Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. CoopPocheEtoilesContraires Cloud Drive Photos nav_Renewed Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Oasis cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles

500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 25 juillet 2012
Mars 1931 : Alors que la Bulgarie est endeuillée depuis plusieurs années par une vague sanglante d'assassinats politiques, c'est le moment que choisit Albert Londres pour débarquer à Sofia et partir à la recherche de la mystérieuse Organisation de Résistance Intérieure Macédonienne : l'ORIM, dont la devise est "la liberté ou la mort" ! Fondée en 1893 pour lutter contre l'occupation ottomane et obtenir l'indépendance de la patrie, l'ORIM figure parmi les grands perdants de la 1ère guerre mondiale, puisque la Macédoine se retrouvera, à l'issue du traité de Neuilly du 27 décembre 1919, écartelée entre trois pays :la Bulgarie, la Grèce et la Yougoslavie.

Mais il en faudrait plus pour décourager les activistes révolutionnaires de L'ORIM, les fameux comitadjis, qui plombent à tout va tous ceux qui se posent en obstacle au renouveau du nationalisme macédonien. L'ennemi héréditaire n'est plus le turc mais le serbe, suivi de près par le bolchéviks. Untel souhaite rapprocher serbes et bulgares... PAN ! Le voilà passé de vie à trépas. Un autre prend langue avec des camarades...PAN! PAN ! Requiem et paix à son âme ! L'hécatombe est telle que plus personne, touchant de près ou de loin à la politique, responsables, militants, professeurs, journalistes, ne se déplace plus à pied dans Sofia sans une escorte armée, ce qui amuse beaucoup notre grand reporter qui décrit avec verve ces drôles de ballets bulgares...

Après quelques péripéties et rendez-vous manqués, Albert Londres finit par approcher les Comitadjis et leur chef Ivan Mikaïloff dit "Vantché". Depuis quelques temps, l'ORIM est engagée dans une guerre fratricide entre factions rivales, avec d'un coté les protoguerovistes, du nom de leur chef assassiné le général Protogueroff, et de l'autre les mikaïlovistes. Cette guerre a déjà fait 150 morts au moins lorsque le journaliste arrive; elle lui fournit une matière abondante pour illustrer d'une touche pittoresque le contenu de ses articles...

Avec ce recueil, Albert Londres nous dévoile ainsi, dans son style inimitable, toute la complexité et l'apreté des moeurs politiques des Balkans. "La poudrière Balkanique" (l'expression est de lui) est déjà en place et sur le point d'exploser; de fait, elle explosera deux fois par la suite, lors du second conflit mondial, puis en 1991 à l'occasion de la guerre de Yougoslavie qui signera cependant la victoire posthume de l'ORIM avec, enfin, la reconnaissance de l'indépendance officielle de la Macédoine...

La liberté a triomphé de la mort, mais à quel prix ! Albert Londres entrevoyait une issue toute différente à la crise des Balkans sous la forme d'une Confédération des Etats Slaves du Sud, s'étendant de l'Adriatique à la Mer Noire et englobant Slovènes, Croates, Serbes, Bulgares et Macédoniens.

Un jour peut-être ...
22 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)