Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes undrgrnd Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Février 1926, Albert Londres fait une escale à Marseille pour une évocation de la cité phocéenne et de son port. En ce temps là, l'aviation commerciale n'existe pas encore, et les paquebots transatlantiques y embarquent toujours leurs passagers pour toutes les destinations du monde : Saigon, Hanoi, Hong Kong, Shanghai, Yokohama, Rio, Buenos Aires....

Le grand reporter parcourt les quais, la Canebière, la place de la Joliette, y rencontre des grecs, des russes, des chinois, des arméniens, des émigrants en partance et des marins en escale. Il raconte le debardage des cargos, mais aussi le trafic d'opium et la pègre des bars du port....

Au total, une brêve évocation, plutôt sympathique et souriante, du Marseille de l'entre deux guerres où, pour une fois, le journaliste évite d'appuyer trop là où cela pourrait faire mal...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 juillet 2007
A la fois loin de Cayenne mais pourtant si proche, Albert Londres nous propose une invitation aux voyages, un véritable tour du monde en 1927. Direction Marseille et son port. Ici on embarque pour toutes les mers, vers tous les ports. Des paquebots arrivent, d'autres partent. Pour où ? Alger, Tunis, Suez, Djibouti, Zanzibar, Madagascar, Colombo, Java, Sydney, Nouméa, Papeete...

Il nous fait visiter les quatre coins du globe terrestre sans jamais quitter le quai, simplement en regardant la gueule des dockers, des marins, des capitaines. Marseille, une ville de passage. Il n'est pas bon d'y rester. On est bien accueilli que si l'on est de passage, entre deux destinations. On n'y vit rarement, on est à Marseille juste en escale en attendant une autre destination.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 septembre 2015
Le récit est vif et picaresque, faussement facile à lire. Il reflète une époque révolue, celle de la dédaigneuse suprématie des repus. Le préfacier anonyme de cette édition de 2007 écrit pourtant parlant d'Albert Londres,"sa lutte (...) contre le racisme et l'oppression (...) restent aujourd'hui d'une actualité poignante". Voici une partie de ce qu' écrit le grand reporter au chapitre XII concernant les réfugiés arméniens rescapés par miracle du génocide vivant encore au camp Odo qui est selon son mot "le royaume des épaves":"Ils sont deux cents dans ces baraques. Un chiffon sépare, seul, le box de chaque famille. On y dort, la tête chez le locataire de droite, les pieds chez le locataire de gauche. On couche avec la fille du voisin, croyant coucher avec sa femme. Oh! là Marseille, je te préviens, tu les oubliés, mais ils seront le double bientôt, si tu les laisses faire -encore que je ne compte pas les jumeaux!.. Il est vrai que le choléra n'est peut-être pas très loin".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juillet 2013
Albert Londres, bien sûr, nous parle de Marseille, naturellement. Les deux ne pouvaient pas ne pas se rencontrer. Albert Londres a passé quelques jours, semaines peut-être, dans ce qui était alors l'un des tout premiers ports du monde, en tout cas le point de passage obligé pour tout aspirant aventurier. Au fil de chapitres courts mais denses, il livre un témoignage saisissant du Marseille début de siècle, entre trafics clandestins et voyageurs indolents. On remonte l'histoire et c'est fantastique. L'intérêt est surtout celui-là, historique, mais on ne peut s'empêcher de sourire quand, déjà, l'auteur souligne l'incivisme des conducteurs d'automobile. On se dit que certaines choses n'ont pas beaucoup changé.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)