undrgrnd RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cliquez ici Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
22
4,0 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 mars 2007
Lors d'un trajet en train vers le sud du pays, Akhila rencontre 5 autres femmes qui, chacune a leur tour, vont raconter un episode marquant leur evolution. Akhila, devouee depuis toujours a sa famille, decide a 45 ans de voler de ses propres ailes et de commencer enfin a vivre.

Un tres beau roman ecrit par une femme sur des femmes indiennes partagees entre le modernisme et les traditions, tiraillees entre leur desir de vivre et le regard pesant et omnipresent des autres.

On aimerait pouvoir passer encore quelques moments en compagnie de ces femmes droles, resignees, lucides et meme cruelles. En tout cas, voila un beau moment de lecture !
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 novembre 2009
C'est le premier livre sur l'inde que j'ai lu et je n'ai pas été déçue.
Anita Nair à travers son héroïne m'a directement plongé dans un monde où la condition féminine est une lutte de chaque instant.
On y apprend que le sort des femmes se résume soit au mariage soit au travail soit à la misère.
La narration est magnifiquement cousue. j'ai adoré l'idée de ce huit clos de 5 femmes qui respectivement racontent leur expérience à l'héroïne lors de ce voyage en train qui nous conduit vers le sud de l'inde. A travers ce voyage, l'héroïne cheminera dans son esprit pour reprendre sa vie en main.
une merveille d'écriture, un petit bijou à lire absolument
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 janvier 2008
Dès qu’Akhila s’est installée dans son compartiment pour dames, je me suis assise à ses côtés (d’ailleurs j’ai pris le train lorsque je lisais ce roman). Avec elle j’ai écouté attentivement le récit de ces femmes, j’ai essayé d’entendre ce qu’elles avaient à nous apprendre de la vie.
Et elles en ont à raconter, ces femmes indiennes de tous âges, de toutes situations amoureuses. Les relations homme-femme ne sont simples nulle part, mais comme cela doit être encore plus compliqué pour ces femmes coincées entre modernité et indépendance d’une part et tradition et soumission d’autre part. Anita Nair semble nous dresser un panorama de la femme indienne d’aujourd’hui, de la grand-mère dont la vie a toujours été tracée pour elle à la jeune fille qui fait passer ses sentiments avant les attentes de la société.
Les toutes premières pages, j’ai trouvé l’écriture bizarre : elle ne « coulait » pas, je butais sur les phrases qu’il fallait que je relise avant de bien les comprendre. Mais cette impression désagréable s’est estompée bien vite, et j’ai pu me laisser emporter par les récits de ces femmes, ponctués de termes indiens regroupés en glossaire à la fin du roman.
Anita Nair m’a réconciliée avec la littérature indienne, mais elle m’a aussi fait réfléchir à ce que pouvait être une vie de couple réussie.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 janvier 2008
Des femmes se confient, autant à Akhila qu’aux lectrices, témoignant de leurs abnégations et frustrations. Une femme a-t-elle besoin d’un homme pour vivre pleinement sa vie ? Est-elle prête à affronter les regards de sa famille, de son quartier, des passants ? Dans ce roman où s’entremêlent différentes voix et destins, Anita Nair se fait le porte-parole de toutes les Indiennes, et dénonce la condition de la femme en Inde au sein du noyau familial comme dans le tissu social. Ce faisant, elle lève de nombreux tabous, poussant un cri assoiffé de la liberté à laquelle aspire son personnage principal.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Rêvant d'évasion et d'espace, l'odeur d'un quai de gare fait naître à Akila l'envie de partir.
Akila, qui a sacrifié sa vie et son amour pour sa famille, n'a jamais été une personne impulsive, même à 45 ans, sans mari, ni enfants, ni foyer, toute décision lui demande du temps, de réfléchir longuement.

Ce n'est qu'au bout d'un mois, pendant lequel elle va démêler l'écheveau de sa vie pour tisser son avenir, qu'elle se décide enfin de faire partie de cette houle qui se déverse dans les compartiments et s'installe sur la banquette pour aller vers l'extrémité sud de l'Inde, à Karyakumari, là où les trois mers se rencontrent, la baie du Bengale, l'océan Indien et la mer d'Arabie.

Tout en se posant une multitude de questions sur le sens de la vie, elle rêve d'un endroit qui lui appartienne où elle pourrait vivre comme elle l'entend, sans retenue, ni peur du blâme. Dans ce train, elle se lie avec ses compagnes de voyage. Les confidences échangées et la confrontation de leurs expériences vont, petit à petit, lui permettrent de trouver des réponses à ses questions et acquérir une assurance pour aller de l'avant.

Anita Nair nous décrit l'Inde telle qu'elle est en pointant du doigt les tabous de cette culture où la femme doit se soumettre aux exigences de sa famille. C'est un joli livre sur l'émancipation d'une femme indienne, un cri de liberté qu'elle leur offre.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2012
Les commentaires précédents me semblent incomplets.C est un livre exotique mais j'aimerais insister sur son coté universel. Il ne s agit pas simplement de condition féminine indienne: j'ai en particulier le souvenir du personnage masculin le plus occidentalisé,le plus respectueux de son épouse dans les apparences,qui s 'est montré le plus irrespectueux dans l'intimité, au point de détruire la personnalité et le bonheur conjugal de l une des héroïnes.
Ce livre donne à réfléchir sur les choix de vie de chaque femme, avec des épreuves,des pièges aux apparences trompeuses. J ai conseillé ce livre à mes deux filles adolescentes, comme un roman initiatique.
De mon coté, c est à partir de ce livre que j ai commencé à m'intéresser à la culture indienne et à m'interroger : la pression de la société sur la femme occidentale ne s'exerce pas de la même façon, mais est elle vraiment plus légère ?
Merci à Anita Nair pour ce livre à la fois agréable et enrichissant
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mars 2008
Akhila, 45 ans et célibataire, décide un jour de partir, de prendre le train pour l'extrêmité du Sud de l'Inde, là où se rejoignent l'Océan Indien, la baie du Bengale et la Mer d'Arabie. Elle a besoin de faire le point sur sa vie, sur son rôle dans sa famille, et elle veut essayer de répondre à la question qu'elle se pose sans cesse: une femme peut-elle se débrouiller sans un homme? Au même titre que les handicapés et les personnes âgées, les femmes occupent un compartiment spécial, où elle partagera la couchette avec cinq autres passagères. Celles-ci vont se livrer et se dévoiler chacune à leur tour, et elles évoqueront leur vie de fille, de femme et d'épouse, ou bien rapporteront leur haine et leur révolte envers leur vie. Il y a Janaki, vieille femme, qui aime son mari d'un amour amical, puis la jeune Sheela qui parle de sa grand-mère avec dignité, il y a Margaret, professeur de chimie, qui déteste tant son mari qu'elle lui fera vivre quelques expériences... Puis il y a Prabha Devi qui affrontera ses peurs et enfin Marikolanthu, jeune servante, qui après avoir vécu de nombreuses et douloureuses épreuves assumera finalement son rôle de mère. Et bien sûr Akhila, qui va enfin oser vivre pour elle, sans se soucier de l'avis des autres, et qui se délestera du poids familial. Ces femmes, de tout âge et tout horizon, sont les témoins de la société indienne contemporaine, et par leurs histoires, elles guideront Akhila vers son propre destin...

J'ai beaucoup aimé ce roman d'un style simple, mais pourtant très efficace. L'écriture nous transporte d'histoire en histoire, et l'on éprouve alors de l'empathie et de l'admiration envers ces femmes toutes différentes, mais semblables sur un même point: le poids de la société est tel, qu'il est extrêmement difficile pour elles d'exister en tant que femme. Elles sont l'épouse-de, la fille-de, la tante-de, et n'ont pas ou peu d'identité individuelle. Mais même si elles doivent obéir et se plier aux règles, elles n'ont pas dit leur dernier mot.
Une femme peut-elle se débrouiller sans un homme?
"Elle sourit encore en découvrant à quel point il est facile de sourire maintenant qu'elle prend enfin le contrôle de sa vie." (p441)
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2009
Magnifique roman qui nous transporte dans l'univers des femmes indiennes, dans leur quotidien et dans leur difficulté à vivre dans une société où il est très dur d'être une femme. Livre très instructif et poignant après plusieurs séjours effectués en Inde.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Rêvant d'évasion et d'espace, l'odeur d'un quai de gare fait naître à Akila l'envie de partir.
Akila, qui a sacrifié sa vie et son amour pour sa famille, n'a jamais été une personne impulsive, même à 45 ans, sans mari, ni enfants, ni foyer, toute décision lui demande du temps, de réfléchir longuement.

Ce n'est qu'au bout d'un mois, pendant lequel elle va démêler l'écheveau de sa vie pour tisser son avenir, qu'elle se décide enfin de faire partie de cette houle qui se déverse dans les compartiments et s'installe sur la banquette pour aller vers l'extrémité sud de l'Inde, à Karyakumari, là où les trois mers se rencontrent, la baie du Bengale, l'océan Indien et la mer d'Arabie.

Tout en se posant une multitude de questions sur le sens de la vie, elle rêve d'un endroit qui lui appartienne où elle pourrait vivre comme elle l'entend, sans retenue, ni peur du blâme. Dans ce train, elle se lie avec ses compagnes de voyage. Les confidences échangées et la confrontation de leurs expériences vont, petit à petit, lui permettrent de trouver des réponses à ses questions et acquérir une assurance pour aller de l'avant.

Anita Nair nous décrit l'Inde telle qu'elle est en pointant du doigt les tabous de cette culture où la femme doit se soumettre aux exigences de sa famille. C'est un joli livre sur l'émancipation d'une femme indienne, un cri de liberté qu'elle leur offre.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2010
Ce n'est pas le premier livre sur l'Inde que je lis mais je dois dire que c'est le premier qui nous décrit précisèment la place de la femme dans la société indienne et toutes les contraintes qu'elles subissent. Un très beau récit qui nous fait renvoie à notre propre image.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,60 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)