undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Voilà un ouvrage qui remet en cause beaucoup d'idées reçues et dévoile les coulisses pas toujours très reluisantes du métier d'historien.

La rigueur est, en effet, loin d'être toujours de mise en Histoire, nous démontre l'auteur. Les statistiques se trouvent souvent analysées un peu trop à la légère, sans toujours bien tenir compte des réalités et à partir d'indicateurs de mesure souvent erronés. De même, les chiffres obtenus de sources souvent, de fait, très limitées et bien localisées (abbayes ou monastères, par exemple pour certaines époques) sont dangereusement extrapolées, menant à des conclusions parfois parfaitement excessives, voire elles aussi erronées. Et ce, alors même que bon nombre de chercheurs, sinon la plupart, ne vérifient jamais les sources et se contentent généralement de reproduire celles d'un chercheur plus ancien dont jamais personne n'a remis en cause la validité. De quoi douter de beaucoup de faits et d'interprétations historiques que l'on pouvait avoir tenu pour admises jusque-là.

L'auteur s'intéresse ensuite à l'arbitraire dans l'enseignement de l'Histoire, le qualifiant de véritable « arme de propagande ». Les falsifications d'épisodes entiers de l'Histoire, l'arbitraire des dénominations des grandes périodes, les personnages érigés en héros tandis que d'autres le sont en traîtres, le « culte du progrès » et autres forfaitures conduisent à enseigner une « Histoire citoyenne » pleine de clichés et de jugements à l'emporte-pièce non exempts d'effets de mode et de simplifications abusives.

On savait que l'Histoire avait beaucoup souffert de l'idéologie de la lutte des classes ou autres modes comme celle actuelle des grands mouvements de repentance. Mais on espérait qu'une nouvelle génération de chercheurs oeuvrait à rebâtir une science exempte de ces vices. Malheureusement, ceux-là ne doivent pas être légion.

En effet, l'apothéose est atteinte au dernier chapitre, lorsque l'auteur révèle la réalité des contraintes qui pèsent sur les chercheurs, la complexité des procédures à suivre, la dérive quantitative des séminaires et publications à produire pour justifier de son activité, ainsi que les multiples tracasseries administratives, quand ce n'est pas le manque de liberté sur le choix même du sujet, qui font parler à l'auteur de « recherche sacrifiée », l'Histoire n'étant plus qu'une Histoire « à la botte », à la manière de celle d'un « Etat totalitaire »...

Un ouvrage de réflexion très utile, qui vous fera voir l'Histoire d'un autre oeil.
99 commentaires| 58 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 avril 2009
un livre qui recentre utilement tous les pièges de l'histoire officielle. Hélas, où est passée la liberté de l'historien devant les lois mémoricides? où est celle de l'enseignant qui se voit obligé de travestir la réalité pour ne pas se faire lyncher par la voix du politiquement correct incarnée par certaines autorités du monde de l'éducation. Un livre à lire d'urgence.
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2007
Je partage tout à fait les propos précédents : à savoir que l'on prend une grande claque dans nos certitudes, même si on se doutait de la manipulation de l'histoire : il nous dévoile l'importance du dévoiement de notre histoire au profit des doctrines politiques ou de l'intéret de quelques uns. Pour compléter ou commencer essayer du même auteur "le moyen âge, une imposture - vérités et légendes" .
Il faut savoir que l'auteur n'est pas n'importe qui : ancien élève de fernand Braudel et disciple de Georges Duby ! Et pourtant il est peu connu du grand public (à tort ! mais est ce volontaire ...)
11 commentaire| 33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2010
Le grand médiéviste Jacques Heers a produit de nombreux ouvrages iconoclastes, sur des sujets que l'on pourrait qualifier de "politiquement corrects".
Le titre de cet ouvrage n'est pas trompeur, et de nouveau, il s'attaque aux mensonges et aux falsifications de cet enseignement. Comment l'Histoire est dévoyée, non seulement sous les coups de boutoir d'un enseignement de moins en moins exigeant, même pour les thèses de doctorat, mais aussi au sein du milieu universitaire, qui met l'histoire sous la tutelle du pouvoir. Le professeur se veut désormais davantage un administrateur qu'un chercheur.
Une mémoire volontairement piégée, sous tutelle, quand elle n'est pas tout simplement oubliée, voire niée ou interdite. Un livre à lire, qui constitue un signal d'alarme de plus sur le nivellement par le bas et l'appauvrissement des acquis fondamentaux.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2011
Passionnant.. comment l'Histoire qui nous est enseignée depuis plus d'un siècle est manipulée (de manière + ou - consciente) et ne correspond pas à l'état des recherches des historiens, comment à travers les générations ce sont les mêmes erreurs qu'on apprend et transmet... Tous les profs d'Hisoire ou futurs devraient le lire, ne seraient-ce que pour adapter ses cours et supprimer les erreurs historiques flagrantes... comme je l'ai fait (prof d'histoire moi-même). Si vous n'êtes pas enseignants et que vous voulez actualiser vos connaissances et abandonner les erreurs mémorisés, plongez-y vous vite!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 septembre 2010
A L'heure où l'on érige des juges en maîtres de l'histoire et où ce sont donc des tribunaux qui font l'histoire, ce livre enfonce le clou pour dénoncer la grande supercherie d'une histoire officielle imposée. Il dénonce le mythe de la liberté de recherche et remet bien des pendules à l'heure. Oui, l'Histoire est assassinée. Oui, l'Histoire est soumise au domaine du politiquement correct. D'aucuns trouveront dans cet ouvrage bien des réponses aux questions qu'ils se sont posées. Je le recommande à tous, et pas seulement aux incrédules.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 janvier 2013
livre d'un véritable spécialiste : plaidoyer pour un retour et un développement de l'histoire. Un excellent livre qui se lit par étape car très dense : malgré tout passionnant !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)