undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,1 sur 5 étoiles
83
3,1 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ethan Muller, fils de bonne famille et marchand d'art réputé mais blasé, découvre par hasard, une œuvre hors normes d'un artiste inconnu et introuvable : Victor Cracke. Des cartons contenant des centaines de dessins qui, mis bout à bout, forment une immense et dérangeante œuvre d'art. Ethan décide de les exposer. Il est alors contacté par un policier retraité qui lui apprend que certains des portraits dessinés représentent les visages d'enfants assassinés par le passé. Hasard ? Comment Victor Cracke a t-il pu faire le lien entre ces meurtres restés non résolus. Est il l'assassin ?
Ethan va partir à la recherche de Victor, de la vérité et à l'issue, découvrir aussi la sienne, celle de la famille Muller.

Une observation liminaire : il semblerait qu'il ne soit plus possible de lire un seul roman sans tomber sur la même structure, à savoir un récit principal et autour, une histoire (ici baptisée interlude) qui la tangente et vient la rejoindre à la fin. C'est donc aussi le cas dans ce livre. De plus, cette histoire comporte quelques longueurs qui érodent un peu l'intérêt vers le milieu du livre.

Peu importe. Hormis ces détails, le livre est remarquable. Et si on s'impatiente à un moment, c'est bien parce qu'on est pris dans le récit et qu'on veut savoir au plus vite, retrouver Victor.

Car, si Ethan connaît la réussite professionnelle, il n'est pas satisfait de sa vie et il va profiter de sa quête pour lui redonner un sens. Il va ainsi, tout au long de son périple, s'interroger sur sa moralité (peut on présenter l'œuvre d'un possible criminel ?), ses amours, ses relations avec son père'

Le livre expose aussi une vision intéressante du monde de l'Art contemporain. Il y a bien sûr des moments très drôles, notamment sur le snobisme du milieu et le goût des nouveaux riches. Mais c'est surtout le fait qu'Ethan se considère en tant que marchand d'art, comme partie intégrale du processus artistique. L'artiste contemporain qui fabrique des "choses", ne réalise qu'une partie du travail. Il faut ensuite des marchands pour transformer ces "choses" en "art" et une fois consacrées, pas de retour en arrière : on peut détruire, mais pas dé-créer.

Je le recommande chaudement.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mai 2011
Jesse Kellerman a incontestablement du talent, puisque certains passages de son livre sont vraiment captivants, avec un sens de l'observation et des jugements qui font mouche. Mais que tout cela est étiré, avec des digressions à n'en plus finir, des descriptions interminables et des flash-back longs comme des jours sans télé !
En outre, il surfe sur la vague bien porteuse (et juteuse) de la pédophilie; c'est bon, ça, coco !
Bref, si vous êtes amateurs de thrillers psychologiques, lisez plutôt Douglas Kennedy et si vous goûtez un brin de fantastique, allez découvrir Murakami, vous ne perdrez pas votre temps...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2012
Au début, je captais pas un broc. J’avais lu quarante-neuf pages et je me suis dit qu’il fallait persévérer. Le héros d’un thriller peut tout à fait être un galeriste new-yorkais...Je devais me montrer tolérant, le personnage principal ne peut pas toujours être un expert en tâches et éclaboussures de sang. Ethan Muller a donc le droit de présenter ses peintres et d’évoquer la montée en puissance des foires artistiques. Pourtant, c’est à la cinquantième page, intitulée Interlude : 1847, que j’ai sombré dans un puits d’incertitudes. Je suivais, sans sommation, l’histoire et la carriole d’un type nommé Salomon. J’ai ainsi découvert que ce livre est parsemé d’intermèdes relatant l’histoire familiale du héros (de 1847 à 1962). Patience, l’enquête va sûrement commencer...Ça y est...Il n’aura fallu attendre qu’une centaine de pages. Au coeur d’une oeuvre d’art de huit mille mètres carrés - 135 000 feuilles de papier A4 - se dissimule la solution de quatre meurtres non résolus depuis quarante ans (avis aux amateurs de Cold Case). L’idée est bonne. Finalement, j’ai apprécié ce roman. L’affaire et les secrets ancestraux instaurent un climat pesant, auréolé de mystères. Le genre d’ambiance qui accélère légèrement mon rythme cardiaque et excite ma curiosité.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Première remarque,comme evoqué dans d'autres commentaires, il est assez étonnant de retrouver ce roman dans la collection thriller.. Ce n'en est pas un et à peine plus un polar ou un policier...
Le découpage du livre est assez interessant par contre avec le récit principal d'Ethan qui découvre ces dessins, puis recherche son auteur qu'il soupçonne d'être un serial killer, entrecoupé par des interludes historiques qui retracent l'histoire de sa famille... Le livre avançant, ces interludes deviennent de plus en plus frequents et surtout importants, délivrant petit à petit presque toutes les clés du récit..
Un fil conducteur un peu mystérieux donc qui nous permet de lire un récit très agréable qui nous fait découvrir le monde des galleries d'art et nous presente des personnages attachants et profonds et des interactions/relations complexes.
Hélas le final est plat et décevant, alors que le mystère semble se complexifier dans le dernier tiers avec des directions surprenantes, les 50 dernieres pages n'offrent au final aucun rebondissement; aucune tension... juste l'explication des tenants et des aboutissants de l'histoire mais sans réelles révelations.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 août 2011
J'en conviens, le roman de Jesse Kellerman est un très bon roman, fouillé, construit et qui devient passionnant au fil des pages. J'adore ce type de construction : une intrigue qui se dégage progressivement de deux récits situés à des époques différentes. Il m'a fallu toutefois passer les cent premières pages pour commencer à mordre un peu plus avidement dans l'histoire. J'ai attendu impatiemment l'apparition des fameuses gravures représentant les visages d'enfants. Puis, l'intérêt est allé crescendo et je n'ai pas regretté mon choix. Beaucoup de considérations sur le monde de l'art aux Etats-Unis, un univers bobo et loufoque, un peu trop présent par moments mais qui constitue la toile de fond indispensable de l'histoire.
Je suis d'accord avec le commentaire qui refuse de classer ce roman dans la catégorie thrillers, même s'il fait la part belle au suspense et au mystère. Il présente une dimension sociologique sur fond de saga. Même si l'on devine un peu avant la fin les rouages de l'intrigue, il reste une petite part de surprise à la fin. Ce livre mérite d'être découvert.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
'La plus grande oeuvre d'art jamais créée dort dans les cartons d'un appartement miteux. Ethan MULLER, un galériste new-yorkais, décide aussitôt d'exposer ces étranges tableaux, qui mêlent à un décor torturé d'innocents portraits d'enfants. Le succès est immédiat, le monde crie au génie. Mais un policier à la retraite croit reconnaître certains visages: ceux d'enfants victimes de meurtres irrésolus...'
`Les visages' est un roman policier doublé d'une chronique familiale, les deux se rejoignant pour apporter la lumière sur une intrigue finalement assez complexe. L' histoire est très bien construite, composée d'éléments qui s'imbriquent comme dans un puzzle.
La trame de ce livre met du temps à se décanter mais l'intérêt est soutenu. On a de l'empathie pour le narrateur (s'exprimant à la première personne) qui fait beaucoup d'introspection.
Avec ce premier roman - brillamment écrit - j'ai découvert un auteur, Jesse KELLERMAN, que je relirais volontiers.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 octobre 2012
si variés et contradictoires, j'ai donc decidé de me faire mon opinion en lisant ce roman "policier" et je suis tombée d'accord avec un autre lecteur qui mettait en avant la classification de ce roman dans le genre "thriller" .. effectivemment, je pense également que cela a trompé les lecteurs et qu'ils ont donc été déçus . Une fois entamé, je n'ai plus pu lâcher le roman, j'étais entièrement prise dans les différentes époques du récit et je n'ai pas du tout été déçue, bien au contraire . J'ai beaucoup aimé et je le conseille aux grands lecteurs .. sans pour autant attendre une enquêt policière et un suspenss intenable . Bon roman mais policier ? hum ..
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2013
Une histoire qui démarre doucement, un personnage principal un peu irritant mais auquel on finit par s'attacher, l'ensemble qui vous prend progressivement.
Au bout de 100 pages je n'avais plus qu'une hâte : avoir du temps pour lire les autres... jusqu'à cette fin que j'ai trouvé très touchante.
Une intrigue un peu en dehors de l'habitude qui donne l'impression que NON toutes les histoires ne sont pas écrites et que OUI on peut encore en inventer des nouvelles. Un thriller certes mais pas centré sur le crime ou l'horreur même si ça fait partis de l'histoire.
J'ai aimé et je recommande.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2011
La photo de couverture déjà attire mais en même temps procure un malaise qui ne s'apaise pas facilement ,ce livre m'a intriguée, tout le long de l'histoire l'enquète policière ménage le suspence :Mélé à l'enquête ,le milieu des arts étonne dans sa dureté ,et ses faux semblants ,ses apparences . l'horreur des crimes d'enfants borde cette histoire d'un bout à l'autre et la solution de l'intrigue ne fait que surprendre encore plus ;
Un très bon moment de lecture ,à lire absolument
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2011
On devrait toujours se méfier d'un livre recommandé à la fois par le New York Times et par Harlan Coben. Certes, ce roman présente de nombreuses qualités, mais il est loin de mériter les éloges dithyrambiques que lui ont décerné la presse et le public. Ajoutons à cela le phénomène bien connu des "fils de" (Jesse Kellerman étant le fils de Faye et Jonathan Kellerman, tous deux auteurs de polars à succès), et l'on comprendra pourquoi cette oeuvre a été largement surévaluée. Bien qu'il se présente comme un thriller, ce roman est d'une platitude exaspérante, digne d'un épisode de Joséphine Ange Gardien : avant d'être un roman policier, c'est surtout l'histoire d'un galeriste new-yorkais narcissique et égocentrique, qui passe son temps à noyer le lecteur sous des monologues interminables, mais qui lui rappelle de temps à autre qu'il s'agit bien d'un roman policier (fort à propos, d'ailleurs : on commençait à en douter). Certes, le procédé est original, mais à force de voir le pauvre héros mener l'enquête par lui-même, on se demande pourquoi la police américaine est aussi réputée à l'étranger, puisqu'elle semble incapable de s'intéresser un tant soit peu à cette histoire de meurtres d'enfants irrésolus. Le style est assez plat, sans éclat, sans être désagréable non plus, mais les personnages secondaires sont bien trop peu développés, et ne servent finalement que de faire-valoir au héros, ce qui est fort dommage. Les passages les plus réussis du roman sont les interludes traitant du passé sombre de la famille Muller, depuis le self-made man jusqu'au père d'Ethan, famille d'ailleurs bien torturée et cachant de nombreux secrets, qui éclaircissent peu à peu l'intrigue principale. Le problème majeur de ce prétendu thriller tient sans doute à son dénouement, extrêmement décevant : la résolution des meurtres est évacuée en deux pages, grâce à un "deus ex machina" qui contrevient à toutes les règles du genre, et la dernière page laissera plus d'un lecteur dubitatif. Néanmoins, ce livre parvient à nous immerger dans le monde souvent obscur et volontairement inaccessible de l'art contemporain, et les descriptions des tableaux mystérieux de Cracke sont plutôt bien écrites, permettant au lecteur de se figurer les dessins d'une manière assez précise, tout en lui laissant une certaine part d'imagination. Malgré quelques longueurs et quelques incohérences, un roman pas trop désagréable qui se laisse lire, même s'il nous reste de cette lecture une impression mitigée, à l'image de l'écriture de Kellerman, ni flamboyante ni complètement assommante.
33 commentaires| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,90 €
7,80 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici