undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
9
4,3 sur 5 étoiles
Prix:5,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Quintus Cicéron est passé à la postérité pour trois raisons fort différentes. Il est tout d'abord le frère cadet du « grand » Cicéron (Marcus de son prénom), le plus brillant des auteurs latins. Il est également celui qui, légat de Jules César pendant la Guerre des Gaules, sauva sa légion, isolée dans ses quartiers d'hiver, des assauts des Eburons révoltés et de leur chef Ambiorix. Enfin, il est l'auteur d'une lettre savoureuse, adressée à son frère, candidat à l'élection des Consuls de 64 avant J.-C., qui nous est aujourd'hui connue sous le nom de « Petit manuel de campagne électorale ».

Ce court traité est d'une remarquable acuité sur les mœurs électorales et la « pêche au voix » en particulier. Quintus Cicéron explique ainsi à son frère qu'un bon candidat doit avoir un moral d'acier : « Il faut qu'en descendant au forum, chaque jour ou presque, tu te dises : je suis un homme nouveau ; je suis candidat au consulat ; c'est de Rome qu'il s'agit ». La méthode Coué ne suffisant pas, les conseils de Quintus portent également sur la manière de discréditer ses adversaires, par quelques bonnes rumeurs plausibles. En l'occurrence, les concurrents principaux de son frère étant Catilina et Antoine, deux éternels débauchés, la tâche est facile... L'ouvrage prend surtout de la dimension dans sa partie consacrée à l'art des « tournées » électorales, sur le terrain, passage obligé de tout candidat au suffrage populaire depuis 2000 ans. Quintus démontre l'importance à donner aux poignées de mains (prensatio) et aux contacts directs avec les électeurs, qu'il faut absolument appeler par leurs noms, grâce, s'il le faut, aux services d'un « esclave-souffleur » (nomenclator). Ses descriptions sont tellement réalistes et actuelles qu'à leur lecture, on ne peut s'empêcher de les comparer à l'image de Chirac, que l'on a pu voir dans le célèbre film reportage de Raymond Depardon, serrant mécaniquement les mains des commerçants du IIème arrondissement, en les gratifiant d'un « ça sent bon chez vous ! ».

La suite nous dévoile les ressorts de la société civile romaine : comment s'attacher de façon certaine la reconnaissance (gratia) de ses clients, comment se servir de réseaux d'amis influents pour démultiplier la campagne sur une plus grande échelle et aussi comment prouver sa « grandeur d'âme ». « Les hommes aiment qu'on leur fasse des promesses mais ce qu'ils demandent d'abord à un candidat, c'est qu'il y mette générosité et déférence » affirme-t-il sans scrupule aucun. Quintus Cicéron n'est jamais théorique et à force d'exemples analyse pour le succès de son frère les « ficelles » qui feront de lui un consul. Dans sa surenchère démagogique, il interdit simplement le recours à la corruption, à l'achat de voix ou à l'entente entre candidats. Peu de chose somme toute...

Muni de ces bonnes leçons Marcus Cicéron fut bien élu et renvoya plus tard l'ascenseur à Quintus, alors gouverneur de la province d'Asie, en lui adressant une lettre sur « L'art de gouverner une province ».
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2005
Au-delà des conseils quelque peu démagogues - flatter ses amis, ne pas négliger ses ennemis - que Quintus Cicéron donne à son frère Marcus Tullius Cicéron (le grand orateur) en vue de son élection au poste de consul de Rome, la méthode de préparation à une élection s'applique en tous lieux et à toutes époques: quel est mon profil de candidat? à quoi es-ton candidat? où est-on candidat? Voilà les questions auxquelles on devra tenter de répondre afin de bien préparer sa campagne.
On appréciera également la leçon de bonne gouvernance que Marcus Tullius donne à son frère.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2012
Ce petit manuel est vraiment très intéressant. Ecrit il y a 2000 ans, on reste frappé par son aspect très actuel. Quintus Cicéron aurait très bien pu l'écrire pour un candidat à la présidentielle. Tout est dedans!
A lire absolument.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 janvier 2014
Le "petit manuel de campagne électorale" de Quintus Cicéron est indispensable à celles et ceux qui se passionnent pour la vie publique. La lecture de ce petit ouvrage nous permet de mesurer que les recettes d'une campagne électorale réussie étaient déjà maîtrisées par les Romains. Pour mémoire, Georges Frêche qui fut longtemps un acteur majeur de la vie politique française et un expert du Droit Romain faisait référence à cet ouvrage.
Les étudiants en sciences politiques ne perdront par leur temps en se plongeant dans le manuel de Quintus Cicéron ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 septembre 2015
Instructif et rafraichissant ce petit manuel nous ramène au temps des Romains. Nos ancêtres pratiquaient déjà avec soin et éthique la politique. Un exemple pour les politiciens de nos temps modernes qui se permettent souvent des passe-droits.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2014
Le contenu du texte est décevant
On ne peut pas considérer que la lecture de ces conseils apporte un éclairage sur notre monde actuel
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2011
une lecture indispensable pour tout candidat à une election.
ces conseils ont 2000 ans, mais nihil novo sub sole, ça marche toujours
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet ouvrage écrit il y a un peu plus de 2000 ans contient tous les conseils nécessaires à une campagne éectorale réussie. On n'y parle que d'apparence, d'image et d'attitudes. De nos jours, Quintus Ciceron aurait été un "spin doctor" exceptionnel. Son frère, Marcus Cicero-Ciceron-fût d'ailleurs élu consul.
11 commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un pur traité dédié à l'art du Démagogue. Vous y ajoutez "Le livre du Courtisan" de Baldassare Castiglione et le "Bréviaire des Politiciens" de Mazarin et vous voilà prêt à la "Course aux honneurs". La version musicale s'appelle "Lèche botte Blues" d'Eddy le Grand.
22 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)