Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_SS18_CE4 cliquez_ici En savoir plus En savoir plus En savoir plus cliquez_ici cliquez_ici



le 21 février 2018
Enfant, au lieu de dormir ... je lisais en cachette Asterix caché sous ma couette, et j'en garde un super souvenir.

Un peu decu par les premiers essai de la "relève", je trouve que la nouvelle mouture prend peu a peu de la qualitée , et ce numero 37 m'a satisfait !
Au point ou j'ai eu la sensation de retrouver dans ce numero (entre autre, idem pour le Papyrus) ce gout d'enfance, que mes vieux Asterix avaient laissé dans ma mémoire !
C'est pas facile de retrouver des choses capables de se hisser a la hauteur des souvenirs de son enfance ... et bien dans cet album, j'ai retrouvé les blagues, les détails historiques (et oui , il y en a,il suffit d'etre attentif) , le dessin qui replonge dans le monde et ls aventures d'Asterix !

Bien sur ca n'est pas encore parfait, Goscinny n'est plus et Uderzo ne fait plus le Dessin ... pourtant Astérix revit, et a repris ses aventures !
Ces 2 génies ne se sont pas fait en une BD, il suffit aussi de regarder l'évolution des histoires et du dessin au fil des années.
Laissons a Asterix la chance de continuer de vivre en nous !

Si les "nouveaux albums" étaient parfaitement copié collé sur les anciens, on pourrait alors douter du génie et de la personnalité d'Uderzo et Gosciny, les égaler n'est pas si simple .
Ferri et Conrad vont se parfaire ... les nouveaux Asterix n'auront sans doute jamais le MEME gout que ceux de mon enfance, mais ils auront j'espère de plus en plus de ce gout delicieux (que j'ai ressenti) pour les enfants a venir, si en plus il réveille le gout passé qui s'est inscrit en moi comme ce numero l'a fait, c'est super pour moi !!!

J'ai aimé les Pictes, le papyrus de César, et ce dernier numéro ... les nouveaux auteurs apprennent et développent LEUR Asterix, qui je l’espère (et j'y crois de plus en plus) retrouvera ce "rythme" qu'on ressent dans les vieux numéros ... ca va dans le bon sens d'après mon sentiment après cette lecture !
4 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 2 février 2018
Le scénario de cet opus est plutôt sympa et assez typique des aventures d'Astérix. L'opus commence sur les chapeaux de roues avec une intrigue qui donne envie. Tout au long de la BD, les rebondissements s'enchaînent mais, pour vous parler franchement je reste un peu sur ma faim.

Les personnages sont fidèles à eux même. On retrouve des jeux de mots, l'esprit rusé et l'humour qu'avaient su insuffler Goscinny et Uderzo.

L'esthétique est aussi fidèle à celle d'origine. J'ai apprécié le fait que tout respecte la tradition des deux auteurs. Il faut dire que dans ma famille, Astérix c'est une vraie religion. J'ai été bercée par ces BD dans toute mon enfance et je les ai usé à force de les lire. À chaque nouvelle sortie c'est l'effervescence et on se jette sur la BD que mon père garde précieusement avec toutes les autres. Ces dernières années, je reste un peu sur ma faim en ce qui concerne ces BD... Je trouve qu'il manque quelque chose dans le scénario, il y a comme un goût d'inachevé... Cet opus m'a fait le même effet. Même si je retrouve toujours avec plaisir mes personnages favoris, je suis un peu déçue à chaque lecture.

Bref:

Une chouette lecture mais sans plus.
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 12 juin 2018
album de BD broché à couverture cartonnée rigide grand format récent (2017) présentant la 37ème et dernière aventure des héros créés par Uderzo et Goscinny; dans cet épisode signé Ferri et Conrad, à la suite de la proposition intéressée d'un sénateur corrompu d'organiser une grande course de chars pour montrer la qualité du réseau de voies romaines, César met un point d'honneur à ce que le vainqueur soit romain et non issu d'un peuple italique ou même barbare; les moyens utilisés pour arriver à ses fins scandalisent tous les concurrents issus de tout le monde antique et le favori poussé par le pouvoir finit par renoncer de lui-même laissant la place à Astérix et Obélix...; la course, pleine de rebondissements, est l'occasion de faire une visite touristique de la péninsule italique avec les ancêtres de Venise, Florence, Sienne, une allusion à Pise et bien sûr Rome et Naples;
hormis les habituels habitants du village gaulois et nos deux personages principaux qui jouent leur rôle à fond, de nouvelles recrues font leur apparition dont les noms modernes trahissent notre époque (le sénateur Lactus Bifidus, les auriges Coronavirus (en fait Testus Sterone), Bacillus, Madmax, Ecotax, Betakaroten, Trodtaf, Ripilaf et les princesses africaines Niphénihafer et Toutunafer); le scénario est bien ficelé même si on devine le dénouement tout au long de l'intrigue, certaines trouvailles psychologiques sont bienvenues comme les allusions aux futures pâtes et pizzas; les digressions technologiques concernant les moyens de communication et la presse moquant notre informatisation moderne sont asez réussies;
en conclusion nos deux auteurs relèvent assez brillamment le défi de poursuivre les aventures de nos chers héros même si le trait est parfois un peu forcé surtout pour le personnage d'Obélix qui paraît plus volontaire et moins passif qu'autrefois
merci de cliquer ci-dessous si ce commentaire vous a plu
|0Commentaire|Signaler un abus
le 13 juin 2018
mais, il me semble qu'il manque quelque chose : soit dans le déroulement du scénario, soit dans la continuité des planches... Il manque un truc, c'est agréable à lire, sans plus, mais, où est passé l'humour et ce sentiment de regarder un dessin animé ??? Une course de chars rassemblant tous les peuples soumis à Rome, l'idée de départ est bonne, mais...

Autant le "domaine des dieux" du tandem Astier/Clichy est une réussite visuelle, scénaristique, humoristique fidèle mais renouvelée, autant cet opus est un cheveu en dessous du génie d'Uderzo et Goscinny.
Je suis une inconditionnelle des albums mais si d'aventure, il devait y en avoir un autre je serai sûrement plus regardante !
|0Commentaire|Signaler un abus
le 26 décembre 2017
Avec "Astérix chez les Pictes" puis "Le Papyrus de César" Conrad et Ferri avaient réussi à redorer le blason de la période post-Goscinny.
Cette fois j'ai trouvé le scenario plutôt fade et creux. Pour le dessin, on reste bien dans l’esprit Uderzo.
3 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 3 janvier 2018
ok c'est du astérix , mais malgré les jeux de mots n'est pas vraiment à la hauteur de ses pères .il y avait déjà mieux , à voir le suivant si il arrive à faire mieux.
2 personnes ont trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 20 mars 2018
Les écrivains ne sont plus très inspirés, je trouve que sortir un Astérix tous les ans n’est pas une excellente idée si c’est pour nous sortir des histoires qui ne sont pas aussi interessante que les précédents.
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 9 mars 2018
Bon, Astérix et Obélix, sont des idoles de la bande dessinée... mais il manque dans ces derniers albums, la patte de celui qui est disparu trop tôt... dommage
Une personne a trouvé cela utile
|0Commentaire|Signaler un abus
le 2 mai 2018
Tous les ingrédients qui composent un bon Astérix sont là : une histoire aux nombreuses analogie avec notre époque, une description du pays visité, et les caractères intacts de nos personnages favoris. Une mention toute particulière pour les chars dont les dessins sont absolument savoureux : à remarquer le char anglais qui ressemble à une Harley avec son side car !
|0Commentaire|Signaler un abus
le 10 mars 2018
J'étais content de retrouver les aventures de notre petit gaulois préféré mais je suis déçu.

Si la qualité des images restes dans la ligné des précédents albums, les textes eux le sont moins, les blagues sont un peut lourdes ou tirées pas les cheveux.

Pour la fins de l’histoire, j'ai comme l'impression qu'un manque de temps ou d’inspiration est passé par là, ça se termine en queue de poisson et très très très rapidement...
|0Commentaire|Signaler un abus