Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. Des centaines d'ebooks inclus dans Amazon Prime Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_Renewed cliquez_ici En savoir plus En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici



Affichage de 1-2 sur 2 commentaires(4 étoiles). Consulter les 7 commentaires
le 29 mai 2014
Très bon story arc par Paul jenkins et humberto ramos. Conviendra également à des débutants. Histoire complète dans une belle édition
|0Commentaire|Signaler un abus
le 8 février 2012
Ce très gros volume regroupe les épisodes "Peter Parker : Spider-Man" (V2) #44-47 et "Spectacular Spider-Man" (V2) #1-10. Tous ces épisodes sont sortis entre 2002 et 2004 et ont été réalisés par le dessinateur Humberto Ramos sur un scénario de Paul Jenkins.
2012 est une année phare pour Spiderman. Il s'agit de fêter son 50° anniversaire (première apparition dans Amazing Fantasy #15 en 1962) ainsi que le reboot cinématographique avec le film "The Amazing Spider-Man", de Marc Webb. Les éditions Panini en profitent donc (comme d'habitude) pour remplir les étagères de nos libraires en matériel divers et varié sur tout ce qui concerne de près ou de loin le personnage de l'Homme araignée... Le principal intérêt du volume qui nous intéresse ici, selon eux, est la présence du dessinateur Humberto Ramos, mais il serait dommage d'éclipser pour autant celle du scénariste Paul Jenkins, puisqu'il s'agit d'un auteur brillant, probablement l'un des meilleurs ayant officié sur la série.

-La première aventure proposée ici, nommée "Un deuil dans la famille", est un arc narratif en quatre épisodes qui sert de final à la série "Peter Parker : Spider-Man", qui sera bientôt relancée sous l'appellation plus accrocheuse et historique de "Spectacular Spider-Man". Elle met en scène la sempiternelle lutte entre le "tisseur" et son pire ennemi, le "Bouffon vert". Il s'agit là du grand retour de Norman Osborn et d'une plongée accompagnée de tous les ingrédients qui ont nourrit la mythologie de ces deux personnages, avec lutte psychologique et coups tordus de la part du vilain. Une grande réussite qui nous rappelle les meilleures péripéties de l'époque "Gwen Stacy".
-L'arc narratif suivant ("Spectacular Spider-Man" #1-5) n'est pas en reste. Dans cette histoire, au cœur des rues sombres New-yorkaises, un sérial-killer laisse des victimes exsangues... d'adrénaline ! Spiderman mène l'enquête et se rend compte que Venom n'est peut-être pas étranger à tout ça. Dès lors, un chassé croisé police-vilain-héros se met en place, entrecoupé de scènes de la vie de tous les jours en ce qui concerne Spiderman et sa "famille" civile. Du comic-book léger et très iconique, d'un excellent niveau, plein de nuances sur la caractérisation des personnages.
-La dernière aventure nous conte le retour du retour de Docteur Octopus, un autre des plus anciens et récurrents ennemis du tisseur de toile. Il est donc de retour et il n'est pas content. Il est surtout plus fort que jamais (affublé de tentacules "high-tech-new-génération" bien plus puissantes que celles d'autrefois) et doté d'un nouveau look (cheveux longs et lunettes intégrées au visage !).
Dans cette histoire, notre octopode savant fou kidnappe un ministre palestinien venu aux USA pour tenter de trouver une solution diplomatique au conflit qui oppose son pays à Israël. La rançon qu'il demande pour la libération de son otage est la suivante : Spiderman doit enlever son masque en plein Time Square et ainsi dévoiler son visage au monde entier !
Franchement, je ne suis pas sorti convaincu de cette tentative d'intégrer l'actualité brûlante et la politique internationale des Etats-Unis à une série légère comme celle-ci. Les prises de position démocrates du scénariste Paul Jenkins paraissent évidentes, mais on ne peut s'empêcher de les trouver déplacées et de penser que la relation entre cette dimension politique et le combat des deux personnages principaux sont vraiment tirés par les cheveux. Surtout que le dessin d'Humberto Ramos, humoristique (on croirait ses personnages sortis tout droit du magazine "Fluide Glacial" !), ne coïncide pas du tout avec le ton sérieux et premier degré imposé par le scénario.
J'ai eu l'impression que Jenkins cherchait à mettre en parallèle la lutte sempiternelle entre Spiderman et Octopus et celle du conflit Israélo-palestinien, avec toutes les absurdités qui en découlaient, mais qu'il ne savait pas vraiment quoi en faire...
Pour le reste, cela se lit très bien. C'est rythmé, prenant et bien écrit. Et les passages revenant sur l'enfance du super-vilain sont glauques mais assez bouleversants.

Que du bon, ou presque, dans cette série estampillée "jeune public" (en parallèle à l'excellente série plus "adulte" "Amazing Spiderman", menée quant à elle, à l'époque, par JM Straczynski et John Romita Jr). Le scénario est dense et addictif. Les épisodes sont haletants sans être racoleurs et Jenkins n'est jamais aussi bon que lorsqu'il réinterprète de façon personnelle des personnages stéréotypés. Il leur apporte finesse, fraîcheur et humour tout en respectant à la lettre ce qui fait que tout le monde les aime. Il n'y a pas à dire, c'est un sacré conteur.
Cette reprise de la série "Spectacular Spiderman" (ainsi renommée "Spectacular Spiderman vol.2", très original !) est globalement une très belle réussite. Ramos, dessinateur de l'extrême aux personnages humoristiques hypertrophiés, fait assez mal aux yeux au départ, mais ses découpages dynamiques et ses pleines pages au relief magnifique finissent par emporter l'adhésion.
Ces trois aventures peuvent très bien se lire seules. Mais la série "Spectacular Spiderman vol.2" continue jusqu'au #25. Il est malheureusement peu probable que Panini entreprenne de rééditer cette suite dans la même collection.
6 personnes ont trouvé cela utile
|55 commentaires|Signaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici