Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici cliquez_ici. RentreeScolaire Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le livre de Cardet, offre un exemple de subversion réelle.
Riche au niveau des infos factuelles, c'est surtout par la grille d'analyse et par l'érudition mises au service du dé-tricotage du mythe du rap subversif et anti-système que ce livre est ô combien pertinent.

Dans la droite lignée de Michel Clouscard.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 avril 2013
J'ai vraiment été impressionner par cet ouvrage malgré mon amour pour le rap, j’admets que le livre est très bien construit la genèse du rap.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2013
Ce livre est une révélation quand à l'escroquerie générale qu'est devenu le rap actuellement. Attention, les bons penseurs gaucho en prennent pour leur grade, de la part d'un ancien renoi banlieusard qui a réussi à ouvrir les yeux sur cette tartufferie, comme il le dit si bien !
33 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mars 2013
Les têtes tombent, du Sugar Hill Gang "un boys band" à NTM "chef d'oeuvre de Gaultier" en passant par Public Enemy "rappeurs ouin-ouin".
La lecture est amer (sans jeu de mots) pour tout fan de rap.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 septembre 2013
Voici le livre dans lequel nous trouvons bien de vérités, voilà comment commencer a accepter la "pullule bleu" pour se rendre compte des tromperie de ce monde qui n'est que jeux et amusements.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2013
Un livre qui résume l'histoire du rap en lui faisant prendre ses racines là où on ne l'attend pas. Le livre est plus un résumé et une critique historique que sociologique.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 mars 2013
Très bon livre.
Fort instructif sur le pourquoi de l'émergence de certains artistes , le réseau à l'oeuvre... Je ne regarderais plus mes piles de CD de la même manière.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ne connaissant absolument rien à ce courant musical que je déteste depuis que je suis en âge d'écouter de la musique, j'ai lu avec un grand intérêt ce court essai de Mathias Cardet.

A n'en pas douter, l'auteur doit évoluer près d'Alain Soral, car le terme d'"Empire" est assez récurrent dans le livre, et l'écriture, très "orale", m'a rappelé celle de ce dernier (la ponctuation est, dans les deux cas, catastrophique d'ailleurs !).

Après un résumé historique des mouvements d'émancipation noirs aux Etats-Unis fort instructif, l'auteur en vient à la création du rap. "Musicalement", il est influencé par d'autres courants musicaux (funk, etc.), mais, et c'est là qu'est l'intérêt de l'ouvrage, l'auteur démontre que dès l'origine, le rap n'est pas ce qu'il prétend être, car s'inspirant de chefs d'organisations noires déjà contaminés par la société de consommation (drogues, putes, etc.) et la Nouvelle Gauche (qui, faut-il le rappeler, à choisi de trahir les ouvriers pour s'intéresser aux minorités), et produit et distribué par les meilleurs représentants du libéralisme ; le côté rebelle du rap n'est qu'un argument commercial visant à toucher un certain "segment", comme disent les commerciaux : les populations défavorisés ; ainsi, après les premiers balbutiements, le rap devient le "gangsta rap", et la manifestation visible, pour les pauvres, des objectifs de la société libérale : "moi, ma gueule et moi-même, je fais c'que'j'veux, j'prends l'pognon et j'te nique bâtard", soit l'égoïsme violent institutionnalisé (vous savez, cet égoïsme si cher à Adam Smith, car censé préserver la stabilité de la société...).

Après avoir contaminé les Etats-Unis, le rap débarque en France, grâce à la bourgeoisie branchée bobo... Ce sont les années Mitterrand, les années où, pour masquer les années de collaboration avec Pétain, on choisit d'être moderne et progressiste, et, comme on fait de l'art contemporain un art officiel, on fait du rap la musique de la banlieue, tant pour l'endormir que pour exciter (c'est le mot qui convient) le fils à papa blanc encarté au P.S. que l'évocation même de Che Guevara fait éjaculer (encore aujourd'hui). Le rap étant un commerce, sa portée politique est réduite à néant, puisqu'il n'est pas indépendant idéologiquement, et suit la mode dominante pour survivre ; en revanche, un des "succès" du rap a été d'avoir cantonné les noirs et les Arabes au rôle de branleurs à casquette, tout fous devant une belle carrosserie (ceux qui ont vu Intouchables savent de quoi je parle) et qui ne sortiront jamais de leur cité. Mathias Cardet souligne justement l'impossible alliance entre travailleurs blancs et noirs, les immigrés s'étant trop auto-stigmatisés avec cette "musique".

Il n'y a, je pense, que trop peu de livres qui critiquent ce phénomène, et la lecture de cet essai est franchement rassurante et vivifiante ! Néanmoins, étant un total ignorant en matière de rap, j'aurais bien aimé encore plus de développement, et, bien sûr, un rappel chronologique et une bibliographie en fin d'ouvrage. Si certains Amazonautes ont en tête des ouvrages traitant du rap, je suis preneur.

Je conclus ce message sur une note acide, qui va sûrement déplaire aux modérateurs, mais force est de constater que derrière chaque arnaque commerciale (le rap en est une) se trouve un Juif ; c'est dit brutalement, mais qui produit les rappeurs ? Qui a eu l'idée d'encourager les rappeurs dans leur surenchère victimaire et identitaire, seulement pour vendre ? Qui a eu le génie (commercial) de percevoir, dès le début, que le rap était l'arme ultime pour neutraliser le mouvement noir à jamais ? La véritééééé, David Cohéééén, 74, rue d'Turéééééénne.
1212 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2015
un passionnant document qui jette un nouvel éclairage et donne un sens nouveau à cette musique largement plébiscitée par beaucoup
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 février 2017
Un bouquin typique de l'éditeur, écrit par un gars (aux opinions politiques transparentes) qui s'adresse à un public conquis d'avance et ravi de se sentir plus malin que "les moutons"© et de confirmer ses idées reçues sur, en vrac, la gauche caviar, les Juifs (forcément des arnaqueurs), la qualité artistique (nulle) du rap, la sincérité de ses acteurs, le rôle de la CIA (derrière le changement climatique)...
Style déplorable, l'auteur pète plus haut que son cul et se croit beaucoup plus malin qu'il ne l'est. Il adore les phrases définitives et les jugements de valeur. Qu'il se trouve des gens pour trouver ce lire génial est assez symptomatique de notre époque où le biais de confirmation est une plaie. La prétention pseudo-scientifique de cet ouvrage n'a d'égale que sa vacuité totale.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)