undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 2 décembre 2014
ce livre est tout simplement génial, on ne décroche pas avant la dernière page, je le recommande à tous et toutes
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 novembre 2014
J'ai lu ce roman en seulement 3 jours... Tout est dit!
A lire absolument!
L' auteur a un sacré talent.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2013
Ce livre mérite amplement ses deux prix : c'est un petit bijou! Il est très difficile de s'arrêter de le lire...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2014
cet article est très très bien et il correspond tout à fait à ce que j'attendais pratique et facile à utiliser,
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un bon suspens, on ne lâche pas le livre, on meurt d'envie de connaître la fin. Une fin un peu décevante, comme pour la plupart des polars, mais on rebondit de coup de théâtre en coup de théâtre, chaque personnage de la petite ville du New Hampshire qui sert de décor au drame a son secret.
Une bonne construction aussi, déroutante, faite de flashes back (rétrospections, en français) avec réinterprétation à l'infini et pas forcément dans l'ordre chronologique, c'est sans doute ce qui a dû impressionner les jurés de tous les prix accordés à l'ouvrage.
Mais des naïvetés surprenantes, tant dans la description de ce qu'est une bon livre (uniquement en termes de tirage) que sur les conseils que donne l'écrivain chevronné pour l'écrire. La fin, que je ne vous dévoilerai pas, s'explique peut-être ainsi.
De même, sur l'amour, il y a de quoi se tenir les côtes. "Je t'aime, ma bien aimée, mon amour, N.O.L.A." Et-c'est-tout ! Peut-on mettre ça, aussi, sur le compte de la révélation finale ?
Enfin, les personnages sont assez convenus, ou plutôt, leurs secrets sont bien peu crédibles.
Quant à l'écriture, quelques fautes de français peuvent surprendre, je ne les ai malheureusement pas relevées au fil de ma lecture, les correcteurs de "L'âge d'homme" et "de Fallois" non plus.
Ah ! j'oubliais, le sujet : il s'agit de découvrir qui a tué la nymphette dont un écrivain célèbre s'est entiché.
Le livre a déjà fait l'objet de 611 critiques sur ce site, dont beaucoup plus percutantes et fouillées que celle-ci.
Mais pour le train, pour les salles d'attente, pour meubler l'attente anxieuse d'un résultat d'examen ou d'analyse, c'est un bon plan. A ne pas offrir à un malade, en revanche : il est trop lourd.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 août 2014
Qu'est-ce que la grande littérature ?
Quelqu'un peut-il prétendre connaître les critères qui font d'un livre une œuvre littéraire ou un "simple" récit divertissant.
Faut-il écrire comme Proust ou Flaubert pour être qualifié de grand écrivain ?
Je ne prétends pas apporter de réponse à cette question.
Quoi qu'il en soit, La vérité sur l'affaire Harry Quebert est un roman écrit par une plume limpide et qui se dévore de la première à la dernière page. Certains lui ont reproché d'être écrit trop simplement. Moi, je réponds : pas la peine de tourner des phrases magistrales en utilisant la quasi totalité des mots du dictionnaire pour bien écrire. Au contraire même : ce livre cultive et élève la sobriété au rang d'excellence. Mais cette apparente simplicité des mots est bel et bien une illusion : il n'y a que ceux qui n'ont jamais essayé d'écrire de nouvelle ou de roman pour penser qu'un langage simple est synonyme d'écriture bancale. Non, ici, il s'agit d'une simplicité savante, où rien n'est gratuit, où l'on touche au plus près les choses car décrites sans fard.
La vérité sur l'Affaire Harry Quebert est un grand roman, qui touche au cœur, qui émeut, qui fait rire - l'humour de Dicker et son pendant, l'ironie, sont omniprésents et colorent tout le roman - ainsi qu'un grand récit. La construction de l'ensemble est magistrale et permet à l'auteur d'entrecroiser sans cesse passé et présent et de jongler avec les supports de l'écrit - témoignages, enregistrements, articles, compte-rendus de réunion, voix du narrateur... - sans que jamais l'on s'y perde.
Cette construction irréprochable se double d'un récit policier qui tient en haleine jusqu'à la dernière page. Les rebondissements ne sont jamais gratuits, tout est très cohérent et, à un certain moment, on se sent dans la même position que le narrateur après un énorme coup de théâtre qu'on a pas senti venir, manipulé et énervé.

C'est l'un des tout premiers commentaires que je laisse, mais cette fois, je ne pouvais pas taire l'impression exceptionnelle que ce livre a produit sur moi.

Un livre comme il y en a peu, qu'on a la chance d'ouvrir et le regret de refermer.

Merci mille fois, monsieur Dicker pour cette œuvre formidable !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2014
Nous suivons les tribulations de Marcus Goldman, l’écrivain, dans sa quête à l’inspiration pour son nouvel ouvrage, des pressions, auxquelles, il doit faire face, de la part, de son éditeur New-Yorkais, et de sa quête pour son sauver son ami et mentor, Harry Quebert, de la chaise électrique. Ce dernier, écrivain, lui aussi et professeur de littérature, est accusé d’enlèvement et d’un double meurtre, ceux de Nola Kellergan, 15 ans dont il est tombé follement amoureux, découverte, 33 ans après, dans son jardin de Goose Cove à Aurora, petite ville du New Hampshire et de Deborah Cooper, victime collatérale, tuée par balle. Marcus décide d’enquêter et de rétablir la vérité dans son prochain livre qui sera un succès garanti. Le décor est planté.
A partir de là, le lecteur ne pourra plus lâcher ce pavé de plus de 800 pages, tant l’intrigue tient en haleine. C’est dû à la construction du livre. Ce dernier est palpitant car le suspense est toujours présent à chaque chapitre. L’ouvrage est bien ficelé et bien construit, en trois parties : nous assistons, ainsi, à l'élaboration dudit roman, développant le fil de l’enquête policière avec come-back (retour dans les années 70), rebondissements, coups de théâtre, intimidations, secrets, scandales, fausses pistes et quiproquos…jusqu’au dénouement final mouvementé ! L’auteur cherche à embrouiller et à perdre son lecteur, et s’en amuse. Chaque protagoniste a « sa » vérité sur l’affaire qui se distille au gré des pages. Tous, peuvent être des suspects potentiels. Le style est plat, voir absent. Mais, l’ouvrage se lit facilement. Pas de grande littérature dans ces pages, mais l’auteur a préféré développer la psychologie de ses personnages, sondant la nature humaine dans ses tréfonds, l’ambiance d’une petite ville de province, le mystère, planant autour de ce fait divers, défrayant les chroniques journalistiques, et, ce qu’il y a d’original dans ce polar, c’est la place donné à l’Amour. Car, oui, c’est, aussi, une très belle histoire d’amour que l’on vit à travers les principaux personnages, dont, Nola représente la toute-puissance sentimentale, et, où plusieurs histoires d’amour se confondent et s’entremêlent. C’est le moteur, même, du polar.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juillet 2013
Au début, j'avais peur d'ouvrir ce roman à cause du poids de ses 670 pages, puis je l'ai lu.
Cette histoire d'amour impossible et incompréhensible entre Harry Quebert et Nola Kellergan,l'obstination de Marcus Goldman à prouver l'innocence d'Harry Quebert, son grand ami à qui il lui doit tout, la complicité entre Marcus Goldman et le sergent Galahawood à trouver le vrai coupable du meurtre de Nola ainsi que toute la trame de l'histoire, de tout ces rebondissements, m'a vraiment plu, m'a ému, m'a fait tirer les cheveux.
Ce Roman paraît tellement réel que j'ai douté, j'ai cru que cette histoire s'était réellement passée à Aurora, dans le New Hampshire.
Tout au long de l'histoire nous suivons chaque personnage avec leur caractère, leur passé, leurs émotions que nous finissons par croire les connaître personnellement, et pourtant...
J'ai été profondément touché par l'histoire de Nola et sa famille et par la volonté de Marcus malgré le flou de cette enquête.
J'ai vécu l'enquête avec Marcus Goldman et le sergent Galahawood, j'ai été abasourdi par certains aveux, j'ai été heureux de certaines preuves, et j'ai surtout eu les nerfs avec eux à cause de cette enquête à multiples hypothèses...

J'ai été triste d'avoir refermé ce roman à la fin de la toute dernière page car j'ai du quitter ces personnages si attachants...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2013
J'ai abordé ce livre un peu dubitative, juste après avoir lu un chef-d'oeuvre de la littérature sud-américaine : je cherchais donc quelquechose de plus léger, mais de captivant.
J'ai été servie au-delà de mes espérances! Ce jeune auteur a une maturité étonnante pour son âge. Peut-être pas d'un point du vue stylistique : ce n'est certes pas Marcel Proust... mais heureusement, car ici le récit nous emmène, nous ballote, nous fait veiller très tard pour tenter d'en savoir plus.

Je n'adhère pas du tout aux commentaires qui y ont vu un portrait de l'amérique, de la justice ou des médias. Ces observations sont totalement annexes et somme toute, peu profondes dans ce livre. Ce qui est remarquable en revanche, c'est que l'intrigue est superbement construite, bien ficelée, que la narration est inventive et dynamique, avec des extraits de roman dans le roman, des articles de journaux, des témoignages, et les 31 conseils du maître. L'écriture est fluide, naturelle, belle, simple (ce qui est un gage de qualité!) et sert efficacement le récit. Les personnages sont tangibles, sympathiques, avec leurs imperfections et leurs petits secrets. L'humour est très présent, j'ai plusieurs fois éclaté de rire. Il ne faut pas considérer ce livre comme un chef d'oeuvre sociologique, mais comme un rare et délicieux moment de lecture.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La claque.

Joël Dicker est l'exception qui confirme la règle. Non seulement il a obtenu de très bons prix littéraires (le prix Goncourt des Lycéens est certainement de meilleure qualité que son parent), mais en plus ils sont justifiés.

Ce roman est avant tout une histoire, admirablement racontée... ou plus exactement contée tant l'auteur nous entraîne dans cette histoire, nous projette dans la vie de cette petite ville américaine. Un peu comme Stephen King dans "22/11/63", l'auteur distille de petits détails de la vie dans les années 60 et 70 qui confère au récit un réalisme confondant.

Mais revenons à l'histoire : sous une banale histoire de meurtre, l'auteur nous fait partager l'enquête menée par un ami de l'accusé. Et c'est avec une certaine jubilation, que Joël Dicker distille à petites gouttes les indices, mais en grand nombre les fausses-pistes, les chausses trappes et les fausses apparences.

Et la plume. Quelle plume. Je crois ne pas avoir lu aussi rapidement un livre. Bien qu'il soit volumineux (près de 700 pages), on voudrait, et on penserait pouvoir, le dévorer d'une traite. Les yeux volent au-dessus des lignes, les lettres disparaissent pour laisser place à un film en version grand format.

Alors certes, certains médisants diront que le style est commun, sans grande richesse. Mais heureusement que cette histoire ne soit pas matérialisée par un Proust au style lourd, complexe, essoufflant et au final incompréhensible.

Bref, alors qu'il est encore tout jeune, Joël Dicker signe un roman magistral. Nous espérons que tout comme son héros, il trouve aussi un autre succès littéraire et que nous aurions tout autant de plaisir à le lire.

Si vous n'avez pas encore lu, courrez l'acheter chez mon libraire favori.
(quoilire.wordpress.com/2013/06/25/joel-dicker-la-verite-sur-laffaire-harry-quebert/)
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus