undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 mai 2012
A lire les articles furibards qui répondirent à ce recueil de textes courts, on est rétrospectivement un peu surpris par la modération d'Alain Badiou.

Intransigeant contre tout dévoiement de la critique de l'Etat d'Israël en un antisémitisme politique, le philosophe se borne principalement à récuser le vocable "d'Etat juif" et la politique expansionniste (pour choisir un terme à peu près neutre) d'Ariel Sharon, à questionner le signifiant "juif" (dont l'absolutisation et la singularisation pourraient être une forme de double de "la politique hitlérienne") ; à appuyer un projet universaliste dont le juif Paul de Tarse serait le fondateur (et dont un prolongement pourrait être l'existence d'un seul pays accueillant en son sein Israëliens et Palestiniens).

Rien qui ne justifie le niveau de polémique suscité à l'époque de la sortie du livre, si ce n'est le titre de l'article final de Cécile Winter. Celui-ci est effectivement si provocateur qu'il en est contre-productif ("Signifiant-maître des nouveaux Aryens", les nouveaux Aryens étant les sionistes...). Mais sa matière est loin d'être inintéressante ni si délirante que feignent de croire les Eric Marty et autres Philippe Zard. On y apprend ainsi, sur le plan historique, à la lumière de Tom Segev, qu'"alors que le yishouv discutait de la meilleure façon de commémorer leur souvenir, la plupart des victimes [de l'holocauste] étaient encore vivantes". Chronologie d'un ancien Yad Vashem, esquissé dès 1942, que le profane ignorait. En faisant abstraction du "démêlé intime d'une rare violence" que Cécile Winter "entretient avec la question du nom "juif"" (Badiou), on lit un texte pas dénué de renseignements.

Le projet politique d'un Etat "multiconfessionnel" et "multinational" n'est effectivement pas dans les clous de la rengaine "réaliste" hégémonique dès qu'il est question de géopolitique et singulièrement du conflit israélo-palestinien. On pourrait cependant, en reprenant la langue de Badiou, poser qu'il est "le vrai nom du réel comme impossible" et qu'à ce titre c'est le seul projet qui vaille d'être défendu.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)