Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_BTS18_Office cliquez_ici En savoir plus En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
2

le 19 janvier 2018
Il est mieux d'avoir lu "Secret Wars : Thors" avant donc l'event "Secret Wars" (accessoirement "original sin" aussi) pour situer cette saga assez plaisante.
|0Commentaire|Signaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 22 octobre 2017
Ce tome se lit en parallèle de la deuxième série consacrée à Thor version féminine, voir All-new Thor T01. Il comprend les épisodes 1 à 5, initialement parus en 2017, écrits par Jason Aaron, également scénariste de la série Thor concomitante. Les épisodes 1 & 2 ont été dessinés et encrés par Olivier Coipel, avec une mise en couleurs de Matthew Wilson. L'épisode 3 a été dessiné et encré par Kim Jacinto & Olivier Coipel, avec une mise en couleurs de Matthew Wilson. L'épisode 4 a été dessiné et encré par Kim Jacinto (temps présent), Frazer Irving (jeune Thor), Esad Ribic (Thor digne), Russell Dauterman (Thor indigne), avec une mise en couleurs de Matthew Wilson, Matt Milla et Frazer Irving. L'épisode 5 a été dessiné et encré par Olivier Coipel Kim Jacinto et Pascal Alixe, avec une mise en couleurs de Mat Lopes et Jay David Ramos.

Odinson (Thor, le fils d'Odin) est devenu indigne de porter son marteau Mjolnir depuis que The Unseen lui a susurré un secret à l'oreille, sur la Lune, pendant ORIGINAL SIN. Lorsque le présent récit débute, il se bat contre des créatures extraterrestres. Depuis quelques temps, chacune de ses journées se déroule de la même manière. Il se réveille, lutte jusqu'à temps de briser ses chaînes, s'échappe et se rend au même endroit dans l'espoir d'atteindre un marteau en Uru sur un petit monticule. À chaque fois, il est poursuivi par ces mercenaires à la solde du Collectionneur (Taneleer Tivan) qui se battent contre lui, jusqu'à temps de le maîtriser et de le ramener à sa prison. Il y a 3 mois, Odinson se tenait sur le surface de Lune où il avait traqué un petit groupe de trolls, menés par Ulik. Il s'était battu contre eux, avec l'aide de sa chèvre Toothgnasher.

Une fois seul sur la Lune, après que les trolls se soient enfuis à bord de leur vaisseau, Odinson avait vu apparaître The Unseen devant lui. Ce dernier l'avait informé de l'existence d'un autre marteau eu Uru (métal mythologique d'Asgard) et lui avait donné une indication quant à sa localisation. Après avoir réfléchi, Odinson s'était rendu sur place pour découvrir qu'il n'y avait plus rien dans ce secteur de l'espace. Par contre, il y avait été rejoint par un autre porteur de marteau : Beta Ray Bill. Après avoir refusé la proposition de Beta Ray Bill de lui confier son propre marteau Stormbreaker, il décide de poursuivre ses investigations. Mais d'autres individus sont à la recherche de ce marteau : 2 membres du Black Order, le groupe d'agents travaillant pour Thanos.

Lors de Original Sin (2014) de Jason Aaron & Mike Deodato, plusieurs secrets honteux ou au moins cachés avaient été révélés concernant des superhéros. The Unseen avait murmuré à l'oreille d'Odinson (alors Thor avec son Mjolnir) un secret, sans que le lecteur ne sache ce dont il retourne. Bouleversé par cette révélation, Odinson avait constaté qu'il ne pouvait plus soulever Mjolnir, car il en était devenu indigne. Mjolnir était resté sur le sol lunaire, avant d'être soulevé par une femme devenant ainsi la déesse du tonnerre, et prenant la suite d'Odinson. En lisant la présente histoire, le lecteur s'attend bien sûr à savoir ce qu'a susurré The Unseen (c'est une attente tacite, et le scénariste tient cette promesse implicite), et peut-être à une forme de rédemption, Odinson regagnant sa dignité. En fait, Jason Aaron se lance dans un récit plus basique, mais aussi plus ambitieux. L'épine dorsale du récit est constituée essentiellement par ce combat à répétition pour atteindre ce marteau enchanté, d'abord contre les extraterrestres, puis contre le Collectionneur, et contre 2 membres du Black Order, accompagnés d'une mystérieuse silhouette encapuchonnée.

La majeure partie de ces affrontements est dessinée et encrée par Olivier Coipel. Cet artiste a révolutionné le personnage de Thor, lorsqu'il a collaboré avec Joe Michael Straczynski en 2007. Le lecteur se rend vite compte que Coipel est surtout intéressé par la majesté et la force des personnages, plus que les lieux dans lesquels ils évoluent. Il a la lourde tâche de rendre une forme de dignité visuelle à Odinson, même si ce dernier reste indigne de soulever le marteau de Thor. Il le représente comme un grand gaillard avec un torse imposant. Odinson fait montre d'une belle prestance, même s'il est juste affublé d'un pantalon, de chausses, et d'une grande cape rouge. Il n'y a qu'à la fin de l'épisode 3 qu'il retrouve un ample maillot de corps bleu et un pantalon un peu plus sophistiqué. Le lecteur voit un grand gaillard toujours prêt à se lancer dans la mêlée, avec un regard sombre, et une forme de résignation dans ses postures, accablé par le fardeau de ne pas être digne. Il affiche également une sorte de noblesse dans ses postures, et de fierté résiduelle. Beta Ray Bill est tout aussi imposant, et Toothgnasher fait peur à voir dans le bon sens du terme, ce qui n'était pas une évidence pour un bouc géant.

Les arrière-plans sont les parents pauvres de la narration. Les combats se déroulent dans des zones désertes, avec de la poussière qui vole au moindre mouvement et qui vient cacher tout ce qui se trouve derrière les personnages. Matthew Wilson effectue des efforts impressionnants pour remplir ces arrière-plans et ajouter du mouvement aux déplacements des personnages. Olivier Coipel réussit des images saisissantes, soit lors des combats, soit plus comme Beta Ray Bill offrant son marteau à Odinson, ou ce dernier cauchemardant avoir la poitrine écrasée par Mjolnir reposant dessus. L'apport de Kim Jacinto dans l'épisode 3 est assez discret. Il émule les compositions de Coipel. Il n'y a que le fini des visages, ainsi que la finesse des traits de contour qui donne l'impression que Coipel s'est moins appliqué, alors qu'il s'agit vraisemblablement des pages réalisées ou terminées par Jacinto. L'épisode 4 est un peu particulier puisqu'il commence par 2 pages magnifiques de Frazer Irving, toujours aussi efficace à transporter le lecteur dans un autre monde. Les pages d'Esad Ribic sont tout aussi légères en décors que celles de Coipel, et celles de Dauterman sont aussi séduisantes que dans la série mensuelle consacrée à la déesse du tonnerre. L'épisode 5 est l'occasion pour Olivier Coipel de réaliser quelques portraits en pied d'Odinson, toujours aussi majestueux et régalien.

Le lecteur se laisse porter par la force et la grâce des dessins d'Olivier Coipel, en regrettant un peu le manque de consistance des environnements, et le manque d'interaction des personnages avec les décors. Mais il tombe sous le charme de la force et de la présence d'Odinson. Il constate que le scénariste semble aussi rester léger sur l'intrigue, la révélation du murmure étant différée jusqu'à la fin, ainsi que le choix d'Odinson quant à la possibilité de disposer d'un nouveau marteau. Mais chemin faisant, Jason Aaron accomplit autre chose avec son récit. Le lecteur constate que cette aventure d'Odinson met en scène plusieurs éléments de sa mythologie, à commencer par les ruines d'Asgard, mais aussi Beta Ray Bill, Ulik et Toothgnasher. Il observe que le scénariste rapatrie également des personnages de ses épisodes antérieurs sur la série Thor, comme Gorr (le boucher des dieux). Il comprend qu'Aaron a aussi comme ambition d'intégrer les apports d'autres récits. Cela commence par The Unseen, personnage d'Original Sin, à la mission assez floue, et quasiment pas utilisé depuis. Aaron se souvient également des épisodes de Kieron Gillen sur la série Journey into Mystery. En particulier le lecteur a le plaisir de voir revenir Thori, personnage créé par Kieron Gillen & Richard Ellson, dans la série Journey into Mystery.

Cette histoire met également en scène un autre personnage majeur d'Asgard, dans une situation inédite qui trouve sa source dans Angela: Queen of Hel: Journey to the Funderworld de Marguerite Bennett, Kim Jacinto et Stéphanie Hans. Enfin, Jason Aaron effectue le lien avec la série Secret Wars : Thors écrite par lui-même, et dessinée par Chris Sprouse, qui se déroulait pendant Secret Wars de Jonathan Hickman et Esad Ribic. Pour le lecteur n'ayant pas lu ces récits, il n'est pas sûr de bien saisir l'importance de ces éléments qui peuvent lu apparaître bien absconses, alors qu'ils sont essentiels à l'intrigue. Il ne lui reste plus alors qu'à aller consulter un site spécialisé pour raccrocher les wagons. Pour un lecteur ayant suivi ces événements, il voit se dessiner une logique, et l'implication d'un scénariste dans la continuité et la cohérence de l'univers partagé Marvel.

Au final, il est difficile à un lecteur de la série Thor écrite par Jason Aaron de résister à l'attirance de ce tome. 3 ans après Original Sin, il découvre ce qui a rendu Odinson indigne de manier Mjolnir, et en cours de lecture, il voit de nombreux événements passés s'intégrer à la situation d'Odinson. Il peut s'agacer du parti pris d'Olivier Coipel en termes de narration graphique, mais il retrouve toute la présence imposante d'Odinson, et de plusieurs autres personnages. Il peut s'agacer du fait que Coipel n'ait pas dessiné les 5 épisodes en entier, mais c'est le rythme de production des comics qui veut ça.
|0Commentaire|Signaler un abus


Les client ont également visualisé ces articles

Marvel Saga nº1
5,60 €
Marvel Saga nº2
5,80 €
Secret Wars
25,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici