parler aujourd'hui - il faut mieux oublier et regarder vers l'avenir - contrairement aux prisonniers et génocidaires Hutus que l'auteur avait réussi à interviewer. Une gêne se lit sur leurs visages, leurs yeux se baissent quand ils parlent, s'éteignent, mais parfois se rallument noirs de haine et de dégout. Comme beaucoup d'Ougandais de cette région, ils avaient des membres Tutsis de leurs familles au Rwanda. Mais certains, aucun.
Bizarrement, l'auteur n'a jamais parlé à ces combattants. Il n'a pas non plus parlé de la géopolitique de cette région d'Afrique, complexe certes, sans laquelle rien n'est compréhensible. Et l'inaction des Occidentaux, quand bien même ils étaient au courant et avaient les moyens d'intervenir. L'Occident n'a jamais avoué avoir eu une part de responsabilité de manière directe ou indirecte dans ce drame, et n'a montré de remords qu'une fois le drame terminé. Pourquoi? Tous Rwandais à qui j'ai parlé, même ceux qui n'ont pas vécu le génocide, ont souvent plus de colère envers l'Occident que pour les auteurs Hutus des massacres.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juin 2008
Ce dernier livre témoignage de l'auteur est, à mon avis ,et pour ceux qui n'en n'aurait lu encore aucun ,celui qu'il faut lire en premier ,et pour ceux qui ne peuvent soutenir ces témoignages bouleversants sur la cruauté des hommes, le seul à lire .
Le langage des Africains ,si imagé est parfaitement retranscrit par Hatzfeld ,qui ne donne son opinion discrète que dans un chapitre ,d'une grande sobriété.
Comment ces deux groupes ethniques peuvent-ils cohabiter après ce drame ? Jugent-ils leurs bourreaux ? Le voisinage étant une composante incontournable de la vie au Rwanda ,il faut se taire ,mais les uns comme les autres pensent et se livrent ici avec sincérité.La "gourmandise " dont ils parlent rendra-t'-elle la bonne entente impossible à jamais ? Beaucoup de retenue et de pudeur admirables dans tous ces témoignages .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2016
Ce livre vient compléter "Dans le nu de la vie" et "Une saison de machettes" du meme auteur.
A lire à tout prix si vous vous intéressez au Rwanda et à la région des Grands Lacs.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Jean Hatzfeld nous livre des témoignages dans un texte peint comme un reportage. L'auteur se fait le porte-voix du peuple rwandais au travers d'interviews souvent poignants, instantanés d'après génocide sur le pourquoi et le comment l'on vit après, sur l'incompréhension et le pardon. Il nous décrit une société faite de clans qui tentent à nouveau de vivre ensemble dans une dualité où s'affrontent le besoin de crier l'indicible et l'oubli. Dérangeant, instructif, à mille lieux de notre quotidien. L'histoire en somme de l'humanité dans toute sa tragédie.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici